Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Washington presse Athènes de renoncer au projet du gazoduc Russie-Turquie

Alors que la Grèce fait l’objet de vastes préoccupations quant à son avenir financier, une forte odeur de pétrole pourrait bien rôder autour du dossier.

Si Panagiotis Lafazanis, ministre grec de l’Energie, a récemment indiqué qu’Athènes montrait un vif intérêt au prolongement sur son territoire du nouveau gazoduc que le géant gazier russe Gazprom envisage de construire à destination de la Turquie, il vient de déclarer à la presse russe que les États-Unis exerçaient une très forte pression sur la Grèce, afin de la dissuader de participer à la réalisation du projet de gazoduc Turkish Stream, destiné à livrer du gaz russe en Europe.

« Ils exercent une très forte pression », a ainsi déclaré M. Lafazanis interrogé par le journal russe RIA Novosti lors d’une conférence de presse à Moscou. Mais pour l’heure, les pressions américaines ne semblent pas être suivies d’effet... « Nous considérons que tous les corridors doivent être ouverts pour la Russie », a ainsi ajouté M. Lafazanis. Lequel a également précisé qu’il ne considérait pas Turkish Stream et le Gazoduc transadriatique (TAP) comme des projets concurrents. Il estime en effet que le second projet n’est pas en mesure de couvrir les besoins européens en gaz naturel. Le dossier est loin d’être dénué d’intérêts financiers, puisque M. Lafazanis a tenu à souligner que la Grèce souhaitait obtenir de la part de la Russie une réduction de tarif sur le gaz russe livré à partir de 2016, ainsi qu’une baisse des volumes fournis selon des contrats d’enlèvement ferme (« take or pay »).

Rappelons que Gazprom ambitionne de mettre en service dès la fin 2016 un nouveau pipeline à destination de la frontière gréco-turque, projet qui devrait notamment permettre de compenser l’abandon du projet South Stream vers l’Union européenne.

Lire la suite de l’article sur leblogfinance.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce pays de malheur planétaire toujours en train d’empoisonner l’air de l’Europe. Les Etats-Unis, un facteur de toxicité aussi létal que l’Agent Orange.


  • Comme c’est ironique , eux qui ne cessent de prôner la liberté du commerce comme une liberté fondamentale , supérieure à toutes les autres y compris au droits de l’homme et qui veulent la limiter dès qu’elle concerne des accords commerciaux entre européens et russes. Non mais ces américains se prennent pour quoi au juste ? Ils ne cessent de parler de darwinisme social , de loi de la jungle , que l’ultralibéralisme qui fait leur fiereté n’est que l’expression de lois naturelles et que contrevenir au libéralisme c’est aller contre la nature , que les oligarques sont aussi nécessaires à n’importe quelle société que les lions le sont dans la savane et que si les pays font la guerre ce n’est que pour protéger leurs faibles et faire vivre leur état social. Ils sont les premiers à dire qu’il n’y a pas de place pour la morale dans le libéralisme et les affaires (ce qui justifie que l’on fasse travailler des mexicains sous-payer, des enfants dans des usines de pompes Nike ou que l’on fasse mourir de faim des africains) et ces salauds se redécouvrent une pureté virginale et pensent que l’on peut suspendre cette amoralité du marché dès lors que quelqu’un veut faire du commerce avec qui ne leur plaît pas. Ça se dit comment déjà en grec Allez vous faire foutre chez nous ?

     

    • Excellentes mises au point !

      Le fait que les Etats-Unis tentent d’empêcher des relations commerciales entre la Grèce et la Russie montre de manière éclatante que le (néo-) libéralisme (et tout le discours naturaliste et de prétendue neutralité morale qui l’accompagne) n’est qu’une idéologie taillée sur mesure pour servir les intérêts de l’état profond des Etats-Unis et, plus généralement, des élites apatrides hypermondialisées qui sont associées à cet état profond.

      En d’autres mots, il s’agit d’une idéologie qui occulte et sert une des luttes de classe les plus brutales, les plus sanguinaires et les plus dangereuses depuis la première moitié du siècle dernier. Et qui risque de coûter extrêmement cher aux petites gens, qui forment la majorité écrasante de l’humanité.


  • Il ne leur reste plus qu’a expliquer pourquoi la Grèce devrait se tirer dans le pied en permanence. Il y a aux usa de bien étranges profils mentaux, psychologiques et comportementaux, ce semble être la société qui rend fou, avec, au passage une phase virulente de perte des repères ’normaux’, de la pudeur, de la dignité, du simple bon sens souvent. le tout accompagné d’une offensive des reflex primaires selon un canevas de ’réflexion’ de l’ordre du rudimentaire. Canevas qui n’envisage plus la relation à autrui que dans la brutalité afin de servir une monomanie dominatrice. Existe-t-il une nation assez puissante pour se mettre toutes les autres à dos ? Ces frénétiques semblent victimes d’attaques de perte de conscience de la Réalité conjointement à l’exacerbation d’instincts prédateurs maléfiques. Serait-ce lié à des crises d’angoisses mal contrôlées ?


  • J’ai comme un petit pressentiment, que Vladimir Poutine est en train de nous préparer une quenelle épaulée de Mammouth.
    _ :-) :-) :-)

     

  • On espère tous que Tzipras ne va pas se faire buter prochainement. En tout cas il a des couilles finalement, c’est clair et net, rien à voir avec Flamby.

     

  • Et pourquoi pas, si ils reçoivent un pourcentage, et derrière des tarifs réduits de la part des Russes, jusqu’a preuve du contraire la Gréce est un pays avec une production de produit agricole méditerranéen dont la Russie a actuellement besoin, échange de bon procédé, c’est l’Europe exception faite de la Gréce qui s’est coupé d’un pays comme la Russie avec autant de potentiel en approvisionnement de matière première, ils ont un savoir faire indéniable, l’Europe se trompe, que nous apporte les US, si ce n’est cette fausse protection, d’ailleurs faute de moyen les US ont viennent de fermer leurs bases militaires qu’ils avaient aux larges des Açores, si ce n’est pas une indication suffisante pour prendre la logique décision qui s’impose, c’est que Hollande est bel est bien le pire Président de tout les temps.


  • Il ne faut pas s’emmêler dans les noms. Le Turkish Stream ne traversera pas la Grèce... mais le gazoduc grec qui ira se connecter au Turkish Stream à la frontière (gazoduc grec traversant tout le territoire auquel se connecterons à la file la Macédoine, Serbie, Croatie, Hongrie etc...). Bref, le Turkish Stream, proprement parlant, s’arrête à la frontière gréco-turque.


  • Une structure portuaire de livraison de gaz en Turquie pourrait résoudre le problème et les méthaniers viendraient y faire le plein.