Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Mort d’Umberto Eco, " un grand intellectuel ", salue Audrey Azoulay

L’écrivain et philosophe italien Umberto Eco, auteur du célèbre roman Le Nom de la rose, est mort à l’âge de 84 ans.

 

Le président du Conseil italien Matteo Renzi a salué en lui « un exemple extraordinaire d’intellectualisme européen, associant une intelligence unique du passé à une capacité inépuisable d’anticiper l’avenir ».

En France, la ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, a déclaré dans un communiqué « avoir appris avec une grande émotion le décès d’Umberto Eco » et a salué la mémoire d’un « grand intellectuel italien et européen ». « Sémiologue, linguiste, romancier, journaliste, Umberto Eco était un grand intellectuel italien et européen, un créateur génial dont l’œuvre a traversé les frontières du monde des lettres et des idées », lit-on dans le communiqué de la ministre.

Lire la suite de l’hommage sur bfmtv.com

 

Le cas du Cimetière de Prague

« N’oubliez pas que je mettais en scène un matériel assez brûlant, toutes les opinions de l’antisémitisme, je devais dans un certain sens les contrôler, les régler par égard au lecteur, et donc la solution c’était de les montrer comme le produit d’un personnage odieux »

Le 23 mars 2011, Umberto Eco expliquait sa vision du « complot », du « lobby juif », des « Protocoles des Sages de Sion » dans la genèse de son roman Le Cimetière de Prague, paru le 29 octobre 2010 en Italie, et en mars 2011 en France :

 

Umberto Eco dans un contexte italien, européen et mondial très brûlant sur la question de l’antisémitisme, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

60 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1401572

    Où le roman populaire se veut de remplacer l’HIstoire documentée. Cet auteur avoue sans vergogne participer au grand complot universel en le niant et en transférant la paternité au complotisme, laissant les comploteurs encore et toujours dans l’ombre.

     

    • Le personnage de roman le plus insupportable, le plus détestable, le plus odieux de toute la littérature mondiale, Simon Simonini , italien français par sa mère, dont la vie tourne dans cet ordre précis : manger, boire et haïr les Juifs, serait l’inventeur du plus fameux faux de l’Histoire, le Protocole des Sages de Sion et serait à l’origine de l’affaire Dreyfus ! En plus de l’avoir voulu détestable au possible, l’auteur a fait de son personnage un être atteint de dédoublement de personnalité ; chacune de ces personnalités s’exprimant dans une police de caractère spécifique. C’est d’ailleurs sur cette découverte que s’ouvre le roman. Umberto Eco fait de son texte une sorte de feuilleton de.... De merde ! Les séries américaines ont peut-être été une forme d’inspiration aussi : flash back, rebondissements, meurtres, déguisements, une vraie mine pour les séries d’espionnage.
On s’en doute, avec un personnage aussi peu recommandable, avec son antijudaïsme primaire ancré dans le crâne depuis l’enfance, l’auteur a pris des risques et son bouquin a fait un certain bruit en Italie, pays pourtant habitué aux frasques de Berlusconi ! Mais de toute façon c’est de la fiction, et la coïncidence des dates entre la Déclaration Balfour (2 novembre 1917) et celle de la "Révolution d’Octobre" ( 1917) n’est que fictive aussi n’est ce pas ?


  • Le Cimetière de Prague est, comme souvent chez Eco, alourdi de trop d’érudition gratuite. Quant à sa vision du "complot juif", elle est ironique, de cette ironie ambigüe qui est peut-être du même tonneau que celle de Sollers faisant l’éloge dithyrambique du Serment de Tobrouk de BHL. Dans ce dernier cas, si ironie il y a, il est vrai qu’elle ressemble comme deux gouttes d’eau à la couardise du parvenu, pour qui 150 000 vies humaines peuvent bien être sacrifiées à 150 000 tirages, ou à un soutien des merdias main stream... Quant à Eco, qui tient à présenter des vérités comme s’il s’agissait de mensonges tout en ayant l’air de les exposer au premier degré, on conçoit qu’il ait pu froisser quelques représentants de la communauté qui gère la planète (à coups de trique).

     

  • Anti-catholique, anti-complotiste, grand collectionneur de livre ésotériques anciens et beaucoup d’autres choses me font penser que ce type était un franc-maçon.


  • et sinon umberto, dans le nom de la rose, ne faisais tu pas mention du complot des forces obscures du vatican qui dirrigeait le monde moyen-ageux dans l ombre et d une main de fer, cachant les livres et la culture et n’hesitant pas a torturer les "heretiques", notamment les "sorcieres" ?...
    ca te derangeait pas tant que cela de denoncer ce complot là ? et en plus historiquement c etait de la merde ton truc...la chasse aux sorcieres a ete effectuee essentiellement par des proces civils...et l eglise a eu un role profondement positif et civilisateur en europe...toute la stigmatisation de la chretienté dans les medias a commencé avec l adaptation de ton livre par jean jacques annaud...
    menteur un jour...
    enfin adessias umberto...

     

    • Ce n’est pas le Vatican qui "cache" des livres dans cet histoire, seulement un moine illuminé. Merci de lire le livre (ou bien revoir le film) afin de ne pas dire d’âneries.
      C’est bien de suivre l’actualité de ER et de la commenter, mais ça ne dispense pas de se cultiver un petit peu à côté.
      Bien à vous
      Julio


    • @julio : je connais très bien le nom de la rose. .. l idée générale est que le Vatican c’est à dire le pouvoir de l’église, enferme les livres et combat la culture, et pas seulement le vieux moine aveugle qui pousse le dogme un peu plus loin. ..

      Et tout ça est à l’opposé du rôle réel de l’église. Par exemple les universités prestigieuses européennes ont toutes été créées par l église et A l époque décrite dans le livre .. Et les livres antiques ne nous sont parvenus que grâce aux moines copistes...pas l’inverse...

      D ailleurs dans le dvd du film adaptant le roman, on peut entendre que jean Jacques annaud avait de l’admiration pour les moines car l idéal des abbayes était une vraie democratie : Tous les moines votaient à égalité pour choisir l abbé. ..dommage que le film ne montre pas que la démocratie moderne est réapparue en europe au moyen âge dans les abbayes...

      Le plus gros mensonges concerne Bernard Gui, décrit comme un monstre...il se trouve que ce personnage a réellement existé et il n était pas monstrueux, il n est pas mort en Italie non plus... Il était sur la ligne de saint louis et de Philippe le bel sur son catholicisme et le rejet des puissances d’argent. .. Bref le film est un mensonge grossier honteux.

      Un conseil, ne présume pas de la culture des gens sur quelques lignes... ;-)


  • Les amis guénoniens me confortaient dans l’idée que son oeuvre est, par l’intentionnalité sous-jacente, radicalement contre-initiatique.


  • En 3 mots ? Epistémologie - Méthodologie - Objectivité. Et c’est marre.
    Aujourd’hui, ce serait plutôt subjectivité de l’interprétation des sources pour atteindre un objectif pré-défini. Voilà pourquoi un discours peu biaisé, et compris par la plupart comme une évidence sera, in fine, quand même considéré comme une altération du réel. Et çà se confirme pour tous les sujets. Je ne sais pas si je suis clair, et je ne mettrai pas d’exemples, parce que, bien évidemment, le réel "altéré" est la base du jugement social.

     

  • Ce qui va être pratique avec Azoulay c’est que l’on saura immanquablement que les gens qu’elle va porter aux nues sont des merdes et que les gens qu’elle va injurier sont forcément des gens bien .

     

    • c’est exactement ce que j’ai pensé aussi. Qu’est-ce qu’on s’emmerde dans les livres de Eco...


    • Bien dit !
      Pour souligner concernant les gens bien, je citerai Dieudo (en substance) :
      "ouah quand j’ai entendu Bush, Merkel, Sarko et toute la clique cracher à la gueule d’Ahmadinedjad, j’me suis, mince ! c’est lui le patron ! Du coup je lui ai envoyé un CV !"


    • @ Decee

      "Du coup je lui ai envoyé un CV ! "

      Et il vous a offert quel poste ?


    • @QUESTION :
      C’est Dieudo qui a envoyé son CV, précédent l’épisode du thé et du sucrier.
      Pour la petite histoire, du temps de son mandat, j’avais moi-meme envoyé quelques lignes (sans CV !) sur le site présidentiel de Mahmoud qui était accessible en trois langues (Farsi, Anglais ET Francais ! ils sont gentils, maintenant tout le M.Orient nous déteste grace à Sarko, Hollande et Ecco aussi). Très forts.
      Bien à vous.


    • @ Decee

      Merci de votre réponse. Permettez que je débarque de la Lune... De quoi s’agit il au sujet du précédent du thé et du sucrier (que vous faites ressortir en caractère gras) ?

      Et a t-il veritablement envoyé son CV ou évoquez vous un sketch ? A titre subsidiaire : à quel emploi postulait-il ?

      Et vous-même pour exprimer quoi avez vous envoyé quelques lignes ?
      A t on répondu à ces quelques lignes ? Et vous a t on répondu, en particulier, que tout le M. Orient vous détestez à cause de ceux que vous citez ?

      Bien à vous aussi.


    • @QUESTION
      Je fais référence bien sûr à un sketch fameux de Dieudonné à retrouver parmi ses "florilèges".
      Les services du Président Ahmadinedjad ou lui-même auraient été bien trop fins pour même laisser entendre qu’ils détestent quelque nation, ou encore moins pour confondre les peuples et leurs dirigeants "démocratiques". Mais les peuples peuvent détester les Français dont ils pensent qu’ils ont élu Sarko, Hollande ... nous le sentons bien parfois à l’étranger.
      Brisons là, Question, nous risquons de tomber dans le travers décrit par Francis Cousin à l’égard des forums qui tournent aux "échanges narcissiques délirants" !
      Cordialement.


  • Ce qu’on dit moins c’est que l’auteur avait été accusé de plagiat concernant son bouquin le nom de la rose. Il avait lui-m^me avoué que son bouquin contenait bcp de similitudes avec celui de l’auteur en question mais qu’elles étaient tout à fait fortuites.


  • Ce type est totalement inintéressant et n’a rien à dire. Quelles sont ses recherches ? Ses analyses ? Que dalle. Le mec a reçu la science infuse et pérore devant qui veut l’entendre pour délivrer LA vérité.
    Promu star intello par le système. Logique.

     

  • #1401661

    L’art de faire semblant de ne pas comprendre. Quel enrichissement ! un grand sens du partage ! A n’y rien comprendre, sauf à prendre l’autre pour un con.


  • "Le nom de la rose" ou la vision d’un moyen âge arriéré, sale et n’appartenant qu’à une caste de religieux inquisiteur, malheureusement, de nos jours, les gens ont accès à internet et l’on découvre que le moyen âge fut bien plus agréable à vivre qu’éssaient de nous faire croire ces faux intéllectuels du monde.


  • Un grand homme nous quitte

     

  • cet homme savait expliquer tout avec simplicité et justesse sa mort m’attriste et quand vous écrivez : "Mort d’Umberto Eco, " un grand intellectuel " je dis oui et avec lui le mot Intellectuel avec un grand (i) ne devenait pas une insulte pour l’intelligence à l’opposé de ce qu’il devient quand on qualifie ainsi "Finkie le postillonnant "(oui celui du célèbre taaaiiiisssseeeeeezz vous )
    et qui aujourd’hui honteusement habillé de vert et dont par conséquent on à envie de la qualifié de "Finkie le véreux"
    tant tout ce qui sort de bouche et pourri !!......
    Je ne connais pas "Le Cimetière de Prague," je vais l’acheter
    et repose en paix Umberto et merci pour ton œuvre que tu nous a laissée


  • Son "Pendule de Foucault" m’avait stupéfait : connaissance pointue des sociétés secrètes, ésotérisme vaste et recherché, au service d’une intrigue qui devient folle (des types imaginent un complot mondial qui, petit à petit prend racine dans leur vie). Le fait que ce salopard de Dan Brown ait - littéralement - copié le premier tiers du Pendule alors que tout le reste avait failli dans son ensemble être adapté par Kubrick est un de ces regrets d’adaptation qu’on ne verra jamais. Maintenant je n’ai pas interprété de la même façon le Cimetière de Prague : je pense que le livre n’est ni antisémite, ni philosémite, je crois Eco plus malin que ça...ceci dit ce n’est pas son meilleur livre. "Le Nom de la Rose" est certes dans une vision moderniste de l’inquisition mais son intrigue avec ses inventions mises en scène par Jean Jacques Annaud m’ont emporté à l’époque (la poétique d’Aristote tome 2 empoisonné, le labyrinthe final, les "gueules" du casting et la scène d’amour qui provoqua mes premiers émois adolescents). Tant pis si ce type est peut être trop malin pour son époque.

     

    • Il y a dans "le nom de la rose"- et dans le film éponyme - une claire et nette attaque contre la foi et surtout contre l’Eglise.

      Alors que le Moyen-Âge fut une période florissante, il le dépeint d’un obscurantisme consommé, où les moines ne sont que des prévaricateurs, fornicateurs, sodomites, intrigants, et exploiteurs des pauvres. Il monte en épingle des épisodes d’allumés sectaires et sataniques (les frérots - "fraticelli") comme étant la règle. Il dépeint les monastères comme des lieux d’obscurantisme et de fanatisme forcené, où le savoir mis entre les mains des clercs est, à tout le mieux caché, au pire détruit. Evidement, il ne peut s’empêcher de rendre ses hommages à Asmodée en mettant en scène un épisode de sexualité débridée, convoquant dans un blasphème le Cantique des Cantiques - bien que l’on sache qu’il n’y a pas de sens littéral, et encore moins érotique dans ce livre sacré. La scène où Adso se tape la jeune paysanne en récitant des passages du Cantique est des plus ridicules et des plus offensantes pour les yeux pieux. Je ne parle même pas de la figure du Pape et de l’interprétation éhontée qu’il fait de la sainte Inquisition.

      Donc, en résumé, des moines lubriques et ésotériques qui violent d’autres moines, des frères lais qui, nuitamment, ratissent les cimetières pour leurs messes noires, des secrets, des complots, des tirades aristotéliciennes dans l’unique but de montrer à quel point "la belle Antiquité", c’est mieux que l’horrible chrétienté, des vieux aveugles hispaniques qui se suicident en becquetant des bouquins empoisonnées, et tout ça pour quoi ?!? Pour un fumeux livre sur (ne riez pas) ... le rire !!! Pas moins ! On nous prend pour des tanches, des truffes et des faisans !!! Mais bon, comme ça paye toujours de cogner sur l’Eglise, Baskerville est à la pointe de l’humanisme, Salvatore (voyez comme le nom est bien choisi), pour le dernier des débiles, et l’ascète Jorge de Burgos pour le dernier des salopards, qui veut empêcher toute la terre de rigoler en se tapant sur les cuisses. Résultat des courses, ma mère la sainte Eglise catholique est conspuée, calomniée, insultée. Et ça, ça plait au monde, Eco se pavanant sur les plateaux de télévision pour continuer à déverser sa bile anticatholique, au cas où y en aurait encore des qui s’estimeraient fidèles à l’Eglise. Sans compter qu’il se fait de l’artiche sur ce sale coup.

      Quant au "pendule", bof, il a réussi à zapper Guénon, un cador niveau ésotérisme.


  • Umberto Eco parlant de double personnalité est dans le vrai quant à choisir la sienne dans le rien n’est tout blanc ou tout noir où l’on ne choisit pas toujours les élans quelque soit la situation sociale dont le confort de l’esprit en fait oublier l’activité physique, sans parler de sport, dans l’importance de l’évacuation des toxines dont tout engrenage passif fait paraître une certitude d’un intellectualisme de l’infini à en perdre son pied, le vrai...
    Dans les erreurs de jeunesse, pourrait on dire qu’elles n’existent pas puisqu’intimement liées à la structure de l’émancipation, quelqu’elle soit, dont certains mettront en avant que d’autres enfouiront quant à un certain ésotérisme de construction ou de perdition...
    À travers la mort ; le réel ? ; la base du vivant à l’attention de l’infini...


  • Ce gros compilateur est contre les complotistes, et pour lui l’attentat des Ides de Mars, ce n’est qu’un petit truc... Effectivement à l’échelle géologique...

    Son oeuvre se veut savante, mais elle est indigeste et à part "Le Nom de la Rose" je vous mets au défi d’aller jusqu’au bout d’un de ses livres.

    Ce qui est certain, c’est qu’il a compris ce dont il faut parler et comment, pour assurer le succès en librairie, surtout en France, où il résidait en permanence.

     

    • Je confime.

      J’ai acheté Le Pendule de Foucault il y a 20 ans.

      Je ne parlerai pas du style, ampoulé et suffisant peut-être parce que c’est une traduction. Une longue collection de mots compliqués qui vous oblige à consulter le dictionnaire tous les paragraphes pour vous rendre compte que si, ce mot existe bien, même s’il n’a pas été utilisé depuis qu’il y est entré.

      Pour en revenir au livre, de guerre lasse, je n’ai jamais réussi malgré plusieurs tentatives (parce que je l’avais quand même acheté ce p... de bouquin) à aller au-delà de la zone autour de la page 80. Sincèrement, plus abscons que ce qu’il y a écrit dans ce bouquin, faut s’y mettre à plusieurs. Quoique, peut-être qu’un think tank de gauche ...

      Cela dit, des gens qui réfléchissent autrement que par opportunisme et qui poussent à s’interroger, il n’y en a pas suffisamment sur cette planète. Quand un intellectuel disparait, même de gauche, c’est toujours une vraie perte.


  • Eco trouve normal de dénoncer le côté Obscur et Odieux de l’Église catholique mais pas le côté Obscur et Odieux du Sionisme et du judaïsme ....Dénoncer à l’infini le bidule de l’ antisémitisme ; quoi de plus commun cette mode pour écrivains goys qui louchent vers les places éditoriales huppées et vers les Médias dominants .... A vomir !


  • Noooon.
    La vidéo dure 17 minutes et déjà au bout de 2mn le brave Umberto conteste le fait que des gugusses armés de cutters n’aient pas pu réduire quelques immeubles (+ de 2) en poussières.

    Je vais quand même poursuivre le visionnage. Ça pourrait être instructif.


  • A choisir, lisez plutôt Valerio Evangelisti et sa saga sur l’inquisiteur Nicolas Eymerich, qui vous présente un inquisiteur certes obtus et sanguinaire, mais qui fait face à des "ennemis de l’église" largement plus dangereux pour lui et pour le reste du monde et qui, tout en critiquant le moyen-âge, fait une critique de notre monde contemporain (les aventures de l’inquisiteur se déroulant souvent en parallèle d’évènements contemporains) et de ses bassesses souvent pires que celles de cet âge décrit comme "sombre" par certains historiens.

    A retenir : une épidémie qui fait dans un futur proche des millions de morts est la conséquence lointaine d’une maladie du sang très rare transmise de générations en générations par des dissidents de la religion cathares, hérétiques même aux yeux des "parfaits", et que le "héros" n’a pas su arrêter.


  • De l ’érudition poudre aux yeux mêlée à de lieux communs , le tout savamment cuisiné dans le sens du marketing avec la bénédiction du système pour son absence totale de qualité subversive . Pas de temps à perdre à lire ces choses vides .

     

    • Tout à fait d’accord. Son Nom de la Rose était peut-être bourré d’érudition et a donné lieu à un superbe film, ça n’en était pas moins une fiction qui véhicule la thèse de l’obscurantisme sur le Moyen-Âge et l’Eglise catholique, ce qui n’est une idée très fine s’il est vraiment érudit, mais certes cependant correspond à la propagande voulue et délivrée par le monde libéral contemporain.
      Et s’il croit que les 2 tours (pardon les 3 :autre ignorance de sa part peut-être) n’ont pas été plastiquées de l’intérieur, il ne doit pas être très érudit ni même au courant des lois de la physique.
      Bref, ça ne m’étonne que notre ministre de la Culture lui rende si bien hommage. J’aurais aimé lui demander son avis, en matière de complot sioniste imaginaire, sur l’affaire de l’USS Liberty.....


    • Entièrement d’accord , l’érudition de ECCO est du meme type que le "DA VINCI CODE " : du vent , une histoire prenante qu’il convient d’oublier une fois le livre refermé , et en général moins bien documentée qu’un album de TINTIN.Le problème est que certains y croient


    • Mon Dieu, quelle déception ! C’est donc ça, Umberto Ecco ? Heureusement que là, il va se taire à tout jamais !


    • "le nom de la rose" est un plagiat.
      Il n a donc rien ecrit d intéressant, ou même lisible. Quelqu un a essayé de lire le pendule de foucault ?


  • C’est un érudit qui disparaît,de la trempe d’unJ L Borges,après l’avoir lu on se sent plus intelligent,toute raison s’envole pour laisser place au symbole,à l’apocryphe, ,à l’orphisme,aux essences...au sens caché de la Nature qui résiste au dévoilement.
    Un humaniste mémoire de la civilisation européenne,la notre,syncrétisme de 5000 ans d’histoire,de Summer à la Renaissance.
    La révolution copernicienne et la pseudo autonomie de l’homme,celle d’un monde construit par l’homme et pour l’homme n’était pour lui que simulacre.
    Merci Umberto ,encore une part d’imaginaire qui s’envole nous laissant englués dans le positivisme le plus radical de la flèche irréversible du temps.
    Ta pensée reste.


  • Contre Umberto Eco, pour la liberté de penser que la Vénus de Milo est plus vraie avec ses bras que sans, et contre l’idée de subsumer l’exercice de leur reconstruction sous les épithètes ridicules du kitch, ce qu’on pourrait qualifier ironiquement de mise à jour inconsciente d’un bug immunodéficient dans la construction structuraliste.

     

  • Je l ai lu et je peut dire que ce monsieur a décrit le complot avec une romance qui je pense n en est pas de ce livre ,umberto maçon de haut degré semble faire parti du cercle des grands prêtres initiés et vénérés .


  • Quelques paradoxes chez ce monsieur :

    Sur le "tout et n’importe quoi" du net, 11 septembre, etc :
    "Le personnage odieux et révisionniste, le hacker du net".

    Ici, l’idée admise qu’on ne croit que ce qui nous conforte :
    "On sait qu’il faut vendre à la CIA ce qu’elle sait déja, sinon ils n’y croient pas".

    La, il nous apprend à être un révisionniste moderne :
    "Les techniques de filtrages pour apprendre à authentifier une information sur le net".

    Finallement, je n’ai pas compris comment il se positionne ; il se soustrait à son analyse (comme un ectoplasme).


  • A l’époque (2011) où Umberto Eco expliquait sa vision du « complot », je découvrais le site E&R par la technique de surf sur les sites web qu’il évoque ici, sans pouvoir la théoriser (peut-être à cause de certaines contraintes “non dicibles”), et depuis je le consulte avec intérêt et fidélité. Grâce à vous, et à votre critique de l’“Eco-logie”, il y a donc peut-être de l’espoir...


  • lorsque j’ai lu "le pendule de foucault" je fus sidéré des "emprunts" a peine dissimulé par ecco.....entre autres un bouquin sur la synarchie :presque du copié collé.....quand au "nom de la rose" c’est un livre franc-mac a fond:de la structure aux idées évoquées.....un dan brown avec un cerveau

     

  • A lire également de ce grand Messieurs , " Le pendule de foucault " , complot , templiers , sociétés secrètes , maison d’édition etc... Un roman esotérique et initiatique puissant !

     

  • Dans "Le nom de la rose" la trop lourde allusion à Borges m’a fait décrocher. Tête bien pleine et mal faite. Good ridance.


  • Les écrits de cet homme étaient brillants et profonds.
    Mais bon il me faudra plus d’une heure pour comprendre ces quelques pages sur Superman
    http://www.persee.fr/doc/comm_0588-...


  • La notion de complot dépasse les domaines politique et historique, car la question n’est pas de savoir s’il y a ou non des complots (n’importe quel étudiant en histoire politique sait pertinement que l’histoire politique n’est faite que de complots) mais quelle est leur véritable origine, et comment débusquer les contre-feux. D’un point de vue religieux, le modus operandi du diable est purement complotiste, presque par définition. Appelons les choses comme on veut, mais s’il ya des gens qui croient que l’être humain, en tant que représentant de l’état humain, avec tout ce que cet état représente, ne possède pas d’ennemis, s’ils connaissaient la terrible vérité...


Commentaires suivants