Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Voies sur berges : des communes franciliennes déposent un recours

Les sottises d’Anne Hidalgo devant le tribunal administratif

Le Val-de-Marne rejoint les autres départements de la couronne en introduisant à son tour un recours en justice contre la piétonnisation des berges à Paris.

Cette fois, on peut dire que les élus franciliens se livrent à un dialogue de sourds comme on en a rarement vu. Alors que la maire de Paris, Anne Hidalgo, pérore à la moindre alerte de pollution, réclamant comme jeudi la circulation alternée, les communes limitrophes continuent de dresser le bilan négatif des mesures prises sans concertation.

Alors que la fermeture des voies sur berges a été décidée contre l’avis même des études et expertises qui prédisaient le désastre que cela allait être, l’administration parisienne persiste à s’entêter sur le dossier des voies sur berges. Fermées depuis l’été sur plus de 3 kilomètres, elles n’ont fait qu’accentuer une pollution en la rapprochant physiquement des poumons des riverains.

Le centre-ville stratifié à toute heure du jour ou presque, avec des automobilistes impuissants car englués dans un pestilentiel sur-place, ne suffit pas à Mme Hidalgo pour rapporter la mesure. En suffragette des villes vertes, elle se sent investie d’une mission et continuera bec et ongles à défendre cette sottise, contre l’évidence.

Mais il y a aussi des dégâts collatéraux, que mesurent à leur tour treize communes du Val-de-Marne. Elles viennent de déposer un recours devant le tribunal administratif de Paris pour contester la piétonnisation des voies sur berges rive droite, a indiqué jeudi le maire LR de Nogent-sur-Marne. Cette procédure s’ajoute à celle déjà engagée par la région Île-de-France et cinq départements franciliens (Hauts-de-Seine, Yvelines, Val d’Oise, Essonne et Seine-et-Marne), pour « défaut d’étude d’impact sur la banlieue ».

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Derrière le pantin Hidalgo, une idéologie antisociale,
à découvrir chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme on dit par chez moi "comme on fait son lit ,on se couche " .Lorsqu"on a élu un maire comme Mme Hidalgo , il ne faut pas après s’étonner du résultat . Mme Hidalgo est obnubilée par la pollution ,en fait son cheval de bataille sans se soucier de savoir comment font les Parisiens pour aller bosser . Il est vrai que Mme Hidalgo n’aime pas les pauvres , qui ne sont pas les âmes qui imprègnent Paris ,mais préfère leurs portes feuilles quand il s’agit de les taxer.



  • la fermeture des voies sur berges a été décidée contre l’avis même des études et expertises qui prédisaient le désastre



    Face l’idéologie bon sens et études ne pèsent pas lourds !


  • La banlieue ?
    Tout le monde s’en fout. Tant qu’elle reste en banlieue.
    Ne varietur.
    Lavrov.


  • Le problème est que Mme Hidalgo – comme S. Royal – sont les otages de lobbies écolos qui continuent de brandir des "études" d’il y a 20 ans, alors que les voitures sont beaucoup moins polluantes aujourd’hui, que le diesel avec filtre est moins dangereux que les véhicules essence et qu’on n’a cessé d’abaisser les seuils d’alerte histoire de maintenir la pression. La vie des gens (ceux qui bossent) et les problèmes èconomiques, elles s’en moquent...