Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Theresa May se sert-elle de l’Irlande du Nord pour bloquer le Brexit ?

Le parti unioniste nord-irlandais, allié de Theresa May, s’est opposé à la dernière minute, lundi, à un compromis entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

 

Présenté comme crucial pour le Brexit, le déjeuner qui a réuni, lundi 4 décembre à Bruxelles, la Première ministre britannique, Theresa May, et le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, n’a pas débouché sur un accord. « Ce n’est pas un échec. C’est le début du tout dernier round », a tempéré M. Juncker en tressant des lauriers de façon appuyée à Mme May, « qui n’est pas une négociatrice facile » et qui « défend le point de vue britannique avec toute l’énergie qu’on lui connaît ». Une remarque qui peut être considérée comme ironique étant donné l’ampleur des concessions de Londres, notamment sur la facture du divorce. Les discussions vont reprendre « avant la fin de la semaine », a assuré de son côté Mme May en se disant « confiante qu’elles se termineront positivement ». Inattendue, la nouvelle a fait plonger le cours de la livre sterling.

L’intransigeance du petit Parti démocratique unioniste (DUP) nord-irlandais, dont le gouvernement de Mme May dépend désormais pour réunir une majorité au Parlement de Westminster, semble avoir fait dérailler la mise en scène bien huilée qui devait permettre à Mme May d’annoncer qu’elle avait trouvé un accord sur le Brexit, juste à temps pour ne pas désespérer les entreprises et les milieux financiers qui menacent de se délocaliser. Bruxelles exige qu’un accord soit trouvé au début de décembre pour que le sommet européen des 14 et 15 décembre puisse éventuellement l’approuver, et ouvrir la voie à la deuxième phase des négociations sur le Brexit, celle portant sur les futures relations avec l’UE, cruciale pour le Royaume-Uni. Mais l’échec de lundi pourrait avoir aussi été calculé pour signifier clairement aux protagonistes irlandais du moment – à Dublin et à Belfast – la valeur finale de l’accord à venir.

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

Voir aussi, sur E&R :

Quel avenir pour l’Europe ? Lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1854785

    Le DUP et ses électeurs sont ceux qui bloquent, depuis des décennies, toute possibilité de réunification de l’Irlande qui serait pourtant, la seule solution... Et c’est à mon avis, ce qu’à voulu exprimer les électeurs nord-irlandais qui ont voté majoritairement non au Brexit... Et si les accords de 98 n’ont pas tout résolu, le fait de pouvoir circuler partout dans l’île sans contrôles parfois humiliants voire pire (un groupe musical d’Irlande du Sud avait été assassiné lors du passage de cette frontière dans les années 70) favorisait très probablement une atmosphère bien plus respirable en Irlande du Nord.

    Une autre solution serait un "Irexit" (sortie de l’Eire de l’UE ce que souhaiterait bien des Irlandais à mon avis) mais cela embarquerait le pays dans "Oceania" alors que ce peuple est bien plus proche, par sa mentalité, de l’Europe continentale que de la Grande Bretagne (Angleterre surtout) pays mondialiste lié aux Etats-Unis.

    PS : pour des raisons qui échappent, hier soir dans l’émission 28 minutes d’Arte, un "journaliste" s’est défoulé sur Leo Varadkar, le premier ministre irlandais, qui a pourtant tout pour plaire aux bobos de cette émission (gay, métis et libéral)....

     

    Répondre à ce message

    • #1854947

      Moira vous avez tort. Ce n’est pas la solution. Vous parlez de mettre un million et demi de personnes sous la tutelle de 4 million d’autre personnes sans prendre en compte la différence dans les mentalités, religions et le fait que le sud de l’ile a servi de dépôt et base arrière pour des terroristes qui ont tué des femmes, des enfants, des adolescents et qui sont trempés dans le grand banditisme autant que la mafia italienne. Vous parlez d’une seule solution, j’envisage plutôt deux : écraser le crime organisé et empêcher les jeunes de partir à l’etranger pour faire des jobs par ci par la ou quelque petits études qui à long termes ne vaut pas grande chose. Ayez au moins l’honnété d’admettre que la mafia locale pourri l’ambiance du peuple. Il existe très peu de source traduit en français mais ce que j’ecris est vrai. Cinquante pour-cent de ma famille sont encore là bas. Tout n’est pas la faute des rosbifs qui eux ( par contre) sont en train de se noyer dans une américanisation et paupérisation généralisé

       
    • #1855021

      Il existe oui une mafia locale, j’en ai entendu parler et c’est malheureusement ainsi partout. Quant aux violences, elles existaient en Irlande du Nord de la part des deux camps et rien ne serait arrivé avec la décision au XVIIe siècle d’implanter des calvinistes écossais en Ulster de la part du gouvernement britannique qui ont quand même tout fait pour semer le chaos dans cette région. Gouvernement et services secrets que je ne confond pas avec l’Anglais moyen qui a voté pour le Brexit tout simplement parce qu’il en a marre des diktats de l’UE et de l’immigration, comme tout simplement les Français ou bien d’autres Européens. Et si je ne suis pas fascinée par les groupes terroristes, le terrorisme de l’IRA a bel et bien été provoqué par l’exclusion de la communauté catholique de la société nord-irlandaise et si il n y avait pas eu ces violences, il n y aurait pas eu une tentative de rétablir la paix et de prendre des décisions qui mettraient fin aux injustices. Enfin, les plus terroristes de tous étaient bien les autorités britanniques avec leurs complices, l’Ordre d’Orange.

      Bien cordialement

       
    • #1855147

      Je ne crois pas qu’en Irlande du Nord il y ait unanimité sur le sujet ! Loin de là ! De plus et très curieusement c’est souvent des étrangers qui n’ont rien à voir avec l’Irlande et qui à la place des Irlandais eux mêmes ont un ressentiment contre les Britanniques et souhaiteraient voir l’Irlande réunifiée ! Je fais moi même parti de ces gens considérant que l’Irlande a particulièrement souffert du colonialisme anglais, que des atrocités ont été commises contre les Irlandais...que cette Irlande du Nord est une aberration amputant l’intégrité de l’île...mais en fait j’ai comme l’impression que les Irlandais eux mêmes, aussi bien du nord qu’au sud, ne semblent finalement pas si sensibilisés que cela sur la question. Par exemple j’ai été stupéfié et attristé de constater le recul de la langue irlandaise au profit de l’anglais ! Il n’y a même pas un quart des Irlandais maîtrisant couramment cette langue et la parlant au quotidien ! Donc de toute évidence les irlandais ont l’air d’être beaucoup moins soucieux que nous de leur indépendance, ils ont complètement intégré la langue du colonisateur ou peut être alors ont-ils associé l’anglais avec l’américain parlé par l’importante diaspora irlandaise aux USA...en tout cas je trouve cela bizarre et triste qu’une des dernières langues celtiques existant sur Terre peine à survivre en Irlande et ne semble pas bénéficier d’un soutien important de la part la population locale...

       
    • @ goy pride

      Dans le sud-ouest de l’Irlande, le Gaëlique (la langue des princes) est encore parlé couramment par une grande partie de la population et il est enseigné dans les jeunes classes.

       
  • #1855250

    Vu comment cela semble douloureux de se désolidariser du Monstre, il aurait fallu ne jamais lui serrer la main. Mais si tous les dirigeants ayant un rôle valable arrêtaient de lécher le cul du Monstre, il s’éteindrait tout seul. Donc pas de chantage à la délocalisation et autres coups bas de vils. La finance fait croire qu’on ne peut pas vivre sans elle ! C’est le système inhérent à la finance qui ne pourrait pas vivre sans elle.. en voyant tout cela, on se prend à penser parfois qu’il n’y a aucun espoir que le monde se débarrasse de ses métastases (finance internationale, politique, libéralisme libertaire, art et divertissement, bienpensance, antiracisme, shoatisme etc..)

     

    Répondre à ce message

  • #1855296

    Impossible, bien trop de différence de mentalité entre l’Irlande du Nord et celle du Sud. Le peuple lié à la Grande-Bretagne est ouvert et accueillant, alors que celui de la République est refermé sur lui-même. Il suffit de l’expérimenter à la frontière et de passer d’un coté et de l’autre de Ballyconnell road.
    De surcroît très peu de pub au Nord et alcoolisme au Sud.

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour Goy Pride, je pense que la langue anglaise fait effet de rouleau compresseur. En ce qui concerne la langue irlandaise le fait que l’ile soit peu peuplé à majorité autochtone et que les vagues d’invasion soit sur une longueur de huit cents ans fait que la langue anglaise (n’oublions pas que le vikings et les normands ont rajouté énormément de mots et de gros bras) a eu le temps de pousser des branches et des racines. Selon Fernand Braudel le RU a été isolé du continent pendant bien long temps ( un seul Pape anglais, envoyé en Scandinavie en plus) donc ils ont pu faire table ras sur la périphérie celtique. Ceci est du aux romains qui ont mis en place un réseau d’exploitant depuis le sud d’angleterre. Si les romains avait fait l’inverse et si on voulait pousser la dessus ça sera peut-être les irlandais qu’on traite de colonisateurs/ impérialiste/ yanquis etc. En général quand tout tourne au tour de l’argent, de classe et d’exploitation l’ambiance n’est pas propice pour les gens du quotidien.

     

    Répondre à ce message