Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Des évêques plus mondialistes que catholiques ?

Encensé par Libération (du 13 octobre) qui y voit « un texte qui fait du bien  », et plus généralement par la presse de l’oligarchie, nous avions tout lieu de craindre le dernier opus du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France (CEF), sous le titre « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ».

 

D’autant que sa sortie en libraire avait été précédée par un entretien, d’une niaiserie affligeante, de Mgr Pontier, président de la CEF, dans Le Monde (du 14 octobre) — une page et demie ! Grand apôtre du vivre-ensemble «  au ras du terrain  », l’archevêque de Marseille qui, comme les socialistes de Terra Nova, voit dans chaque migrant ou presque une chance pour la France — « Ce sont aussi des talents qui nous arrivent » ...et dont nous dépouillons leur pays d’origine —, a «  un peu honte  » quand, contrairement au Liban, voire la Grèce et l’Italie, il ne voit pas notre pays «  manifester le minimum d’accueil ». Il n’a pas, en revanche, « un peu honte » de déconsidérer la Manif’ pour tous du dimanche suivant : car pour Mgr Pontier, le mariage pour tous, et, nous supposons, ce qui va avec, à savoir le prétendu droit à l’enfant, ne « tracassent  » qu’ « un certain nombre de Français », qui, en manifestant, « donnent l’apparence d’une “militance excessive”  ». Il y a donc eu à Paris, ce dimanche, 200 000 militants excessifs !

Ces propos illustrent bien la teneur de l’opus épiscopal : il faut désormais avaliser les évolutions de la « société », terme qui, selon la vulgate communautariste et mondialiste auquel ce texte emprunte son vocabulaire, est employé comme synonyme de « nation » ou de « pays ». Et si la question de l’identité est posée, c’est, là aussi, uniquement pour constater que, entrés dans une société « pluriculturelle », nous devons positiver.

Libération a raison sur un point : le diagnostic « n’est pas vraiment neuf  », qu’il s’agisse du discrédit de la classe politique, de l’individualisme, du consumérisme et du matérialisme ambiants, de l’éclatement de la société en différents communautarismes, de « la question du sens  » au sein d’une « société en tension  » et du « contrat social à repenser  ». Non, ce qui est intéressant, c’est ce que ce texte révèle de l’état d’esprit de nos évêques, du moins de ceux qui composent la commission permanente de la CEF, ce «  pays légal  » épiscopal censé s’exprimer au nom de tous. D’autant que leur parole sur le politique est rare, ce qui devrait donner d’autant plus de poids à un texte qu’ils destinent non seulement aux catholiques mais à tous les citoyens français. Ou plutôt non : « aux habitants de notre pays ». Or la différence n’est pas mince.

Il pourrait en effet paraître paradoxal, alors que ce texte a été publié en complément de celui de juin dernier visant à donner «  quelques éléments de réflexion  » pour « 2017, année électorale », qu’il ne s’adresse pas en priorité aux citoyens. C’est qu’il s’agit bien, selon le titre d’un rapport commandé par le Gouvernement qui avait fait scandale en 2013, et dont ce texte n’est finalement que la version cléricale, de «  faire société commune dans une société diverse  », à savoir, comme l’affirment les auteurs du document épiscopal, de «  gérer (sic) la diversité dans notre société  », le christianisme ne devant plus être sollicité que pour « partager son expérience doublement millénaire et sans renouvelée d’accueil et d’intégration de populations et de cultures différentes dans la naissance d’une identité qui ne nie pas les autres appartenances ».

Ou quand l’annonce du message évangélique est réduite à la valorisation d’une chrétienne attitude dans la gestion du vivre-ensemble. Du reste, cette attitude ne « doit pas être une confrontation de vérités, mais une recherche ensemble, en vérité », c’est-à-dire, en bon français, et non plus en sabir estampillé CEF, une recherche, certes emplie de sincérité, mais neutre au plan des vérités évangéliques, puisque toutes les idées se valent dans un relativisme dont on croit que sortira la paix sociale — comme si la société, comme la nature, n’avait pas horreur du vide. Du reste, « liberté, égalité, fraternité  », « ces trois mots sont une chance pour notre pays » (Mgr Pontier). Au pays enchanté des valeurs républicaines, qu’a-t-on encore besoin de parler d’évangélisation ?

Lire la suite de la critique sur actionfrancaise.net

 

Ralliement ou conjuration ? Lire sur Kontre Kulture

Le « ralliement » des évêques, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1584847
    le 23/10/2016 par Julien Aubert
    Des évêques plus mondialistes que catholiques ?

    J’avais déjà remarqué que le journal prétendument chrétien "La Croix" se rapprochait de ce que l’on pouvait lire dans la presse du système. Notamment par sa position anti-russe, anti-Assad, anti front-national... un paradoxe car aussi bien messieurs Poutine, Assad et Madame Le Pen se posent en défenseurs des valeurs chrétiennes.

     

  • #1584919

    Mgr Pontier n’est rien d’autre qu’un sans-culotte déguisé en archevêque.Pourquoi pas, on peut aussi être coiffeur astronaute, comme dirait Dieudo.


  • #1584969
    le 23/10/2016 par Petitroupeau
    Des évêques plus mondialistes que catholiques ?

    Il vaut mieux en effet que le discours politique de l’église (de France et des prétendus évêques de France) soit rare en effet car si c’est pour nous sortir de telles idées délétères qu’ils se taisent donc à tout jamais.
    on est loin de st Rémi, clovis, Charles martel c’est sur avec ces modernistes patentes. C’est une nouvelle religion qu’ils proposent ces soi disant évêques en tout cas une chose est sûre ce n’est pas la religion catholique c’est clair.
    c’est pourquoi je voudrais dire que ceux qui souhaitent devenir cathos qu’ils ne les suivent pas surtout, ils vous mèneraient vers la fosse suivez la tradition elle , elle vous amène sûrement sur la voie du salut


  • #1584990

    Mgr Pontier c’est Chalghoumi avec moins de fautes de prononciation, grammaticales et d’orthographe.


  • #1584995

    Si c’est Robert Zimmerman et non Philip Roth qui emporte le Prix Nobel de littérature, c’est que les versions filmiques systematiquement médiocres, voire ridicules, de son travail ont peu a peu terni la réputation des romans du Maitre.
    http://forward.com/culture/352492/h...

    Leonard Cohen lui, est venu a la chanson principalement parce qu’il ne gagnait pas sa vie comme écrivain, raconte David Remnick.
    http://www.lemonde.fr/big-browser/a...

    "L’argent, ce n’est pas ça qui m’intéresse" larmoie l’acteur le mieux payé de l’histoire du cinéma européen.
    http://www.illustre.ch/news/dany-bo...


  • #1585012

    Puisque c’est "Eux",qui le disent !

    Devant le Sanhédrin de l’Empire,ils déclarent ;
    Nous sommes les propagateurs de la nouvelle Foi,
    Notre royaume est l’Empire !
    Le grand Prête ,leur remets les deniers de Judas.
    Les cloches d’un vieux clocher se mettent à sonner,
    Ils ordonnent sa démolition pour plus de sécurité !
    Alea jacta est !


  • #1585176
    le 23/10/2016 par Ifuckcharlie
    Des évêques plus mondialistes que catholiques ?

    Dieu reconnaitra les siens mais la mascarade de la grande prostituée sera aux yeux de tous .