Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Des "conseillers" militaires exposés aux gaz de Daech en Irak

Le serpent impérial se mord la queue

Au cours de ces derniers mois, il a été rapporté que l’État islamique (EI ou Daech) a eu recours, à plusieurs reprises, à des armes chimiques, notamment contre les combattants kurdes. En novembre 2015, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé que du gaz moutarde (ou Ypérite) avait été utilisé quelques semaines plus tôt lors de combats ayant eu lieu près de la ville de Marea, située dans la province syrienne d’Alep.

 

JPEG - 169.9 ko
Stock de gaz moutarde dans des obus de 105 mm, au Colorado

 

En février dernier, le directeur de la CIA, John Brennan, a affirmé que Daech avait « déjà utilisé des armes chimiques sur le champ de bataille » et estimé que l’organisation jihadiste avait la « capacité de fabriquer de petites quantités de chlorine et de gaz moutarde ».

Bien avant les déclarations de M. Brennan, le ministère allemand de la Défense avait rapporté, en août 2015, le cas d’emploi de gaz de combat contre des combattants kurdes irakiens (Peshmergas), lors d’une attaque au mortier contre leurs positions.

« Les soldats allemands [envoyés en Irak pour former et conseiller les Peshmergas, ndlr] n’ont pas été touchés ni menacés (…) la protection de nos soldats dans le nord de l’Irak reste au plus haut niveau », avait alors assuré un porte-parole du ministère de la Défense.

 

 

Aussi, les autorités kurdes irakiennes ont fait savoir qu’il leur faut plusieurs dizaines de milliers de masques à gaz pour protéger leur 65 000 combattants des attaques chimiques de Daech, d’autant plus que les jihadistes semblent avoir de plus en plus souvent recours au gaz moutarde.

« L’utilisation des armes chimiques par Daech nous inquiète beaucoup. Leurs attaques chimiques sont de plus en plus fréquentes et sophistiquées  », a ainsi affirmé Bayan Sami Abdul Rahman, la représentante du gouvernement régional du Kurdistan à Washington, dont les propos ont été rapportés par Foreign Policy. Il s’agit d’un « avertissement clair pour montrer qu’ils comptent s’en servir dans les combats pour la libération de Mossoul », a-t-elle estimé.

Lire la suite de l’article sur opex360.com

Daech, bras armé de l’Empire contre les régimes non-alignés, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On découvrira un nouveau pot aux roses quand on connaitra la provenance des obus au gaz moutarde, formellement interdit depuis 1993 . En 1939-1945 les belligérants étaient au moins d’accord sur un point : ne jamais utiliser de gaz de combat .


  • Ce n’est pas Obama qui disait avec les journaux main stream qui relayaient son discours que si la ligne rouge était franchie avec les armes chimiques l’OTAN l’UE surtout Fabius / Hollande et les US enverraient des troupes au sol pour combattre Assad !?


  • #1456180

    Je ne sais pas que ce qu’énoncent les "lois de la guerre" en général et la convention de Genère actualisée (à maintres reprises) mais l’usage de gaz de ce type est récurrent dans les confilts internationaux et en interne.
    Cette indignation est formelle, comme d’habitude.