Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Souvenirs indélébiles

par Fidel Castro, le 10 septembre 2013

Voilà trois jours, un important dirigeant du Parti communiste du Vietnam nous a rendu visite. Avant de partir, il m’a fait part de son désir que j’évoque mes souvenirs de la visite que j’avais faite au territoire libéré de son pays quand son peuple livrait une lutte héroïque contre les troupes yankees dans le Sud.

En fait, je n’ai guère de temps à ma disposition alors qu’une grande partie du monde s’attache à chercher une réponse à la guerre qui, si l’on en croit les dernières informations, est sur le point d’éclater, avec force armes meurtrières, à un point chaud de notre planète globalisée.

Néanmoins, rappeler les antécédents et les crimes monstrueux commis contre les pays à moindre développement économique et scientifique, aidera tous les peuples à lutter pour leur propre survie.

Le 12 septembre marquera le quarantième anniversaire de la visite d’une délégation officielle de Cuba au Vietnam.

Dans des Réflexions écrites le 14 février 2008, j’avais parlé de John McCain, candidat républicain à la présidence des Etats-Unis largement battu par Barack Obama qui, lui, pouvait au moins parler dans des termes proches de ceux de Martin Luther King, lâchement assassiné par des racistes blancs.

Bien qu’incapable de prononcer le discours de Gettysburg, Obama s’était même proposé d’imiter le voyage en train de l’austère Abraham Lincoln. Michael Moore lui avait décoché : « Félicitations, président Obama, pour le Prix Nobel de la paix. Maintenant, s’il vous plaît, gagnez-le ! »

McCain a raté la présidence des Etats-Unis, mais il s’est arrangé pour retourner au Sénat d’où il exerce de très fortes pressions sur l’administration.

Aujourd’hui, il est heureux et déplace ses pions pour qu’Obama largue le plus grand nombre possible de missiles capables de frapper avec précision les forces vives des troupes syriennes.

Neuf pays disposent d’ores et déjà d’armes nucléaires dont les radiations sont bien plus meurtrières que le gaz sarin. Selon des données de 2012, la Russie possède environ 16 000 ogives nucléaires actives et les Etats-Unis autour de 8 000.

Les faire exploser en quelques minutes au-dessus des objectifs de l’adversaire impose un certain nombre de manœuvres.

Une troisième puissance, la Chine, la plus solide économiquement parlant, possède désormais la capacité dite de Destruction mutuelle assurée avec les Etats-Unis.

Israël, pour sa part, dépasse la France et la Grande-Bretagne en technologie nucléaire, mais n’admet pas que l’on dise un traître mot des énormes financements qu’il reçoit des Etats-Unis et de la coopération que ceux-ci lui prêtent sur ce terrain. Il a lancé deux missiles voilà quelques jours en mer Méditerranée afin de tester la capacité de riposte des destroyers étasuniens qui visent la Syrie.

Quel est donc le pouvoir de ce groupe de pays aussi réduit qu’en pointe ?

Pour extraire l’énorme énergie enfermée dans un atome d’hydrogène, il faut chauffer un plasma de gaz à plus de deux cent millions de degrés centigrade, qui est la chaleur nécessaire pour forcer les atomes de deutérium et de tritium à fusionner et à libérer de l’énergie, selon ce qu’explique une dépêche de la BBC, qui est généralement bien informée à cet égard. Il s’agit là d’une découverte de la science, mais combien faudra-t-il investir pour atteindre cet objectif ?

Notre humanité souffrante attend. Nous ne sommes plus « quatre pelés et un tondu », nous sommes déjà sept milliards d’êtres humains, dont l’immense majorité sont des enfants, des adolescents et des jeunes.

J’en reviens aux souvenirs de ma visite au Vietnam, point de départ de ces quelques lignes. Je n’ai pas eu le privilège de faire la connaissance d’Ho Chi Minh, le créateur légendaire de la République socialiste du Vietnam, ce pays des Annamites dont José Martí, notre Héros national, fit l’éloge en 1889 dans sa revue infantile La Edad de Oro.

Je suis arrivé dans ce pays frère le 12 septembre 1973, après l’accord signé entre les Etats-Unis et le Vietnam. Pham Van Dong, le Premier ministre, me logea la première nuit dans l’ancienne résidence du gouverneur français en Indochine. Resté seul avec moi dans la vieille demeure construite par la métropole, ce rude combattant commença à pleurer. Excusez-moi, me dit-il, c’est que je pense aux millions de jeunes qui sont mort dans cette guerre. Je saisis aussitôt dans toute son ampleur combien elle avait été dure. Il se plaignit aussi de la fourberie des Etats-Unis à leur égard.

Je vais reprendre des extraits textuels de ces Réflexions du 14 février 2008 :

Tous les ponts sans exception, visibles d’avion entre Hanoi et le Sud, étaient effectivement détruits ; les hameaux, rasés ; tous les jours les grenades des bombes à fragmentation lancées dans ce but faisaient explosion dans les rizières où des enfants, des femmes, voire des personnes âgées, travaillaient pour produire des aliments.

On observait de nombreux cratères à l’entrée de chaque pont. Les bombes guidées par laser, bien plus précises, n’existaient pas encore. J’ai dû insister pour faire ce trajet. Les Vietnamiens craignaient que je ne sois victime d’une équipée des Yankees s’ils apprenaient ma présence dans cette zone. Pham Van Dong m’a accompagné tout le temps.

Nous avons survolé la province de Nghe-An, où est né Ho Chi Minh. Dans cette province, et dans celle d’Ha Tinh, deux millions de Vietnamiens moururent de faim en 1945, la dernière année de la Deuxième Guerre mondiale. Nous avons atterri à Dong Hoi. Un million de bombes avaient été larguées sur cette province où se trouve cette ville détruite. Nous avons traversé le Nhat Le en radeau. Nous avons visité un poste d’aide aux blessés de Quang Tri. Nous avons vu de nombreux chars M-48 capturés. Nous avons emprunté des chemins de bois sur ce qui fut un jour la route nationale détruite par les bombes. Nous avons rencontré de jeunes soldats vietnamiens qui se couvrirent de gloire à la bataille de Quang Tri. Sereins, résolus, tannés par le soleil et la guerre, un léger tic réflexe sur la paupière du capitaine du bataillon. Nul ne sait comment ils ont pu résister à tant de bombes. Ils étaient dignes d’admiration. Ce 15 septembre, dans l’après-midi, revenant par un itinéraire différent, nous avons recueilli trois enfants blessés, deux très grièvement : une fillette de quatorze ans était en état de choc, un éclat de métal dans le ventre. Les enfants travaillaient la terre quand une houe a heurté par hasard une grenade. Les médecins cubains qui accompagnaient notre délégation les ont directement soignés pendant des heures et leur ont sauvé la vie. J’ai été témoin, monsieur McCain, des exploits des bombardiers, dont vous êtes si fier, sur le Vietnam du Nord…

En ces jours de septembre, Allende avait été renversé ; le palais de la Monnaie avait été attaqué et de nombreux Chiliens avaient été torturés et assassinés. Le coup d’Etat fut stimulé et organisé depuis Washington.

Lino Luben Pérez, journaliste de l’Agence de presse nationale (AIN), a rappelé dans un article du 1er décembre 2010 une phrase que j’ai prononcée le 2 janvier 1966 lors du meeting pour le septième anniversaire de la Révolution : « Pour le peuple vietnamien, nous sommes prêts à donner, non plus seulement notre sucre, mais jusqu’à notre sang, qui vaut bien plus que le sucre ! »

Le journaliste de l’AIN écrit ailleurs dans cet article :

Pendant des années, des milliers de jeunes Vietnamiens ont fait des études à Cuba dans différentes spécialités, dont l’espagnol et l’anglais, tandis qu’une quantité considérable de Cubains a appris là-bas la langue de ce pays.

Des cargos cubains chargés de sucre ont mouillé dans le port d’Haïphong, dans le Nord bombardé par les Yankees, et des centaines de techniciens cubains ont travaillé comme bâtisseurs dans ce pays durant la guerre.

D’autres compatriotes ont créé des fermes avicoles pour obtenir de la viande et des œufs.

L’arrivée dans un port cubain du premier cargo de cette nation a constitué un fait saillant. De nos jours, la coopération économique entre les gouvernements et les entreprises et l’entente politique entre les deux partis et les relations d’amitié se maintiennent et se multiplient.

Qu’on me pardonne ce modeste effort pour écrire ces quelques paragraphes au nom de notre amitié traditionnelle avec le Vietnam.

Ce matin, le risque d’éclatement d’un conflit aux conséquences funestes semble se dissiper grâce à l’initiative intelligence de la Russie qui n’a pas bronché devant la menace insolite de l’administration étasunienne de réaliser des frappes dévastatrices contre les défenses syriennes, ce qui pouvait coûter des milliers de vies à ce peuple et déclencher un conflit aux retombées imprévisibles.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, parlant au nom du gouvernement de ce pays courageux, a peut-être contribué à éviter dans l’immédiat une catastrophe mondiale.

De son côté, le peuple étasunien s’oppose fortement à une aventure politique qui toucherait non seulement son pays, mais toute l’humanité.

Sur les crimes commis par les États-Unis au Viêt Nam :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #549943
    le 07/10/2013 par BRAVO
    Souvenirs indélébiles

    Quel courage !


  • #551988
    le 09/10/2013 par romu 54
    Souvenirs indélébiles

    McCain c’est celui qui en parle le plus qui s’en mange le moins !!!
    Bravo à Castro qui, une fois encore, prouve qu’il est loin d’être le dictateur mondialement connu, et qui surtout reste sur ses idées et ses positions, et cela depuis son arrivée au pouvoir.
    Chose plutôt extrêmement rare aujourd’hui dans nos gouvernances occidentales.
    François Hollande, à quand un maximum de patriotisme et d’Humanité ?????
    Je ne peux que constater encore actuellement que la belle Marianne et toute notre Institution Française risque d’être victime de ce que Castro nomme "future" catastrophe mondiale.
    Et à en croire une très grande majorité de mon entourage carrément endormis et fier soutient de nos oligarques illumina"zis"tis et juifs SIONNISTES (toujours bon de le rappeler afin de ne pas mettre tous dans le même panier), je crois que la France finira parmi ces futurs vaincus et collabos à cette déchéance et à ces crimes organisés contre l’Humanité dont notre tristement célèbre Axe du Bien israélo-étasunien englobant notre cher Pays, l’Allemagne, Angleterre, etc . L’Histoire reprendra-t-elle sont véritable cours avec la Vérité(enfin) à la clé ????
    A moins de voir arriver à la tête de la présidence de la République Française un Fidel Castro qui nous sauverait et réveillerait enfin le peuple de France... Mais on a bien le droit de rêver, non ?
    Quand même !!!


  • #552737
    le 10/10/2013 par Vince
    Souvenirs indélébiles

    On ne mentionne jamais qu’une fois la guerre gagnée les nord vietnamien ont crées des camps de redressement faisant des centaines de milliers de mort.
    Ni que pour le sud 2 combattants sur 3 étaient sud vietnamien car ils ne voulaient pas que leur pays devienne communiste sous influence chinoise.

    L’histoire est un peu plus complexe qu’un coté des gentils et de l’autre des méchants