Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Donald Trump joue à merveille de son côté caricatural"

Enquête sur le parcours d’un génie politique

Grand reporter au Figaro, Laure Mandeville est chef du bureau Amérique depuis 2009. Elle suit le candidat républicain depuis le début de la campagne et vient de publier Qui est vraiment Donald Trump ? aux éditions des Équateurs. Cet entretien a été publié un mois avant l’élection américaine.

 

Vous consacrez un livre à Donald Trump que vous suivez pour Le Figaro depuis le début de la campagne. À vous lire, on a l’impression qu’un Trump médiatique (mèche de cheveux, vulgarité etc…) cache un Donald Trump plus complexe. Comment expliquer ce décalage ?

La grande difficulté, avec Donald Trump, c’est qu’on est à la fois face à une caricature et face à un phénomène bien plus complexe. Une caricature d’abord, car tout chez lui, semble magnifié. L’appétit de pouvoir, l’ego, la grossièreté des manières, les obsessions, les tweets épidermiques, l’étalage voyant de son succès sur toutes les tours qu’il a construites et qui portent son nom. Donald Trump joue en réalité à merveille de son côté caricatural, il simplifie les choses, provoque, indigne, et cela marche parce que notre monde du 21e siècle se gargarise de ces simplifications outrancières, à l’heure de l’information immédiate et fragmentée. La machine médiatique est comme un ventre qui a toujours besoin de nouveaux scandales et Donald, le commercial, le sait mieux que personne, parce qu’il a créé et animé une émission de téléréalité pendant des années. Il sait que la politique américaine actuelle est un grand cirque, où celui qui crie le plus fort a souvent raison parce que c’est lui qui « fait le buzz ».

En même temps, ne voir que la caricature qu’il projette serait rater le phénomène Trump et l’histoire stupéfiante de son succès électoral. Derrière l’image télévisuelle simplificatrice, se cache un homme intelligent, rusé et avisé, qui a géré un empire de milliards de dollars et employé des dizaines de milliers de personnes. Ce n’est pas rien ! Selon plusieurs proches du milliardaire que j’ai interrogés, Trump réfléchit de plus à une candidature présidentielle depuis des années, et il a su capter, au-delà de l’air du temps, la colère profonde qui traversait l’Amérique, puis l’exprimer et la chevaucher. Grâce à ses instincts politiques exceptionnels, il a vu ce que personne d’autre – à part peut-être le démocrate Bernie Sanders – n’avait su voir : le gigantesque ras le bol d’un pays en quête de protection contre les effets déstabilisants de la globalisation, de l’immigration massive et du terrorisme islamique ; sa peur du déclin aussi. En ce sens, Donald Trump s’est dressé contre le modèle dominant plébiscité par les élites et a changé la nature du débat de la présidentielle. Il a remis à l’ordre du jour l’idée de protection du pays, en prétendant au rôle de shérif aux larges épaules face aux dangers d’un monde instable et dangereux.

Cela révèle au minimum une personnalité sacrément indépendante, un côté indomptable qui explique sans doute l’admiration de ses partisans… Ils ont l’impression que cet homme explosif ne se laissera impressionner par rien ni personne. Beaucoup des gens qui le connaissent affirment d’ailleurs que Donald Trump a plusieurs visages : le personnage public, flashy, égotiste, excessif, qui ne veut jamais avouer ses faiblesses parce qu’il doit « vendre » sa marchandise, perpétuer le mythe, et un personnage privé plus nuancé, plus modéré et plus pragmatique, qui sait écouter les autres et ne choisit pas toujours l’option la plus extrême… Toute la difficulté et tout le mystère, pour l’observateur est de s’y retrouver entre ces différents Trump. C’est loin d’être facile, surtout dans le contexte de quasi hystérie qui règne dans l’élite médiatique et politique américaine, tout entière liguée contre lui. Il est parfois très difficile de discerner ce qui relève de l’analyse pertinente ou de la posture de combat anti-Trump. Dans le livre, je parle d’une expérience schizophrénique, tant le fossé est grand entre la perception des partisans de Trump et celle de ses adversaires. Au fond, Trump reste largement insaisissable, malgré les millions d’articles qui lui sont consacrés.

 

En quoi son enfance et la figure de son père éclairent-elles son parcours ?

Donald Trump a plusieurs fois raconté qu’il n’avait pas fondamentalement changé depuis le cours préparatoire. C’est dire si l’enfance compte pour cerner sa turbulente personnalité ! Il a toujours été un leader, mais aussi un rebelle, une forte tête, qui bombardait ses instituteurs de gommes et tirait les cheveux des filles même si c’était un bon élève. À l’école élémentaire, le coin réservé au piquet, avait même été baptisé de ses initiales, DT, parce qu’il y séjournait souvent ! À l’âge de 13 ans, son père décide même de l’envoyer à l’Académie militaire de New York pour le dresser, parce que, inspiré par West Side story, Donald a été pris en train de fomenter une descente avec sa bande dans Manhattan, avec des lames de rasoir !

Cela vous donne une idée du profil psychologique du père Fred Trump, un homme intransigeant et autoritaire, qui a eu une influence décisive dans la formation de la personnalité de son fils. Fred s’était fait à la force du poignet, en amassant un capital de plusieurs millions de dollars grâce à la construction d’immeubles d’habitation pour les classes populaires à Brooklyn, et il a clairement fait de Donald son héritier, brisant et déshéritant en revanche le fils aîné, Fred Junior, un être charmeur, mais moins trempé et plus dilettante, qui avait eu le malheur de préférer être pilote de ligne que promoteur, et a fini par mourir d’alcoolisme. Cela a beaucoup marqué Donald qui a décidé qu’il ne se laisserait jamais dominer et ne montrerait jamais ses faiblesses contrairement à son frère. Fred Trump a élevé ses enfants dans la richesse – la famille vivait dans une grande maison à colonnades dans le quartier de Queens – mais aussi dans une éthique de dur labeur et de discipline, pas comme des gosses de riches, un modèle que Donald a d’ailleurs reproduit avec ses enfants.

Lire la suite de l’entretien sur lefigaro.fr

Donald Trump sait parfaitement jouer des failles de l’Empire,
lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1597152
    Le 9 novembre à 19:23 par francky
    "Donald Trump joue à merveille de son côté caricatural"

    C’est un profil à la John Wayne, on adore ou on deteste, mais D Trump ne laisse personne indifférent et c’est cela qui lui a permi de gagner....

     

    Répondre à ce message

  • #1597205

    J’ai trouvé son discours remarquable et rassembleur. Il semble laisser la porte ouverte au camp adverse et préférer le dialogue et les actes à la démagogie et manipulation populaire. Bien sûr, il dit aussi ce que le peuple veut entendre mais je pense que ce sont aussi ses convictions. Il est certain qu’il fera un paquet de choses qui ne plairont pas à l’establishment mais Trump me parait être la bonne personne au bon moment, mis à part ses points de vues sur l’écologie que je ne partage pas.

     

    Répondre à ce message

    • #1597277

      "Olivier Delamarche : Trump/Clinton, Il n’y a pas 5% de leur programme qui sera appliqué".
      Ca me parait plein de sagesse et clairvoyant sur le fonctionnement des partis politiques.

       
  • #1597339

    "... serait-il prêt à sacrifier le droit international et l’indépendance de certains alliés européens, pour trouver un accord avec le patron du Kremlin sur les sujets lui tenant à cœur, notamment en Syrie ?"

    Les USA ont sacrifié le droit international lorsque Bill Clinton était président et ont continué sous W. Bush et Obama. Les Etats européens sont des vassaux des USA et non des alliés. Si M. Trump trouve un accord avec M. Poutine les USA respecteront à nouveau le droit international car la Russie, elle, le respecte et tient à son respect.

     

    Répondre à ce message

  • #1597498
    Le 10 novembre à 00:49 par goy pride
    "Donald Trump joue à merveille de son côté caricatural"

    Je ne le trouve absolument pas caricatural mais au contraire très fin. Ce sont les médias qui le dépeignent comme caricatural mais quand tu regardes et écoutent attentivement les discours de Trump dans leur intégralité et non pas artificiellement tronqué en petit morceaux décontextualisés on se rend compte qu’il fait preuve d’une grande finesse d’esprit et de cœur. En fait c’est bien simple, tout ce qui disent les grands médias sur ce dernier est à comprendre dans le sens opposé ! Loin d’être misogyne c’est un grand amoureux des femmes (certes il l’est préfère plutôt belles que moches mais qui va lui reprocher cela ?). Il n’est absolument pas raciste, il n’est pas "populiste" mais aime et respecte sincèrement les petites gens...loin d’être belliqueux il souhaite la paix et des relations équitables avec les autres pays du monde...
    Nous vivons vraiment dans un monde à l’envers où tout est absolument inversé ! Où des types pour le coup littéralement caricaturaux, grossiers et ridicules comme Obama, Hollande, Valls...sont présentés comme sérieux et des types très fins comme Trump sont décrits comme caricaturaux ! Le monde à l’envers !

     

    Répondre à ce message