Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

France-Allemagne : vers le divorce ?

Depuis de fort nombreuses années, la question de la relation entre la France et l’Allemagne est clairement vue comme constituant, si ce n’est le cœur, en tous les cas un des moteurs de l’intégration européenne. Or, ce moteur est aujourd’hui en panne et depuis les années 2006-2007. À son sujet, on parle souvent du « couple franco-allemand ». Cette expression découle de la réconciliation franco-allemande, qui se mena sous l’égide du Général de Gaulle et qui aboutit au Traité de l’Élysée signé le 22 janvier 1963. Mais, cette expression est peut-être trompeuse. On constate qu’elle ne caractérise que la partie française dans le débat.

 

Plusieurs livres ont, ces dernières années, abordé ces questions, qu’il s’agisse d’ouvrages écrits par J-P. Chevènement ou par J-L Mélenchon. Ils montrent à la fois l’importance de cette relation, mais aussi les problèmes multiples qu’elle soulève. C’est pourquoi j’ai consacré deux émissions sur ce thème dans les Chroniques de Jacques Sapir sur Radio-Sputnik.

 

Le Traité de l’Élysée

Le Traité de l’Élysée a incontestablement marqué une date symbolique importante dans les relations entre les deux pays. Il fut conclu entre deux hommes qui avaient vécu tant la Première que la Deuxième Guerre mondiale, le Général de Gaulle et le Chancelier Konrad Adenauer.

Ce traité était en fait l’aboutissement d’un processus de réconciliation, ou à tous le moins de coopération étroite qui s’était établi depuis le milieu des années 1950. Quand l’Allemagne, à l’époque on parlait de RFA et ce terme impliquait que l’on prenait la division de l’Allemagne en deux États au sérieux, quand donc la RFA fut autorisée à reconstituer son armée, c’est la France qui fournit les avions d’entrainement à réaction de l’aviation. Puis, se développa un important programme de coopération autour d’un avion de transport, le Transall, dont les derniers exemplaires sont sur le point de quitter le service actif dans l’Armée de l’Air. Ce programme est en réalité l’ancêtre d’AIRBUS dont on voit bien qu’il ne doit rien à l’Europe ou à l’Union européenne. De même des coopérations fructueuses s’étaient nouées entre ingénieurs allemands et ingénieurs français dans les années de l’immédiat après-guerre. Les réacteurs ATAR et leurs successeurs à la SNECMA, mais aussi les moteurs fusées, lointains ancêtres de ceux qui propulsent aujourd’hui ARIANE en sont issus. Et l’on doit se poser la question de savoir si, dans le cadre de l’Union européenne de tels efforts de coopération seraient encore possible.

 

Un traité mort-né ?

Le traité de l’Élysée ne faisait nulle mention de la CEE, de l’OTAN ou du GATT. Ceci était parfaitement intentionnel. Dans l’esprit du Général de Gaulle, il s’agissait de lier les deux pays, et ceci était d’autant plus facile que même si la RFA avait retrouvé une grande puissance économique, elle restait de taille inférieure à l’Allemagne actuelle, pour pouvoir par la suite peser dans les relations internationales.

Le Bundestag, le Parlement allemand en décida autrement. En ratifiant une version modifiée du Traité, avec l’accord tant de la droite allemande que du SPD, il mit brutalement fin à l’espoir du Général de Gaulle pour qui de nombreux allemands avaient une méfiance instinctive, et il posa les germes d’un nouvel affrontement à venir entre les deux Nations. L’Allemagne avait alors choisi les États-Unis contre la France, et ce choix – que l’on peut comprendre du point de vue des intérêts immédiats de l’Allemagne – eut des conséquences considérables pour la suite.

 

Un couple inexistant ?

La notion de « couple franco-allemand » est donc passée dans le langage commun. Mais, uniquement en France. Dans la presse allemande c’est plutôt l’expression de Partenariat qui est utilisée, mais jamais celle de couple. Il nous faut d’ailleurs regarder le déséquilibre dans le discours et les perceptions entre les deux rives du Rhin. Le cas de la chaîne de télévision Arte est de ce point de vue exemplaire. Chaîne en vision libre en France sur la TNT, elle est reléguée sur le câble en Allemagne. En fait, la vision du « couple » est très différente entre les deux pays, et les français sont sans doute les seuls à croire à son existence. Ces déséquilibres dans la perception de l’autre affectent aussi le projet européen, conçu comme la continuation de la construction étatique en France, mais comme la poursuite de la structure fédérale, héritée du Saint Empire Romain Germanique en Allemagne.

Non que des accords de coopération économique, politique et culturelle ne se soient largement développés entre les deux pays. Mais l’Allemagne, et ceci d’autant plus que la réunification a largement changé la donne, avance pour elle-même et ne tient aucun compte de cette notion de « Couple ».

 

Le temps de l’affrontement est-il revenu ?

Il faut alors revenir sur la réalité de la relation entre la France et l’Allemagne aujourd’hui, et surtout sur l’influence, que certains jugent bénéfiques, que d’autres jugent perverses, de la politique allemande sur l’Union européenne.

Nous avons tous en mémoire l’extrême brutalité de cette politique vis-à-vis de la Grèce en 2015. L’inflexibilité du gouvernement allemand, couplée il faut le dire à la faiblesse et à la pusillanimité du Premier ministre Grec, Alexis Tsipras, ont abouti à la capitulation de ce dernier pays devant les exigences allemandes.

Au-delà, la politique économique de l’Allemagne pose problème. Ce pays, devant lequel nombre de candidats à l’élection présidentielle française font aujourd’hui révérence, ainsi en est-il de François Fillon et d’Emmanuel Macron, et ainsi en serait-il d’Alain Juppé s’il devait être candidat, mène en réalité une politique mercantiliste qui est désastreuse pour la zone Euro tout comme pour l’ensemble de l’Union européenne.

On voit bien que cette politique ne saurait être imitée. Si tous les autres pays se livraient à la même politique, cela plongerait immédiatement l’UE dans une crise d’une violence encore jamais vue.

Mais alors, comment faire entendre raison aux dirigeants allemands, et plus profondément au peuple allemand ? Est-il possible de la faire par une simple coopération, par des discussions, ou le temps de l’épreuve de force n’est-il pas revenu ? La question de l’euro joue ici un rôle essentiel. Car, l’euro est bien le pivot de la politique allemande.

Pour discuter de ces diverses problèmes, j’ai reçu Eric M. Stephan Martens, professeur de civilisation allemande contemporaine à l’Université de Cergy-Pontoise pour parler de l’historique de la relation franco-allemande depuis 1945, puis Coralie Delaume, blogueuse, journaliste et spécialiste de la gouvernance économique européenne et Liem Hoang-Ngoc, ancien député européen et responsable des questions économiques dans l’équipe de campagne de la France insoumise, pour aborder l’état de la question aujourd’hui.

 

On peut écouter la première partie de l’émission, avec le professeur Martens ici :

 

Et la seconde, avec Coralie Delaume, blogueuse et Liem Hoang-Ngoc, économiste, ici :

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1678184
    le 05/03/2017 par dixi
    France-Allemagne : vers le divorce ?

    Il est bien gentil Mr Liem Hoang-Ngoc ,mais dire c’est Mélanchon qui propose la sortie de l’euro et l’UE ,c’est un gag !! Mr Liem Hoang-Ngoc nous dira pour qui Mr Mélanchon va se rallier si il y a un duel entre MLP et Macron .Si il pouvait nous répondre ,qu’on rigole un peu .


  • #1678189
    le 05/03/2017 par The Médiavengers
    France-Allemagne : vers le divorce ?

    Les billets et analyses de Jacques Sapir sont toujours un régal à lire.


  • #1678196
    le 05/03/2017 par MPNF
    France-Allemagne : vers le divorce ?

    Bien que je partage les points de vue de ces 3 personnes, il m’apparaît de souligner que notre supposé aigrefin mafieux 1er Kermitt mitterand pensait à juste mesure duper l’Allemagne mais ce n’est pas sans compter sur l’agilité du surprenant H. Khol que notre supposé malin mafieux s’est fait posséder. L’Allemagne tire profit de sa suprématie au sein de la zone Euro pour mettre au pas l’ensemble de ses membres puisque l’euro est taillé sur mesure pour ce pays : la parité euro = Deutsch mark a permis à l’Allemagne de conserver son rôle de leader et donc de mener la danse. Selon moi, il n’exista aucun couple franco-allemand mais un tyran (l’Allemagne) et sa marionnette (la France).


  • #1678371
    le 05/03/2017 par Rémi O. Lobry
    France-Allemagne : vers le divorce ?

    L’Allemagne.... J’aimerais bien parler allemand, lire leurs auteurs dans le texte.
    Mais, pour des raisons diverses et variées, j’ai été élevé à Londres. Du coup c’est l’anglais que je parle. C’est moche l’anglais, ce n’est qu’un outil, comme un langage informatique. Et la plupart de ses locuteurs parlent plutôt le Pidgin English.

    L’Euro ? C’est le Deutch Mark ! Au début il s’appelait l’ECU (European Currency Unit) et c’était une monnaie commune, pas unique. Je me souviens d’une réunion à la Barclays Bank en 1987 où des roast-beef disaient que ça ne pourrait pas s’appeler l’ECU bien longtemps. Si ça rappelle l’écu aux français, en allemand, sans leur umlaut, ça se prononce ékou. Il y avait encore plein d’imprimantes à l’époque qui n’imprimaient qu’en typographie pauvre, que des majuscules. La typographie riche c’est le mélange upper case / lower case avec les accents. Et un anglais m’a dit que ékou en allemand ça voulait plus ou moins dire Tas de boue ou Tas de merde. Pas trop classe..

    Géniale l’idée d’avoir une monnaie unique avec des allemands qui construisent de grosses bagnoles bien solides et bien chères là où nous faisons de petites bagnoles bien cheap dont l’obsolescence est programmée. Nous n’avons ni la même culture ni la même économie, ni les mêmes règles et encore moins la même mentalité ni la même vision du monde. Je ne parle pas des grecs, eux, qui peinent encore à comprendre ce qu’est un foyer fiscale dans un pays où il n’y a pas de cadastre.

    Les allemands nous aiment bien nous les français. Ils viennent toujours nous voir. En temps de paix ils débarquent dans leurs grosses berlines pour bouffer des glaces sur nos plages en essayant de lire du Christine Angot. En temps de guerre ils viennent aussi mais avec des chars et des flingues pour boire notre pinard et pousser nos femmes vers la tondeuse ;

    En 1969/70 j’avais une petite copine ouest-berlinoise, Beate. Il m’avait offert un tout petit billet, imprimé que d’un seul côté, d’un million de Marks. Il en fallait une brouette pour s’acheter trois patates durant leur République de Weimar. En échangeant 5 Deutch Marks de RFA contre 5 Deutch Marks de RDA, je pouvais m’acheter un visa de 24 H à Berlin Est. Beate m’a aussi appris que, lors de sa visite à Berlin, J.F. Kennedy ne leur avait pas dit "Je suis berlinois !" (Ich bin Berliner),mais "Je suis un petit biscuit !" (Ich bin ein Berliner.),

    Come on Germany ! Come and invade us again ! We’ve been missing you !

     

    • #1678473
      le 05/03/2017 par Hamlett
      France-Allemagne : vers le divorce ?

      Excellentissime


    • #1678475
      le 05/03/2017 par Fan
      France-Allemagne : vers le divorce ?

      Genial thks


    • #1678479
      le 05/03/2017 par Paysan Breton
      France-Allemagne : vers le divorce ?

      @ Rémi O. Lobry

      Effectivement, Kennedy a dit qu’il était un beignet (Berliner = boule de Berlin, comme on dit en Alsace). Heureusement que le mur n’était pas à Paris, il nous aurait dit qu’il était une capote (ein Pariser)... Quant à l’ECU, les Allemands n’en voulaient effectivement pas, E-Kuh aurait donné un petit air bovin à cette monnaie (die Kuh = la vache) assez malvenu pendant les années de vache folle.

      La France et l’Allemagne. Le Royaume et l’Empire. Une nation et un peuple. Céline et Rilke. Deux entités que tout oppose mais qui ne marchent ensemble que par la tutelle de tonton Sam, qui redoute par-dessus tout l’alliance qui pourrait faire chavirer l’Empire.


    • #1678745
      le 06/03/2017 par Echo1
      France-Allemagne : vers le divorce ?

      Je vous rejoins presque parfaitement dans votre analyse.
      Vivant en Allemagne et parlant couramment la langue, je peux vous confirmer qu´on est à milles lieux de la langue anglaise qui n´est qu´une bouillie vide de substance et qu´un pur outil de communication. La langue allemande est d´une précision ahurissante. Chaque concept a son mot, à rallonge certes, mais clairement définissable. Manier l´allemand, c´est ne laisser aucune chance aux malentendus. Ils sont et resteront totalement "sachlich"(concrets). S´imaginer une seule seconde qu´on pouvait les amadouer par le biais de la monnaie européenne, c´était les sous-estimer. Ils ne sont pas dupes et ne sont pas portés sur autre chose que leurs interêts. En un sens, on ne peut pas les blâmer d´avoir été plus malins que nous. Mais on peut définitivement blâmer nos dirigeants passés et présents pour leur trahison des intérêts de notre pays et du peuple.
      Par contre, je suis en désaccord avec vous sur la proposition qu´ils nous envahissent à nouveau... après tout, ils contrôlent déjà notre politique et la monnaie, donc c´est déjà fait...
      Nous vivons dans un 4ème Reich qui s´ignore !