Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Renseignement : le contrôle des boîtes noires sera "une gageure"

Alors que la loi Renseignement qui entrera bientôt en vigueur donne la possibilité au gouvernement d’imposer l’installation de boîtes noires chez les FAI et les hébergeurs pour y détecter de potentiels terroristes, le futur patron de la Commission de contrôle des techniques de renseignement reconnaît que le contrôle des algorithmes sera très difficile à réaliser.

Créé par la loi sur le renseignement promulguée le 24 juillet 2015, l’article L851-3 du code de la sécurité intérieure est sans nulle doute la disposition qui fait le plus polémique et qui recèle le plus de dangers pour les libertés publiques. C’est en effet lui qui traduit dans la loi la volonté des services de renseignement de pouvoir imposer des boîtes noires dans les réseaux des FAI et des hébergeurs, pour détecter des comportements suspects de potentiels terroristes en croisant les métadonnées dans des algorithmes dont personne ne sait rien.

Selon le niveau de sophistication des algorithmes, il pourrait s’agir de lignes de code très simples visant à obtenir toutes les adresses IP de qui se connecte à tel ou tel serveur identifié comme étant un repaire de djihadistes, ou d’une véritable intelligence artificielle qui use de toute la puissance du Big Data pour réunir des éléments statistiques très précis pour détecter, dans une masse de données, celles qui seraient typiques de terroristes en puissance. Devant le Conseil constitutionnel qui les a validées sans broncher, le Gouvernement avait expliqué qu’il s’agissait d’aller voire par exemple qui partage des vidéos de décapitation sur les réseaux sociaux, ou qui utilise des « modes particuliers de communication qui constituent, en quelque sorte, une signature permettant de détecter des groupes terroristes ».

Lire la suite de l’article sur numerama.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • n’est pas la NSA qui veut...leur incompétence nous sauve finalement.


  • #1281009
    le 30/09/2015 par The Shoavengers à la FED
    Renseignement : le contrôle des boîtes noires sera "une gageure"

    Comme si un type qui veut poser une bombe ou zigouiller qui que soit avait besoin d’internet. Ridicule.
    La télévision suffit largement.

     

    • L’algorithme permet d’identifier des comportements en fonction des habitudes de connexion (si tu passes régulièrement par ici par exemple, t’es mal barré). Le problème est que comme ils n’y entendent rien, ils laissent les boites à des pros (dans le même genre que ce qu’ils avaient fait avec Attali pour l’économie il y a des années)... Qui pourront en faire se qu’ils voudront (les autres manches seront bien incapable de comprendre ce que cible l’algorithme de contrôle).


  • Pas besoin d’algorithme leurs base de données suffit amplement

     

    • Je parie qu’ils vont faire appel aux services de Palantir ...Vous n’en avez probablement jamais entendu parler, car elle n’a rien à vous vendre...
      Financée par la CIA à ses débuts, Palantir produit des logiciels devenus indispensables pour les renseignements américains et Wall Street... Spécialisée dans l’analyse de données ... Volontairement, car elle ne souhaite pas attirer l’attention. Elle cultive même le secret autour de son activité... La nouvelle version du logiciel permet aux services de renseignement d’effectuer des recherches simultanément dans leurs centaines de bases de données, jusqu’alors complètement cloisonnées. Un gain de temps précieux pour naviguer parmi des montagnes de données ...

      Palantir, la mystérieuse start-up qui pèse 20 milliards de dollars

      Palantir, son nom signifie « pierre de vision » dans l’univers de Tolkien. En effet, Palantir met en relation et permet de visualiser de gigantesques bases de données disparates, comme des numéros de téléphone, des relevés de comptes bancaires, des photos ou encore des profils d’utilisateurs...

      Pour d’autres objectifs, des données de santé croisées évidemment avec les fichiers des assureurs, etc.


  • Les scénarios de Test -indispensables dans tout projet informatique- devraient être largement disponibles aux associations de défense des citoyens.

    Le postulat affirmant l’efficience des boites noires pourrait alors être crédible.

    Parmi ces scénarios, il faudrait être clair sur un obstacle fondamental : l’actualité et surtout le calcul politique permettent de créer un trop-plein de référencements leurrant les internautes. Ainsi, un mot connoté peut perdre sa signification ou en acquérir une autre, faussant ainsi les résultats (par élimination ou au contraire par accumulation de résultats).

    Ceci est un peu abscons, aussi convient-il de donner un exemple : faire une recherche sur les 2 mots clés "Untel" et "Inculpé" peut submerger les rares sites confirmant "Untel a été Inculpé à telle date pour ..." en les noyant sous une palanquée de références noyant le poisson et allant même jusqu’à inverser les rôles, par exemples : "le neveu de Untel a été Inculpé" ou bien "Untel a fait voter une loi autorisant les Inculpés à ...", ou encore "Untel a enfin réussi à faire Inculper de corruption Y" ...

    On voit donc que se servir de mots clés pour ratisser finement et efficacement est mission impossible ... sauf à décider de celui que l’on veut inculper.