Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Italie : un projet de "musée du fascisme" divise

Entre repentance et fierté

À Predappio, où est né et enterré Benito Mussolini, le maire souhaite faire un « musée » sur le fascisme dans un ancien bâtiment du régime, où il doit pour l’instant se contenter de slalomer entre les fientes de pigeons.

 

Les divisions autour du projet, que l’édile de cette commune d’Emilie-Romagne de 6 500 habitants porte depuis sept ans, révèlent que le sujet reste encore sensible en Italie, où les nostalgiques commémoreront jeudi les 71 ans de la mort du Duce.

Composé d’un bourg médiéval et d’une ville moderne, Predappio abrite deux sites touristiques : la maison natale de Mussolini, où son père tenait un atelier de forgeron, et la crypte où sa famille est enterrée.

Au centre de la commune, un bâtiment de 2 400 m2 sur trois étages, à l’abandon depuis une vingtaine d’années, surplombé par une tour de 40 mètres : l’ancien siège du parti, dans lequel, une fois trouvés les six millions d’euros nécessaires à la rénovation et à l’aménagement, la municipalité veut installer d’ici 2019 un « centre d’étude et de documentation sur le fascisme ».

La culture et la recherche historique semblent en effet « l’unique solution » pour ne pas laisser Predappio s’enfermer dans une image de lieu symbole du fascisme, confie à l’AFP le maire (centre-gauche), Giorgio Frassinetti, la cinquantaine replète.

[...]

Parce que « le vrai ennemi à combattre, c’est l’ignorance, la banalisation de l’histoire », assène l’élu, en citant l’exemple du centre de documentation sur le nazisme ouvert l’année dernière à Munich. « Je pense que l’Italie doit également solder ses comptes ».

Le professeur d’histoire contemporaine Marcello Flores acquiesce. « La vision strictement idéologique du fascisme est terminée : il est fini le temps où on lui opposait un jugement moral, où on le condamnait sans chercher à comprendre », assure-t-il à l’AFP.

Certes, « le sujet est tabou » et les historiens ont « peur » de l’affronter, redoutant d’en arriver à « célébrer cette période de l’histoire, à en sortir le positif », reconnaît-il.

Mais, signe d’un changement des mentalités, le gouvernement de Matteo Renzi a d’ores et déjà exprimé son "intérêt" pour le projet et devrait verser une partie des fonds.

 

Négationnisme inacceptable

Dans le petit cimetière où repose la famille Mussolini, tout semble tranquille. Mais dans la crypte ornée d’un célèbre buste du Duce, le livre d’or atteste des foules qui s’y pressent : 50 000 personnes par an, qui réclament toutes la même chose : « Reviens ! ».

Lire l’intégralité de l’article sur france24.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1453546

    A mé mi piace molto Il Dulce perché quando lo vede mi fa sempre ridere. On dit de cet ancien professeur qu’il avait un certain bagage culturel et que c’était un homme très intelligent, ce qui me paraît si difficile à croire. Ce clown se prenait pour Jules César tout en amenant son pays vers la ruine. Le seul point positif de son règne c’était d’avoir éradiqué entièrement la mafia. Quel bilan !

     

    • #1453615
      le 27/04/2016 par boumchakalaga
      Italie : un projet de "musée du fascisme" divise

      C’est le fascisme ou c’est la guerre qui a amené l’Italie vers la ruine ?


    • #1453687

      Pas du tout ! L’Italie n’a jamais été bien gouvernée que sous les français et sous Mussolini. Pour ce qui est du bilan, vous oubliez les accord du Latran qui ont mis fin à la ridicule guerre religieuse en Italie. Lui parti, la mafia est revenue. Les français ne l’aiment pas parce qu’il a assez ignoblement déclaré la guerre à l’Ethiopie et ensuite à la France trois jours avant l’armistice de 40. Ils le traitaient de "césar de carnaval". De sorte qu’on ne sait trop quoi en penser. Plus son programme était intéressant, plus la situation internationale devenait impossible (la "république de Salo" : son programme est quasiment celui des écologistes et des socialistes réunis. Totalement "moderne", selon la méthode "paranoïaque-critique" de Dali, mais .. en politique. Bazar garanti.

      On se gaussait nous français des ridicules du personnage. Avec Hollande, Monsieur de la Posture, on devrait être moins arrogants plus modestes, plus circonspects.


    • #1453828

      "L’Italie n’a jamais été bien gouvernée que sous les français et sous Mussolini."

      Soit tu n’as pas de sang italien soit tu est Padanien pour oser dire de telles choses !


    • #1454166

      On dirait que tu parles de Flamby


  • #1453560

    Le 20ème siècle n’aura pas été favorable aux vrais patriotes, c’est le moins que l’on puisse dire .


  • #1453566

    belle tentative de soumettre, par culpabilisation, le peuple italien.
    mais Mussolini n’ayant pas laissé de "camps d’extermination" et autres vestiges du "crime de lumière", c’est un peu plus compliqué...

     

    • #1453593

      incroyable qu’on triture chaque pays et ses habitants sur son passé , pour les culpabiliser -
      la jeune génération qui n’ est pour rien, a raison de se révolter et de ne pas subir cette mascarade
      c’est Mitterrand qui avait raison en n’acceptant jamais de se soumettre à ce qu’il appelait : le chantage de la Haine


  • #1453585

    Pourquoi l’Italie n’aurait pas ce droit de remémorer son histoire ?

     

    • #1453628

      Parce que cela déroge au droit des Mêmes à disposer des peuples ?


    • #1453924

      Italie" ? Cela dépend. De quoi parle-t-on ? Les périodes glorieuses ou brillantes de l’Italie, état de construction récente né des rêves de Napoléon III et de la volonté des sociétés secrètes (carbonaro), sont plus antérieures à lui. C’est un pays d’ailleurs où les villes ont plus d’importance que l’Etat central. Et cela, c’est pas mal. Mussolini a réussi à faire croire un moment que l’Italie était une grande puissance avec laquelle il fallait compter. Il était très bien vu des gouvernements d’Europe, France et Angleterre, et pas seulement de l’Allemagne dont au début il se méfiait. C’est Hitler qui a porté une reconnaissance immense à Mussolini pour ne pas avoir bougé au moment de Munich.


  • #1453652

    "C’est le fascisme ou c’est la guerre qui a amené l’Italie vers la ruine ?"

    Les documentaires que j’ai vus sur le Duce font parties de la version officielle. Je ne sais pas si ils ont un Vincent Reynouard Italien. Perso, je crois que c’est un mélange des deux et le fait d’avoir choisi, au gré des circonstances et des alliances, le mauvais camps. Cela dit, il y a des faits qui sont attestés comme sa folie des grandeurs en voulant faire revivre l’empire romain qui s’étendrait jusqu’en Abyssinie (l’actuel Ethiopie). Sur le net, il y a des bons docus sur lui (en italien)

     

    • #1453688

      Je ne suis pas fan du personnage mais enfin il n’est pas pire que ceux lui ayant succédé, sous son régime plus de "mafia" gangrenant les provinces ce qui est notable, concernant son délire d’expansion l’armée italienne (bien avant le duce) c’est très vite confronté à sa médiocrité et son manque de technique.
      Mon arrière grand père pendant son service militaire en Libye en 1911 l’avait déjà constaté.

      On notera l’absence de la SDN lors de l’appel du Négus...
      Beaucoup de similitudes pour des pays qui d’apparence n’ont rien en commun, toujours les mêmes aux manettes :

      Italie : unifier par la république maçonnique massacre, répression et appauvrissement.
      Éthiopie : diffamation, lynchage, assassinat du roi mise en place d’une république
      France : nous connaissons la suite


    • #1453715

      Le problème du Duce , c’est sa mauvaise interprétation de l’histoire : Il a cru aux légendes véhiculées par le "de viris illustribus urbis Romae", sur la grandeur de Rome et ses conquetes .La vérité , sous Scipion , comme sous Mussolini , c’est que les romains n’ont conquis que le Latium , et la Campanie.Ils n’ont jamais été des guerriers, des maçons oui, des artistes, peintres, sculpteurs, musiciens , des agriculteurs remarquables,des juristes, des organisateurs et des ingénieurs , mais pour la guerre zéro , et c’est toujours vrai.Dans l’OTAN , lorsqu’ils participent à une OPEX , il faut repérer leurs popotes et se faire inviter le jour des pates : pour ça, ils sont les meilleurs .Les conquetes romaines sont essentiellement le fait de mercenaires : cavaliers gaulois et germains , frondeurs ibères, celtes, numides etc....


  • #1453691

    Comme certains de ses ministres, comme Ciano, demandaient à Benito, en 1939, de rompre l’alliance avec Hitler, il leur répondit : " Non siamo puttane ". C’est quelque chose que les nains sionistes qui sont au pouvoir en France ne peuvent pas comprendre .

     

    • #1453727

      C’est très juste. L’alliance entre Mussolini et Hitler était une amitié d’homme à homme qu’aucun des deux n’a trahie. Cela leur a coûté cher à tous les deux, notamment lorsque l’Italie s’est mis dans la tête de faire la guerre à la Grèce ! Hitler n’avait pas été prévenu.

      Pendant six mois, seize divisions grecques insuffisamment armées immobilisèrent en Albanie vingt-sept divisions italiennes disposant d’un équipement bien supérieur au leur, jusqu’au moment de l’attaque obligée des armées allemandes, le 6 avril 1941.

      Les succès militaires grecs en Albanie ont constitué la première victoire des Alliés contre l’Axe, encouragé d’autres peuples hésitants, détruit le prestige de Mussolini et influencé l’attitude américaine. La résistance en Crète a immobilisé les forces d’élite allemandes et la résistance des peuples albanais, yougoslaves et grec a contraint Hitler à ajourner l’attaque contre l’Union soviétique, délai qui s’est révélé vital pour celle-ci.

      Si on recense les erreurs des Mussolini, celle-ci est certainement la plus grande.

      Des musées existent en Grèce à propos de cette campagne. (Musée de la guerre de Thessalonique) et Mussolini n’y est pas ménagé. Inutile donc d’en ouvrir un en Italie.


  • #1453745

    Les Espagnols ont bien un musée (et une association) en mémoire de Francisco Franco et de son oeuvre.

     

    • #1453833

      Mais il y a aussi un musée Pétain à Cauchy-à-la-Tour, sa ville natale. C’est en Artois. 3 000 âmes environ. Aucun fléchage. Ni plaque de rue, ni panneau, rien. Seul le blason de la commune où figure un bâton de maréchal, évoque subrepticement le passage de Philippe Pétain dans la commune (il n’y a habité que quelques années avant de partir en pension). Une plaque a bien été apposée sur la maison natale, rappelant qui a vu le jour ici le 24 avril 1856, celle-ci demeure cachée depuis la rue. Rachetée au début des années 1990 par l’association de défense du Maréchal Pétain (ADMP), la maison a depuis été transformée en musée. Un musée confidentiel qui, depuis des décennies, connaît une affluence singulière dans la dernière décade d’avril...


  • #1453786

    Ne pas juger d’une situation donnée avant de connaitre la précédente.... !!!
    L’Italie,pays neuf réuni par la force a connu une misère dans le sud du fait de la disparition des barrières douanières et des impôts nouveaux !
    Les tentatives coloniales ont foirés en Lybie (1911)et en Ethiopie(désastre d’ Adoua)...
    L’entrée en guerre en 1915 ,grâce au député socialiste Mussolini,n’a abouti qu’à la ruine et à la trahison des alliés sur la question de Fiume (Rijeka aujourd’hui)...La reprise en mains,par la force,du nouveau chef de parti appelé fasciste,Mussolini,a été salutaire socialement et économiquement (fin de la dette en 28,accord du Latran en 29) par des grands travaux (autostrades,marais pontins..),l’éradication de la Mafia sicilienne par le préfet Mori reste la seule tentative réussi d’abattre la pieuvre !...L’aspect militaire du régime a fait croire que son armée était puissante et Hitler a dû reculer en 34 en Autriche...Mais l’illusion a été vite dissipée dans l’action face à la France en 40 dans les Alpes,à l’Angleterre en Somalie et en Lybie...et en 43,tout était fini malgré une maigre tentative en 44/45,Le Duce s’est fait prendre et salement exécuter...Peut-être en savait-il trop car il n’y a pas eu de procès !

     

    • #1454194

      Trsè intéressant ce que vous écrivez. L’Italie est en effet un pays "neuf" contrairement à la vision touristique du monde.

      On pourrait dire corrélativement que les Etats-Unis sont un pays vieux, très vieux. Figés depuis leur création au 18ème siècle dans un biblicisme archaïsant. Et ils font croire qu’ils sont "modernes" et innovateurs. Pas en politique ! Les italiens sont, politiquement, certainement les plus modernes. Troublant


    • #1454397

      Depuis Machiavel et même avant,les italiens ont inventé la politique...C’est le deuxième art qu’ils maîtrisent le mieux !

      En 1915,L’Autriche-Hongrie était prête à céder sur le Trentin sans qu’un coup de feu soit tiré...juste pour ne pas faire la guerre avec l’Italie...Mais Mussolini,payé par la France,arriva à convaincre le roi du contraire...Une belle occasion perdue suivi d’une ruine mais le grand Guiolitti n’était plus président du conseil.. !!


  • #1453853
    le 27/04/2016 par Requiem for à Dream
    Italie : un projet de "musée du fascisme" divise

    Peut être qu’un jour en France on organisera une exposition sur le Hollandisme. Avec une statue en bronze de Grokon Premier sur son scooter. Quelques sans-dents moulés dans du plâtre, des migrants empaillés et des sucettes en forme de plug anal.

    ...Comment expliquera-t’on cette misérable époque à nos petits enfants ?

     

    • #1453927

      On ne fait guère de grande histoire avec quelqu’un qui se dit "normal" ! Mais de quelle norme parle-t-il ? Il se rapproche de plus en plus de Louis-Philippe qui n’a pas laissé un souvenir impérissable et qui est parti en exil des Tuileries en fiacre et sous un parapluie.


    • #1453947
      le 28/04/2016 par Requiem for à Dream
      Italie : un projet de "musée du fascisme" divise

      Ah oui ! ou encore Léon Gambetta qui a fui en montgolfière en 1870. Un grand ami d’Adolphe Cremieux et de Jules Ferry...

      A vrai dire Listener, je le trouve très anormal cet homme, je parle de l’actuel locataire de l’Elysée. Non mais c’est vrai quoi, il a pas des réactions normales ce président dit "normal". Savez-vous qu’il existe une clause dans la constitution qui dit qu’un président peut être destitué si sa santé mentale montre des faiblesses. Qu’attendons-nous ? Gonflons les montgolfières , et préparons du vin, des volailles et des faisans pour fêter ça .


    • #1453954
      le 28/04/2016 par Requiem for à Dream
      Italie : un projet de "musée du fascisme" divise

      En tout cas, Pepito n’est pas Benito.


    • #1454029

      A dream. Il est imprudent parler de "normes" en matière de "pouvoirs", et surtout le pouvoir d’un chef d’état et un peu de pouvoir dit "exécutif" (les deux sont en fait distincts). En fait, on ne sait si un chef d’Etat est "normal" ou pas. Il faudrait pouvoir en juger et se constituer en tribunal. On ne peut pas. Ce serait être au dessus de lui. Or il incarne le sommet de la hiérarchie du pouvoir. La situation est aporétique. Charles VI , fou au pouvoir, n’a jamais été disqualifié pour cela.

      Mais on peut considérer un point. N’oublions pas que la république contrairement à la monarchie est normalement très vertueuse et même collet-monté sur le plan des mœurs. Or cet homme est un célibataire militant tout en vivant en couples successifs. C’est une anormalité sociale, à tout le moins, c’était considéré comme cela autrefois. Il tient donc du bobo libertaire, vaguement jouisseur et blagounetteur, faussement niais et dragueur bêtasse et qui veut, par suffisance égotique, "garder sa (petite) liberté". Ce n’est pas dans la "norme normale", si j’ose dire. Mais on peut l’affirmer. Ses femmes successives à qui il refuse le mariage se révoltent les unes après les autres en se montrant attachées aux normes sociales traditionnelles. Lui joue de plus en plus, le temps passant, à l’anar inconnu sur le plan sexuel. Drôle. Ce type qui a un physique de sous-directeur du service du cadastre et des hypothèques a fini par prendre une actrice qui ne lui reproche plus rien. Il rentre donc dans une sorte de "norme" bizarre.

      Moralité : quand on étudie le personnage, on a un peu l’l’impression d’être soi-même anormal par rapport à lui.


    • #1454501
      le 28/04/2016 par Requiem for a Dream
      Italie : un projet de "musée du fascisme" divise

      Bonsoir Listener,

      Hollande voulait être un président normal, mais on peut dire que c’est raté. A moins que la normalité soit synonyme de médiocrité ? C’est vrai qu’il a un physique de petit sous-préfet de province, et il n’a guère d’autres potentiel que de rester à ce niveau. Ce que je peux vous dire c’est que le prestige de la France a pris un sacré coup vu de l’étranger. Le coup du président en scooter à fait de nous un pays en perdition. Où était la malette nucléaire pendant que Monsieur faisait ses galipettes avec son actrice de série B ? Savez-vous que c’est la question que se posait un journal suédois ? Ce serait sans doute un beau sujet de film à l’eau de rose si ce n’était la réalité de notre Président « normal ». Sans compter que gente Dame Trierwiller a fait une grosse crise de jalousie et a cassé tout le mobilier inestimable de l’Elysee ( véridique).

      Chirac avait eu l’élégance de ne pas appuyer la guerre en Irak, c’était une prise de décision historique. Avec Sarkozy on a touché le fond. Avec Hollande on a continué de creuser, on creuse tellement qu’on a atteint les antipodes. Ceci dit, il existe la clause d’empêchement dans le Droit Constitutionnel français, un avocat de la trempe de Maître Verges aurait pu le destituer pour son escapade en scooter ( mise en danger de la sécurité du peuple de France). Que fait l’opposition ? Elle aurait pu constituer une armée d’avocats brillants pour faire un putsch.