Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Sanctions contre Moscou : Vienne appelle l’UE à "ne pas scier la branche sur laquelle elle est assise"

Naturellement, le journal américano-sioniste Le Monde s’est fendu d’un article antirusse dans son édition du 21 février 2021. Ce coup-ci, la menace antirusse se manifeste sous la forme d’une autre Europe, façonnée par le Kremlin, une europe poutinisée, une eurorussie.

S’il est une leçon que l’on peut tirer de la visite calamiteuse du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, à Moscou, c’est qu’il est temps pour l’Union européenne (UE) de repenser de fond en comble sa politique russe. Car le comportement de Moscou à cette occasion a révélé une chose : le Kremlin considère désormais que l’UE est moribonde et qu’on peut impunément rouer de coups le lion devenu vieux. Mais ce n’est pas parce qu’il se tournerait vers la Chine, comme le ressasse l’orchestre de Moscou. C’est parce qu’une autre structure européenne, patiemment construite par la Russie depuis des années, est prête à prendre la relève.

Il s’agit du réseau des relations bilatérales tissé par le Kremlin avec les principaux pays européens, grâce auquel la Russie espère acquérir une place centrale et prépondérante en Europe. La France ne cesse d’appeler à un « partenariat stratégique » avec Moscou ; les successeurs présumés d’Angela Merkel ont les yeux fixés sur les juteux contrats que le Kremlin fait miroiter devant eux.

L’Angleterre, seul pays considéré comme réfractaire par la Russie, est maintenant hors jeu grâce au Brexit. Le traitement humiliant démonstrativement infligé à Josep Borrell montre que le Kremlin entend désormais faire de la question russe un « boutoir » contre ce qu’il reste de l’UE.

Si l’UE se casse la gueule, pour parler trivialement, ce n’est certainement pas du fait ou de la faute des Russes, même si Poutine sait profiter de chaque occasion pour agrandir la sphère d’influence de son pays, ce que font sans complexe depuis toujours les Américains, les Chinois ou les Européens. L’UE se casse la gueule comme l’URSS s’est effondrée sur elle-même, suite à d’insurmontables contradictions internes.

La tribune est signée de Françoise Thom, « spécialiste de la Russie » et auteur (Le Monde dit « autrice ») de Comprendre le poutinisme. Rien de nouveau sous le soleil dans l’organe de propagande qui tire depuis vingt ans à boulets rouges sur une Russie qui se relève, tant bien que mal, pour nous vanter le modèle européiste qui a réussi le tour de force de détruire les nations, leur poids géopolitique, et le moral de leurs peuples. Au grand bénéfice, bien entendu, de l’Empire, cet attelage entre le libéralisme américain et l’idéologie sioniste.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

L’Union européenne, qui compte étudier l’adoption de nouvelles sanctions contre la Russie le 22 février, doit veiller à ne pas se nuire à elle-même en prenant des mesures hâtives et disproportionnées, a déclaré ce dimanche 21 février le chef de la diplomatie autrichienne Alexander Schallenberg au Welt am Sonntag.

« Les listes de sanctions doivent être politiquement intelligentes et juridiquement bien fondées. Sinon, nous ne ferons que scier la branche sur laquelle nous sommes assis », a indiqué M.Schallenberg.

Selon le ministre autrichien, Bruxelles ne devrait pas renoncer au dialogue avec la Russie.

« Marquer les limites là où c’est nécessaire, mais dialoguer si c’est possible […]. La Russie est une réalité dans notre voisinage dont nous ne pouvons pas nous éloigner, et à laquelle nous devons faire face », a-t-il expliqué.

L’Europe envisage de sanctionner Moscou

Une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE est programmée pour le 22 février à Bruxelles. Selon les médias, le Haut représentant de l’Union européenne Josep Borrell proposera d’adopter de nouvelles sanctions contre Moscou et notamment contre le gazoduc Nord Stream 2 dont la construction touche à sa fin.

Les diplomates peuvent demander au Service européen pour l’action extérieure (SEAE) de dresser une liste de personnes et entités qui pourraient faire l’objet d’une interdiction d’entrée dans l’UE et d’un gel d’avoirs en réaction à la condamnation par la justice russe du blogueur et opposant Alexeï Navalny à 3,5 ans de prison dans le cadre de l’affaire Yves Rocher.

L’Autriche et l’Allemagne s’opposent aux sanctions visant Nord Stream 2 puisque leurs sociétés énergétiques participent à ce projet.

 

Crise dans les relations Russie-UE

Dans une interview postée le 12 février sur la chaîne YouTube Soloviev Live, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a indiqué que Moscou était prêt à une rupture des relations avec l’Union européenne, initiée par l’UE, si cette dernière adoptait des sanctions créant des risques pour les secteurs sensibles de l’économie russe.

Selon lui, l’UE adopte ses sanctions sans aucun but, mais simplement pour ne pas laisser les autorités russes « impunies ».

Le 15 février, M.Lavrov a déclaré à son homologue finlandais, Pekka Haavisto, que la crise des relations entre la Russie et l’Union européenne avait été provoquée par cette dernière.

Lavrov, sur E&R :

 






Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Ce que les sionistes ne supportent pas c’est l’indépendance de la Russie qui a récupéré la Crimée (à 80% russe) et qui défend le droit des Russes du Donbass à disposer d’eux-mêmes . " C’est une insupportable violation du droit d’Israël à disposer des peuples " .

     

    Répondre à ce message

    • je suis tout a fais d’accord avec vous pour l’ingérence permanente de certains pays par rapport à d’autres, en plus c’est toujours les mêmes. la seule chose qui me fais plaisir c’est que monsieur POUTINE peut se permettre de les envoyer se faire foutres. quand on voit la différence entre monsieur POUTINE et les dirigeants (collabos) européen on peut se dire qu’il ne risque absolument rien à rester droit dans ses bottes. les dirigeants européen passe leurs temps à dénigrer monsieur POUTINE au lieu de s’occuper de leurs peuples. les russes ont voter pour lui et je pense qu’il est démocrate mais à la différence des dirigeants européen il dit les choses en face même si ça doit fâcher en quelque sorte, il est plus honnête. nous c’est tellement démocratique qu’on est fliqués sur internet. ils empêchent certains artistes de se produire ils votent des lois pendant que les français sont en vacances et le reste du temps ils votent des lois entre 24h00 et 5h00 du mâtin, quelle démocratie... quand ils appliquent pas le 49.3. à leurs place, je la fermerai. à quand des référendum sur les sujets importants (choisis par le peuple).

       
  • On n’a jamais autant senti les forces maléfiques se déchaîner pour trouver LA faille qui va mettre le feu aux poudres. Ah si chacun pouvait être maître chez lui ! ... sans pour autant nuire aux autres. "Le caméléon meurt d’épuisement sur un tissu écossais" dit un proverbe. Mais comme toujours > chercher à qui au final profite toute cette agitation.

     

    Répondre à ce message

  • Le plus important c’est de finir le gazoduc North Stream II, ce qui n’est pas encore gagné .

     

    Répondre à ce message

  • " Sergueï Lavrov a indiqué que Moscou était prêt à une rupture des relations avec l’Union européenne."

    C’est ce qu’ils auraient dû faire il y a longtemps, la Russie peu traiter avec tous les États sans passer par l’UE ou l’OTAN.

     

    Répondre à ce message

  • Les russes ou lévyrus la question elle est vite répondue.

     

    Répondre à ce message

  • Nihil novi sub sole.

    Ces sanctions de l’Union européenne prétendument contre la Russie ont toujours été ordonnées par les États-Unis d’Amérique.

    John McCain le déclarait déjà officiellement en février 2016, et Joe Biden, alors vice-président des États-Unis d’Amérique, bien avant encore, dès le 02 octobre 2014 !

    Il faut bien comprendre que ces sanctions ont en réalité pénalisé très sévèrement l’Union européenne qui en est la cible réelle ! C’est dû au fait que l’Union européenne sanctionne principalement sur ce qu’elle vend tandis que la Russie sanctionne sur ce qu’elle achète !

    Par conséquent, la Russie s’est tout simplement tournée vers d’autres sources d’importations, en s’ouvrant encore un peu plus vers l’Asie. De plus, la Russie a procédé à divers investissements afin de relancer la production de certains de ses secteurs, notamment celui de l’alimentation. Et comme les sanctions ont duré suffisamment longtemps, ces investissement ont eu le temps de porter leurs fruits et ont, en fait, offert à la Russie une autonomie accrue, entre autres dans le domaine alimentaire !

    Nous invitons vivement ceux qui veulent comprendre cette question à lire notre article « Que les Européens lèvent ou non les sanctions contre la Russie dépendra du leadership américain » que nous avons publié il y a cinq ans déjà, le 15 février 2016 :

    https://mib-pib.jimdo.com/2016/02/1...

    MW MIB

     

    Répondre à ce message

  • #2672691

    Comme souvent,c’est le rapport de force qui prime.
    Une France faible ne peut entraîner avec elle,les autres voix de l’UE.
    L’Europe doit exister par elle-même pour se faire entendre du monde.
    Géant aux pieds d’argile,convoitée par tous,sa position géographique la situe idéalement entre les grands pour ne tomber ni dans un camp,ni dans l’autre,force ayant tissée des ramifications dans le monde entier,de par son histoire,pour s’entendre avec tous.
    Cette place de sage,l’Europe des Nations, pourrait lui être dévolue naturellement si elle était suffisamment forte.
    Pour que cette idée puisse se faire,il est indispensable que la France soit forte,car plus que tout autre pays européen continental,elle a le sens de l’universalisme et d’équilibre qui l’a fait aimer du monde entier,il n’y a pas encore si longtemps.
    Ce n’est pas non plus parce que les fonctionnaires de Bruxelles ont la main mise sur les pays(et on sait pourquoi) que nous devons sortir de l’UE ;c’est aux fonctionnaires de faire ce qu’on leur dit de faire,et la France doit partager ses vues avant d’éventuellement la quitter.En fait,devant les flux migratoires que le pays ne veut pas,et que les européens ne veulent pas non plus,le sentiment d’être européen perdure et au contraire se renforce.Se fâcher entraînerait une rupture qui serait contraire au but recherché.
    Et pour que la France redevienne forte,on sait bien ce qu’il faudrait faire.

     

    Répondre à ce message

  • Et si les Allemands et les Autrichiens ...

    Et si les Allemands et les Autrichiens se rapprochaient
    ...des Russes pour virer les Américains ?
    Qu’en pensent les Nationaux Sionistes "français" ?
    Zemmour devient dingue et le Crif exige de Macron
    un Ultimatum aux Teutons !
    Le Gaz Russe et La valse de Vienne de Poutine
    enflamment l’Empire !

     

    Répondre à ce message

  • Pour comprendre la réaction de l’Autriche, il faut savoir que lorsque le mur est tombé , l’Etat y a vu une opportunité unique de conquérir les marchés de l’Est. L’Autriche en vit largement ! La Russie est vitale pour elle !

    Faire de l’abruti congénital et escroc Navalny un objet de sanction est juste d’un ridicule digne des yankees incultes du Deep State ! Le coup du faux château de Poutine était un coup magistral de désinformation du FSB ! Ah, ils ont bien dû se bidonner du côté de la Lubianka.

    Avec Robinette et ses copines, on n’a pas fini de se marrer. En attendant, les Russes et les Britanniques pourraient songer à écraser l’ubris, fruit de l’Empire mourrant.

     

    Répondre à ce message


  • ... et d’un gel d’avoirs en réaction à la condamnation par la justice russe du blogueur et opposant Alexeï Navalny à 3,5 ans de prison dans le cadre de l’affaire Yves Rocher.



    Quelles sanctions va prendre la Russie, par exemple contre la France, pour l’incarcération d’Hervé Ryssen ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents