Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Résistant à Gaza : récit d’un combattant en première ligne

Une série de cessez-le feu, y compris l’accord actuel de cinq jours d’arrêt des combats, ont contribué à dégager de l’horizon la fumée et la poussière, et malgré les régulières violations israéliennes - dont les tirs sur deux bateaux de pêche palestiniens - le calme actuel semble susceptible de durer même si ce n’est que pour un moment.

Les scènes de totale dévastation dans la bande de Gaza témoignent de la force meurtrière qu’Israël a utilisée lors de ses attaques, détruisant des maisons, des hôpitaux, des écoles, des mosquées et de nombreuses autres structures civiles.

L’anéantissement de familles entières réfugiées dans leurs maisons, l’assassinat de patients sur leurs lits d’hôpitaux, de médecins, d’infirmiers, de travailleurs humanitaires des Nations Unies, et de membres de la presse, pour ne citer qu’eux, ont suscité des appels pour une enquête internationale enquêtes sur les crimes de guerre.

Alors que se déroulaient tous ses crimes, des combattants palestiniens restaient dans leurs retranchements et leurs cachettes afin de se confronter aux troupes d’invasion israéliennes, prenant des positions de tireurs d’élite, tirant des roquettes et luttant tels des fantômes dans les quartiers vidés de leurs habitants.

Au milieu de la récente accalmie, les combattants de la résistance palestinienne ont lentement émergé de leurs retranchements souterrains pour prendre un peu de repos après plus d’un mois de combats acharnés contre ’invasion des forces israéliennes.

Après plusieurs tentatives, Ma’an a obtenu une entrevue avec Abu Muhammad, l’un des combattants des Brigades des Martyrs d’al-Aqsa, affiliées au Fatah.

Le souci de sécurité et la prudence sont indispensables pendant les escalades militaires, afin de rester invisibles des drones équipés de caméras. C’est une obligation absolue pour les combattants de la résistance palestinienne, en particulier lorsqu’ils sont interviewés.

Abu Muhammad - ce qui n’est pas son vrai nom - est âgé de 40 ans et le père de cinq enfants, dont le plus âgé a 10 ans. Il a été engagé dans les combats depuis le début de l’offensive israélienne au commencement de juillet.

Il avait dit à ses enfants qu’il s’absentait pour se rendre ailleurs dans ​​la bande de Gaza pour des raisons médicales, afin de masquer sa disparition - et dans le cas où il lui arriverait quelque chose. Mais sa femme savait dès le début qu’il était au front, servant comme un combattant de la résistance, et qu’il pourrait bien ne jamais revenir.

« Ma famille me manque beaucoup, mais j’ai le devoir de défendre mon peuple et de répliquer aux attaques des envahisseurs qui ont tué des centaines de civils » a déclaré Abu Muhammad.

« J’essaie de communiquer au minimum avec eux - quand je parle à mes enfants, je les rassure et leur dis que les choses vont bien se passer. Ma femme commence à pleurer chaque fois que j’appelle. Les émotions sont fortes. J’essaie de faire des appels très courts... »

Bien que les martyrs d’Al-Aqsa Brigades soient la branche armée du Fatah qui est le rival politique du Hamas, au moment des attaques israéliennes toutes les factions et partis se sont coordonnés sous un commandement unifié.

Portant un masque noir et jaune et un fusil automatique, Abu Muhammad explique à Ma’an qu’il était un combattant depuis maintenant 20 ans.

Il souligne également qu’il s’oppose à l’abandon par le Fatah de la lutte armée en faveur de négociations sans fin, la stratégie adoptée par l’Autorité palestinienne dirigée par le Fatah en Cisjordanie.

« Notre ennemi ne comprend que le langage de la force. Regardez ce qui s’est passé au cours des vingt dernières années de pourparlers de paix : plus de colonisation et de vol des terres, la mort et la destruction » dit-il.

« Maintenant, regardez comment la résistance impose ses conditions (à Israël) » en faisant référence à l’insistance par le Hamas de la levée du siège israélien imposé depuis huit ans, comme condition de tout accord de paix à long terme. Ce que Israël commence à devoir prendre en considération...

« La résistance est un atout pour le peuple palestinien » ajoute-t-il.

Quand on lui demande ce qu’il pense de la principale exigence d’Israël pour mettre fin aux hostilités - le désarmement des factions de la résistance palestinienne - la réponse d’Abu Muhammad est sans équivoque : « Celui qui accepte cette condition est un traître. »

« Nous avons le droit de résister et de nous défendre » poursuit-il. « Notre ennemi a des ogives nucléaires et les armes les plus avancés dans le monde. Pourquoi cette entité est-elle autorisée à s’armer ? Nous sommes sous occupation militaire et en vertu du droit international, nous avons le droit de résister à l’occupant ».

Environ 1 980 Palestiniens ont été tués et plus de 10 000 blessés dans le dernier mois des attaques israéliennes. La grande majorité des personnes tuées étaient des civils dont plus de 450 enfants, selon les Nations Unies.

Un certain nombre de combattants ont également été tués, mais on ne sait pas encore combien de résistants sont tombés et à quelles organisations ils appartenaient.

Peu de temps après qu’un cessez le feu humanitaire de 72 heures sous médiation égyptienne soit entré en vigueur, les Brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont publié un récit sur 29 de leurs combattants qui avaient pris part à de violents affrontements avec les forces israéliennes et réussi à rester en vie plusieurs jours à l’intérieur d’un tunnel de 25 mètres de profondeur dans la partie orientale d’al-Qarara, près de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza.

Al-Qassam a déclaré dans le rapport que chaque combattant n’a mangé que la moitié d’un fruit et ne buvait que de la moitié d’une tasse d’eau chaque jour.

Tandis que le Hamas a dans le passé été accusé d’exagérer ses succès - notamment en ce qui concerne le nombre de soldats ennemis abattus - au cours de cette guerre, il est devenu une des sources les plus fiables pour les comptes précis des combats sur le terrain.

L’armée israélienne a, en revanche, toujours retardé la divulgation d’informations et a minimisé ses pertes, lesquelles ont atteint des proportions stupéfiantes allant même au-delà de ce que les forces israéliennes ont souffert lorsqu’elles ont été chassées du Liban en 2006 par le Hezbollah.

Israël affirme que 64 de ses soldats ont été tués et que plus de 1 000 ont été blessés pendant toute la durée des combats. Les affrontements les plus féroces ont eu lieu près de la frontière dans les régions du nord et de l’est de la bande de Gaza, dont Beit Hanoun, dans l’est à Shujaiyya et à l’est de Khan Younis et de Rafah.

Bien que les forces israéliennes se soient retirées des villes de Gaza et que les discussions sur un cessez-le feu permanent occupe une place importante, les combattants de la résistance restent déployés sur le terrain, vigilants en cas d’effondrement des négociations.

Abu Muhammad dit également qu’il ne sera pas de retour dans sa famille jusqu’à ce que la bataille soit officiellement terminée, mais il ajoute qu’il n’a de cesse de pouvoir embrasser ses enfants et prendre un repas, tous en semble, dans sa famille.

« Nous ne nous reposerons pas jusqu’à ce que nous libérions notre terre occupée » dit Abu Muhammad.

« La résistance est une carte gagnante. Les dirigeants politiques, en particulier les dirigeants du Fatah, doivent comprendre que le rameau d’olivier ne permettra pas de libérer la Palestine. Nous avons tendu le rameau d’olivier et suivi le processus de paix pendant de 20 ans, mais nous vivons toujours sous occupation israélienne. »

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • 10000 blessés... Quand on connaît les conditions précaires et inhumaine s dans lesquelles la "communauté internationale" ont réduit le peuple palestinien à "vivre" on se dit qu’il vaut mieux, et de loin, être mort que blessé.


  • On a fini par bannir l’esclavage suite à des soulèvements des esclaves suivis de féroces et longues luttes... alors on ne peut que comprendre la résistance et le combat pour la libération du peuple palestinien... faut croire que la victoire est au bout malgré les pertes en vies humaines ! Que Dieu vous vienne en aide !

    p.s : le choix est vite fait entre vivre esclave et mourir libre...


  • C’est dément ce qui se passe. Bébés mutilés, morts, enfants mutilés , morts, traumatisés,pas d’eau potable, pas d’hôpitaux, pas d’écoles, les rues et les immeubles en ruine...Qui s’en soucie ? Hollande fait honte à la France pour ne parler que de la France. Combien de temps encore ?

     

    • C’est même pire que ça, car lorsqu’il prend la parole, c’est pour se ranger aux côtés de ces criminels de guerre israéliens et les soutenir en condamnant les victimes palestiniens qui résistent.
      C’est vraiment dégoûtant.


  • La liberté ne s’offre pas, elle s’arrache.... Les Moudjahidines Palestiniens sont les seuls garants de la liberté de leurs compatriotes en Palestine. Ni les États Unis, ni l’Europe ne peut garantir la décolonisation Palestinienne. Supporter directement la cause Palestinienne en supportant directement la lutte armée... Il n’y aura pas de paix sans une victoire des Moudhahidines Palestiniens sans les forces du mal qui soutiennent le sionisme dans le monde...


  • analyse interressante : ils ne comprennent que le language de la Force.


  • Ce qui me choque c’est qu’un homme comme celui ci qui va défendre son peuple car il n’a pas d’autre choix ( quel est la différence entre attendre la mort ou mourir en se battant ) est appelé : terroriste !

     

    • C’est comme ça qu’on appelait les résistants Français à une certaine époque. C’est toujours la même dialectique pourrie, ceci dit ; celui qui se bat pour sa liberté n’attache aucune importance à la façon dont le nomme celui qui le tyrannise.


  • Israel veut que le monde finisse par S’HABITUER a ses massacres : c’est pourquoi elle les renouvelle periodiquement, et on note que les reactions internationales hostiles sont de plus en plus faibles . Israel veut tuer 500 goyim pour chaque israelien tue, car dans le monde il y a UN Juif pour 500 goyim . Aux trois ados assassines on ajoute un tue du fait des roquettes : ca fait 4 victimes, vengees par 2000 morts .


  • Mieux vaut être un lion mort qu’un chien vivant plus dur est le combat plus douce sera la victoire


  • Dans Gaza il y a Gaz...Gaz à Gaza, gaz à Gaza...ça Gaz, ça va Gazer, mais sans les Gazaouis, comme d’habitude...pour eux c’est gaz moutarde et bombes au phosphore. Merci qui ?


  • Gaza ou la vertu génocidaire du système par Philippe Grasset de dedefensa.org
    sur http://www.vineyardsaker.fr/categor...

    On trouve des documents de presse israéliens qui ont été censurés et des articles sur l’Ukraine...