Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Désespéré par l’évolution de son métier, un facteur se suicide en accusant La Poste

Postier depuis trente-quatre ans dans le Haut-Doubs, Charles Griffond a mis fin à ses jours en laissant, à ses pieds, une lettre à charge contre son employeur. Meurtrie, sa famille tient à témoigner.

La dépression le rongeait depuis de longs mois. « Entre son premier arrêt de travail et juillet, il avait perdu 30 kilos. Il n’avait plus de force », confie Sylvain, l’un de ses deux fils.

Charles Griffond s’est pendu à son domicile, à Pontarlier, le 17 juillet dernier. Le geste du facteur âgé de 53 ans était désespéré, mais planifié. Deux lettres manuscrites ont été laissées en évidence. L’une, intime, à l’attention de ses proches, édictant ses ultimes volontés. L’autre à destination de notre journal, dans laquelle il accuse La Poste de l’avoir « totalement détruit » (lire l’intégralité ci-dessous).

[...]

« Il n’est pas le seul postier à souffrir. On en parle parce qu’il ne faut pas que ça se reproduise », insiste Laurence, « on ne veut pas qu’une autre famille vive ce qu’on vit, c’est trop dur. C’est violent, c’est atroce. À la fin, on a essayé de l’aider, on l’a soutenu à bout de bras, mais c’était déjà trop tard. »

[...]

Voici la lettre en question :

« Depuis trente-quatre ans, j’ai exercé mon métier avec l’amour de mon travail et de mes clients. Mais, depuis quelques années, La Poste a petit à petit détruit ses employés, les vrais postiers, ceux qui avaient le contact avec les gens. En ce qui me concerne, ils m’ont totalement détruit. Depuis décembre 2015, je suis en arrêt de travail et je souffre intérieurement le martyre. Personne, ni de mes collègues ou de ma hiérarchie, n’a pris de mes nouvelles. Alors bougeons avec La Poste et mourrons grâce à La Poste.

Charles Griffond, facteur à Pontarlier. »

Lire l’intégralité de l’article sur estrepublicain.fr

 

Les ravages du capital analysés chez Kontre Kulture

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • voir excellent DVD "j’ai très mal au travail"
    et comprendre le mécanisme du consentement


  • ’personne n’a pris de mes nouvelles’...elle est belle la France solidaire...

     

  • Paix à son âme...

    Le hollandisme fait beaucoup de morts !

     

    • Je veux bien que François Hollande ne soit pas animé de toutes les bonnes attentions du monde mais la dégradation des services publics ne date pas de 2012.

      C’est une longue et inéluctable série de remises en cause, de coups de boutoir, d’anodins et anonymes changement de statuts (passer d’un Établissement ou d’une Régie public/que à une société anonyme à capitaux publics n’est pas banal), de réduction de personnel par non remplacement des départs à la retraite, d’adaptation aux règlements européens (dont l’orientation de sa commission n’est pas, c’est le moins que l’on puisse dire, en faveur des monopoles publics comme ils disent en bon libéraux qu’ils sont)... enfin c’est l’histoire des services publiques ces 40 dernières années.

      Ici, en France, c’est d’autant plus frappant, que les facteurs font un peu partie d’un charme rural typiquement local, cf. Jour de Fête de Jacques Tati.

      Dans mon village, La Poste (vieux bâtiment en pierre datant du début du 20ème siècle avec sur son fronton inscrit Poste Télégraphes et Téléphones) a été fermée il y a plus de 10 ans et les tournées faites par le bureau du village voisin (10 km) se sont allongées, sans augmentation de personnel titulaire, tout n’est que gestion à flux tendus, adaptatifs, avec comme variables des contractuels qui se succèdent...

      J’ai de la peine pour ce genre de fonctionnaire consciencieux et fier de leur utilité (j’en suis aussi). Paix à son âme et tout mon soutien à sa famille.


  • On se la coule douce pendant des lustres. Puis, la loi du marché prends le dessus. Cette loi que connaissent bien tous ceux du privé, qui eux, ne se suicident pas. Et on ne peux la supporter, et voilà le résultat.
    Je ne dis pas que cette loi du marché en question est bien, mais il s’agirait de comprendre qu’elle ne concerne pas "que" la poste, france télécom et autres, qui ont été à l’abri d’elle pendant des lustres, financés par ceux qui se la prenaient déjà dans la gueule.

     

  • le suicide des Français n’est q’un point de détail, il faut s’occuper du foulard, et vite !


  • Qui ont-ils mis à sa place ?
    Cinquante ans, la force de l’âge. On lui a dit que c’était trop vieux.
    Le message de condoléances de la Poste est plutôt sec.
    La Postafrique.


  • Mais quand même, ô Français qui seraient tentés d’en faire autant.
    Laissez-tomber votre ancien métier, votre regret de ne pas l’exercer, si on vous met à pied.
    Cultivez votre jardin, écrivez un essai, faites un blog, partez en randonnée, jouez aux boules, la vie vaut encore la peine !
    Seule une grave maladie justifie de quitter ce monde de son propre chef. A la rigueur la mort d’un proche, une grave atteinte à l’honneur.
    Mais La Poste n’en vaut pas tant.

     

  • J’ai eu la chance de lire Le Postier, premier roman de Bukowski, dès sa publication française. Texte truculent bien sûr mais qui semblait parler d’un autre métier que celui pratiqué en France. Ici, le postier était un type respecté, vraiment au service de la population, salarié d’une antique institution, reliant les gens, rendant mille services aux citoyens etc.
    Dans le bouquin de Bukowski c’était franchement un boulot de bras cassés, précaire et épuisant, les relations entres travailleurs étaient exécrables, la pression de la hiérarchie permanente et le service aux clients le cadet des soucis des pauvres hères faisant des tournées épuisantes.
    Mais bon... C"était de la fiction et je m’intéressais plus aux histoire sordides de cul et de picole du vieux Hank.

    J’ai eu le temps de comprendre.

     

  • Le suicide ? Des milliers de meurtres chaque année sans aucun responsables.

     

  • On ne les entend pas tellement les syndicats sur ce coup là.
    Eux qui sont si puissants dans la fonction publique.


  • L’état pousse son peuple au suicide, trop de gens mettent la faute sur l’individu lui même alors qu’il faut pointer l’idéologie dominante, nous sommes dans une guerre totale à tous les niveaux, visuel, olfactif, sonore, pollution, relations, concurrence,... une guerre sans bombe, purement psychologique.


  • "Bavard, fêtard, passionné de chasse, impliqué dans des associations, amoureux de la nature, Charles était une personnalité entière, par ailleurs sensible, plus fragile qu’il n’y paraissait."

    si "fêtard" signifie alcoolique, je comprends qu’il soit demeuré dans la spirale de la dépression.

     

  • Pendant des années j’ai travaillé pour une société de prestations médicales à domicile.

    A la fin, j’étais à bout. Je livrais du matériel lourd et j’étais très mal équipé. J’avais tellement de boulot que j’étais presque à la limite de faire de la m*rde, je faisais de mon mieux.

    Des journées à rallonge, du stress, pas assez de temps mais toujours plus de boulot, un salaire de misère car la plupart de mes heures supplémentaires n’étaient pas payées (50h payées 35 au smic). La diarrhée tous les matins avant d’aller au travail, des larmes...

    Bref, j’avais fini par me faire des scénarios : soit me pendre ou me jeter dans un ravin avec mon camion. C’était compliqué car je pensais qu’il n’y avait pas d’autres alternatives.

    J’ai finalement quitté mon travail il y a trois ans grâce au soutien de ma femme.

    Depuis j’ai eu beaucoup de mal à retravailler pour des entreprises, j’ai fais quelques missions intérim mais je suis trop marqué et je n’arrive pas à reprendre une activité normale.

    Je vis donc très modestement, je cultive un potager, je roule à vélo, plus de télé, pas de smartphone, je mange sainement pour éviter de tomber malade, je suis en grande forme et malgré que je ne possède rien (mon pc a dix ans), je suis heureux.

    Je ne suis pas un exemple car pour gagner ma vie je travaille pour moi, non déclaré, mais j’ai retrouvé un certains équilibre, je travaille à mon rythme (efficacement et rapidement) pour des gens qui ont peu de moyens.

    Alors je comprends le geste de cette personne.

     

    • Ta réaction est normale, ce qui l’est moins c’est que tant de gens s’adaptent à un tel mode de vie incompatible avec la dignité humaine et la vie ! Tu as eu la chance de faire partie de ceux qui se révoltent violemment contre ce mode de vie d’esclave ce qui t’a permis de t’en éloigner, et Dieu merci non pas par le suicide, pour prendre un autre chemin. Tu as aussi de la chance d’avoir une épouse qui ait compris cela.
      D’un point de vue strictement économique faire un potager pour fournir au foyer familial des légumes et vivre sobrement...cela équivaut presque à un petit salaire grâce aux économies réalisées. Quand on ne va pas au cinéma, quand on s’en branle des restos "chics", quand on achète de nouveau pantalons (à deux jambes !) et chemises une fois par décennie, quand on troque la voiture pour un vélo, quand on se satisfait des joies simples de la vie...les économies réalisées ne doivent pas être loin d’un Smic...
      Tu peux essayer de jeter un coup d’œil à des métiers artisanaux en relation avec la nature, avec des matériaux comme le bois...il y a même des mecs qui gagnent leur vie avec une activité aussi simple que la fabrication de cuillères, bol...en bois avec uniquement des outils très simples. Investissement de départ minimal, inférieur à 100 euros (achat d’une hachette, de quelques couteaux pour la taille du bois)...il n’y a pas besoin d’une formation poussée, on peut apprendre en auto-didacte par la pratique et en consultant les articles et vidéos sur internet sur le sujet...très rapidement on découvre si on a le potentiel pour une activité artisanale de ce genre ; si le premier ouvrage réalisé est potable on peut se dire que l’on est relativement doué pour cela et donc persévérer...si au bout de 3 ou 4 ouvrages on fait toujours de la merde il faut passer à autre chose ! Aujourd’hui avec internet on peut mettre en vente ses produits assez aisément...


    • "Je ne suis pas un exemple"
      Tu l’es pour moi.


    • @ Oso
      Merci pour votre témoignage.
      Pour compléter ce que dit « Goy Pride », je dirais « Oso » que vous avez retrouvé un état d’esprit « instinctif » (comme celui que nous avions enfant), plutôt qu’« analytique » que nous façonne la société de consommation. C’est l’analyse qui nous pousse au suicide.


  • Condoléances à sa famille.
    Charles, à ta nouvelle vie !


  • En Belgique la direction de BePost vient de faire une proposition par voie de presse selon laquelle , elle proposait aux migrants de leur proposer un job payé un euro de l’heure comme en Allemagne.
    Plus rien ne m’étonne dans ce monde capitaliste de dégénérés..
    Avant un facteur c’était comme un ami de la famille, on lui proposait un petit verre, une tasse de café...
    Maintenant vous avez même plus le temps de vous lever que votre recommandé est dans votre boite, vous astreignant à vous rendre, non plus dans le petit bureau du village, qui n’existe plus, mais dans une grande surface ou un point poste est installé.


  • Charles est mort comme tant d’autres, au champ d’horreurs de l’ultra libéralisme, imposé par les anglo saxons, colonisateurs de l’Europe depuis 71 ans.

    Paix à son âme, et qu’il repose en paix.

    La solution ne serait-elle pas, plutôt que de retourner la violence contre soit, de la retourner contre les vrais responsables qui maltraites sans scrupules l’humanité ? Ainsi la peur changerait peut être de camp.

     

    • Rien à voir avec les Anglo-Saxons.

      Ce commerce moderne à plutôt commencé dans les cités-états en Italie au 14ème siècle....à non pardon, en Hollande au 15ème siècle...à non zut, au Portugal et Espagne au 16ème siècle...enfin, je ne sais plus, faut dire que ces gens là voyagent tellement partout....

      comprenne qui pourras


  • Le suicide , c’est aussi la perte de la foi ,
    Dans les pays ou la religion est forte, le taux de suicide est beaucoup plus faible


  • #1543852
    le 28/08/2016 par TaTaYoYo-Qu’est-ce qui se cache sous ton grand chapeau ?
    Désespéré par l’évolution de son métier, un facteur se suicide en accusant La (...)

    La poste est une société en grande difficulté, obligée de se "diversifier" et à mon avis en tout premier lieu revoir sa politique interne en terme de coût ou plutôt ressources humaines, ça fait plus classe.
    Cette boite a toujours eu la réputation d’être un peu "la planque", les temps changent, la société change également. Internet, Amazon, toussa ..
    Condoléances à la famille, elle pourra se remonter le moral en se disant que des suicidés comme cela, à cause de notre système, il y en a de plus en plus, que ce n’est pas la personne qu’il faut remettre en cause, mais bien ce système qui use et abuse encore et toujours les gens honnêtes. Qu’il repose en paix, maintenant libéré de ces chaînes.


  • Quand pense notre postier gauchiasse Besancenot ???........

     

  • Je vis à Pontarlier depuis seulement 2 ans mais beaucoup connaissaient ce facteur et m’en ont parlé. C’est une grande perte pour notre communauté.
    Il était connu pour faire sa distribution déguisé en père-noël pendant les fêtes, son excentricité, son humour et sa joie de vivre contribuaient à donner vie à son quartier et à ses habitants... Il est regrettable qu’une institution comme La poste est à ce point changée... Elle était le symbole d’un contact humain, l’affirmation d’une dimension sociale, relationnelle, parfois le seul contact régulier pour les plus isolés. C’est navrant... :( Quelle régression !!!

     

    • Pauvre vrai être humain, le systeme déteste les "excentriques", on appel comme ça ceux qui se satisfont de la vie et font le bien autour d’eux, et on les déteste encore plus quand ils sont aussi comme ça dans le travail, et encore encore plus dans le "sécateur public".Il aurait tout aussi bien pu bosser à la sncf ou à l’hosto, partout ou il y a "sévices public" c est la pression constante de tous contre les rares qui prennent leur boulot à coeur en tentant de bien le faire.

      vous avez pas l’air de comprendre les consignes sont pourtant claires : "deviens un robot ou crève"

      On peut toujours faire un blog qui parle de sa vie de merde pour avoir des fans ou bien pour se sentir encore plus seul, ou bien se branler seul ou en groupe sur des légumes ca changera pas cet état de faits.


  • Se suicider pour une système pareil ! C’est précisément ce qu’ils attendent ! Ils nous ont à l’usure au propre et au figuré.

    Ce système est un camp de travail à ciel ouvert : il révèle sa cruauté, ses méthodes de gestion du cheptel humain, leurs « ressources humaines » comme ils disent dans leur jargon ! Avant la trahison des syndicats, des partis politiques, n’avions-nous pas du « personnel » en référence aux personnes !

    La baisse tendancielle du taux de profit diminuant comme « peau de chagrin », ils importent de la main d’oeuvre bon marché jusqu’au jour où ils la forceront à travailler gratos ! ça vous rappelle rien ? C’est notre peau qu’ils veulent !

    Les taux négatifs ainsi que la diminuation des pensions en Grèce sont des exemples parmi bien d’autres. Tout est calculé à la baisse et au détriment, bien sûr, des masses salariées.

    Cet honnête postier aurait dû se faire prolonger un arrêt de travail en longue maladie quitte à perdre financièrement et d’attendre une pension d’invalidité.

    y’a pas de remords à avoir : il ne fait que récupérer les cotisations qu’il aura versées durant ses 34 années de service et d’esclavage.... pour en arriver à se suicider ! Quel gâchis.

    Eux n’ont aucun souci, ni morts sur la conscience. Preuve, ses collègues et surtout la hiérarchie : téléphone 0.

    Se mettant lui-même hors jeu, en ayant anticipé son malaise et mal-être prévisible, il aurait eu tout loisir de s’intéresser à E&R y découvrir les ennemis du genre humain et l’origine de son oppression.

    Paix à son âme !


  • Tout cela m’attriste beaucoup dans un premier temps, et m’angoisse terriblement car ma fille qui est infirmière dans un grand hôpital en Paca est au bout du rouleau aussi et j’ai une peur terrible qu’elle aussi ne finisse par se "foutre en l’air".
    On les use jusqu’à la corde, les vacances sont réduites ... certaines infirmières n’en pouvant plus se mettent en maladie et le travail colossal qui reste est partagé par celles qui restent.
    Lorsqu’il y a eu l’attentat de Nice, ça a été l’apothéose ... le grand nombre de blessés a été réparti dans tous les hôpitaux de la région et on a rappelé tout le monde en urgence alors que certaines - dont ma fille - venaient d’arrêter la veille pour leurs vacances estivales.
    Mais voilà, les infirmières ne sont pas exactement des fonctionnaires et certes on leur propose de "rattraper" des jours de congés de-ci de-là mais lorsqu’on est épuisé par 16 à 18 h par jours durant 10 jours, le corps peut-il se contenter de récupérer 1 jour à droite ... 1 jour à gauche et je peux vous dire que c’est le même cirque partout, bien que le personnel hospitalier n’est guère habitué à faire parler de lui et à se plaindre ...

    Quand donc cette vie de merde pour tous va t’elle s’arrêter ?.. combien de postiers, de gendarmes de paysans etc vont-ils encore être sacrifiés sur l’hôtel du "fric à tout-va" ?..

     

    • C’est légitime de vous inquieter pour votre fille, cela dit regardez les statistiques 80 pourcent des suicides sont des hommes, les femmes ne font en général que des appels à l’aide deguisés en tentatives quand cela a lieu. Les femmes n’ont pas le même systeme de défense et elles sont plus légitimées lorsqu’elles craquent , leur compagnon ne les abandonne généralement pas à cause de ça et si tel etait le cas son cas ne serait pas redhibitoire pour un chevalier sauveur à la rescousse de la malheureuse comme il y en a tant dans le systeme hosputalier.

      À l’inverse les chevalières quand elles percoivent d’un homme une situation de merde sont très douèes pour trouver un autre "cheval" après avoir craché à la gueule de celui qui n’a tenu le galop suffisament longtemps à son gout, et comme le systeme encourage ce mode de fonctionnement typiquement féminin visant à detruire les derniers mâles ayant encore des attributs masculins vous n’avez à mon avis aucun soucis à vous faire pour votre fille vis à vis du suicide, en cas de crakage elle saura toujours se faire pleindre par tout son entourage pour se sentir "utile et forte" ce qui l’aidera à accepter son arret maladie et retrouver une utilité plus "familiale".

      Veuillez bien m’excuser de vous rassurer à la manière d’un homme instruit par le comportement féminin en ménage et au travail, et ayant vecu la majoritée de sa vie au bord du suicide , retenu de l’act uniquement grâce à sa foi en l’ Eternel.

      Bonne soirée


    • Les infirmières sont très exposées elles aussi. Partout, ce sont les personnes les plus scrupuleuses qui paient le plus lourd tribut. La mode est au cynisme, à la rouerie mais la prise de conscience est amorcée, il faut expliquer encore et encore, croire en l’humanité des personnes qu’on a en face de soi, c’est notre seul espoir .

      (@Monde de m... comme... merveilleux
      La Foi en l’Éternel ne nous guide-t-elle pas vers la bienveillance ? Que gagne-t-on à enfermer les autres dans des projections négatives ? )


    • tu peux m’expliquer ou tu vois les projection négatives ? le fait de confesser d’avoir souvent pensé au suicide ou le fait d’expliquer que les femme se suicident beaucoup moins que les hommes .

      J’enlève rien au fait que les infirmières soient sous pression, je dis que le systeme est ainsi fait qu’elles seront beaucoup mieux acceptées par leur entourage si elle craquent à cause de cette pression, le fait de profiter d’un arret maladie pour se rapprocher de sa vie de famille n ’est t’il pas une projection plutôt positive de mon rapport douloureux aux femme ?


  • Personne n’est à l’abri d’une dépression suite à une prise de conscience subite ou non d’une situation que se dégrade. Y a pas de bout du tunnel en vue quand la machine vous broie et qu’elle vous met à la casse avec pertes et fracas.
    Alors que d’autres au même âge se refont une nouvelle jeunesse.
    Selon que vous serez puissant ou...


  • J’ai un pote facteur depuis 20 ans qui me disait exactement ce qui est écrit dans la lettre...il y a 10 ans.

    Même les dames au guichet de la banque postale, que je connais un peu ayant de la famille qui y travaille, dans le même district, m’expliquent la déshumanisation colossale de cette entreprise.

    Autre pote qui y avait trouvé un poste à donné sa dèm’ après seulement quelques mois pour partir dans une autre banque.


Commentaires suivants