Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

France : de l’exode rural au retour à la nature

Vivre à la campagne : le retour au vert des Français ?

Dans cette émission, France24 quitte la région parisienne et prend la direction de la campagne. Si la grande majorité des Français habite en ville, beaucoup d’entre eux, notamment les jeunes, se disent prêts à tout quitter pour partir s’installer en zone rurale. La vie à la campagne a en effet de quoi séduire : grands espaces verts, rythme de vie moins stressant et coût de la vie plus abordable.

 

 

Réussir son retour à la campagne avec Kontre Kulture :

Lire également, chez Kontre Kulture :

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1566425

    Ouais et bien, qu’il ne viennent pas nous emmerder de trop, ces jeunes débiles parce que "le coq chante le matin", ou que "les cloches de l’Église sonnent", hein... Et ces 2 exemples, je les ai vécus...

    Ici c’est chez nous !!! Pas chez les "citadins néo-convertis" qui savent tout mieux que tout le monde, voire mieux que les enseignements familiaux du bouche-à-oreille depuis des lustres... (pour ma part, depuis 1751, au moins...)

     

    • #1566448

      ça a dû être long tout seul depuis 1751...


    • #1566450

      Belle volonté de partage de vos connaissances et de transmission de vos valeurs, merci.


    • #1566518

      Globalement d’accord. Mais récemment, en zone rurale, j’ai discuté avec une infirmière libérale qui me disait que le monde agricole était touché par une épidémie de cancers inouïe. Trop de pesticides etc. Puis nous avons parlé de l’épidémie d’obésité qui grandit (à la campagne, la sortie c’est trop souvent l’hyper et sa petite zone commerciale) Deux tragédies peu connues et que la sagesse ancestrale n’a pas vu venir.

      Mais oui, d’accord :a country boy can survive...


  • #1566451
    le 27/09/2016 par la pince mon seigneur
    France : de l’exode rural au retour à la nature

    le truc c’est que si on applique un retour d’activités du type "balancer des pesticides", autant rester en ville, on respire mieux...


  • #1566461
    le 27/09/2016 par captainauvergne
    France : de l’exode rural au retour à la nature

    Il commence mal, ce reportage : "nous avons décidé de quitter Paris..." Comme si la France se divisait en deux catégories, les parisiens (comprendre, les gens normaux qui pensent comme il faut, mangent comme il faut, vivent comme il faut et votent à gauche), et les campagnards (comprendre, les ploucs, et quelques ultra-aventuriers qui ont quitté Paris pour s’essayer dans des endroits sans boulangerie, cinéma, théâtre).


  • #1566478
    le 27/09/2016 par bibi Fricotin
    France : de l’exode rural au retour à la nature

    La campagne c’est super ,mais il faudrait d’abord que l’état cesse de ruiner les moyens de transport qui permettent la mobilité . Toutes les petites voies ferrées et gares pourraient étre rétablies avant de construire un TGV Paris ;Kuala Lumpur .
    Des territoires entiers sont à l’abandon en France ,des milliers de villages sont en ruines ,dans l’Est ,l’Ouest ,le Centre . Des villages et bourgs que j’ai connu vivants et magnifiques sont aujourd’hui des copies de Detroit .
    La belle maison Bourguignonne au milieu des vignes de mes grands parents a été transformée en ’Maison d’hotes ’ à 300 euros la nuit ,les vignes rasées , les pierres recouvertes de béton, pour quelques Bobos Allemands en mal d’exotisme jusqu’à la faillite assurée et le délabrement final du lieu . En centre Bretagne les gens vivent SANS Bus ,sans trains ,sans poste ,sans réseau web , sans épicerie ,sans café , sans médecin , des bleds entiers sont vides d’habitants ; Dans l’Ariège idem .
    Voilà je pense le résultat du mépris des "élites" pour le monde rural depuis des décennies et de l’abandon total de ce qui n’est pas digne d’attention .
    .Au fait des" migrants " envoyés à la campagne sur une ile Ecossaise se sont plaint d’étre envoyés parmi des gens qui attendent la mort ! C’est charmant !


  • #1566485

    De mon point de vue,
    le retour à la terre n’a un sens favorable au monde vivant et donc à nous-mêmes que si on fait ce retour à la terre en ayant rejeté le schéma qui a amené nos ancêtres à quitter la terre, et qui est toujours enseigné aujourd’hui :
    il faut "gagner" sa vie. Il faut avoir un métier, avoir un salaire pour "gagner" sa vie.
    "Il faut produire pour sortir un salaire"
    Tous les retours à la terre qui se font dans ce schéma là, et c’est la majorité, participent au systeme qui nous détruit.
    Le retour à la terre n’a vraiment du sens que si on le fait dans la démarche de retrouver notre autonomie. Et pour retrouver son autonomie il est nécessaire de le faire à plusieurs, en collectif.
    Je suppose que c’est ainsi que fonctionnaient les villages autrefois, les gens avaient une autonomie familiale, qui était complété avec les échanges et l’entraide avec les voisins.
    Ils n’avaient que peu d’argent parce que l’argent servait à acheter des extras, au-delà de l’autonomie villageoise.

     

    • #1567075
      le 28/09/2016 par Le trésor de Rackham
      France : de l’exode rural au retour à la nature

      L’autonomie c’est beau jusqu’à un certain point , enfant j’allais en vacances en Bourgogne ,le petit village avait : un médecin de campagne qui faisait office de sage femme et d’assistant social , une poste , une église avec un curé à la sacristie qui sonnait les cloches , une épicerie ,2 cafés ,des commerces ambulants ;poissonnier ,boucher ,boulanger , épicier et c’était la féte ces camions pleins de bonbons et de lessive à cadeaux . C’était bien utile malgré l’autonomie des habitants qui avaient tous verger ,potager ,vaches , vignes ,poulailler et autres animaux .
      En Ariège dans la vallée il y avait méme un cinéma mobile qui venait le Samedi soir dans l’arrière salle du café et nous passait des péplums ante diluviens ,tout le village assistait aux projections (le projectionniste menaçait d’arréter et de partir si " la jeunesse "continuait à brailler ! )
      Et vraiment je n’ai pas honte d’étre nostalgique de cette époque que j’ai eu la chance de vivre ..


  • #1566528

    Plus que le retour à la nature, c’est surtout pour fuir les immigrés.

    Le phénomène est très étudié dans les pays anglo-saxons victimes aussi de la présence massive d’extra-européens, sous le nom de "White Flight" (exil des Blancs).
    https://en.wikipedia.org/wiki/White...

     

    • #1566675

      Hahaha, il faut donc toujours tout ramener à des lubies éthiques c’est ça ? Dans ma cambrousse les "allogènes" (terme à gerber...) participent aux fêtes des villages, viennent se beurrer la gueule avec nous les "de souche" et s’en foutent royalement de ce que vous pouvez voir dans les "reportages" à sensation "vu à la TV". Alors soufflez un peu et sortez de votre bunker, camarade...


    • #1566763

      @Hahaha
      Et bien quitte un peu "ta cambrousse" pour venir voir ce qu’il se passe en ville... Viens vivre à Paris, je ne te donne pas 1 mois avant que tu ne retournes sur tes terres....


    • #1566787

      Intéressante remarque, je trouve pour ma part.
      Il ne sagit pas de condamner ou de faire l’éloge de cela. Il faut le voir, le reconnaitre... et merde à zemmour au passage... Le white flight est une réalité qui s’explique par le désir de l’anglais de refuser un changement qui s’impose à lui, et qui n’est pas viable pour son épanouissement. Personne ici où là bas ne veut de mixité sociale, de métissage... Il n’y a peut être que nous autres continentaux qui faisons comme si.... bah !
      Les anglais sont de bons vivants, et il y en a plein nos campagnes camarades !


    • #1566796

      Hahaha, @ Ikar, camarade, j’y ai vécu dans ces grandes villes avec leurs quartiers "fleuris". Et ce n’est pas la France. Tout au plus une réplique de l’Amérique...


    • #1566823

      @ Ramir. En langage politiquement correct on dit : " Il y a trop de voitures à Paris "


    • #1567460

      @lulu Haha, belle formule ;)

      Le racisme anti-voitures n’est pas (encore) condamné.


  • #1566571

    En ce qui me concerne, je vis a` Crest, ce fort joli bourg de 8000 âmes environ, gouvernée par sieur Mariton, impayable Monsieur OuiNon NonOui. Nous sommes quand même nombreux a` survivre, soit en camion, soit en camping 6 mois par an, soit dans un garage, soit cohabitation intergénérationnelle. Ces adaptations suffisent a’ peine a’ adoucir la pente douce qui mène au caniveau.

    Même avec des loyers moins chers, c est très dur de s’en sortir. Il y a peu de postes au dessus du smig, et beaucoup de temps partiels. Même les entreprises produisant pour de grandes marques tournent au ralenti. Des créations d activités et d emplois en CESU a’ foison, dans le service a’ la personne, créant une sacrée compétition réduisant les parts de marché. Comme de partout, des postes CUICAE gourmands en chairs fraiches et vite périmées.

    Quelques uns effectivement s’installent, mais beaucoup ferment boutique.

    Sans compter les offres d emploi en doublon, ou carrément bidonnées qui font croire qu`il y a pléthore d emploi, et les mêmes employeurs toujours en train de recruter, car ils ne trouvent jamais le mouton a 5 pattes.

    Sinon, par beau temps, c’ est chouette !!!

     

    • Un bourg au delà de 2000 âmes c’est deja trop et ça part souvent en vrille.


    • #1566684

      Vivant dans les Alpes-de-Haute-Provence, j’ai remarqué que bien des offres d’emploi sont des offres fantôme, après avoir postulé à nombre d’entre elles, Pôle Emploi m’envoie un message comme quoi l’offre est "suspendue". Mais comme on est dans une société d’apparence, la conseillère est bien contente de constater que j’ai répondu à X offres d’emploi et que donc je suis une chômeuse ’activement en recherche d’emploi"..... !


  • #1566690

    Il est bien gentil ce reportage mais les exemples de "cybertravailleurs" même s’ils ont le mérite d’exister reste une exception. J’ai vu une fois un reportage alléchant sur les entreprises internet en Ariège mais la majorité des néo ruraux dans ce magnifique département vivent de petits boulots ou sont auto entrepreneurs précaires.... N’empêche que le dégoût pour la grande ville peut être tel, que bon nombre de ces ruraux préfèrent supporter les inconvénients de la campagne (offres d’emploi rares, transports en commun souvent quasi inexistant, prix élevés parfois dans les magasins à cause du tourisme, locaux parfois une peu "rude" etc...) plutôt que de retrouver les inconvénients de la grande ville, souvent devenus trop insupportables.

    Un conseil pour le "candidat" à la campagne. J’habite dans le Sud-Est depuis plus de vingt ans et les prix des loyers deviennent bien trop élevés. Préférez une région moins ensoleillée certes, mais avec pour le même prix, un logement plus grand (c’est le cas d’amis partis de la Provence pour l’Aveyron qui sont passés d’un appartement à une grande maison et sont passés de 800 à 650 euros...)


  • #1566696

    Je suis trop contente de voir ce reportage ! :)

    Je suis directement concernée. Parisienne, actuellement professeur-stagiaire a Arcueil, toujours étudiante a la Sorbonne, je suis en Master 2 (ma dernière année universitaire si tout va bien).

    Mon projet : m’installer dans un village quelque part dans la Nièvre. Je m’y suis rendue courant juillet et je confirme que la vie y est plus agréable...

    Je ne connais que Paris : j’y suis née et j’y ai grandi... je suis juste une fille des villes.

    J’ai hâte et je suis toute excitée !

     

    • #1566770

      Idem pour moi. Parisien depuis 25 ans, je suis totalement en rupture avec ma ville que je ne reconnais plus et que je supporte de moins en moins. Juste envie de foutre le camp. Certainement direction la Bourgogne également.


    • #1566825

      Vous avez raison la Nièvre c’est bien !
      Même Soral s’ y est installé !

      J’y vis depuis plusieurs années et c’est très agréable.
      C’est très rural. C’est un des département le mois peuplé de France et qui continu à perdre de la population.
      Pas très touristique, ce qui évite les flux estivaux comme dans certaines régions.
      Et pourtant assez proche de Paris s’il y a besoin.

      Je vous invite à y venir vous y installer.
      Les grandes villes sont perdues. La reconquête se fera par les campagnes !


  • #1567038

    De bonnes antennes 4G et des bons compteurs linky pour une bonne vie à la campagne ! La fibre c’est bien, au moins il n’y a pas toutes ces ondes mortifères.


  • #1567446

    J’pense que le concept de revenu de base serait la solution pour repeupler les campagnes et recréer des dynamiques de villages.

    Quand on y réfléchit bien il y aurait beaucoup de retombées positives à cela.
    Un retour vers la terre, davantage de produits bio...
    Cela désengorgerait les grosses villes dans lesquelles les populations se concentrent comme des mouches, réduirait la pollution, des périph’ et transports en commun plus aérés, etc..
    Une chose en amenant une autre, des boulangers viendraient s’y installer, bouchers, artisans, etc..

    Je ne suis pas sûr qu’un revenu de base apportera plus de problèmes qu’il n’en résoudra. A suivre les finlandais font des tests.


Commentaires suivants