Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un plan de sauvetage à la grecque devrait être inévitable pour l’Espagne

En Espagne, la grève générale qui s’est déroulée hier a été très bien suivie, selon les deux plus grands syndicats espagnols.

Des centaines de milliers de personnes ont manifesté dans tout le pays contre les réformes du gouvernement en matière d’austérité fiscale et d’assouplissement du marché du travail.

Dans certaines villes, ces manifestations ont parfois pris un tour violent qui n’était pas sans rappeler les manifestations de la Place Syntagma à Athènes.

Des jeunes Espagnols en colère se sont livrés à des dégradations et ont peint des inscriptions sur les murs de certains édifices. La police a arrêté 176 personnes, tandis que 58 policiers et 46 manifestants ont été blessés.

Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy (PP) doit présenter aujourd’hui de nouvelles mesures d’austérité, qui aboutissent au budget le plus rigoureux de l’histoire espagnole. Les salaires du secteur public devraient être gelés, les ministères seraient contraints de réduire leurs dépenses de 10 à 15% et les 17 régions autonomes devraient réduire leurs déficits budgétaires d’ici la fin de cette année.

Selon le journal britannique The Independent un plan de sauvetage à la grecque pour l’Espagne devrait être inévitable avant décembre.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Au rythme de 1 pays par an, voire plus, la france tombera avant la fin du mandat de notre futur présimerde.


  • Espagnols et Grecs ont voté socialiste. C’est quand même étonnant que Sarkozy ne mentionne pas plus souvent le fait que Grèce et Espagne ont été vandalisées par des socialistes. Ca serait beaucoup plus efficace dans la campagne que de parler de la rémunération de Maurice Lévy. Ca prouve également bien la collusion UMPS, puisque la version officielle doit rester que les peuples sont fainéants et que les dirigeants ont fait ce qu’ils pouvaient. Oubliés les conseillers Goldman-Sachs de Papandréou, qui depuis sont arrivés directement au pouvoir.
    La non exploitation médiatique par Sarkozy des méfaits socialistes dans ces deux pays est extrêmement révélatrice. Mais aussi obéit-il aux même maîtres qui doivent pouvoir changer d’âne selon les besoins.


  • Les Espagnols si ça vire mal ils vont se radicaliser comme ETA et on va assister à un petit feu d’artifice ...

     

  • L’espagne c’est 23% de chômeurs et 84% de propriétaires dont beaucoup sont equity-negative (dette > valeur du bien).
    Comme leur taux de chômage est aussi bidonné qu’ailleurs le taux réel doit être bien supérieur. Autant dire que leur système bancaire est techniquement en faillite mais est maintenant artificiellement en vie grâce aux liquidités gracieusement accordées par la BCE contre des actifs de plus en plus pourris et des commissaires aux comptes qui doivent valider toutes les inepties comptables permettant de présenter des comptes de winner.


  • En 2010, 3,5 millions de français manifestaient contre la réforme des retraites (estimation des préfectures). Alors que l’Espagne compte plus de 46 millions d’habitants, seuls quelques centaines de milliers auraient manifesté contre l’austérité. Si les chiffres sont valables, c’est très peu par rapport à la gravité de la situation. Ou sinon les médias veulent nous faire croire que les espagnols se sont résignés, ou pire ont accepté l’austérité. A ce moment là, les manifestants ne pourraient être que des groupuscules d’activistes, voire des casseurs qui profitent de la situation pour en découdre avec les forces de l’ordre.

    L’année dernière, les mêmes médias nous rapportaient les images des indignés espagnols. On nous disait alors, qu’ils étaient des millions à occuper les places publiques partout en Espagne. On nous faisait l’éloge de la maturité de ce peuple qui s’était uni pour créer une alternative économique, réussissant même à créer des monnaies locales.

    Ils sont où, ces indignés maintenant ?


  • Les banksters doivent se dire :
    * si on arrive à soumettre un pays de 45 millions d’habitant revêches, ...
    * y a plus de problème on les soumettra un à un