Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Thatchérisme sous stéroïdes" : Boris Johnson et Jeremy Corbyn s’écharpent sur le Brexit

Le dirigeant britannique Boris Johnson et le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn se sont écharpés mardi en se présentant chacun comme l’homme de la situation pour résoudre le casse-tête du Brexit, au centre de la campagne des législatives du 12 décembre.

 

Les partis politiques sont entrés dans le vif du sujet mardi, à la veille de la dissolution du Parlement et cinq semaines avant le scrutin anticipé censé déboucher sur une nouvelle chambre où se sera dégagée une majorité sur la forme que doit prendre le Brexit.

Le Premier ministre conservateur a ouvert les hostilités en adressant une lettre au leader travailliste, dans laquelle il lui demande de clarifier sa position ambiguë sur la sortie de l’Union européenne. Celle-ci n’a toujours pas été mise en œuvre plus de trois ans après son vote à 52 % par référendum en 2016.

[...]

Devant des militants conquis à Harlow (nord de Londres), Jeremy Corbyn n’a pas tardé à répliquer, bien décidé à ravir le pouvoir à son adversaire conservateur. Il l’a accusé de vouloir « détourner » le Brexit pour raboter les droits des travailleurs et ouvrir le servic public de santé britannique (NHS) au secteur privé américain, dans le cadre d’un accord de libre-échange avec les États-Unis.

« Pour beaucoup dans le Parti conservateur, c’est ce dont il a toujours été question à propos du Brexit : faire marche arrière sur les bénéfices obtenus de haute lutte par la classe ouvrière durant des générations », a-t-il dénoncé, évoquant du « thatchérisme sous stéroïdes ».

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

Pour comprendre ce que sous-tend le Brexit, sur E&R :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Les anglais ne sortiront pas du gang de Bruxelles !
    Leurs dirigeants de tous bords les "amusent " depuis des années et aucun ne veut ou ne peut réellement allez contre la maffia qui contrôle la destruction des nations européennes !
    L’usure et la propagande pro-européenne finiront par avoir raison de l’envie d’émancipation exprimée lors du référendum pour le "brexit" !
    Comme pour les français , dont le vote avait déplu aux parasites qui dépouillent les peuples , les british seront ramenés sur le "droit chemin " par les vendus qu’ils ont installés aux commandes du royaume uni ( pas si uni que celà) !!
    Soit comme les Sarkozy , Hollande et autres agents de la banque , ils passeront en force , soit ils feront au nouveau référendum , apres s’être assuré d’un résultat pro européen !!
    Comme dans la fable de La Fontaine : " ont voit bien comment ont entre dans cette " grotte " Europe mais ont ne voit pas comment ont en sort !!!

     

    Répondre à ce message

  • Le duel Johnson - Corbyn est le stratagème , la machine à perdre imaginée par les Maîtres pour diviser l ’électorat pro -_ Brexit ; il faudra beaucoup de clairvoyance aux anglais pour se sortir du piège et d ’abord par la vive conscience de ce qu ’est Corbyn : un répugnant social traître . Farrage pourrait être l ’homme de la situation .

     

    Répondre à ce message

    • Je ne jetterais pas Corbyn à la poubelle tout de suite.
      Malgré les rétropédalages successifs dans son parti, Corbyn est probablement un des seuls à ce niveau qui affronte le lobby sioniste de manière aussi frontale.
      Quant aux questions sociales, je ne vois pas en quoi il serait un social-traitre mais je n’ai peut être pas toutes les infos.
      Il ne faut pas oublier que les anglais sont partagés entre l’intégration dans l’union européenne et l’intégration au marché américain de l’autre côté (privatisation de la Sécu, etc.).

       
  • Ils leur font le coup de la fausse opposition droite-gauche pour enfumer le peuple sur des considerations politiques secondaires en comparaison de la question de souveraineté et du respect du vote.

     

    Répondre à ce message

  • #2316068

    Je me rappelle d’une vidéo où Mr Soral prédisait un nouveau référendum, puis un autre et autant qu’il en faudra jusqu’à ce que les Anglais finissent par voter NON...
    Je crois que c’est bien le chemin vers lequel on va et, le président BHL l’avait dit récemment :"ceux qui votent pour les extrêmes, on ne tiendra pas compte de leurs votes"
    C’est pas comme si le maître ne nous avait pas prévenu...
    Dernier exemple en date, 2005 Traité de Lisbonne ratifié malgré un rejet de 55% des votants...
    Aaah vivre en démocratie ça n’a ps de prix...

     

    Répondre à ce message

  • L’UE est une prison dont on ne s’évade pas.

    À chaque fois que j’assiste au psychodrame du Brexit, je repense à Attali, souriant, expliquant avoir délibérément omis d’inclure un mécanisme de sortie.

    Nous vivons en dictature.

     

    Répondre à ce message

  • Ce que beaucoup de personnes (et notamment les GJ) n’arrivent pas à comprendre c’est que la démocratie n’est pas un régime où le "peuple" décide, mais un régime où le "peuple" consent... il n’a jamais été question que les gueux aient le pouvoir de gérer eux mêmes leur propre esclavage.

    La démocratie c’est la liberté pour l’Argent de pouvoir librement exprimer son pouvoir de pouvoir librement profaner tout ce qui fait la beauté de l’existence. Tout est devenu achetable et possédable dans une soumission infinie à l’Argent.

    Il faut en revenir au Christ : nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre : vous ne pouvez servir Dieu et l’Argent.

     

    Répondre à ce message

  • Je me répète :

    Les parlementaires anglais sont majoritairement anti-brexit, c’est un fait puisque maintenant depuis plus de 2 ans il n’y a pas eu de brexit.

    Les parlementaires anglais votent pour la dissolution et de nouvelles élections. Les parlementaires anglais ne sont pas bêtes, c’est un fait. Ils savent donc qu’ils seront en majorité réélus lors des prochaines élections.

    Conclusion :

    Avec ce nouveau parlement, et un nouveau vote du bon peuple anglais, le parlement aura la légitimité pour refuser le brexit au nom d’une majorité d’anglais qui auront voté pour ces parlementaire. Le tour est joué.

    Les étiquettes politique des parlementaire ne sont que du spectacle pour amuser le bon peuple qui adore guignol.

     

    Répondre à ce message

  • Comme le RN, le parti de Nigel Farage, le Brexit Party, était arrivé en tête aux européennes, élections faites à la proportionnelle : 28 députés ! C’est évidemment Farage qui devrait diriger l’Angleterre, mais ce n’est pas le cas car les législatives, comme en France, y sont truquées par le scrutin majoritaire : l’UKIP n’a pas un seul député aux Communes ! C’est encore pire qu’en "France" où le RN n’est représenté que par 1% des 577 députés !

     

    Répondre à ce message

  • #2316207

    Ça se terminera par un nouveau vote jusqu’à ce que les européistes gagnent. On se fout du peuple anglais depuis 2 ans avec cette mascarade ! La mafia européiste n’a pas l’intention de laisser partir les anglais. Une secte ne libère pas ses membres !

     

    Répondre à ce message

  • Il n’a jamais été question pour les instigateurs du projet du Brexit, pour aucun politicien (même Farage), pour aucun journaliste le vantant, de le réaliser. Il a toujours été question de profiter de l’incertitude juridique suscitée par le vote pour passer sans encombre les mesures nécessaires pour faire voter le peuple contre ses intérêts et pour le parti le plus sioniste de tous, les Conservateurs. Le but du Brexit était d’empêcher l’électorat de voter pour Corbyn qui sans du tout être un type 100 % fiable est le seul qui ait su tenir tête à une accusation d’antisémitisme nourrie. Soit que le Brexit n’aura pas lieu, soit pire encore il aura lieu assorti d’un traité néo-colonial de sujétion de fait du Royaume Uni à l’UE privant le peuple anglais du droit de circuler dans l’espace Schengen mais soumettant tout son système économique aux décisions de l’oligarchie européenne sous peine de blocus avec surveillance des budgets par une troïka City, Frankfort, Goldman Sachs. Une version d’extrême droite économique de la trahison de Tsipras.

     

    Répondre à ce message