Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Mali : le baiser de la mort du FMI

"Ce qui intéresse le FMI, c’est le paiement de la dette"

Le Mali vient de recevoir, encore une fois, de fraîches louanges du Fonds monétaire international (FMI). À chaque fois que le FMI félicite un pays pour ses « solides résultats », son « redressement économique », sa « politique budgétaire », ses « bonnes performances », la « bonne tenue de ses agrégats macroéconomiques », c’est qu’il y a véritablement à craindre pour le peuple et le pouvoir concernés. Au Mali, Amadou Toumani Touré avait été loué par le FMI avant d’être balayé en 2012 ; Ibrahim Boubacar Keïta connait le même scénario malgré les critiques du même FMI à son égard concernant l’achat de l’avion présidentiel. En réalité, le satisfecit du FMI est corollaire à l’insatisfaction des masses populaires.

 

Ce qui intéresse le FMI, c’est le paiement de la dette du pays à ses créanciers internationaux. Un « bon élève » est celui qui s’acquitte de cette obligation, quel qu’en soit le coût social. Les démantèlements de nos systèmes éducatif, de santé, de transport, de sport et de culture ; les thérapies de choc subies par l’Agriculture, la Pêche et l’Administration ; les privatisations prédatrices des années 80 sont les résultantes directes des Plans d’ajustement structurel (PAS) du FMI mis en œuvre par les gouvernements de Moussa Traoré et d’Alpha Oumar Konaré dans les années 1981- 1996. Les résultats sont toujours les mêmes, partout au monde, la Grèce étant le dernier exemple : augmentation de la pauvreté des populations et perte de pouvoir au sommet, alors que le Fonds loue vos efforts qui ne seront jamais suffisants, du reste. Après l’ajustement réel, on a aussi connu l’ajustement monétaire pour justifier la dévaluation du franc CFA en 1994.

Aucun pays « bon élève » du FMI n’a jamais émergé et n’émergera jamais car l’orientation du Fonds n’est point le développement mais juste le contrôle de vos finances afin que vous soyez en règle avec les grands banquiers et les pays créanciers. Le Mali consacre tous les ans 50 milliards pour le service d’une dette illégitime, illégale et odieuse.

Quand le FMI vous loue, c’est que votre peuple souffre et est mécontent de vous. Un véritable baiser de la mort. À titre d’illustration, la lettre d’intention du gouvernement du 2 décembre 2013, dans laquelle sont décrites les politiques que le gouvernement entend mettre en œuvre en contrepartie de sa demande de concours financier au FMI. D’importantes mesures d’austérité sont imposées aux populations maliennes telles que l’augmentation des tarifs d’électricité et du gaz.

Lire la suite de l’article sur mondialisation.ca

L’Afrique face au mondialisme, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1556100
    le 13/09/2016 par jojo l’affreux
    Mali : le baiser de la mort du FMI

    Les chiffres paraissent astronomiques quand on compte en fcfa.
    1 € = 655,96 fcfa
    La dette du Mali a augmenté de 30% depuis 2014, alors que le pays a du faire face à la guerre et au chaos, ont a déjà vu largement pire à d’autres endroits et d’autres époques.

    La dette qui pèse 2404 milliards de fcfa représente 3,664 milliards d’euros soit 32% du PIB (11,5 milliards d’euros). A notre époque c’est bien peu de chose comparé aux voisins et à bien des pays "riches".
    La charge des intérêts de la dette de 50 M de fcfa représente 76 millions d’euro, il faut voir ce que ça pèse dans le budget de l’état (nous en France ont consacre 16% du budget à ça).
    Quant aux exportations d’or d’une valeur marchande de 863 M fcfa, ça ne représente que 1,315 milliards d’euros (11,4% du PIB). A supposer que les Maliens nationalisaient toutes les sociétés minières pour récupérer 100% des bénéfices, qu’il n’y avait aucun cout d’extraction (ne pas confondre bénéfice et chiffre d’affaire), et que tout était partagé équitablement, cela représenterait un revenu annuel de 79,33€ par Malien (0,21€ par jour). C’est insuffisant pour sortir de la pauvreté.

     

    • #1556194
      le 13/09/2016 par VORONINE
      Mali : le baiser de la mort du FMI

      Belle démonstration ....La conséquence c’est que , pression du FMI équivaut à maintien dans la pauvreté , et au renforcement des islamistes, au développement du terrorisme , de la guerre et du nombre de victimes .