Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Révolution orange" à Bagdad ?

Les manifestations qui ont lieu tous les vendredis dans les principales villes d’Irak depuis le début du mois d’août ne sont pas sans rappeler celles précédant les « révolutions de couleur » organisées par les États-Unis dans les pays d’Europe de l’Est, ou la « révolution verte » des « réformateurs » iraniens opposés à Mahmoud Ahmadinejad.

La spontanéité des Irakiens accablés par la chaleur (plus de 50°C), le manque d’eau potable et le chômage, sent de plus en plus l’opération politique pour déstabiliser le régime… ou pour sauver ce qui peut encore l’être.

 

Journées de la colère

Ces manifestations rappellent les rassemblements pacifiques qui se sont tenus dans la région d’Al-Anbar entre 2012 et 2014, ont été sauvagement réprimés par l’ancien Premier ministre Nouri al-Maliki, notamment à Hawija avec 50 protestataires massacrés par la milice SWAT. Résultat du refus du régime de dialoguer avec ses opposants sunnites : la prise en main du mouvement par Abou Bakr al-Baghdadi, la prise de Mossoul et l’émergence de l’État islamique.

Sur quoi les manifestations du vendredi déboucheront-elles ? Les « Journées de la colère » qui se sont déroulées dans plusieurs villes d’Irak, tous les vendredis en 2011, ont été durement réprimées par Nouri al-Maliki, qui accusait ses organisateurs d’être des saddamistes ou des membres d’Al-Qaïda. L’un d’eux qui n’avait rien à voir avec le Baas ou l’islamisme militant, le journaliste Hadi al-Mahdi, ancien membre du parti al-Dawa, a été assassiné par les sbires du régime. Il s’en prenait simplement à la corruption et à l’incompétence des hommes politiques irakiens.

 

L’entrée en lice des hommes en noir

Vendredi dernier, les Irakiens, qui manifestaient par centaines de milliers dans les rues de Bagdad, Bassora, Nadjaf, Nasiriya…, réclamaient – encore et toujours – de meilleures conditions de vie, des emplois, l’élimination de la corruption, du favoritisme et l’arrestation des dirigeants qui ont conduit la société irakienne au désastre. Principal homme politique visé : Nouri al-Maliki, vice-Président de la République, qui refuse de démissionner.

L’entrée en lice de Moqtada al-Sadr et de ses hommes en noir parmi les protestataires permettra-t-elle que les prochains vendredi de la colère ne tournent au massacre ou au coup d’État ?

En attendant, une question reste en suspens : pour qui roule Haïdar al-Abadi, actuel Premier ministre, qui annonce réformes sur réformes, tout en se sachant incapable de les mettre en œuvre ? Ses ennemis en font un agent du MI6, le Service secret britannique. C’est mauvais signe.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1256976
    le 31/08/2015 par anonyme
    "Révolution orange" à Bagdad ?

    Le nombre de "wahhabites" semble être grandissant en Iraq, on nous l’a dit assez souvent, le shiisme serait le bien, la résistance immuable, contre la tyrannie, l’injustice, le corruption, les gros, et etc... : (

    Puis sinon, comment expliquer cela, si c’est toujours de la faute des autres ???

     

    • #1257017
      le 31/08/2015 par anonymousius
      "Révolution orange" à Bagdad ?

      Je considère les analyses prévisionnistes de la dissidence comme bancales et osées ; la preuve !


  • #1257008
    le 31/08/2015 par OTOOSAN
    "Révolution orange" à Bagdad ?

    Révolution orange ?, comme l’agent du même nom ???


  • #1257118
    le 31/08/2015 par zézé
    "Révolution orange" à Bagdad ?

    L’Irak est détruit alors une "révolution orange" par dessus à quoi bon il n’y a plus rien à détruire .


  • #1257148
    le 31/08/2015 par fernand
    "Révolution orange" à Bagdad ?

    "les Irakiens, ..., réclamaient – encore et toujours – de meilleures conditions de vie, des emplois, l’élimination de la corruption, du favoritisme et l’arrestation des dirigeants qui ont conduit la société irakienne au désastre."
    Il y a bien peu de pays sur la terre où ces revendications ne sont pas parfaitement légitimes, le problème étant que les humains sont facilement manipulables, réagissant la plupart du temps sans savoir réellement de quoi il s’agit, et que les plus lucides n’ont ni programme ni personnalités à proposer pour reprendre les choses en mains.
    C’est ainsi que toutes les révolutions se terminent, pour les peuples, en eau de boudin.