Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

USA : les démocrates pensent affaiblir Trump en dénonçant son "racisme"

 

 

C’est le débat du moment aux États-Unis. Trump a adressé des reproches à un élu – noir – de Baltimore, une ville qui concentre tous les problèmes sociaux imaginables. Les démocrates, qui lancent actuellement leur primaire pour 2020, en ont profité pour relancer un de leurs axes d’attaque classiques, le racisme du Président. Cependant, il n’est pas certain que cet axe soit électoralement gagnant...

 

En presque trois ans depuis son élection à la présidence, les démocrates ont tout tenté contre Trump : toute les accusations possibles de gauche ont frappé puis glissé sur le républicain, qui n’est pas vraiment un républicain, mais c’est un autre débat.

Trump a dû essuyer l’affaire russe, celle de la prétendue influence de la Russie dans son élection en attaquant les personnalités du camp démocrate sur l’Internet, les accusations de sexisme ont suivi avec les témoignages de femmes harcelées par ses soins, puis sa relation avec une hardeuse, on l’a attaqué sur son équilibre mental, des spécialistes lui ont trouvé une dangereuse pathologie, dangereuse pour les États-Unis et le devenir du monde (le bouton rouge à portée de main), les bras de fer avec la Chine ou la Corée du Nord, les critiques contre l’OTAN, le mur anti-migrants entre son pays et le Mexique, tout a fait ventre mais rien n’a pu faire basculer l’opinion du peuple américain qui a voté pour lui en novembre 2016, créant une surprise mondiale.

Trump n’est certes pas parfait, mais il a l’audace d’avancer là où d’autres se sont couchés : son rapport de force avec la presse de la côte Est et les puissances de la côte Ouest (Hollywood, GAFA) ne l’ont pas éreinté : Trump continue d’emmerder le New York Times en tweetant directement à des millions d’Américains ce qu’il pense, parfois un peu vite, mais c’est humain. Ce milliardaire hors normes est finalement plus proche des gens que le démocrate Obama, qui avait pourtant toutes les cartes que Trump n’a jamais eues en main : la presse, Hollywood, les stars, les GAFA, les étudiants, Wall Street... Tout ça pour un Obamacare pas très convaincant qui sentait surtout la communication.

Les bons sentiments ne font pas bouillir la marmite. La marmite, ce sont les millions d’emplois que Trump a créés, même si là encore on lui reproche des emplois non durables ou de basse qualité (restauration). L’effondrement économique promis par les démocrates n’a pas eu lieu après novembre 2016, et on sent que la bande à Hillary Clinton aurait bien aimé un bon vieux crash pour se débarrasser du golfeur.

Les démocrates essayent donc de se refaire une santé morale en dénonçant le racisme deTrump. Il est vrai que le franc parler du Président sur l’immigration illégale laisse penser qu’il serait pro-Blancs, et donc anti-Noirs ou anti-Mexicains... Une chose n’est pas fausse : la base électorale de Trump ce sont les petits Blancs, mais ça ne fait pas de lui un raciste.

Relancer la guerre des communautés est un jeu dangereux dans un pays qui a été déchiré par une guerre quasi civile entre radicaux des deux camps, et les feux couvent encore : rien n’est réglé. Au siècle dernier, les droits civiques n’étaient pas acquis pour les millions de Noirs qui peuplent l’Amérique. Le travail a été lent, mais Trump n’était pas sous les cagoules des membres du KKK. Lui, c’est plutôt l’économie, et l’idée que l’essor économique peut tout arranger, ce qui n’est pas non plus une panacée. On sait que la croissance dans un pays peut avantager certaines catégories de populations plus que d’autres.

 

 

Mais actuellement, comme il le dit, il a donné du boulot aux pauvres et dans les pauvres il y a une majorité de Noirs. Trump ne fait pas dans la dentelle quand il communique, c’est son style. Il est donc rentré dans le chou de l’élu noir du Maryland, l’État dont Baltimore est la ville principale, une ville aux multiples fractures, qui sont bien racontées dans la série The Wire, qu’on peut voir comme un documentaire : pauvreté, communautarisation, drogue, trafics, violence, racisme et racisme inversé (les Noirs accusent les Blancs de tous les maux ou se servent du racisme pour réactiver la victimologie), et surtout, corruption à tous les étages ! Des élus sont financés par des dealers, par exemple...

 

JPEG - 20.5 ko
Elijah Cummings, élu démocrate de la ville de Baltimore, s’est fait moucher par Trump

« Il avait accusé Elijah Cummings, élu démocrate du Maryland à la Chambre des représentants, de s’en être “brutalement” pris aux agents la police aux frontières, sur les conditions de rétention à la frontière sud, “quand en fait son district de Baltimore est BIEN PIRE et plus dangereux”. “Son district est considéré comme le pire des États-Unis”, a insisté le milliardaire républicain sur Twitter. “Le district de Cummings est un désordre dégoûtant, infesté de rats et autres rongeurs. S’il passait plus de temps à Baltimore, il pourrait peut-être aider à nettoyer cet endroit très dangereux et sale”. » (Le Figaro)

Emploi contre antiracisme

Curieusement, c’est Trump qui est accusé de souffler sur les braises des divisions raciales de l’Amérique. Bernie Sanders y a été de son petit commentaire qui sent bon l’inversion accusatoire : « Les Américains n’accepteront pas un président essayant de nous diviser selon la couleur de notre peau ou de notre lieu de naissance ». Quant à Barack Obama, rapporte Le Figaro, il a partagé une tribune avec « 149 membres noirs de son administration » (imbattable en antiracisme, cette bonne vieille Barack !) qui étaient inquiets de la rhétorique de Trump et de la « montée du racisme », soulignant que les Afro-Américains étaient de bons patriotes. Trump ne dit pas le contraire mais préfère lutter contre le chômage (qui touche durement la population noire) et accessoirement contre l’exploitation de l’antiracisme par les démocrates. Et ces derniers ne veulent apparemment pas lâcher le morceau. On a vu ce que ça a donné avec le Parti socialiste en France...

Pour info, le chômage touche 6,6 % des Noirs et 3,6 % des Blancs, mais sous Trump, le taux de sans-emplois dans la communauté noire est historiquement bas. C’est peut-être ce qui chiffonne les antiracistes démocrates, ils auraient peut-être préféré un taux de 17 % (et 9 % pour les Blancs), comme celui qui sévissait en 2010 sous Obama... Cela n’empêche pas Libé de nous prévenir : ce taux est « trop bas pour être vrai » ! Ah, les incorrigibles gauchistes... Ils nous font comprendre que l’antiracisme est une belle arnaque, surtout pour les Noirs.

 

 

Trump, qui se vante de donner du boulot aux Noirs, risque de se faire traiter d’esclavagiste par les démocrates !

On sent à travers cette affaire que la campagne 2020 va être sanglante. On finira sur une conclusion empruntée à Boulevard Voltaire, à ceci près qu’on aurait écrit que ce n’est justement pas la meilleure stratégie :

« Chercher à fragiliser le président Trump en le faisant passer pour raciste à défaut de débattre projet contre projet, c’est la meilleure stratégie pour les démocrates, d’autant plus que, dans le même temps, fleurissent les attaques et insinuations comme celles de l’actrice Bette Midler, accusant les Afro-Américains présents à un meeting de Trump d’avoir été payés... »

JPEG - 123.7 ko
Kirstie contre Bette

 

Le 24 juillet 2019, l’actrice et chanteuse a commenté la photo d’un groupe de Noirs dans un rassemblement pro-Trump : « Regardez, il y a des hommes afro-américains sur ce coup ! Combien les a-t-il payés pour être “fond noir” ? »

Réponse immédiate de l’actrice Kirstie Alley sur Twitter :

« C’est l’une des blagues les plus racistes et dégradantes que j’ai vues sur Twitter et qui en disent long. Nous l’obtenons Bette, vous détestez Trump et c’est votre droit mais impliquer que les hommes noirs doivent être payés pour célébrer leurs propres opinions politiques est un racisme pur et VRAI. Et" BLACKGROUND " ?? WTF ?? !! »

Le Monde, toujours à la pointe de l’information, nous explique que le racisme est l’arme de Trump :

 

Petit sujet de 2015 sur les tensions raciales aux USA avec un discours dangereux d’Obama qui s’implique personnellement et commmunautairement :

 

En août 2016, pendant la campagne électorale, Hillary Clinton a aussi misé sur l’antiracisme de son camp et le prétendu racisme de Donald Trump (ne pas rater la fin du sujet avec la « confortable avance d’Hillary ») :

 

Au fait, les démocrates qui ont lâché les petits Blancs (les ouvriers), est-ce du racisme ou de l’antiracisme ?

 


 

Vous aimez les articles d’E&R ?
Participez au combat journalier de la Rédaction
avec le financement participatif :

 

L’horrible président Trump, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • je pense que le "racisme" là-bas est comme "l’antisémitisme" chez nous : quand les arguments de déstabilisation s’amenuisent , il y a LE "joker" ! ...

     

    • La carte « racisme » est bien présente en France également.
      lors des échauffourées en marge de la CAN,vous n’imaginez pas le nombre « d’algeriens » qui ont utilisé cette carte pour expliquer l’attitude détestable de leurs compatriotes.


    • #2248970

      A la différence près que l’antisémitisme en France est l’affaire d’une extrême minorité quasi infime alors que le racisme aux USA était inscrit textuellement dans la constitution il y a à peine 50 ans.


    • Nous avons des résidus de comportement suite à la dite révolution française, combien de temps faudra t’il aux Us pour se débarrasser de ces débats sur le racisme qui était constitué il y a même pas un siècle. A mon avis avec ou sans Trump on assistera encore à ces batailles aux Us pour des enjeux de pouvoir et domination.


  • J’ai eu le malheur d’assister aux discours des quatre "Minority" élues - dont la star du montage photo AOC - après l’épisode où Trump leur avait suggéré de rentrer dans leur pays.

    Bilan, et en tout objectivité : quatre sermons où le but du jeu était de dire 1) Que Trump est raciste comme tous les hommes blancs 2) Que Trump était à la source de toutes les inégalités comme tous les hommes blancs 3) Que Trump avait enlevé tous les droits sociaux aux américains comme tous les hommes blancs 4) Qu’elles sont le bien, que oulalala il est pas bien et qu’il faut qu’il dégage.

    Bref, quatre discours mal écrits - plein de répétitions (sécurité sociale au moins une dizaine de fois) pas d’arguments, etc - pour tenter de grimer leur ambitions de femmes avides de pouvoir en discours humaniste

    Bref, je ne vais pas défendre Trump plus que de raison - dans le genre rustre décomplexé il est pas mal non plus - mais en tant qu’homme passablement blanc (car sémite non juif) j’appelle tous les naïfs à prendre du recul par rapport aux salades de ces embobineuses.


  • Quelques informations en plus :




    Le ku klux klan a été fondé par les démocrates de la confédération après leur défaite contre l’Union lors de la guerre civile. Son but était de renverser le gouvernement républicain des États du Sud pendant la période de reconstruction, en particulier par la violence envers les dirigeants afro-américains, qui étaient tous républicains.



    La richesse évalué des 2 démocrates les plus connues en France, avant et après leur mandat :



    Les clintons : moins de 1 million de $ avant, plus de 200 millions $ après.
    Les obamas : moind de 1 million de $ avant, plus de 40 millions $ après.



  • Salut, je suis un ouvrier et aussi de race blanche ,c’est vrai... mais pas un "petits Blancs" : c’est complètement con cette façon de nous désigner.

     

  • Tout ça c’est pour amuser la galerie et distraire les gogos. La seule accusation qu’on ne peut pas lui faire c’est d’être antisémite, et pour cause ! Et c’est pour cela qu’il est toujours en place et va le rester ! Le reste c’est du folklore !

     

  • Ils n’ont pas compris qu’en l’attaquant ainsi, ils le renforcent...
    De même, s’opposer frontalement au Mur est une connerie ; il eut été plus sage pour les Démocrates d’approuver le prolongement dudit mur, sous conditions...


  • Pendant ce temps la, on pleurniche a la CNN

    Le presentateur (ou plutot acteur) de CNN Victor Blackwell fait son cinema en pleurant a la tele...
    https://www.youtube.com/watch?v=zYA...

    car soit disant choque’ de la maniere dont trump parle de baltimore

    c’est bizarre on le voit pas pleurer pour tous les morts


  • Non la reductio ad racisum n’est pas qu’une technique de quincaillerie électorale !

    Il s’agit aussi de stupidité intellectuelle : qui se souvient encore de cette polémique ridicule mais ô combien révélatrice ?
    En 2005, un prof Isérois avait demandé à un petit noir de sa classe visiblement turbulent d’arrêter "de faire le singe". Un tollé général et un torrent de gerémiades anti raciste s’en étaient suivis.

    Or, personne ne s’était alors offusqué que le simple de s’interdire d’utiliser cette expression bien connue envers un noir insinuait de facto qu’un lien anthropologique pouvait exister entre Noirs et primates ? L’utiliser envers un petit Blanc n’aurait à l’époque choqué personne.

    C’est un peu comme le prix Nobel décerné à Obama en 2009 parce que noir : ou comment traiter, de la manière la plus sophistiquée qui soit un noir de nègre !

     

    • #2249054
      le 29/07/2019 par Que Toute Chair Fasse Silence
      USA : les démocrates pensent affaiblir Trump en dénonçant son "racisme"

      Très juste.

      Il n y a pas plus raciste que les anti-racistes.
      D ailleurs ces gens sont obsédés par les races. Ils ne parlent que de ça, ne voient la société que par le prisme de la race tout en disant que les races n existent pas !

      La plupart des gens se moquent de la couleur de leur voisin, du moment qu il se comporte bien.

      Mais les anti-racistes sont là pour embraser les sociétés.
      La guerre de tous contre tous.


    • Il est un paquet de mongolitos de la sorte : sur un autre sujet polémique, j’en connais qui seraient prêts à buter les gens qui sont pour la peine de mort, tant c’est ignoble de l’être...


    • @Que toute chair fassent silence

      Vous avez tout compris et bien résumé sur ces hordes de tarés !
      Le lavage de cerveau et la pression sociale qu’ils subissent est ultra puissant !


  • Si ça sent la merde, il ne faut pas dire que ça sent le Chanel parce que Mr Elijah Cummings, élu démocrate de la ville de Baltimore est noir .
    Le racisme n’a strictement rien à voir, mais un prétexte à la con .
    Si ta ville est pourrie, fait la nettoyer


  • Trump ça reste malheureusement du judeo-atlantisme, mais c’en est, si j’ose dire, la face la plus sympathique.

    Il n’a pas fait grand chose de concret durant son mandat (sauf la baisse d’impôts pour les riches et le soutien délirant à Netanyahou) mais son héritage le plus essentiel restera la libération de la parole dans son pays et, par extension, en Occident.

    Après son ouragan de tweets présidentiels, il sera impossible de faire rentrer à la bergerie les moutons électeurs qui auront pris goût à un mode d’expression "couillu" qui envoie valdinguer, depuis 2015 et sa première campagne électorale, le politiquement correct et les révérences permanentes faites aux lobbies des femmes, des homosexuels, des transgenres, des immigrés clandestins, des Noirs, etc. Certes, il "oublié" le lobby le plus important, mais ça fait plaisir malgré tout.

     

    • La libération de la parole en Occident ? C’est le noyau de cerise jeté aux prolos pour les calmer...


    • Bien d’accord sur la superficialité des gesticulations de Trump, qui comme Obama n’est que dans la posture et ne semble pas avoir de réelle opinion sur la marche en avant du monde.

      En revanche pour la libération de la parole, le petit blanc americain , tout comme le russe, n’a jamais eu besoin de Trump pour dire tout haut et en face ce qu’il pense aux gens dans la rue, contrairement aux européens de l’Ouest qui baissent les yeux et rasent les murs. Trump a simplement capitalisé sur le bon sens et la colère du petit peuple travailleur .


  • le plus raciste de tous, c’est le champion olympique Jesse Owens, qui a déclaré qu’il avait été mieux traité et respecté dans l’Allemagne nationale-socialiste que dans son propre pays...

     

  • Il y à plusieurs noirs qui vivent à Baltimore et qui ont fait des vidéos où ils confirment que cette ville est immonde, infesté de rats, d’ordures, de bâtiments délabrés et de criminels et que Trump à raison et que lui au moins se soucis réellement de l’état lamentable de cette ville contrairement à tout les faux culs démocrates qui eux ne parle jamais de l’état catastrophique de leurs districts et villes.


  • Il y a une dizaine d’année j’avais dit que, un jour, celui qui promettrait d’interdire la vente de cigarettes aux USA pourrait gagner les élections.. on n’y est pas encore... mais pas loin quand même, hein .. !

    Mmmmh, la bonne quenelle populaire ! mdr

    Oh les poissons rouge, vous croyez que c’est pour cacher la réalité de Baltimore que les "démocrates progressistes néo-fasciste libéraux" d’HBO ont produit et diffusé "The Wire" à partir de 2002 ?

    Commencez donc par vous intéresser au clientélisme conservateur dans les ghettos de France et aux narcos très cathos de "la french".


  • Opération préventive des démocrates pour caser Trump de raciste avant son attaque finale d’Obama.
    Voir la dernière vidéo de Radio Quebec qui détaille cela, https://www.youtube.com/watch?v=yuJuzQjBxO8
    avec au menu :
    * les anciens tweets d’Obama, Sanders et autres sur le cloaque de Baltimore qui n’avaient paru racistes a personne à l’époque.
    * La vidéo de l’assasinat de la femme qui avait authentifié le certificat de naissance d’obama (lien cette video en texte de la video de radio quebec)
    C’est de la bombe cette vidéo, du grandiose.
    Maintenant que l’affaire de la collusion russe est finie avec les honeurs pour Trump, ca va être l’heure de la contre attaque avec en ligne de mire Obama pour contrer une eventuelle candidature de michelle


  • #2249630

    En quoi cela nous regarde ?

    Et en quoi la médiocrité supérieure des démocrates justifierait-elle la médiocrité de Trump ? On a le choix entre la peste, et la peste . . . Je passe mon tour.


  • Je vous suggère de visiter la chaîne youtube ou facebook ou autre d’un certain Alexis Cossette-Trudel. Il y fait des analyses sur plusieurs sujet dont Donald Trump Vs l’État-Profond.
    La chaîne s’appelle Radio-Québec et porte un logo jaune et mauve.


Commentaires suivants