Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’Amérique latine vit-elle une "révolution culturelle" antichrétienne ?

Violences antichrétiennes et profanations se multiplient en Amérique latine, où l’on commence à voir un schéma : celui d’une « révolution culturelle » en bonne et due forme. Tel est l’avis du P. Francisco Astaburuaga, assesseur permanent du Conseil académique pastoral de l’université pontificale catholique du Chili.

 

Commentant les récents faits de profanation et de violence dans son pays, il a posé un diagnostic clair : cette « révolution culturelle antichrétienne et athée » se livre à des pratiques semblables à celles du nazisme et elle cherche à « réduire en cendres » les valeurs qui cimentent le continent latino-américain.

S’exprimant sur le site d’information catholique ACIPrensa, le prêtre a déclaré : « Les faits de vandalisme et de terrorisme au sud, comme l’incendie de plusieurs églises, sont une claire manifestation de l’existence de groupes anti-système et anarchiques qui n’ont pas peur de violer la dignité de la personne humaine, ni sa conscience ».

 

Au Chili, la multiplication des attaques antichrétiennes, signe d’une révolution culturelle

Le 9 juin dernier, l’emblématique église catholique de la capitale Santiago, l’église de la Gratitude nationale, a subi une attaque de la part de jeunes encagoulés à la suite d’une manifestation étudiante. Les vandales s’en sont pris à un grand crucifix du Christ qu’ils ont violemment jeté à terre et achevé de casser sur la voie publique.

« Brûler des chapelles, profaner les lieux de culte, cela est typique de groupes radicalisés ressemblant à ceux du national-socialisme allemand à l’époque d’Hitler. Et nous connaissons les conséquences de tout système totalitaire : violation des droits fondamentaux et de la dignité de la personne humaine et de sa conscience », a expliqué ce docteur en droit canonique qui enseigne également à l’université pontificale du Latran à Rome.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sont-ce des gens payés ? Ou motivés par des gens payés pour les chauffer ?


  • « Brûler des chapelles, profaner les lieux de culte, cela est typique de groupes radicalisés ressemblant à ceux du national-socialisme allemand à l’époque d’Hitler"

    Ce docteur en droit canonique devrait lire l’histoire avant de s’y réfèrer. Les nationaux-socialistes ne profanaient pas les lieux de culte à l’inverse des judéo-bolchéviques.
    La destruction des lieux de culte est la pratique des apotres d’Adam Weishaupt ,les pires ennemis des nationaux-socialistes.

     

    • Si une politique est dans l’intérêt d’un peuple alors pourquoi l’appeler national socialiste est pas populiste tout simplement
      En fait cela cache que derrière national socialiste il y a les élites qui se sert et de la nation et du peuple pour venir a leur fin.
      Le fait d’envoyer des pauvre paysans (qui font la France au passage ) se battre dans l’intérêt de la caste économique et dirigeante est une politique National Socialiste.
      Napoléon et De Gaulle étaient des Nationaux Socialistes
      National Populiste serait une politique qui privilégie l’aristocratie et la méritocratie

      Au passage le national est un ensemble ,c’est quelque chose de palpable ,de vivant alors que sociale c’est un four tout ,d’inconsistant ,de méprisant par voie de conséquent
      Avec le social ,on définie les gens par leur travail ,par ce qu’il rapportent à la société ,par leur pratiques alors avec le populisme on définie les gens par leur différence ,leur particularismes


    • Effectivement, faut croire qu’il est plus docteur en droit canonique (espérons en tout cas) qu’en histoire.
      ’Gott mit uns’ (Dieu avec nous) devise inscrite sur les fermoirs des ceintures du soldat allemand jusqu’aux années 1960 (1ière GM et 2ième GM incluses).

      Salutations


    • Les nationaux socialistes allemands ne vandalisaient pas les lieux de cultes ?
      Vous considérez donc que les synagogues ne sont pas des lieux de culte ?


    • Hitler était farouchement anti chrétien lisez ses bouquins...


  • Pardonnez leur seigneur, ils ne savent pas ce qu’ils font.
    Vive le Christ !

     

  • Celui qui veut détruire l’Amour et la Paix, l’Homme et la Création et le même qui veut détruire Dieu le Père. Si l’Humanité tout entière dit Oui au Christ soit une seconde d’Amour pour chacun d’entre nous, la terre des hommes comme un enfant qui s’éveille va le cœur confiant dans les bras de son Père Lui dire qu’il L’aime.
    Va bien falloir à un moment donné arrêter les conneries qui font vomir le monde de décrépitude et d’insanité. Va bien falloir le dire ce Oui et arrêter d’être bête, grotesque, minable, perverse et corrompu, on en peut plus, faut dire Oui maintenant, il faut le faire, aller...

     

  • Je crois que c’est clair. Une énième fois cela démontre que ceux qui dominent le monde (ainsi que leurs zombies suiveurs) ont définitivement pour ennemi numéro 1 ; le Christ et son Eglise.
    Ils savent qu’il ne parviendront pas à établir leurs plans sans la destruction du Christ et de son Eglise dans un premier temps. L’Eglise est le sceau indestructible pour la sphère du mal, c’est pourquoi elle est la cible privilégiée.
    Mais même si les événements semblent leurs donner une victoire, il n’en est rien. S’ils savaient à quel point il est vain de s’attaquer au Christ... Ils ont déjà perdu.


  • L’Amérique latine se développe.

    A mesure qu’un peuple s’instruit, les superstitions reculent. Tout ca est très logique.

    Quand tu sais comment tournent les planètes, tu aura du mal à croire qu’un homme puisse vivre dans ventre d’une baleine.

    Le recul de la religion en Amérique Latine va dans le bon sens, cela dit, vandaliser les lieux de culte est stupide.

     

    • Comment peut on réduire le catholicisme à une superstition ???
      C’est avec des propos aussi barges que le monde n’est pas prêt de tourner. ...



    • Comment peut on réduire le catholicisme à une superstition ???
      C’est avec des propos aussi barges que le monde n’est pas prêt de tourner. ...



      Quand certains ’croyants’ réduisent les anciennes civilisations (auxquelles ils doivent tout, même leur théologie) à de « l’adoration de Satan » ça ne choque personne, cela dénote pourtant une telle étroitesse d’esprit et un manque d’intelligence (si ce n’est de la superstition)... Avec des propos aussi barges le monde n’est pas prêt de tourner rond non plus... Ça marche dans les deux sens...


    • Le catholicisme ce n’est pas seulement "réduire les anciennes civilisations (auxquelles on-doit-tout, même notre théologie) à de « l’adoration de Satan »".

      Le catholicisme ce n’est pas non plus seulement des évèques soixante-huitards avec des têtes d’escrocs.

      Le catholicisme c’est aussi des centaines de saint(e)s exemplaires par leurs vies,

      et c’est également des églises qui marquent l’emplacement de sites sacrés depuis la préhistoire.

      En d’autre termes, le catholicisme est une auberge espagnole, où chacun trouve ce qu’il apporte, le criminel y trouve le crime et le con y trouve la connerie !


    • Tu es très superstitieux, melda, comme tous les sectateurs prométhéens, ces diffamateurs professionnels emplis de fureur envers les apôtres du Dieu trinitaire. Il serait grand temps de te reprendre en main.

      Le catholicisme est la plus haute instruction. A contrario, l’anticatholicisme n’est que le fruit des propagandistes haineux dans ton genre.

      Mais on note bien ton petit sophisme progressiste : développement économique = instruction = anticatholicisme.
      Toujours le même petit jeu sophistique ridicule avec comme affirmations grotesques sous-jacentes :1. science VS catholicisme ; 2. toutes les religions se valent ; 3. la technologie améliore nos vies mais surtout pas le catholicisme

      Tant d’affirmations sans l’ombre d’un argument est aussi ridicule qu’indécent et bien que ce soit un grand classique chez ta race d’ignares aussi bêtes que mauvais cela reste toujours aussi vomitif. Ce n’est pas le culot qui te manque en tout cas, mais l’intelligence sans aucun doute.

      Le recul de « la religion » en Amérique latine va pas dans le sens sataniste, et puisque tu t’en réjouis on sait pour qui tu bosses.

      Le catholicisme est le plan d’émancipation finale offert à l’humanité. Le seul antibarbarisme véritable s’appelle catholicisme.
      Toute personne qui conteste cela est un ennemi, et cet ennemi doit être combattu farouchement sans la moindre hésitation, avec le plus de sévérité possible. ça lui donnera un avant-goût de ce qui l’attend.

      Le catholicisme a déjà mis à genoux à grands coups de pied dans les couilles tous les faux dieux que ta race de démons adule. Et nous recommencerons autant de fois qu’il le faut jusqu’à les pulvériser complètement. Chiale pas, c’est comme ça.


  • "On pense évidemment à tous ces mouvements qui cherchent à revenir aux sources précolombiennes et qui rejettent le christianisme comme une « colonisation », quitte à le remplacer par le culte de la Terre Mère – un panthéisme plutôt qu’un athéisme mais au fond c’est toujours la négation de Dieu."

    Comment ne pas penser aux propos mensongers du païen Francis Cousin concernant le pacifisme et l’innocence des peuples premiers ? Ne vous y trompez pas, sous ses dehors sympathiques Francis Cousin est un ennemi du catholicisme, seule religion vraie, et, partant, un idiot utile de Satan.

    A la page 168 de son essai intitulé Fils de la Veuve, Jean-Claude Lozac’hmeur cite le Père Emmanuel : “Le diable dominait dans le monde avant l’avènement de Notre-Seigneur ; il dominait ouvertement et publiquement. Quand le Sauveur est paru, il sentit crouler son empire. Pareil à ces bêtes fauves qui à l’approche du jour rentrent dans leurs tanières, il dut quitter le grand jour et se retirer en de secrets conventicules” [les sociétés secrètes].

     

    • Donc quand c’est l’athéisme mondialiste qui détruit les cultures locales au nom d’une capitale mondiale : c’est mal.
      Mais quand le christianisme colonise des territoires, détruisants des traditions au nom d’une capitale mondiale fantasmée à Rome : c’est bien.

      Continuez dans cette voie, moi je choisis Francis Cousin.


    • Bonjour,

      Ce n’est pas le christianisme qui a colonisé des territoires, ce sont des colons avides.

      Le "christianisme" n’a fait que le service après vente, il a suivi dans les valises.

      C’est vrai que selon les lieux, selon les époques, les méchants n’ont toujours pas été les mêmes.

      Mais enfin, les amérindiens n’ont pas été tous de pauvres victimes stupides.

      SI vous connaissiez le "Paraguay" du XVIème siècle, vous sauriez ce que pensaient les amérindiens des jésuites de l’époque.


  • Vincent Lapierre aurait surement sont mot à dire là-dessus. Il connait un peu la situation de ces pays et la part de la religion dans le "conditionnement" des masses. Ça serait intéressant d’avoir son opinion.


  • « C’est un processus subtil et silencieux, mais profond, dans le cadre d’une révolution culturelle en plein développement dans le plus pur style gramscien : c’est-à-dire en changeant la manière de penser de sentir des gens par le contrôle de l’éducation et des moyens de communication, et en ôtant son prestige à la foi de ceux qui croient », a-t-il noté.
    ....
    "..Le P. Astaburuaga voit dans le mondialisme un vecteur privilégié de cette révolution athée. Pour lui, la population latino-américaine est comme endormie par « l’existence d’un nombre incalculable de sous-cultures qui se sont répandues dans l’ensemble du tissu social pour le diluer jusqu’à le rendre inconsistant ». « C’est-à-dire : les idéaux d’une patrie commune et des valeurs d’un peuple sont réduits ensemble par une globalisation sans paysage humain », a-t-il dénoncé.

    Ca vous rappelle pas quelque chose "comme chez nous" ? -

    Ce cliché social imposé secrètement pendant des décennies, cette ingénierie sociale en Amérique Latine est le miroir identique et absolu à nos sociétés Européennes. En conclusion, le Quartier General qui donne des ordres chez nous et chez eux — est le même. Qui est alors le complotiste ? Les peuples qui ont compris le jeu (et pourtant, la dénomination "complotistes" leur ait été accolé) ou les think-thanks et médias accusateurs de la partie opposée ??

    La révolution visible antichrétienne, celle de l’intérieur de l’Eglise de l’Amérique Latine a commencé depuis l’Argentine avec le venue de Bergoglio, qui ne cesse pas à choquer les catholiques.
    En Russie et en Allemagne il y a aussi un retour "aux sources" paganiques polythéistes sans toutefois détruire les Eglises et les Crucifix.


  • La révolution culturelle anti-religion cela fait plus de 200 ans qu’elle a commencé... Il fallait déjà commencé par refuser la société de consommation et son florilège de supports anti-culturels qui sont la véritable idolâtrie moderne (et non les adorateurs de la ’pacha mama’...), mais à partir du moment où cela fut toléré et finalement intégré par les foyers, la religion servit plutôt de valorisation « cosmétique », quand le véritable culte est devenu celui de l’argent et de la consommation perpétuelle.

    Dommage que nous n’ayons jamais vu aucun imam, prêtre, rabbin...etc tirer la sonnette d’alarme durant toutes ces décennies passées où l’architecture de cette société, non seulement anti-religieuse, mais bien plus, anti-valeurs (opposée aux valeurs qui auront permis la civilisation et les sociétés humaines telles qu’elles ont existé depuis toujours) s’est mise en place. En fait la société libérale comme ils l’appellent a globalement été bien accueillie par les trois « monothéismes », ou plutôt ceux qui prétendent les représenter de nos jours (exemple de l’usure financière, jamais condamnée...). L’on peut en déduire que les protestants anglo-saxons avaient en fait vu la lumière les premiers pour montrer la voie du ’paradis’ aux autres (c’est ironique, je précise).

    Rappelons que le culte désigne le « ce à quoi je me consacre », or, à l’époque moderne, l’on observe plus souvent des individus ’croyants’ se consacrer à l’accumulation de biens matériels (à la mode protestante libérale) plutôt qu’a l’accumulation de bonnes actions ou d’actes désintéressés (’justice’ dans le sens de la tradition prophétique), formes de sacrifice, très rares de nos jours... En ce sens les anciens« païens » étaient plus proches du Divin puisqu’ils consacraient réellement leur vie à la transcendance, la plupart étant sérieusement prêts à mourir pour cela (et ils le faisaient très souvent d’ailleurs). Ces affreux « païens » tant fustigés n’auraient par exemple jamais accepté un prêt usuraire, rien que par cela ils respectaient plus les voies du Créateur que nos contemporains ’croyants’... L’on se rapproche de Dieu par des actes et des sacrifices réels, parce que la divinité veut la vie de son serviteur, ce principe de vitalité eux le connaissaient encore, les dogmes et les croyances ne suffisent pas, sans l’essentiel qui les sous-tend, ils ne sont qu’une coquille vide, et préparent simplement l’effondrement de la civilisation, société, ou communauté concernée.

     

    • @Iskandaar

      Avec tout le respect que je vous dois, je ne suis absolument pas d’accord avec vous lorsque vous écrivez : "Dommage que nous n’ayons jamais vu aucun imam, prêtre, rabbin...etc tirer la sonnette d’alarme durant toutes ces décennies passées où l’architecture de cette société, non seulement anti-religieuse, mais bien plus, anti-valeurs (opposée aux valeurs qui auront permis la civilisation et les sociétés humaines telles qu’elles ont existé depuis toujours) s’est mise en place. En fait la société libérale comme ils l’appellent a globalement été bien accueillie par les trois « monothéismes », ou plutôt ceux qui prétendent les représenter de nos jours (exemple de l’usure financière, jamais condamnée...)."

      Je ne citerai qu’un seul exemple : des extraits de l’encyclique "Libertas Præstantissimum", du Saint Père Leon XIII :

      "Enfin, il ne faut pas oublier qu’un champ immense reste ouvert où l’activité humaine peut se donner carrière et le génie s’exercer librement. Nous voulons parler des matières qui n’ont pas une connexion nécessaire avec la doctrine de la foi et des moeurs chrétiennes, ou sur lesquelles l’Eglise, n’usant pas de son autorité, laisse aux savants toute la liberté de leurs jugements. De ces considérations, il ressort comment les partisans du Libéralisme entendent sur ce point, et représentent cette liberté qu’ils réclament et proclament avec une égale ardeur. D’une part, ils s’arrogent à eux-mêmes, ainsi qu’à l’Etat une licence telle, qu’il n’y a point d’opinion si perverse à laquelle ils n’ouvrent la porte et ne livrent passage ; de l’autre, ils suscitent à l’Eglise obstacles sur obstacles, confinant sa liberté dans les limites les plus étroites qu’ils peuvent, alors cependant que, de cet enseignement de l’Eglise, aucun inconvénient n’est à redouter, et que, au contraire, on en doit attendre les plus grands avantages."

      [...]

      "Mais les partisans du Libéralisme, qui, en même temps qu’ils attribuent à l’Etat un pouvoir despotique et sans limites, proclament qu’il n’y a aucun compte à tenir de Dieu dans la conduite de la vie, ne reconnaissent pas du tout cette liberté dont Nous parlons et qui est unie intimement à l’honnêteté et à la liberté ; et ce qu’on fait pour la conserver, ils l’estiment fait à tort et contre l’Etat. S’ils disaient vrai, il n’y aurait pas de domination si tyrannique qu’on ne dût accepter et subir."
      Donc, non, je suis désolé, mais l’Eglise a condamné le libéralisme, et sans ambiguïtés !

      Bien à vous !


    • Vous êtes plein de certitudes !!!! Moi ! je n’en ai qu’une à votre “sujet”....vous n’avez pas lu
      "la conjuration antichrétienne"
      de Mgr Delassus !
      Bien à vous !


  • @ Iskandaar

    Je vois où tu te situes.
    Effectivement, il y a des niveaux. Les adorateurs de la Nature sont évidemment moins pires que les adorateurs de l’Artifice bien qu’ils soient dans l’erreur dans la mesure où ils adulent la Création et non le Créateur. Qu’ils rejoignent l’Alliance.
    Aujourd’hui nous avons affaire à un nouveau type de barbares qui sont les adorateurs des ruses du diable. Quand on tombe à ce point dans tous les panneaux, on ne peut qu’avoir un goût pour le Mal.

    Tu reproches aux religieux de la religion véritable de ne s’être pas révoltés contre les forces des ténèbres. Tu te fourvoies.

    Faut-il rappeler que l’ennemi agit depuis des centaines d’années, bien plus que 200 ans, par tous les moyens ? par la conquête du Nouveau Monde, par la ruse, par l’infiltration, par la puissance de l’argent, et cela massivement. L’ennemi est tellement pervers qu’il est bien évident que cela a ralenti son identification car sa monstruosité était tout simplement hors de la portée de la population ; une haine tellement phénoménale qu’elle en dépasse l’entendement ; une abomination telle qu’elle en est impensable.

    Malgré cela, partout la résistance a eu lieu. Nous avons combattu l’esclavagisme et nous les premiers avons reconnu l’humanité des Noirs et des Barbares. Nous avons combattu l’idéologie productiviste et sa nécessaire substitution de la main d’oeuvre par les machines. Nous avons combattu contre les coalitions marchandes qui ont tout fait pour affamer la population en lui volant sa pitance. Nous avons combattu contre le coup d’état anticatholique qui a pris forme sous l’assassinat du roi très chrétien Louis XVI ; ceux qui y ont laissé leur vie sont innombrables. Nous avons combattu le libéralisme, condamné comme péché mortel.

    Contre la société du spectacle et la société de consommation, combien des nôtres reste-t-il après toutes les infiltrations (vatican a commencé au moins 70 ans auparavant) et les corruptions (protestants, modernistes, embourgeoisés) ? une poignée, mais le combat continue ; il est vrai que ce combat a rarement été livré par de hauts ecclésiastiques.

    Tout ça n’a pas empêché l’ennemi d’étendre son territoire car il agit par influences sociétales majeures, allant jusqu’à contrôler les comportement, modifier les affects et régir les mœurs. Le Système édicte ses normes en contrôlant notre milieu de vie et en y cultivant tous les bas instincts, ce qui force à la course, comme des rats dans un labyrinthe. Invisible en pleine lumière.


Commentaires suivants