Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

Dans la série Z’avez qu’à pas être pauvre

D’aucuns se demandaient pourquoi la jonction entre la Manif pour tous et les Gilets jaunes n’avait pas eu lieu. Peut-être parce qu’elle n’était pas possible. S’il est souvent ici question de cette droite décomplexée pour laquelle tous les musulmans applaudissent à chaque attentat antifrançais, cette même droite pense aussi, depuis longtemps et sans beaucoup s’en cacher, que les pauvres sont les premiers responsables de leur pauvreté. À cet égard, Julie Graziani en est une militante exemplaire.

 

Éditorialiste et chroniqueuse, Julie Graziani est aussi militante, à la Manif pour tous, au mouvement politique L’Avant-Garde, du côté de la droite catholique. Elle est désormais aussi connue sur les réseaux sociaux pour sa déclaration sur le plateau de 24h Pujadas, tout en subtilité et charité chrétienne.

 

 

Il est certain que son commentaire aurait pu et dû s’arrêter à « je connais pas son parcours de vie à cette dame », ça lui aurait éviter de dire de belles âneries. En résumé, qu’a-t-elle donc fait et que n’a-t-elle pas fait pour en arriver là ? À la suite de cette déclaration, sur Twitter, Julie Graziani ne fait pas profil bas.

 

 

Madame Graziani est aussi auxiliaire de justice. Comme procureur ?

Pour preuve que « quand on veut, on peut », eh ben elle, elle a pu. Comprendre que dans sa logique, cela veut dire que si vous n’avez pas pu, c’est que vous n’avez pas voulu. Un beau raisonnement pour celle qui est diplômée de HEC et agrégée de lettres modernes.

 

 

Mais le temps passant et le buzz ne faiblissant pas, bien au contraire, le rétropédalage s’avère quand même nécessaire.

 

 

On peut défendre les valeurs de courage et de travail sans sombrer dans l’arrogance de classe. De ceux qui sont parvenus à se sortir de l’ornière, mais le plus souvent de ceux qui n’ont pas eu à batailler pour se hisser socialement. L’ascenseur social serait en panne, entend-on parfois. Mais cet ascenseur n’a jamais existé que pour les catégories les plus favorisées : on descend au rez-de-chaussée par les escaliers, égalité des chances oblige, puis on remonte en ascenseur. Pour les autres, il n’y a jamais eu que les escaliers, avec des marches dont la hauteur a toujours dépendu des difficultés de l’époque. Et l’époque n’est pas facile…

 

Un mépris de classe qui en rappelle un autre, sur E&R :

 






Alerter

265 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2316363
    Le 7 novembre à 16:09 par simonov
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    Si être agrégé vous fait entrer dans la classe favorisée, alors la France s’est bien appauvrie ! Vu le salaire des profs... en jeans et en clio :)
    Je partage un peu son point de vue... pas d’arrogance mais pas de victimisation permanente... avec l’espoir que la révolution nous sauve... J’irai même plus loin qu’elle... si la France va mal, c’est qu’elle vote mal, qu’elle regarde trop BFMTV, qu’elle accepte le PACS à la place du mariage (et la GPA, PMA...). Non, tout ceci ne nous est pas toujours imposé ! Par contre la minorité lucide supporte les choix détestable de la majorité silencieuse, inconsciente ou perverse ! Et comme les révolutions font toujours plus de morts, mieux vaut poursuivre la vague GJ et faire basculer l’élection comme Trump ou le Brexit !

     

    Répondre à ce message

  • #2316388
    Le 7 novembre à 16:39 par Je suis la Mère Poulard
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    Elle a eut de la chance, un cerveaux bien fait (ça aide pour réussir sa scolarité) et le physique en plus ce qui donne une confiance en soi très tôt, des l’enfance. Tant mieux pour elle. Mais tout le monde n’a pas touché le gros lot.
    Quand tu cumules l’échec scolaire et quand le physique est banal voir quand t’es moche tu peux très vite perdre la motivation pour devenir un battant.

     

    Répondre à ce message

  • #2316446
    Le 7 novembre à 18:34 par N.Fabre
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    Mon ex touchera,grâce à nos 3 enfants ,1000 euro/mois+ les APL (aide au logement 350euro).
    C’est carrément interessant mais seulement à partir de 3 enfants,je comprends toutes ces séparations.
    C’est bon aussi de se désenclaver d’habitudes toxiques,l’homme a,à l’époque des chasseurs cueilleurs,plusieurs vies en couples monogamiques.

     

    Répondre à ce message

    • #2316514
      Le 7 novembre à 20:15 par Tony Glandil
      "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

      Disons que comme ton épouse te quitte ,tu te trouves des raisons pour le justifier, tu n’es pas obligé, être triste de voir sa propre famille se désagréger ,ne fait pas de toi un nul au contraire, ça prouve justement le contraire
      Tu n’as pas à chercher des raisons chez je ne sais quel chasseurs cueilleurs ou autre histoire à dormir debout
      La tristesse est légitime, ce n’est pas juste une rayure sur ta voiture ou un teeshirt dont tu te sépares
      Je prie pour toi et les tiens camarade

       
    • #2316580
      Le 7 novembre à 21:35 par Roumégue pas !
      "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

      T’es sûr j’ai 5 enfants et on touche 850€ par/mois et je suis agriculteurs avec une prime activité (RSA de 850€ environ) sur mon salaire on est 7
      T’es certain de ce que tu avances, mon épouse me dit que pour notre famille on touche environ 1700€

       
  • #2316631
    Le 7 novembre à 22:52 par Sylvain
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    Il est clair que sur l’aspect méritocratie, cette brave dame a tout faux. L’ascenseur social est un mythe, faire et réussir des études n’est pas un gage de réussite. Seuls comptent les réseaux.
    Concernant les choix de vie privée, elle vise par contre très juste. La légèreté de nos moeurs est une des principales, sinon la principale cause de paupérisation des classes populaires.
    Il serait tout de même normal qu’une mère célibataire se remette en question quant à ses choix de partenaires.

     

    Répondre à ce message

  • #2316639
    Le 7 novembre à 23:09 par nonconforme
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    Cette Graziani, belle brune au demeurant, n’a aucune conscience de la réalité du monde du travail, elle ne produit aucun bien ni service, aucune plus-value, se contentant de poser ses petites fesses menues sur un siège et de déblatérer des conneries à longueur de temps sur LCI.

     

    Répondre à ce message

  • #2316793
    Le 8 novembre à 09:18 par Walterleduc
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    Même ici on hurle avec la meute laico-feministo-lgbtiste contre une jeune femme qui a le courage de défendre la famille traditionnelle, pour le simple motif d’une phrase un peu maladroite ?
    Le si-tu-bosses-tu-reussi est contestable bien sur, mais cela ne justifie pas cet acharnement.

     

    Répondre à ce message

    • #2317733
      Le 9 novembre à 11:13 par Cavalier Bleu
      "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

      Non, si tu bosses en France tu réussis. Réfléchis un peu, change de voie, si ça marche pas etc. Et surtout ne fais pas de gosse avec n’importe qui. Cette jeune femme a raison de le dire. Cette pleurnicherie des femmes célibataires est insupportable. On doit agir dans la vie avec discernement. Que faisaient nos grand-mère qui n’avaient ni chômage, ni allocs.

       
  • #2316865
    Le 8 novembre à 11:31 par Mepitac
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    C’est par le mépris des pauvres que les bourgeois justifient leurs illégitimes privilèges.

    Pourquoi illégitimes ?

    1) Parce que travailler à l’école aujourd’hui consiste à incomber tous les principes républicains qui nous nuisent, jusqu’à en vomir, pour ensuite les répandre autour de soi. Les bons élèves sont donc, sous Occupation, les pires poisons pour notre peuple, notre avenir, nos enfants et notre pays.

    2) Parce qu’avoir une place aujourd’hui dans la société, une place importante je veux dire, implique nécessairement d’accepter l’Occupant, de se plier voire d’être en accord avec sa vision des choses, et aussi, pour certains, de lui lécher le cul. Or, le peuple n’a ni besoin de l’Occupant, ni de ces personnes qui s’inclinent et rampent devant lui et renforcent contre nous son pouvoir immensément malfaisant.

    Pour finir, la phrase "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer" est tout de même assez cocasse, pour une catholique ! C’est pour Dieu qu’on ne divorce pas, madame, non pour Mammon. Car on se soumet avant tout à la loi de Dieu, et non aux lois économiques...

     

    Répondre à ce message

  • #2317328
    Le 8 novembre à 20:09 par Rosalie
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    En fait, on ne sait pas pourquoi elles sont seules... Divorcées ou veuves ? On n’en sait rien.
    Avec près de 9 millions de pauvres en France, soit 14% de la population, on ne peut pas dire que c’est uniquement de la faute des pauvres s’ils sont pauvres. Il y a un problème politico-économique.

    Il faut rappeler à Julie que si tout le monde faisait le métier qu’elle fait, le pays crèverait la dalle et s’écroulerait, parce qu’elle ne produit que du blablabla...

     

    Répondre à ce message

  • #2317756
    Le 9 novembre à 11:40 par Bobby
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    A la ville son vrai nom est Julie Lavoir, administrateur et liquidateur judiciaire, un métier ou à Paris on peut espérer toucher dans les 50-100K€/mois...

     

    Répondre à ce message

  • #2317934
    Le 9 novembre à 15:21 par Ouhm
    "Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer"

    Je comprend pas.
    Soral devrait être content que quelqu’un dénonce la libération sexuelle des années 60 responsable de l’atomisation de la famille et des divorces.. (1 mariage sur 2 fini en divorce, paye ta société..) alors que dans la société traditionnelle ces divorces sont quasi innexistants et que la famille, non atomisée, est là pour te soutenir quand tu galère.
    Sur le reste il est évident que quand on a pas fait d’études ou qu’on a pas de diplômes, on n’ira pas très haut socialement. Je suis trop bien placé pour le savoir..
    Je comprend même pas la polémique, ni même la réaction de la belle Julie, puisqu’à la base la fille se plaignait de payer des taxes, c’est pourtant bien ce dont se plaignent aussi les libéraux ? Tout comme les premiers gilets jaunes ?
    Pourquoi pas un débat Graziani/Soral ? Sur qu’Alain Soral est très motivé hé hé

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents