Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Staline jouit d’une popularité grandissante en Russie

Un sondage réalisé par l’institut Levada, non-gouvernemental, en Russie révèle la popularité grandissante de Joseph Staline dans le pays : elle serait trois fois plus importante qu’en 1990. La question posée était celle de la personnalité préférée des sondés parmi les acteurs de la révolution bolchevique de 1917. Si en 1990, Staline remportait 8 % des voix, cette proportion est passée à 24 % lorsque la même question a été posée en mars de cette année.

 

Cela correspond sans doute au moins pour partie à l’image favorable de Staline véhiculée par les médias officiels.

Un deuxième sondage réalisé également au mois de mars à propos de la seule perception de la personnalité de Staline lui aura été encore plus favorable : 54 % des sondés, une majorité absolue, ont affirmé avoir une attitude positive à son égard. 32 % ont répondu qu’il leur était « indifférent » et 14 % étaient sans opinion. Et seuls 17 % de l’échantillon ont affiché une opinion négative.

 

La Russie garde un bon souvenir de Staline : il s’améliore même !

Plus curieusement encore, la majorité des sondés ont reconnu que la « politique radicale » de Staline avait fait des millions de victimes parmi des citoyens soviétiques innocents, ainsi que des violations massives des droits de l’homme. Les deux tiers étaient d’accord pour dire que Staline était « un tyran » et la moitié, environ, pour qualifier les purges staliniennes de crimes.

Plus d’un sondé sur quatre (26 %) pense cependant que cette répression avait été rendue nécessaires par le contexte politique et qu’il faut les justifier dans une perspective historique.

Quoi qu’il en soit, malgré les millions de morts de la persécution communiste stalinienne, malgré le souvenir de 70 ans de totalitarisme dur, de pénurie, de gabegie, de privilèges exorbitants pour la Nomenklatura, les 24 % d’opinions du premier sondage affirment explicitement une « sympathie » préférentielle à l’égard du petit père des peuples. Ce n’est pas rien, d’autant que Lénine, plafonnant à 67 % dans le même sondage en 1990, atteint toujours les 26 %. Un sondé sur deux affiche donc sa sympathie pour les deux acteurs les plus emblématiques du communisme en Russie.

 

La popularité grandissante de Staline, soutenue par le pouvoir

Le tsar Nicolas II ne recueille que 16 % des votes pour la « personnalité préférée » : c’est exactement le score atteint par celui que Bernard Antony surnomme « le démoniaque Fouquier-Tinville de Lénine », Félix Dzerjinski…

De deux choses l’une : soit nombre de sondés sont beaucoup trop jeunes pour connaître la réalité de l’horreur marxiste-léniniste, ce qui est somme toute probable 100 ans après, mais alors le mythe communiste continue d’être enseigné et de se propager. Soit la situation aujourd’hui en Russie est perçue par une majorité de ceux qui ont connu ou entendu parler de la vie avant la chute de l’URSS comme dégradée par rapport au temps du communisme, ce qui les rend réceptifs à la force d’attraction exercée par un Lénine, un Staline, et même un Dzerjinski, avec le raffinements de cruauté qu’il sut imposer dès les débuts de la Tchéka.

 

La révolution bolchevique, une chance pour la Russie ?

Mais dans le même temps, 42 % des sondés ont déclaré que la chute de la monarchie russe à la suite de la « révolution bourgeoise » (sic) de 1917 aura été une « perte très substantielle ». Ils n’étaient que 11 % à répondre en ce sens en 1990.

Près de la moitié des sondés, 49 %, estiment cependant que la Révolution d’Octobre a joué un « rôle positif » dans l’histoire, contre 30 % qui voient ce rôle comme « négatif » et 21 % qui ont jugé la question « trop difficile », pour reprendre les mots de la source officielle russe RT.com.

Plus d’un Russe sur trois – 36 % – juge même que cette révolution a donné à la Russie une importante impulsion pour son développement social et économique ; un sur deux était même prêt à affirmer que le développement du pays après 1917 s’est fait en accord avec les caractéristiques et les traditions du peuple russe, dans la continuité du passé.

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1696071

    C’est pas vraiment une bonne nouvelle pour la Russie.


  • Un autre chiffre concernant la Russie m’a surpris : le taux d’homicides pour 100 000 habitants, en 2015, était de 12,8 (la Russie était troisième du palmarès), tandis que le taux d’homicides des Etats-Unis était de... 5,2 (les Etats-Unis étaient quatrième du palmarès). La France était vingt-sixième du palmarès avec un taux d’homicides de 0,6.

    Source : http://www.planetoscope.com/mortali...

     

    • #1696217

      Il me semble que dans certains pays de l’Est les accidents de la route sont comptabilisés comme étant des homicides, la Russie étant un des pays avec le plus d’accident de ce type dans le monde ceci pourrait expliquer cela.


    • Compare tes chiffres avec ceux de l’époque stalinienne et reviens nous dire les résultats. On compare ce qui doit être comparé ! Ne nous fais pas le coup du saut de puce ... sur autre chose.


  • Que l’expérience soviétique aient des nostalgiques, je peux aisément le comprendre, mais que la personne de Staline recueille des avis favorables... De la clémence pour son bourreau, le syndrome de Stockholm ?


  • Au moins, à l’époque de Staline, la Russie menait sa propre politique socio-économique. Malgré l’athéïsme criminel du régime, la société soviétique était originale, unique au monde, sans les innombrables travers sociaux et moraux qui rongent la société capitaliste russe de Poutine (oligarques richissimes, individualisme sous couvert de patriarcat, marketing-porno, etc...).
    Rien à voir non-plus avec la Russie des Tsars (envahi de capitaux étrangers, l’empire Rotschild qui s’étendait jusqu’à Bakou...). Bref, c’était l’époque où la Russie refusait d’imiter bêtement les vieux systèmes libéraux-conservateurs occidentaux : pas d’oligarques/milliardaires, pas de nomenklatura sécurisée et paresseuse (apparue durant l’ère Khrouchtchev), pas de pubs immondes, pas de culte au profit ni d’exacerbation individualiste comme de nos jours...
    On pourrait presque dire (au risque de choquer) que d’un point de vue rigoureusement idéologique, mais aussi en observant les résultats concrets dans la société civile, l’URSS bolchévik et stalinienne était plus respectueuse de la vertu chrétienne originelle (vous savez, je parle des premières communautés chrétiennes, pas de Trump ou des versaillais fillonistes ;) ) que les régimes tsariste et eltsino-poutinien.

     

    • La révolution russe a était faites par les( juifs) ashkénazes talmudistes. Tous l’était sauf Staline justement, ce qui fait de lui un traitre à sa nation.

      De lire cet article...les bras m’en tombent. Si ceci est une réalité en russie, la bataille est perdu...


    • @oileb
      Staline (Joseph Djougachvili) n’était pas Russe mais Géorgien, né en Géorgie.
      Hitler, dans la même imposture, n’était pas Allemand mais Austro-hongrois, né en Autriche-Hongrie (et à sa façon unique de rouler les "r", dont il était le seul, à mon avis il était plus Hongrois que Austro. Car c’est un "r" hongrois qu’on entend sans aucun doute possible. J’ose pas encore m’avancer pour un Juif Hongrois, le temps fera son travail).
      Pour en revenir à Staline, la seule statue qui subsistait de lui était dans son village natal en Géorgie. Et elle a été déboulonnée il y a pas mal de temps dans l’indifférence.
      Pour le reste, on se doute que les Russes ne connaissent pas encore la réalité... tout comme les Français ne savent presque rien de l’imposture de la Révolution Française qui a servie de modèle à celle de 1917.
      Plus généralement, on constate aujourd’hui que toutes les révolutions colorées ne sont pas populaires mais bidons et financées par l’étranger.
      Or, elles sont toutes calquées sur la Révolution Française.
      Par simple déduction on peut dire que si celles d’aujourd’hui sont bidons, la Révolution Française le fut aussi et par ricochet celle en Russie également... et surtout financée et planifiée toujours par les mêmes qu’aujourd’hui.


    • Et ça veut dire quoi bidon ? Qu’elle n’a pas eu lieu ? Que Staline était au service des Américains ?


    • #1696915

      @Drago Hitler un juif Hongrois. J’aurais tout lu sur ce site. Et en plus parcqu’il roule les "r" comme...la majorité des allemands du sud. Et vu qu’il est descendant de famille paysanne sur au moins deux générations à partir des grand-parents, les origines juives sont quasiment impossible.


  • C’est pas le personnage le plus glorieux de l’Histoire russe loin de là....Et ça va bien nourrir la propagande anti-russe chez nous.


  • #1696111

    Sujet délicat ! Et difficile à juger pour nous Français tant l’âme Russe nous est étrangère...

    Les défenseurs de Staline diront qu’il a pris un pays à la charrue et qu’il l’a laissé avec la bombe atomique, qu’il faut une main de fer pour dompter les Russes, que les Tsars et les nobles étaient encore plus cruels avec le petit peuple, que le vrai meneur de l’URSS fût, non pas Staline, mais Kaganovitch (ce que prétend LFCéline dans "l’école des cadavres").....

    Bref sujet compliqué. Perso, je pense que Staline fût un salopard XXL.....mais si j’étais Russe, peut être verrais-je les choses différemment ?


  • #1696113

    Staline, a abandonné son séminaire qui devait en faire un prêtre chrétien orthodoxe, après avoir lu Darwin. Glurdjidze, un ami d’enfance de Staline, raconte :
    - « J’ai commencé à parler de Dieu, Joseph m’entendit, et après un moment de silence, dit : »
    - « Tu sais, ils nous trompent, il n’y a pas de Dieu. » . . .
    - « J’étais ébahi pas ces mots, je n’avais jamais rien entendu de pareil avant. »
    - « Comment peux-tu dire des choses pareilles, Soso ? » m’exclamai-je.
    - « Je te prêterai un livre à lire. Il te montrera que le monde et les êtres vivants sont bien différents de ce que tu imagines, et toutes ces discussions sur Dieu sont un pur non-sens », dit Joseph.
    - « De quel livre s’agit-il ? » demandai-je.
    - « Darwin. Tu dois le lire », appuya Joseph.

    En créant une planète des singes avec Darwin et tous les réseaux qui ont suivi le XXème siècle a eu son lot de génocides. D’ailleurs lors du Concile Vatican II, il a été distribué aux Pères Conciliaires une plaquette, à eux seuls réservée, l’Action Judéo-Maçonnique dans le Concile. Cette plaquette, cite des conversations tenues au cours d’une réunion secrète des B’nai B’rith, à Paris, vers 1935, et publiées à l’époque en Angleterre. Un extrait :
    " Tant que subsistera parmi les gentils une quelconque conception morale de l’ordre social, et tant que toute Religion, tout Patriotisme, toute dignité n’auront pas été liquidés, notre règne sur le monde ne pourra venir... Nous avons
    encore un long chemin à suivre avant de pouvoir détruire notre principal opposant : l’Église Catholique."
    « Nous devons graver en nos esprits que l’Église Catholique est l’unique institution qui s’est dressée et se dressera sur notre chemin aussi longtemps qu’elle existera. [...] Pour cette raison, nous nous sommes attachés à trouver le meilleur chemin pour attaquer efficacement l’Église dans ses fondements mêmes. Nous avons répandu l’esprit de la Révolution et du faux libéralisme parmi les nations des gentils afin de parvenir à les convaincre de s’éloigner de leur Foi et de les amener à avoir honte de professer les préceptes de leur religion et d’obéir aux commandements de leur Église. Nous leur avons inculqué de nouvelles théories, en réalité impossibles à réaliser, telles que le communisme, le socialisme et l’anarchisme, qui, maintenant, servent nos projets." etc etc...Si les sondages ne sont pas bidons comme chez nous, la consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie s’éloigne, avec les tribulations qui iront avec


  • #1696119
    le 06/04/2017 par horizons.lumineux
    Staline jouit d’une popularité grandissante en Russie

    Au moins, on ne leur apprend pas à détester perpétuellement l’histoire de leur propre pays, comme vient encore de le faire Macron, à Alger.


  • Je ne sais pas si il faut en rire ou en pleurer.


  • Bin si les sondages ne sont pas comme en France, c-à-d complétement truqués, une bonne partie de la population russe ne connaît pas si bien que ça sa propre histoire....
    L ?article résume bien les possibilités de cet éventuel résultat de sondage.

     

    • #1696231

      Les sondages en Russie sont aussi bidon que ceux que l’on trouve en France, l’institut Levada est d’ailleurs l’un des moins fiables à ce sujet car il sous estime en permanence la popularité de Poutine, en même temps il faut rappeler que cet institut a été fondé par un partisan de Gorbatchev opposant à Poutine donc les résultats de ces fameuses "études" sont sujets à caution.


  • #1696177
    le 06/04/2017 par Patriote syndiqué
    Staline jouit d’une popularité grandissante en Russie

    L’impérialisme continue de parler aux russes... dur de le comprendre pour beaucoup ici...


  • Il a plus de chance que Hitler , pourtant , ils ont été aussi criminel
    l’un que l’autre , les goulags étaient inventés avant que Hitler
    les utilisent....chez eux c’était la dictature top secret , le nombre
    de morts , nous ne le connaîtrons jamais...je ne comprend pas ,
    ces deux poids , deux mesures dans l’opinion des gens , sans
    doute à cause de la désinformation ou non information sur les
    réalités de l’histoire.... ?

     

    • #1696230

      Ce sont les effets de la propagande, on parle sans arrêt d’Hitler au sein de l’ancien bloc de l’Ouest pour des raisons purement idéologique( la diabolisation des opposants) alors que ce n’est pas autant le cas à l’Est.


  • Les résultats subtils d’une population cultivée.


  • Le marxisme (nationalisme étatique) s’oppose au fascisme (nationalisme patronal). Il est donc, par essence, l’ennemi du FN. Je comprends mieux l’acharnement de certains. Toute idéologie a ses dérives, mais le marxisme a perdu de faire la Russie et la Chine actuelles ... Des pays créditeurs pacifiques.


  • Staline a été assassiné par le gouvernement profond de l’URSS. Il semble que ce soit parce qu’il tendait vers une sorte de communisme national avec pour objectif la grandeur de l’empire (et non un internationalisme profitant à la seule secte-nomenklatura). Et qu’il se méfiait de ses compères criminels.
    C’est peut-être un souvenir de l’ancienne gloire (l’URSS faisait trembler le monde) qui prédispose certains Russes en faveur de Staline.
    Ou le besoin de tsar ancré historiquement au coeur du peuple russe. Le quel, privé de tsar (la personne du peuple) s’en trouve un autre, pourtant pas très russe et d’une cruauté tout orientale.
    Ce sondage reflète aussi une certaine nostalgie du tsarisme, que les questions orientées ne peuvent occulter.
    Mais enfin ce n’est jamais qu’un sondage dans un pays dont les médias sont très contrôlés et rendus vulgaires par les oligarques.


  • personnellement j’ai longtemps cru que Staline avait pu être responsable de la mort de 20 millions de personnes .
    Et puis , j’ai appris que l’institut de démographie de Moscou ne notait pour le 20 ème siècle que 3 reculs démographiques : La guerre civile initiée par les ménchéviks et les tsaristes de 1919 à 21 appuyée par 14 pays dont la France et la Gde Bretagne (ce qui veut dire que la haute finance internationale qui avait soutenu la révolution de février 1917 et qui fut le fait des menchéviks n’a jamais soutenu la révolution bolchévique ) ....la seconde guerre mondiale et la période Eltsine de 1991 à 1998 .
    Mais de recul démographique lors de la période stalinienne ...point !
    Et puis j’ai eu entre les mains l’évolution démographique de l’URSS , que je vous soumet le plus brièvement possible :
    1917 ------140 millions d’habitants
    1939 --------202 millions d’habitants (et pourtant il y avait eu les 7 à 10 millions de morts de la guerre civile non imputable aux bolchéviks et encore moins à Staline et les 3 à 5 millions de morts des horodomors (? ??) pour lesquels il y a plusieurs hypothèses ...certaines chargeant Staline , d’autres pas du tout !)
    1945---------184 millions d’habitants (les 21 millions de morts soviétiques de cette guerre non compensés par les naissances ) .
    1990 --------290 millions d’habitants .
    Je vous laisse juste réfléchir à l’endroit où vous casez les 20 millions de morts de Staline .


Commentaires suivants