Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Urgences : un service sur dix menacé de disparition

Faute de personnel, une demi-douzaine de services d’urgence ou de Smur (service mobile d’urgences et de réanimation) ont dû, cet été, fermer leurs portes temporairement, au minimum la nuit.

Valognes dans la Manche, Firminy dans la Loire, Saint-Vallier dans la Drôme, Thonon-les-Bains en Haute-Savoie, Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, Condom dans le Gers. Faute de personnel, une demi-douzaine de services d’urgence ou de Smur (service mobile d’urgences et de réanimation) ont dû, cet été, fermer leurs portes temporairement, au minimum la nuit. Ces quelques exceptions, sur 650 services en France, ont révélé un problème latent : le manque criant de médecins urgentistes.

Si les syndicats estiment qu’il faut davantage former de spécialistes, d’autres, comme le docteur Jean-Yves Grall, directeur de l’agence régionale de santé (ARS) du Nord Pas-de-Calais, estiment qu’il faut au contraire revoir l’implantation des urgences à faible fréquentation. Objectif ? Concentrer les urgentistes dans les hôpitaux qui en manquent.

Car, loin des images d’urgences saturées, un certain nombre de services fonctionnent en sous-régime. Pas moins de 67 d’entre eux connaissent une affluence inférieure au seuil de référence des 10 000 personnes par an, soit 1,1 patient par heure, d’après les chiffres issus de la base de données Hospi Diag agrégés par Le Figaro.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1257019

    Le problème est lié directement au numérus clausus : Le numerus clausus dans l’admission aux études médicales françaises découle d’une Loi de 1979, permettant de fixer directement par arrêté ministériel le nombre d’étudiants pouvant être admis en deuxième année de médecine, d’odontologie, de pharmacie et sages-femmes. De ce fait, il ne s’agit plus de passer un examen mais de réussir un concours pour accéder à un nombre restreint de places à pourvoir.

    PS : nos hôpitaux comptent des médecins venus de pays du tiers monde (incompétents) pour combler nos lacunes, je trouve ça lamentable et inacceptable !

     

    • #1257110

      Le numerus clausus est un autre problème...

      Ici, on ne supprime pas des postes, mais des services qui nécessitent d’autres compétences que médicales, même temporaires (il faut bien par exemple les rénover).

      La méthode est excellente pour permettre à Hollande d’alléger comme promis les impôts... mais sans toucher à des embauches massives de copains coquins pour des postes inutiles, voir douteux où l’on profite notamment, très grassement d’associations de loi 1901 (tout ce qui est droit de l’homme, féminisme ect...) et tout ça grâce aux collectivités territoriales.

      Voili voilou.


    • Il faut arrêter de croire que parce qu’un médecin vient du "tiers monde" il est de facto incompétent, quel généralisation ! Énormément de médecins roumains, marocain ou libanais sont très compétents, pouvoir prescrire des examens coûteux n’est pas un critère pour différencier le bon du mauvais médecin !

      Une des solutions au deserts médicaux serait justement d’inciter les médecins étrangers désireux de venir travailler en France à s’y installer, c’est plus facile de faire accepter ces contraintes aux étrangers qu’à nos propres médecins qui ne sacrifieront pas leur liberté de s’installer où ils le veulent


    • Le post-scriptum est juste, il existe bien un dumping social et sanitaire touchant la médecine française dans le cadre de la dérégulation/déréglementation voulue par l’Union européenne.
      Je suis de nationalité étrangère, mais « à diplôme français » puisque j’ai effectué l’intégralité de mes études de médecine en France (Concours P1 - Externat - Concours de l’Internat - Interne des Hôpitaux), en d’autres termes, le cursus « sélectif » français. En réalité, il y a d’une part les médecins « à diplôme étranger » bénéficiant d’un statut « dérogatoire » (une autorisation d’exercice dont l’attribution est très douteuse au vu de leur faible niveau de compétence médicale et linguistique), et d’autre part les médecins « à diplôme français » de statut « conventionnel » qui peuvent être « issus de l’immigration », voire même « étrangers » comme moi (même si c’est très rare).
      Je confirme que le niveau académique français est très élevé comparé à celui des autres pays. C’est pourquoi le diplôme français de Docteur en médecine est considéré comme très prestigieux ; ainsi le système français attire beaucoup d’étudiants étrangers en première année.

      Deux articles intéressants à ce sujet :
      http://www.egaliteetreconciliation....
      http://www.agoravox.fr/tribune-libr...


    • Chère Clara IMBERT . Si les médecins venus du 1/3 monde sont incompétents cela veut dire indirectement que la médecine française est nulle En effet l’enseignement de la médecine dans un grand nombre de pays francophones en Afrique (Maghreb, Afrique sub-saharienne) est la photocopie exacte de l’enseignement médical en France. Et dans ces pays parmi les enseignants en médecine beaucoup étaient et sont des français. Surtout dans les années 60 et 70 où ces pays francophones venaient d’acquérir leur indépendance et de construire leurs premières facs de médecine. Coïncidence bizarre un ami ("ancien médecin") me dit qu’un certain Professeur en médecine "Mr IMBERT" a enseigné en Afrique dans les années 70. Si je comprends bien votre raisonnement les futurs médecins du 1/3 monde et ceux d’Europe n’étudient pas le même corps humain et les mêmes molécules pharmaceutiques. Vous appartenez peut-être à ce groupe de personnes pour qui la "matière grise" est une spécificité occidentale. Je vous souhaite une nuit tranquille où des médecins étrangers ne viendront pas perturber votre paisible sommeille. Merci à E et R de publier mon droit de réponse.


    • @Wajdi, bonsoir. Je te lance un défi : "va exercer 6 mois ou un an dans un CHU maghrébin ou au Sénégal par exemple". Après j’écouterai attentivement et sans arrière pensée tes conclusions. Il y a une différence entre un observateur qui se trouve à 2000 Km d’un événement et un observateur dans "l’oeil du cyclone". Ne vous en déplaise là bas aussi il y a un concours, un externat, un internat (etc...). Et les médecins hors C.E ne sont pas moins bons, ni meilleurs que les médecins français. Bonne soirée !


    • Je suis venu étudier en France parce que la formation médicale y est bien meilleure ; la Faculté de Médecine française est l’équivalent des Grandes Écoles d’ingénieurs (ce sont les deux derniers cursus scientifiques sélectifs en France, avec des passerelles entre les deux filières d’ailleurs). Pour cette raison, nous étions de nombreux étrangers en première année de médecine, venant d’Algérie et de Tunisie principalement, et pour certains déjà médecins. Très peu ont réussi à passer en deuxième année. D’autre part, par principe je me devais de respecter le règlement académique de mon pays d’accueil (la France), et je me refusais donc à contourner les concours de première et de sixième année (question de légitimité, de justice et de respect envers mes futurs collègues, et surtout mes futurs patients). J’ai pu comparer au cours de mes longues études, et je confirme que les médecins à diplôme français (quelle que soit leur nationalité ou leur origine) ont un meilleur niveau (cursus ultra-sélectif oblige !), c’est évident. Les Français peuvent être fiers de leur médecine et de leurs médecins (beaucoup de hauts dignitaires étrangers viennent se faire soigner en France, et pour cause !).


    • #1257533

      @Wajdi
      Merci pour votre honnêteté et votre sincérité ! Il est évident que les médecins venus de pays du tiers-monde n’auront jamais le même niveau et les mêmes compétences que les médecins Français, le niveau est de beaucoup... très haut et l’exigence très pointue ! Ce n’est pas un hasard non plus si les plus grands chefs des états Africains et je peux citer entre autres le - Président Algérien Mr Boutéflika - viennent se soigner chez nous !


    • J’habite en pleine campagne, où risque de fermer notre cabinet médical. Notre médecin, compétent mais sur le départ en retraite, recherche avec difficulté un remplaçant et notamment il m’a parlé d’un médecin roumain qui a désiré s’installer mais a du repartir tant son niveau était insuffisant. Pourquoi ne pas revoir ce numerus clausus à la hausse et former nous mêmes nos médecins ?


    • #1257664

      @Clara Imbert.........pour des raisons personnelles je n’ai pu poursuivre mes études à la fac de médecine ( La Timone ) de Marseille ( il y a à peu près 25 ans...j’ai cessé en 2ème année ( plusieurs inscriptions en p.c.e.m II " à blanc " ), et c’est vrai que j’ai connu le numerus clausus à son apogée ( 86/87 puis 87/88 lors de mes deux premières années de concours )...à l’époque Marseille et Montpellier étaient réputées les plus difficiles !...par contre associer les médecins étrangers, souvent courageux, à une incompétence a priori, est foncièrement injuste et dans bien des cas infondé !...beaucoup de ces médecins sont amenés à gérer des situations délicates, souvent en sous-effectifs, il y a aussi la barrière de la langue qui peut nuire à une communication indispensable, mais certains sont non seulement bien formés mais consciencieux ( n’ayant pas la morgue qu’on peut parfois rencontrer chez le médecin issu du sérail )...les choses ne sont pas aussi systématiques, dans un sens comme dans l’autre je vous l’accorde, mais ne condamnons pas trop vite et surtout de manière aussi radicale !


    • Wajdi, bonsoir. N’oublie pas de marquer sur ta blouse la mention suivante : "Dr Wajdi, médecin étranger, formé en FRANCE". Ceci dans le cas où "les Clara" viendraient te consulter dans le public ou le privé. D’ailleurs les médecins maghrébins formés en Europe et de retour dans leur pays d’origine mettent bien en évidence sur leurs ordonnances, leur blouses, et leur plaque le pays européen où ils ont effectué leurs études. Ca fait beaucoup plus "IN" ! Je te souhaite, sincèrement, un avenir radieux dans ta profession. Bon, je vais m’arrêter là car cette discussion, hors sujet d’ailleurs, ne mène à rien. Bonne continuation.


    • #1259070

      Je confirme : la plupart des médecins étrangers ont un niveau à pleurer, ne connaissant pour certains même pas le vocabulaire médical courant (du vécu avec un de mes pseudo confrères qui m’appelle pour que je lui fasse l’explication de texte de mon compte rendu d’échographie). D’autre part depuis les années 1980 les français sont soumis au drastique concours de l’internat pour accéder aux spécialités quand les autres n’ont qu’à "s’inscrire" en spécialité comme au bon vieux temps de nos aînés. Et cela n’a choqué personne à l’époque, à part quelques confrères et moi. Maintenant c’est là aussi l’invasion totale avec même plus contrôle des diplômes ni du niveau de français parlé.
      Alors là aussi, la réconciliation c’est pas pour demain.


  • Ceux qui ignorent que l’Hôpital public a été inventé par l’Eglise catholique ( à l’Hôtel-Dieu, à Paris ) ne peuvent pas comprendre pourquoi l’hôpital public meurt au fur et à mesure que les églises catholiques se vident. Mais, rassurez-vous, leurs descendants comprendront car ces derniers pourront comparer les fruits du catholicisme à ceux de la République maçonnique.

     

    • Ne reconnaît-on pas un arbre à ses fruits ?

      Dieu accorde ses bienfaits donc son inspiration à ses fidèles lesquels ont reçu l’idée de créer jadis dans le respect des lois divines observant le temporel, des Hôpitaux dont certains baptisés comme l’ex-icelui de Rouen anciennement Hôtel Dieu.

      Dorénavant, nous avons un CHU identifié Charles Nicole l’usine quoi, un dédale de couloirs, des portes partout !

      La république maçonnique appartient uniquement à ses créatures lesquels ont leurs propres réseaux de soins et cliniques hautement privées !

      Que se passerait-il en cas de guerre civile ? D’ores et déjà, en période de paix très relative où les effet de l’implosion sociale évidente sont le lot journalier des accueils en urgence, nous constatons des carences en personnels dans les SAMU urbains où les délais d’attente sont longs !


    • soyons honnêtes pendant la 2eme guerre la France est homogène globalement les gens faisait la queue
      certes il y avait une crise mais les gens était organisé,
      regardez des vidéos du quotidien des gens à paris en 1950-1960 idem propre, organisé, courtoisie etc..

      maintenant regardez aujourd’hui et imaginez donc si crise il y aurait....
      le foutoir n’est pas du uniquement au gens de l’immigration mais globalement les tard et mœurs de pays étrangers on influé en France par les problème ethnico-sociaux de ces dernières décennies


    • #1257228
      le 31/08/2015 par Jojo l’Affreux
      Urgences : un service sur dix menacé de disparition

      C’est bien pourquoi l’APHP a vendu l’Hôtel-Dieu au Qatar pour qu’il en fasse un hôtel de luxe. C’est ça l’ultra-libéralisme Bruxellois : tous les services publiques doivent disparaitre ! Milton Freedman disait que les seuls choses qui devaient rester publique était la police et l’armée et ses successeurs semblent être encore plus fanatiques, vu qu’ils essayent de voir si ça aussi c’est pas privatisable (Black Water...).
      Ça n’a rien à voir avec la déchristianisation, c’est un phénomène politique. Combien êtes vous à fustiger le poids de l’état dans le PIB comme la propagande vous a appris ?


  • #1257029

    Qu’ en pense, pelloux le charlie ?


  • Martin Hirsch a la tete des HP-DP apres etre passe chez Emmaus. Jean-Claude Ameisen nomme par Flamby au Comite Consultatif National d’Ethique. Vous voyez ou je veux en venir !

     

    • #1257402

      Je vois très bien ! Il n’y a rien à attendre de ces gens là.. ! Enfin à part trahison ; duplicité ;mensonges; destruction et démantèlement de toutes nos valeurs traditionnelles,de notre culture et de nos institutions !
      Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes !


  • Et oui, Marisol préfère s’occuper d’emballages de paquet de cigarettes que des urgences.
    Le PS voit loin mais pour ce qui est des souffrances des gens il n’en a rien à foutre.


  • #1257098
    le 31/08/2015 par encore un essai
    Urgences : un service sur dix menacé de disparition

    on oublierait de préciser que les hôpitaux sont endettés et que le remboursement se fait au détriment du service de santé avec du personnel insuffisant, formé à minima et sur les rotules.
    Citoyen penses que la santé de tes enfants et celle de tes parents dépendent de la capacité des hôpitaux à rembourser leur dette quand la politique sociale du gouvernement umps consiste à nier les causes du naufrage français pour mieux la déposséder de ce qui lui reste à la fois d’espoir et de moyen.


  • #1257142

    ironie de ma part... ! pourquoi créer des services d’urgences médicales puisque ils veulent
    (les francs-maçons ) euthanasier en masse d’un autre coté , économisez à la base et fermez les hôpitaux bande de dégénérés que vous êtes tous ... !! enfin je suis vraiment triste pour mon pays qui était un exemple pour son service de santé en général pour ses trains et ses avions tout comme pour ses bateaux un "mistral socialo-sioniste" aura tout soufflé et je ne vois pas que cela changera il faudra des siècles pour reconstruire tout ce que ces merde aurons détruit et au niveau mondial


  • Bonjour, Travaillant dans un SMUR, la fermeture de certaines urgences de Centre Hospitalier, n’est pas une fatalité , mais la grande dame (L’hôpital public )doit répondre à la loi du marché, avec une politique d’entreprise privée, tout en restant prisonnier du statut de la fonction public hospitalière, avec des agents titulaires.
    pour faire des économies, ils ferment des lits, des services d’urgences , les agents sont mutualisés, avec des patients qui s’entassent en évacuation pour trouver un lit, la réponse elle est trouvée depuis longtemps (TAFTA).
    le profil recherché dans nos services sont, soumission, culpabilité, nos chefs nous demandent toujours d’avantage d’efforts en agitant la dette, et ceux qui ne fonctionnent pas avec cette mentalité peuvent demandez une mutation.


  • #1257586

    Simplement le paiement des intérêts au vautours de la fausse dette depuis 1973, confirmée au traité de Lisbonne. Plus d’armée ,police, infirmiers délabrement des services publics sauf ceux destiné au formatage de la bienpensance, enseignement télé.


  • #1258749
    le 02/09/2015 par "Chevalier Lefebvriste" ex SdC...
    Urgences : un service sur dix menacé de disparition

    C’est la mort de nos villages, la mort de la campagne !
    En zone rurale, des classes, des écoles, ferment, les commerces ferment, disparaissent, au profit d’un supermarché, sauf que... allez dire au carrefour du coin (quand vous pouvez y allez, si vous êtes véhiculé et pas trop vieux et encore mobile pour vous y rendre) ou à sa caissière, quand il y en a une (nouveau les caisses sans caissières, c’est beau la création d’emploie,le progrès le modernisme , la révolution technologique...) avancez moi un paquet de pattes j’ai oublié mon porte monnaie et je n’ai rien à la maison pour mes enfants !
    On va voir si Leclerc, Carrefour, Auchan, vont vous faire une ardoise...
    C’est notre modèle de consommation, de société, de rentabilité pour tout (maladie, sécu, ligne de train, poste" PTT", services, désert médical,etc...) qui pose problème...
    C’est l’aménagement du territoire, qu’il faut revoir et arrêter cette centralisation, autour des 5 ou 6 seules villes, de ce pays !
    On crève à petit feu !
    Et ce n’est pas en repeuplant nos villages avec des migrants que nos campagnes que nos villages vont revivre ou alors plus d’Église plus de restos, plus de fermes... des mosquées, des MJC (pour faire du djembé ou du hip hop) des kebab, etc...
    Désert médicaux, fermes au mille vaches, plus de commerces plus d’esprit de clochers, etc...
    Va-t-on continuer à détruire notre héritage, nos traditions, notre culture, avons nous envie d’être des modèles MTV ,tous des métis inindifférentiables (pas que j’en ai contre les métis ou autre) mais ai-ce cela, que l’on veut transmettre à nos enfants !
    Une culture, une race (enfin non, puisque en France, on nie l’existence des races),ou une même couleur, une seule même langue (super on se comprendrait tous ) plus de particularisme, un seul peuple, avec un même repas MacDo, une même monnaie le $ , une même mode casquette, pantalon en bas des fesses, gros tennis avec une virgule, tous beau, plein de muscles, écoutant Rap et fumant de l’herbe ou du Crack (comme cela serait bien on en rêve rien que d’y penser)
    Non vraiment pourquoi n’y a-t-on point pensé avant !
    C’est ce qui va arriver à terme plus de services d’urgence plus dentiste plus de boutiques plus de paysans, jusqu’ou va-t-on descendre, quand va-t-on s’arrêter ?
    Pourquoi on se hait, pourquoi on déteste notre identité, notre couleurs, nos traditions , notre histoire , nos villages, etc..
    Plus de SAMU, plus de pompiers, plus de paysans, de curés, de boutiques, etc..
    STOP ...