Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
          Contact | Forum | Boutique | Atelier
A A A
imprimer

La longue collaboration des socialistes à la construction d’une Europe libérale

par Antoine S.

En France, l’UMP s’occupe du sale boulot en matière de dérégulation et laisse la culture et le sociétal au PS.

Cette dichotomie malsaine, qui en réalité dénote l’absence totale de différences idéologiques entre ces deux partis, ne se retrouve pas dans la construction européenne, œuvre destructrice du cadre national, qui est le fait quasi exclusif de la social-démocratie.

L’UE a permis aux trois grandes libertés, liberté de circulation des marchandises, des capitaux et des personnes, de prospérer sans entrave. Les socialistes, censés limiter l’impact de la libéralisation de l’économie, ont en fait largement collaboré à sa mise en œuvre.

Cette énumération en offre la preuve irréfutable :

  • 1/ Traité de Rome (1957) : Guy Mollet, Président du Conseil, majorité SFIO.
  • 2/ Accords de Schengen (1985) : Laurent Fabius, Premier ministre, majorité PS.
  • 3/ Acte unique européen (1986) : Laurent Fabius, Premier ministre, majorité PS ; Jacques Delors, PS, président de la Commission européenne.
  • 4/ Traité de Maastricht (1992) : Pierre Bérégovoy, Premier ministre, majorité PS ; Jacques Delors, PS, président de la Commission européenne.
  • 5/ Traité d’Amsterdam (1997) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS.
  • 6/ Création de la BCE (1998) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS.
  • 7/ Création de la zone euro (1999) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS.
  • 8/ Sommet de Lisbonne (2000) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS.
  • 9/ Traité de Nice (2001) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS.
  • 10/ Sommet de Barcelone (2002), Lionel Jospin, Premier Ministre, majorité PS.
  • 11) Ratification du Traité de Lisbonne (2008), approuvée grâce à l’appui du PS.
  • 12) MES et TSCG : Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, majorité PS.

À tous ceux, qui comme Emmanuel Todd voyait dans le hollandisme un caractère révolutionnaire, il est désormais temps de sortir de la naïveté prépubère ou de la subversion de confort.

 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • En même temps, quand on voit comment a fini Bérégovoy, on comprend pourquoi les socialistes, et plus largement les politiciens, sont frileux lorsqu’ils s’agit de porter dignement leurs coui*** euuuh, leurs engagements politiques.
    Ils sont tous corrompus, voilà tout. A l’argent, au pouvoir. Quelqu’un d’honnête, d’incorruptible et d’humble se retrouve très rapidement mis à mort, et pas seulement politiquement quelquefois...


  • bien vu.
    cette collaboration (soumission) des "sociaux-traitres" avec le grand capital est dénoncée depuis toujours (cest à dire depuis 1917/1920) par les marxistes sérieux (cest à dire les communistes).
    cf. notamment l’ouvrage collectif : "l’idéologie européenne" aux éditions Aden.


  • C’est en effet une constante, mais un fait nouveau apparait : l’action du gouvernement actuel sur la chose militaire. Jusqu’à présent, sous la 5e République c’est la droite qui se chargeait de faire avaler les couleuvres à l’Armée. Exemple : la fin de la conscription (service militaire obligatoire) réalisée sous J. Chirac. Or que voit-on arriver actuellement ? Les problèmes récurrents des retards de solde et la NON volonté de les régler. Pourquoi ? Pour dans un 1er temps diminuer les effectifs sous prétexte de raisons budgétaires, et dans un 2e temps en arriver au but essentiel de la manoeuvre, faire accepter par les militaires contre le rétablissement des promotions, soldes ... tout simplement LA SUPPRESSION DE NOTRE FORCE DE FRAPPE. C’est l’ultime objectif de l’Oligarchie mondialiste pour éliminer -en principe- définitivement la FRANCE de la carte mondiale.


  • Ce sont toujours les socialistes qui font passer les pires saloperies... Ils sont plus doués pour glisser la quenelle sous un bel emballage "humaniste". L’Europe, c’est l’avenir, c’est la jeunesse, c’est la paix. Ca sonne mieux que "l’Europe, c’est bon pour le business" (version honnête de la droite libérale).


  • Ceci avait d’ailleurs été montré par un politologue américain, Rawi Abdelal dans "Capital Rules : The Construction of Global Finance".

    Delors, Lamy, Camdessus...

    Selon lui, le tournant de la rigueur de 1983 a été le catalyseur de la construction de la finance mondiale dérégulée. Ce n’est donc pas seulement de la collaboration, mais bien un rôle décisif !

    Voici une fiche résumée de son livre (non traduit en français, il me semble)
    http://veron.typepad.com/main/files...


  • C’est très bien expliqué par Michéa dans le complexe d’orphée. Il situe d’ailleurs la naissance de la gauche libérale à l’affaire Dreyfus quand les socialistes se sont alliés aux républicains.

    A noté d’ailleurs la position pas non plus très claire des députés FN dans les années 80, s’abstenant sur l’acte unique, votant même pour des privatisations.

     

    • michéa n’a rien à voir avec ces analyses sur l’europe, qui n’en demeure pas moins vraies.
      michéa son truc c’est l’analyse de l’histoire du progressisme français et des paradoxes philosophiques du libéralisme de gauche (libertaire). il reprend sur une ligne non marxiste le travail de michel clouscard sans jamais le citer asez d’ailleurs. il se situe dans le courant du populisme, du socialisme primitif et de l’anarchisme plutôt. même s’il cite beaucoup hegel ou marx.

      sur le tournant dreyfus l’analyse de michéa est que : en réalité ce qu’on apelle la gauche socialiste (ps), social démocrate, républicaine, bourgeoise, libérale, à l’époque, est déjà de droite du fait de son progressisme ultra et de son libéralisme politique et culturel.
      c’est le camp socialiste (sens premier du terme), anarchiste et communiste (les rouges) qui rejoint les bleus (républicains de gauche, libéraux, voltairiens) durant l’affaire dreyfus.

      tout ceci aboutira plus tard au cougrès de tours, à la grande césure, et la création du pcf en 1920 : rompre avec la traitrise libérale des socio-démocrates et des socio-libéraux. mais poursuie de l’émietement et du travail de division dans le camp de la lutte des classes.


  • Le mythe de l’autre Europe !l’Europe sociale libre !

    Zapping mettant en lumière nos bon vieux européistes français et leur propagande afin de nous mener droit dans la construction européenne que nous subissons tous actuellement.

    Source : http://www.youtube.com/watch?v=IPtw...

    On nous a fait pleurer sur les anciens conflits mondiaux pour nous faire accepter l’Europe UMPS ! dégage !