Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Yémen : la capitale sous le contrôle des "rebelles"

La capitale yéménite Sanaa était mardi sous le contrôle quasi-total des rebelles chiites d’Ansarullah tandis que le président Abd Rabbo Mansour Hadi dénonçait un complot.

Les rebelles chiites, appelés Houthis, ont dressé des barrages de contrôle sur les principales artères de la ville et y effectuaient des patrouilles.

« Ce qui se passe à Sanaa est un complot de nature à provoquer une guerre civile », a dénoncé le président Hadi devant la presse, promettant de s’employer à rétablir l’autorité de l’État.

L’émissaire de l’ONU, Jamal Benomar, qui a parrainé l’accord ayant mis fin aux combats de ces derniers jours dans le nord de Sanaa entre les rebelles chiites et leurs adversaires du parti sunnite Al-Islah, épaulés par l’armée, a évoqué dès lundi soir, un effondrement des forces armées yéménites face à la pression des combattants d’Ansarullah.

« Ce qui s’est passé ces derniers jours pourrait entraîner l’effondrement de l’État yéménite et la fin du processus de transition politique », a prévenu M. Benomar sans une interview à la télévision Al-Arabiya, basée à Dubaï.

« C’est un complot qui a été préparé de longue date et dont les ramifications dépassent les limites de la nation », a-t-il affirmé.

Selon des correspondants de l’AFP, les principaux barrages rebelles ont été dressés sur la route de l’aéroport, dans le nord de la capitale, sur l’Avenue Zoubeïri qui traverse la ville d’est en ouest, sur la grande artère de Hatta (sud) et sur l’Avenue Ziraa.

D’autres combattants, aussi lourdement armés, sillonnaient les rues de la capitale à bord de véhicules tout-terrain tandis que de petites unités rebelles montaient la garde, avec quelques éléments de la police militaire, devant les ministères et les sièges des institutions de l’État.

Par ailleurs, de nombreux témoins ont indiqué que des combattants rebelles pillaient les résidences de responsables d’Al-Islah à Sanaa et des baraquements de l’armée, emportant tout sur leur passage.

La résidence de Tawakkol Karman, prix Nobel de la paix 2011, et membre du parti islamiste Al-Islah, a été également pillée, selon des témoins.

Deux grands hôpitaux de Sanaa, Sobol al-Hayat et celui de l’Université des sciences et de la technologie ont été fermés par les rebelles sous prétexte qu’ils étaient dirigés par des responsables d’Al-Islah.

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • l’Iran marque des points au sud de l’Arabie.. la famille Saoud doit commencer a sentir quelque chose se glisser dans leur derrière !


  • #976682

    Bizare ? vous ne trouvez pas ça bizarre que le coup d état se passe avec les milices armées chiites axe de la résistance :) ennemis de l empire et pas un seul communiqué des européens à leur ressortissant de quitter ou de faire attention ou de fermer les embassade ??comme il est coutume.
    vous ne trouvez pas ça bizare,que des rebelles mais comme ils sont sunnites en Irak et en Syrie c est drone et thoma howk et au yemen comme ils sont chiites ,ca passe comme dans du beure,et même pas un tweet ou un commentaire sur BFM ??
    à méditer.

     

    • surement parceque les shias ne massacrent pas tt le monde quand ils envahissent une ville je dit ca je dit rien...


    • #977521
      le 24/09/2014 par Jérémie Delage
      Yémen : la capitale sous le contrôle des "rebelles"

      À contre courant :

      "Pas un seul communiqué des européens à leur ressortissant de quitter ou de faire attention ou de fermer les embassade."

      Sur le site du ministère des Affaires étrangères, on peut lire :

      "Compte tenu de ces conditions sécuritaires très dégradées, un séjour dans la capitale yéménite est à proscrire formellement."

      Ça fait plus de deux ans que l’Ambassade de France au Yémen donne ces recommandations.

      Il faut savoir distinguer le théâtre médiatique de l’action diplomatique, même s’ils sont liés.

      Quant à la situation réelle du Yémen, bien malin qui pourra l’analyser en profondeur.

      L’opposition confessionnelle n’est qu’une composante, et n’est probablement pas la plus importante. Il y a de très fortes oppositions tribales et régionales internes, le jeu de l’ancien président Saleh toujours présent et puissant dans le pays, une faiblesse surprenante de l’État, "al-Qaeda", les Frères musulmans, l’influence des pays du Golfe (au premier rang desquels l’Arabie Saoudite), celle des Iraniens, des Américains, etc.


  • Souvenez vous des mots de Poutine vis à vis de l’Arabie Saoudite et des attentats avant les JO : "La réponse de la Russie changera, géographiquement, le monde arabe".

    ... :) On dirait que l’Ours est revenu au sud de la péninsule, et qu’il veut manger les œufs du pigard à tête blanche.