Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Toussaint, la fête de tous les saints

Une vision de la patrie céleste

Le temple d’Agrippa fut dédié, sous Auguste, à tous les dieux du paganisme, d’où son nom de Panthéon. Sous l’empereur Phocas, entre 607 et 610, le pape Boniface IV y transporta de nombreux ossements de martyrs tirés des Catacombes. Le 13 mai 610, il dédia cette nouvelle basilique chrétienne à sainte Marie et aux Martyrs.

 

La fête de cette dédicace prit dans la suite un caractère plus universel, et l’on consacra ce temple à sainte Marie et à tous les Saints. Comme il existait d’autre part une fête de la commémoraison de tous les Saints, célébrée à diverses dates dans différentes églises, puis fixée en 835 par Grégoire IV au Ier novembre, le pape Grégoire VII transporta à cette date l’anniversaire de la dédicace du Panthéon. La fête de la Toussaint rappelle donc le triomphe que remporta le Christ sur les fausses divinités païennes. C’est dans ce temple que l’on fait la Station le Vendredi dans l’Octave de Pâques. Comme les saints honorés aux trois premiers siècles de l’Église étaient des martyrs et que le Panthéon fut aussi d’abord dédié aux martyrs, la messe de la Toussaint est faite d’emprunts à la liturgie des martyrs. L’Introït est celui de la messe de sainte Agathe, employé plus tard pour d’autres fètes encore ; l’Évangile, l’Offertoire et la Communion sont tirés du Commun des Martyrs.

L’Église nous donne en ce jour une admirable vision du ciel où elle nous montre, avec saint Jean, les douze mille inscrits (douze est considéré comme un nombre parfait) de chaque tribu d’Israël, et une grande foule que nul ne peut compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue, debout devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches et ayant des palmes à la main.

Le Christ, la Vierge, les bienheureuses phalanges distribuées en neuf chœurs, les apôtres et les prophètes, les martyrs empourprés de leur sang, les confesseurs parés de vêtements blancs et les chastes chœurs de vierges forment, nous dit l’Hymne des Vêpres, ce majestueux cortège. Il se compose en effet de tous ceux qui, ici-bas, ont été détachés des biens de la terre, doux, affligés, équitables, miséricordieux, purs, pacifiques et en butte aux persécutions pour le nom de Jésus. « Réjouissez-vous, leur annonçait le Maître, car une grande récompense vous est préparée dans le ciel ».

Parmi ces millions de justes, qui ont été disciples fidèles de Jésus sur terre, se trouvent plusieurs des nôtres : parents, amis, membres de notre famille paroissiale qui bénéficient aujourd’hui de ce culte, qui adorent le Seigneur, Roi des rois et Couronne de tous les saints et nous obtiennent l’abondance tant désirée de ses miséricordes. Le sacerdoce que Jésus exerce invisiblement sur nos autels où Il s’offre à Dieu, s’identifie avec celui qu’Il exerce visiblement au ciel. Les autels de la terre où se trouve l’ « Agneau de Dieu » et celui du ciel où se tient debout « l’Agneau comme immolé », ne font qu’un.

Aussi, à la messe, tout nous rappelle la patrie céleste. La Préface unit nos chants aux louanges des Anges et le Communicantes nous fait prier en communion avec la Vierge et tous les Saints.

 


 

Nous sommes aujourd’hui le 1er novembre, jour de la Toussaint ! En France, et plus largement en Europe, ce jour est considéré comme la commémoration des morts. Pour les familles, c’est l’occasion de se rendre dans les cimetières, sur les tombes de leurs proches, pour y déposer des chrysanthèmes.

 

Comme chaque année, cette fête religieuse pour certains, jour férié pour tous en France, survient le 1er novembre. Et si pour beaucoup cette date est avant tout un jour chômé, pour les croyants chrétiens, il s’agit d’un moment important de la liturgie, le « jour de tous les saints », et l’occasion de célébrer l’exemple des saints. Mais pour les non-chrétiens aussi, ce jour est une date clé dans le calendrier annuel. L’occasion pour eux de célébrer notamment la mémoire de leurs proches disparus en leur « rendant visite » dans les cimetières.

Attention cependant : la Toussaint n’est pas la Fête des morts ou All soul’s day (fête de toutes les âmes). Cette dernière a en effet lieu le lendemain, le 2 novembre. C’est seulement l’usage qui a fait « fusionner » les deux célébrations dans l’esprit de beaucoup, et le fait que le 1er novembre soit un jour chômé dans le pays qui incite les citoyens à aller visiter leurs morts dès la veille de la « véritable » fête des morts. Quoi qu’il en soit, la tradition vieille de plusieurs siècles va de nouveau se perpétuer cette année en semant des milliers de fleurs de chrysanthème dans les cimetières.

Célébrée en Europe, la Toussaint est aussi commémorée dans le monde entier. Au Mexique par exemple, la fête des Morts est célébrée le 2 novembre et c’est avant tout un jour festif. Si ce jour symbolique est considéré comme un jour de deuil chez nous, à l’autre bout du monde, les manifestations sont beaucoup plus joyeuses. Au Mexique, le Jour des morts est une célébration familiale, car les Mexicains considèrent que c’est une joie de rendre visite aux morts. Ce jour-là, les défunts reviendraient sur Terre pour recevoir les offrandes des vivants. Les Mexicains se retrouvent en famille pendant deux jours et cuisinent des plats typiques comme la tête de mort en sucre ou le « pan de los muertos », le « pain des morts ». C’est une fête qui réunit des millions de personnes. À Madagascar, cette date marque surtout la fin de la saison sèche et le début des pluies. Les familles malgaches se rendent ensemble au tombeau et déterrent les morts pour faire la fête avec eux. Le Japon est le pays où fleurissent les chrysanthèmes. Cette fleur est l’emblème de l’Empire japonais et les familles se rendent sur la tombe de leurs ancêtres. Un hommage très sobre, lorsqu’on compare avec la Sicile. Véritable fête, le Jour des morts est consacré aux enfants, qui sont gâtés de bonbons. Les familles se rendent avec leurs progénitures dans les catacombes pour qu’ils puissent toucher les os et garder un contact avec la mort.

La date de la Toussaint n’a pas toujours été fixée début novembre et ses origines sont enracinées dans une époque trouble, celle du Haut Moyen-Âge, constellé de spiritualité bâtie sur les ruines de l’Empire romain.

Lire l’intégralité de l’article sur linternaute.com

 






Alerter

145 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2311925
    Le 1er novembre 2019 à 14:20 par Domino
    Toussaint, la fête de tous les saints

    Le jour des défunts est le 2 novembre...

     

    Répondre à ce message

  • #2311984
    Le 1er novembre 2019 à 15:45 par Alienor
    Toussaint, la fête de tous les saints

    Vu les commentaires de défenseurs du paganisme, j’imagine sans peine que certains s’époumonnent sur les articles " rituels traumatiques et Kabbale " et viennent une semaine plus tard nous expliquer que le druidisme Celte c’est génial...

    Definition pour les retardataires : Félicité éternelle : fait d’être sauvé du péché et de la damnation.

     

    Répondre à ce message

  • #2312438
    Le 2 novembre 2019 à 09:09 par pivert
    Toussaint, la fête de tous les saints

    Strictement personne se sauve lui-même (mystère de l’iniquité), mais cette affirmation n’est pas une autorisation pour personne (ni même pour les anges) de faire le mal, d’ignorer Dieu, sa bénédiction, ses signes.
    En cherchant en permanence être un proche de Dieu, seul sa grâce peut exaucer notre élan et notre choix délibéré. L’arrogance de croire sans limites, que cette intelligence purement humaine, sans la lumière ou l’intelligence de Dieu est un des plus grands obstacles et un aveuglement.
    Je ne serais pas dire ce qu’est le péché originel, mais il y a de grandes chances que malgré qu’il soit partout, nous ne le voyons pas vraiment.

     

    Répondre à ce message

    • #2312526
      Le Novembre 2019 à 11:36 par CAPHARNAUM
      Toussaint, la fête de tous les saints

      Il faut vous renseigner avant d’étaler vos ignorances :

      Péché originel : avoir mangé du fruit de la connaissance du Bien et du Mal, seul interdiction émise par Dieu au jardin d’Eden ayant fait fait perdre les dons preternaturels à Adam et Eve et ses descandants ( immortalité, impassibilité, connaissance infuse...) sous la tentation mesongere de Lucifer " vous serez comme des Dieux " ( péché d’orgueil ).

      Le renversement des valeurs de Bien et Mal ( et du droit naturel ) est le fondement de la Maconnerie Luciférienne qui diffuse ses productions dans la société ( choc des civilsations, relativisme intellectuel, promotion transgenre, mariage homo, sexualisation des enfants...) visant la destruction de la civilisation Chrétienne.

       
    • #2312797
      Le Novembre 2019 à 18:02 par pivert
      Toussaint, la fête de tous les saints

      Ce que j’ai dit ne contredit en rien, Dieu, la trinité, la genèse, l’arbre de la connaissance, Adam et Ève, la pomme (fruit de la connaissance), la tentation de Satan, et la chute d’Adam et Ève.
      Il y a aussi la chute de Lucifer et ses comparses.
      Relativement à ce que j’ai écrit, je suis disponible á changer d’opinion si vous m’expliquez ce qui cloche par rapport aux évangiles. Respectueusement.

       
    • #2313129
      Le Novembre 2019 à 12:19 par pivert
      Toussaint, la fête de tous les saints

      Je ne crois pas que l’on puisse donner, une définition carré (ou positive) de Dieu (comme s’il était humain, ou comme s’il était de ce monde), mais on peut avancer avec précaution sur ce qu’il n’est pas.
      Être monothéiste, polythéiste, athée, catholique, musulman, bouddhiste, gnostique, juif, protestant, ne veut pas dire automatiquement que l’on est un suppôt de satan. Il faut arrêter ce délire. Mais il faut clairement identifier qui a mis les doigts dans le pot de confiture, dans le passé et dans le présent. Jusqu’à présent on avait toujours un temps de retard, le changement serait le bienvenu.
      Presque tout s’est vidé de son sens ou c’est inversé sans que les gens en prennent conscience : les mots, les définitions ; ce qui s’est posé en repair justement ou non : les religions, le bien et le mal, diverses croyances, les églises, la philosophie, la psychologie, les techniques de communication, les sectes, la maçonnerie, le yoga, la gnose, les prêtres, les gurus, le zen, le paganisme, la médecine, l’histoire, la politique, la justice, la démocratie, l’argent, l’agriculture, la diététique, la guerre, etc. Et pour les heureuses exceptions, individuellement ou comme groupe, il faut voir au cas par cas.
      Il est certains qu’au milieu des ruines, il existe une minuscule survivance profondément bien-veillante, des gens qui ne se prennent pas pour la cuisse de Jupiter, même avec les pieds dans la boue (lutte contre le système) ils continuent dans le bon sens magré les coups.
      La difficulté c’est d’identifier l’obstacle (le vrai) et non pas l’épouvantail du système comme les insultes qui pleuvent de tout les côtés (nazi, antisémite, bête immonde, antéchrist, dajal) pour déclassifier quelqu’un sans appel et sans avoir même le niveau pour donner une vraie justice, ou se donner la peine même de connaître cette même personne.
      Ces épithètes veulent dire quelque chose de très précis, mais sont utilisés á la saveur d’intérêts particuliers égoïstes ou inconfessables.
      Pour ne pas être écrasé par cette époque, sans perdre le sens de l’essentiel, il faut la vue de la tortue et de l’aigle, et trouver spontanément un équilibre au milieu de cette confusion sans tomber.

       
    • #2836464
      Le 1er novembre à 19:59 par La nuque roide
      Toussaint, la fête de tous les saints

      À CAPHARNAUM
      Lucifer est le porteur de la Lumière Divine. Se prenant pour Dieu il devient le diable, Satan, le Malin, prince de ce monde...
      Quand Lucifer, sous la forme du serpent, allègue à l’adresse de Ève :
      Genèse 3:4-5
      - « Non, vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. ». Ce disant, Lucifer ne ment pas tout à fait, car Dieu a créé les être humains pour qu’ils deviennent des Dieux, c’est pourquoi il est écrit :
      Genèse 1:26_27
      - Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.
      Bref :
      - « Dieu créa l’homme à son image et a sa ressemblance. ».
      En outre, Jésus Dieu fait homme le rappelle :
      Jean 10:35
      - Jésus leur répondit : N’est-il pas écrit dans votre loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ? Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l’Écriture ne peut être anéantie,…
      Références Croisées
      Psaume 82:6
      - J’avais dit : Vous êtes des dieux, Vous êtes tous des fils du Très-Haut.

      Faut-il ne pas oublier Lucifer porter la Lumière Divine. Quand bien même devenu le démon, l’anti Christ, père du mensonge, l’accusateur, le blasphémateur, le destructeur, Dieu ne lui retire pas la Lumière Divine, car Dieu ne reprend pas ce qu’Il donne.

      Nous sommes destinés à devenir des dieux, mais pas de cette manière luciférienne.

       
  • #2312603
    Le 2 novembre 2019 à 13:20 par Marthe
    Toussaint, la fête de tous les saints

    La sainteté n’est pas du coté des élites mais elle est une invitation à répondre avec tous ses talents à l’appel de Jésus. Notre vie sur terre est un pèlerinage chaque pas est une avancée vers la sainteté, nous sommes tous appelés à la sainteté si peu d’élus car son chemin est étroit pour y répondre toute sa vie la sainteté est un engagement de tous les jours ce n’est pas une perfection non mais on devient saint lorsqu’on accepte qui nous sommes sans restrictions ombres et lumières, douceurs et colères, humiliations et réussites et surtout pêcheurs.

     

    Répondre à ce message

  • #2313060
    Le 3 novembre 2019 à 09:35 par Rosarium
    Toussaint, la fête de tous les saints

    Bonne fête à tous les catholiques. Le 1er et 2 Novembre, un magnifique moyen de se rassembler, de prier pour les saints, qui sont sources d’inspirations et d’exemples pour l’humanité, puis de prier pour les siens, membres de l’Assemblée, de l’Église souffrante. Ne pas oublier leur mémoire, se préoccuper de soulager leurs âmes à travers la prière. Et d’apaiser la notre, d’apaiser la douleur.

    Ceux qui veulent éteindre cette flamme de foi, de liens, d’amour, de partage, et d’unité n’ont rien compris aux choses spirituelles, et se querelles pour des choses de ce monde, comme des étiquettes ou des calendriers, tel des enfants se disputant un jouet et le droit de l’utiliser...

    Il y en a beaucoup même ici. Votre entêtement est vain.
    Le lien qu’a créé l’Église par le Christ, entre tous les membres de son corps, ici et dans le ciel, dans le visible et dans l’invisible, va au-delà du lien matériel. Ce lien est scellé par le divin, à travers les sacrements.
    Autant essayer de briser une montagne avec une plume.

     

    Répondre à ce message

  • #2582786
    Le 1er novembre 2020 à 21:52 par Jean-Marie Vianney
    Toussaint, la fête de tous les saints

    Homélie de la Toussaint de ce jour, par l’abbé Mgr Spriet (Lyon - Saint Georges) :
    https://youtu.be/fvnbbJFcSdE

     

    Répondre à ce message

  • #2583102
    Le 2 novembre 2020 à 13:19 par Notre-Dame 2019, le point zéro
    Toussaint, la fête de tous les saints

    « L’Église nous donne en ce jour une admirable vision du ciel où elle nous montre, avec saint Jean, les douze mille inscrits (douze est considéré comme un nombre parfait) de chaque tribu d’Israël »

    Exemple de l’articulation entre l’Ancien et le Nouveau Testament...

     

    Répondre à ce message

  • #2836397
    Le 1er novembre à 17:20 par Rachid
    Toussaint, la fête de tous les saints

    c’est avec sincérité que je souhaite une bonne fête à tous mes compatriotes catholiques.

     

    Répondre à ce message

  • #2836457
    Le 1er novembre à 19:44 par Samir34
    Toussaint, la fête de tous les saints

    A tous les catholiques en état de grace, jusqu’à demain soit minuit, si vous entrez dans une eglise et que vous récitez un pater, un ave et un gloria et cela 6 fois, vous libérez une ame du purgatoire. Et vous pouvez repeter cela autant de fois et à chaque fois, une ame du purgatoire sera libéré pour le paradis. Bonne fete à tous.

     

    Répondre à ce message

  • #2837733
    Le 3 novembre à 21:30 par Pour l’Amour de Dieu
    Toussaint, la fête de tous les saints

    En ces jours de la Toussaint je me permet de partager ce film , en espérant qu’il apaisera les cœurs de ceux qui le regarderont comme il a apaisé le mien :

    https://youtu.be/lIPVZSyXllw

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents