Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Montréal : un sketch sur la liberté d’expression retiré d’une cérémonie officielle

« En vingt-huit ans de carrière, je n’ai jamais vécu ou même entendu parler d’une histoire pareille ». Au bout du fil, Guy Nantel n’en revient pas. Mercredi, Mike Ward et lui ont appris que le numéro de présentation qu’ils ont écrit a été entièrement coupé du Gala Les Olivier.

 

La raison ? La compagnie d’assurance qui s’occupe du gala a jugé qu’il y avait des risques de poursuites avec certains gags des deux comiques.

« C’est surréaliste, dit Mike Ward. On fait un texte sur la liberté d’expression et il y a un avocat d’une compagnie d’assurance qui nous demande de changer des jokes. Cet avocat contrôle ce qui se passe en ondes ».

 

Sept versions

Admettant être de bonne foi, les deux humoristes ont changé des blagues tendancieuses dans leur texte, allant jusqu’à écrire sept versions différentes de leur présentation.

« On a retiré des blagues sur des groupes religieux, on a enlevé tous les sacres et on a changé des gags sur Tim Hortons et Ariane Moffatt, indique Guy Nantel. Cette semaine, on s’est fait dire que nos blagues sur la Commission des droits de la personne, ça ne passait pas ».

Le procès de Mike Ward face à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse pour ses blagues sur Jérémy Gabriel n’étant toujours pas réglé, la compagnie d’assurance et le télédiffuseur ont préféré couper entièrement le numéro des deux humoristes.

 

Le gros bout du bâton

Du côté de l’Association des professionnels de l’industrie de l’humour (APIH), qui coproduit Les Olivier, on reconnaît que l’assureur a le gros bout du bâton dans ces décisions de censure.

« Radio-Canada nous oblige contractuellement à avoir un assureur pour télédiffuser le gala, indique Gilles Grondin, directeur général de l’APIH. L’assureur a le droit de regard sur tout ce qui est mis en scène dans le gala ».

« C’est rendu qu’un agent d’assurance lit mes textes et décide si c’est acceptable ou pas, s’insurge Guy Nantel. Le principe même est inacceptable ! Un agent d’assurance n’a pas à avoir mes textes dans ses mains. Ça va être quoi, le prochain ? Le concierge ? »

Avec ce qui s’est passé pour Dieudonné cette semaine, Guy Nantel s’inquiète pour la liberté d’expression. « Ce sont de plus en plus des fonctionnaires, des avocats et des douaniers qui deviennent des arbitres de la moralité, poursuit-il. Ça m’inquiète vraiment pour l’avenir ».

Lire l’intégralité de l’article sur journaldemontreal.com

 

Les humoristes ont finalement décidé de présenter le sketch censuré, mais dans un autre évènement (ici la transcription du sketch) :

 


 

Mike Ward sacré humoriste de l’année par le public,
avec le soutien des autres humoristes

 

Le nom de Mike Ward était sur toutes lèvres dimanche au 18e Gala Les Olivier. Au terme d’une soirée haute en émotion, il a été nommé humoriste de l’année.

 

Ward, dont le numéro qu’il a cosigné avec Guy Nantel a été retiré du gala, n’était pas présent pour recevoir ses deux prix. Il a décidé de boycotter la soirée. De nombreux humoristes et artisans du milieu de l’humour ont montré leur solidarité envers leurs deux collègues en montant sur scène masqués lors de la remise de l’Olivier de la meilleure capsule web à Mike Ward sous écoute.

Puis, dans une fin digne d’un scénario, Ward a été sacré humoriste de l’année. Ce prix, le plus important de la soirée, est voté par le public.

Ce gala, sans doute le plus marquant de sa courte histoire, a été fortement imprégné de ce débat sur la liberté d’expression qui fait rage dans le milieu de l’humour depuis 48 heures. Déjà, sur le tapis rouge, silencieux pour l’occasion, plusieurs humoristes portaient ce masque orné d’un X pour illustrer ce qu’ils jugent être de la censure.

 

 

Les premiers gagnants ont fait écho à ce débat. Louis Morissette, puis Martin Matte, ont affirmé que la société devait laisser les artistes s’exprimer et laisser au public le droit de juger.

Un sketch préparé par l’Association des professionnels de l’industrie de l’humour (APIH) portant sur la liberté d’expression a également été présenté en ouverture du gala. On y voit l’animateur François Morency tenter de faire approuver les textes du gala par un avocat ainsi que par plusieurs organisations.

 

 

Lire la suite de l’article sur ici.radio-canada.ca

 


 

À la suite de la cérémonie, l’APIH a présenté ses excuses publiques

 

L’Association des professionnels de l’industrie de l’humour (APIH) « reconnaît qu’une meilleure gestion de sa part aurait probablement pu conduire à une issue plus satisfaisante pour toutes les parties » et s’excuse auprès des humoristes Mike Ward et Guy Nantel, dont le numéro a été retiré du Gala Les Olivier 2016.

 

Un communiqué envoyé cet après-midi annonce en outre que la vidéo d’ouverture du gala, qui sera présenté à compter de 19 h 30 à ICI Radio-Canada Télé, traitera de la liberté d’expression.

L’APIH reconnait aussi l’existence d’une « tendance très inquiétante » au « risque zéro », qui mène « inévitablement au resserrement de la liberté d’expression ». Elle promet « d’attaquer » le sujet et d’en faire une priorité au cours des prochains mois.

Sur Twitter, Guy Nantel a accepté les excuses du producteur des Olivier. « J’espère que le diffuseur est sur la même ligne de pensée », a-t-il ajouté au sujet de Radio-Canada. Pour sa part, Mike Ward a estimé que le communiqué « classe » de l’APIH « démontre que le communiqué de @iciradiocanada était un gros mensonge ».

Lire la suite de l’article sur ici.radio-canada.ca

 

À ne pas manquer, la conférence d’Alain Soral et maître Damien Viguier
sur les procès politiques et la liberté d’expression :

La liberté d’expression se réduit-elle comme une peau de chagrin ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants