Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Derrière le masque "anti-Daech"

L’art de la guerre

Cette année le Carnaval s’ouvre le 2 février, avec l’exhibition à la Farnesina (ministère italien des Affaires étrangères) du « small group », le petit groupe ministériel (23 pays plus l’Ue) de la « Coalition globale anti-Daech/EI », co-présidé par le secrétaire d’État USA John Kerry et par le ministre des Affaires étrangères italien Paolo Gentiloni. En font partie, déguisés en anti-terroristes, les plus grands sponsors du terrorisme de « marque islamiste », utilisé depuis des décennies pour miner et démolir les États qui font obstacle à la stratégie de l’empire.

 

À la tête du défilé masqué les États-Unis et l’Arabie saoudite. Ceux qui – documente une enquête du New York Times (24 janvier) – arment et entraînent les « rebelles » à infiltrer en Syrie pour l’opération « Timber Sycamore », autorisée secrètement par le président Obama en 2013, conduite par la CIA et financée par Riad à coups de millions de dollars. Confirmée par les images vidéo du sénateur étasunien John McCain qui, en mission en Syrie pour le compte de la Maison Blanche, rencontre en mai 2013 al-Baghdadi, le « calife » qui est à la tête de l’EI (Daech).

C’est la dernière des opérations secrètes USA/ saoudiennes, commencées dans les années Soixante et Quatre-vingt : pour déstabiliser l’Angola et d’autres pays africains, pour armer et entraîner les moudjahidines en Afghanistan, pour soutenir les contras au Nicaragua. Cela explique pourquoi les États-Unis ne critiquent pas l’Arabie saoudite pour sa violation des droits de l’homme et la soutiennent activement dans la guerre qui massacre les civils au Yémen.

Font aussi partie du groupe de masques la Jordanie et le Qatar où, documente le New York Times, la CIA a constitué les bases d’entraînement des « rebelles », y compris « groupes radicaux comme al-Qaïda  », à infiltrer en Syrie et autres pays.

Le Qatar fournit pour ces opérations même des commandos, comme il fit quand en 2011 il envoya en Libye au moins 5 000 hommes des forces spéciales. « Nous Qataris étions parmi les rebelles libyens sur le terrain, par centaines dans chaque région », déclara ensuite le chef d’état-major Hamad al-Atiya (The Guardian, 26 octobre 2011).

Parmi les « anti-terroristes » qui s’exhibent à la Farnesina se trouvent aussi les Émirats arabes unis, qui ont formé depuis 2011 par l’intermédiaire de Blackwater une armée d’environ 2 000 mercenaires, dont 450 (Colombiens et autres latino-américains) sont maintenant engagés dans l’agression contre le Yémen. Il y a le Bahreïn qui, après avoir écrasé dans le sang son opposition démocratique intérieure avec l’aide des troupes saoudiennes, à présent rend la faveur en prêtant main forte à l’Arabie saoudite dans le massacre des Yéménites, entreprise à laquelle participe le Koweït, lui aussi membre du groupe « anti-terroristes ». Dont fait partie la Turquie, avant-poste Otan dans la guerre contre la Syrie et l’Irak, qui a soutenu en lui envoyant tous les jours des centaines de TIR [camions de transport international] chargés d’armes et autres matériaux. Pour avoir publié les preuves, y compris vidéo, de la fourniture d’armes à Daech par les services secrets d’Ankara, les journalistes turcs Can Dündar et Erden Gül ont été arrêtés et risquent la peine de mort.

 

 

Parmi les présences occidentales dans le groupe de masques ressortent la France et la Grande-Bretagne, qui utilisent des forces spéciales et des services secrets pour des opérations secrètes en Libye, Syrie et autres pays.

Les honneurs de la maison sont assurés par l’Italie, qui a contribué à mettre le feu à l’Afrique du Nord et au Moyen-Orient en participant à la démolition de la Libye. Où elle se prépare maintenant à retourner, avec, même, le rôle de « guide », pour une autre guerre sous commandement USA/Otan, qui, masquée en « peacekeeping », vise au contrôle des zones stratégiques et des ressources énergétiques libyennes.

Dans las salons de la Farnesina s’égrainent les notes de « Tripoli, bel suol d’amore », la chanson qui en 1911 célébrait la guerre coloniale en Libye.

Les dernières livraisons de Manlio Dinucci, sur E&R :

Pour une vision claire des guerres impériales en Afrique et en Asie,
lire sur Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1388916
    le 04/02/2016 par OTM
    Derrière le masque "anti-Daech"

    Il ne faut pas oublier vos amis russes et chiites, également officiellement ennemis déclarés de daech, qui bizarrement comme le camp atlantiste se gardent bien d’attaquer Mossoul, le coeur nucléaire de daech, préférerant concentrer leurs avions et autres dizaines de milliers de miliciens djihadistes chiites à la frontière turque contre les groupes rebelles bon affiliés à daech. L’occident n’a pas le monopole du foutage de gueule sur la question...

     

    • #1388980
      le 04/02/2016 par Vozhd
      Derrière le masque "anti-Daech"

      Les russes sont en Syrie sur appel du régime d’Al-Assad et en tant que tels ils se cencentrent en premier lieu sur les groupes qui représentent les plus proches menaces pour le régime syrien.
      Et il se trouve que ce n’est pas immédiatement Daech.
      Comme il se trouve aussi que la frontière syrio-turque est une zone stratégique car c’est par là qu’est ravitaillé Daech depuis la Turquie.
      C’est aussi par là que s’échappe vers la Turquie le pétrole volé en Irak et en Syrie.


    • #1389009
      le 04/02/2016 par fouineur
      Derrière le masque "anti-Daech"

      Les russes commencent par aider la Syrie - leur allié - à se libérer. Pour l’Irak plus lointain on verra après. Tu as étudié à l’Ecole de Guerre pour donner des leçons de stratégie ?


    • #1389020
      le 04/02/2016 par Grz
      Derrière le masque "anti-Daech"

      Aux dernières nouvelles, Mossoul est en Irak, un pays qui, à ma connaissance, n’a pas demandé aux Russes d’intervenir, contrairement à la Syrie.
      Les critiques sont les bienvenues quand elles sont fondées. Sinon, elles valent autant qu’un pet dans le vent.


    • #1389381
      le 05/02/2016 par OTM
      Derrière le masque "anti-Daech"

      De quelle souveraineté vous parlez, celle de cette joint-venture americano-iranienne qu’on appelle l’Irak post Saddam ?
      Pas besoin de faire l’école de guerre pour comprendre que la russie n’a pas vraiment besoin d’aller au préalable détruire les Toyota 4x4 de tourisme de daech en Syrie pour pouvoir détruire les modèles pick-up en Irak....manquerait plus que vous nous sortiez la mobylette furtive du mollah Omar passée au main de daech qui justifierait la "prudence" de toutes les puissances IMPERIALES dans la région ...l’Irak des mollah qui fait preuve d’un très grand et étrange "sang froid" alors qu’il vient de perdre l’équivalent de Marseille OU TOUT LE COMMANDEMENT MILITAIRE DE DAECH ISSU DE L’ARMEE DE SADDAM SE TROUVE...


  • #1388950
    le 04/02/2016 par seb
    Derrière le masque "anti-Daech"

    vous oubliez les terroristes ouigours chinois, entrainés en Afganistan et enTurquie...présents sur les théatres de guerre comme en Syrie...


  • #1388974
    le 04/02/2016 par Vozhd
    Derrière le masque "anti-Daech"

    Je les entends déja : "complotistes ! conspirationnistes ! ..."

    Pas facile, quand on est Charlie, de reconnaitre qu’on a mis au pouvoir nos propres bourreaux !
    Fort heureusement on peut compter sur les médias mainstream pour ne pas choquer les gentils moutons et leur vendre la nécessité de l’état d’urgence et de la loi Renseignement !