Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sous le "bouclier", des missiles nucléaires américains en Europe

Le site de missiles OTAN de Deveselu en Roumanie, qui fait partie du système états-unien Aegis de « défense de missiles », a terminé « la mise à jour » commencée en avril dernier. C’est l’OTAN qui le communique, en assurant que celui-ci « n’a conféré aucune capacité offensive au système », lequel « demeure purement défensif, centré sur de potentielles menaces provenant de l’extérieur de l’aire euro-atlantique ».

 

Le site de Deveselu est doté (selon la description officielle) de 24 missiles, installés dans des lanceurs verticaux souterrains, pour l’interception de missiles balistiques à courte et moyenne portée. Un autre site, qui entrera en fonction en 2020 dans la base polonaise de Redzikowo, sera lui aussi doté de ce système. Des lanceurs du même type sont à bord des quatre navires de la US Navy qui, déployés dans la base espagnole de Rota, croisent en Méditerranée, Mer Noire et Mer Baltique. Le déploiement même des lanceurs montre que le système est dirigé non pas contre la « menace iranienne » (comme déclarent les États-Unis et l’OTAN), mais principalement contre la Russie.

 

 

Que le soi-disant « bouclier » ne soit pas « purement défensif », est expliqué par l’industrie guerrière même qui l’a réalisé, Lockheed Martin. Celle-ci documente que le système est « projeté pour installer n’importe quel missile dans n’importe quelle rampe de lancement », donc adapté à « n’importe quelle mission de guerre », y compris « l’attaque contre des objectifs terrestres ». Lockheed Martin précise que les rampes de lancement de plus grandes dimensions peuvent lancer « les plus grands missiles comme ceux de défense contre les missiles balistiques et ceux pour l’attaque à longue portée ». Elle admet donc, en substance, que les installations en Roumanie et Pologne et les quatre navires du système Aegis peuvent être armés non seulement de missiles anti-missiles, mais aussi de missiles de croisière Tomahawk à tête nucléaire capables de frapper des objectifs à des milliers de kilomètres de distance.

Comme documente le Service de recherche du Congrès (24 juillet 2019), les quatre navires américains qui « opèrent en eaux européennes pour défendre l’Europe de potentielles attaques de missiles balistiques », font partie d’une flotte de 38 navires Aegis qui en 2024 vont monter à 59.

Dans l’année fiscale 2020 sont attribués 1,8 milliard de dollars pour la potentialisation de ce système, sites en Roumanie et Pologne compris. D’autres installations terrestres et navires du système Aegis seront déployés non seulement en Europe contre la Russie mais aussi en Asie et dans le Pacifique contre la Chine. Selon les plans, le Japon installera sur son propre territoire deux sites de missiles fournis par les États-Unis ; la Corée du Sud et l’Australie achèteront aux États-Unis des navires du même système.

 

 

De plus, dans les trois mois où les équipements de Deveselu ont été amenés aux États-Unis pour être « mis à jour », a été déployée dans le site en Roumanie une batterie de missiles mobile Thaad de l’Armée américaine, en capacité d’« abattre un missile balistique dans, comme hors de l’atmosphère », mais aussi en capacité de lancer des missiles nucléaires à longue portée.

Le système Aegis étant remis en fonction – communique l’OTAN –, la Thaad a été « redéployée ». Elle ne spécifie pas où. Mais on sait que l’armée américaine a déplacé des batteries de missiles de ce type d’Israël à l’île de Guam dans le Pacifique.

À la lumière de ces faits, au moment où les États-Unis déchirent le Traité FNI pour installer des missiles nucléaires à moyenne portée au bord de la Russie et de la Chine, on ne s’étonnera pas de l’annonce – faite à Moscou par le sénateur Viktor Bondarev, chef de la Commission Défense – que la Russie ait basé en Crimée des bombardiers d’attaque nucléaire Tu-22M3.

Mais quasiment personne ne s’en préoccupe étant donné que, dans l’Union européenne, tout cela est caché par l’appareil politico-médiatique.

Manlio Dinucci

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les américons font toujours la guerre loin de chez eux. Ces abrutis sont en guerre quasiment depuis leur existence et ils n’ont pas fini de nous pourrir la vie.

     

  • #2263901

    On comprend bien que la France ne peut sortir seule de ce merdier sans s’attirer les foudres (au sens propre) d’Oncle Sam.
    Un partenariat européen avec l’Italie et surtout la Russie pourrait faire contre-poids - à moins que les amères-loques ne soient pas de cet avis.
    Encore une fois la France pays martyr à l’ère moderne, se retrouve au milieuuuuu, ce qui fera plaisir à Bayrou.


  • Ce qui est pitoyable, c’est que malgré toutes les informations communiquées à propos de la destructuration des esprits et de la violence permanente que les Etats-Unis développent sur la planète, une certaine extrême-droite française n’a pas fait de mise à jour de son logiciel de la fin de la deuxième guerre mondiale et continue de considérer les Etats-Unis comme les sauveurs et les défenseurs de l’Europe.


  • Quand Marine portera de manière visible et permanente une croix autour du cou, le RN aura fait des progrès.

     

  • Les gonzes ayant été alertés ici et là, par Einstein, savent que s’ils déconnent, ils feront la prochaine guerre avec des bâtons et des pierres. Il y a donc une perpétuelle surenchère pour gaver les trafiquants d’armes en tout genre : ceux qui se prétendent légitimes et les autres.
    Si encore, à l’instar de la F1, les recherches puis les technologies déployées servaient un tantinet à la vie civile et paisible...