Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Patrick Buisson sur Nicolas Sarkozy : secrets d’un livre explosif

"Si j’ai tout enregistré, c’est donc que ce que je dis est vrai"

En 2007, Nicolas Sarkozy avait beaucoup misé sur Patrick Buisson pour accéder à l’Elysée. Le conseiller, aujourd’hui répudié, après être longtemps resté silencieux, publie, en pleine campagne de la primaire de la droite, un livre volumineux pour raconter et réfléchir. Un titre provocateur : La Cause du peuple. En réalité, une bombe.

 

Son nom est synonyme de scandale. De scandales, plutôt. Patrick Buisson sent le soufre. Son passé de ­directeur de Minute, il y a trente ans. ­L’affaire des sondages de l’Élysée, pour laquelle il est mis en examen, de même que plusieurs anciens collaborateurs de Nicolas Sarkozy, et dont les derniers rebondissements montrent qu’elle est loin d’être terminée. Et puis l’esclandre lorsque Le Point révèle, en février 2014, qu’il a enregistré le ­président à son insu quand il travaillait à l’Élysée. La défense de Buisson bafouille, la condamnation par le tribunal de grande instance de Paris ne tarde pas : il doit verser 20 000 euros à ­Nicolas Sarkozy et à Carla Bruni pour atteinte à la vie privée et aussi parce qu’il a agi sans le « consentement » de l’ex-chef de l’État, « ce qui constitue un trouble manifestement ­illicite ». L’ancien conseiller ne manquera pas de remarquer que seule l’épouse encaissera son chèque, pas l’époux.

En septembre 2014 tombe une sentence ô combien plus sensible à ses yeux et à ses oreilles qu’une condamnation de justice. Au 20 Heures de France 2, Nicolas Sarkozy est interrogé à son sujet : « Vous savez, dans ma vie, j’en ai connu des trahisons, dans tous les plans, mais, comme celle-là, rarement... » Il marque un long silence. « Rarement ». Sur le moment, Patrick Buisson vacille. Il se tait. Il se préserve. Il se réserve. Plus tard, il dira : « J’admets la rupture, mais pourquoi la défroque de l’ignominie ? » Il interprétera son exclusion de manière uniquement politique : « Sarkozy sait que la présence de Marine Le Pen au second tour de la prochaine présidentielle est acquise, on jette donc la ligne Buisson aux poubelles de l’histoire. Mon utilité devient nulle. »

 

 

« Je ne suis pas Valérie Trierweiler »

Depuis que le quinquennat 2007-2012 s’est achevé, plusieurs éditeurs le sollicitent, notamment Albin Michel, la maison où il a déjà publié plusieurs ouvrages depuis vingt ans. Il a refusé de s’exprimer oralement, il va le faire longuement, dans un livre. L’écriture lui prend plus d’un an. Très vite, il dépose le titre, La Cause du peuple, bien content d’adresser, lui le tenant d’une droite sans complexe, un pied de nez aux maoïstes. Il s’entoure d’un maximum de garanties pour garder le plus longtemps secret le contenu de son ouvrage. Du réviseur au photographe, chacun signe un contrat de confidentialité. Le livre paraît finalement aux éditions Perrin, avec ce sous-titre : L’histoire interdite de la présidence Sarkozy.

En se lançant dans l’aventure, il a une obsession : « Je ne suis pas Valérie Trierweiler ». De fait, la ressemblance entre les deux n’est pas frappante. Il réfute l’accusation du règlement de comptes ou du grand déballage. L’étendue de sa culture politique, qui affleure à chaque page ou presque, l’acuité de ses analyses, aussi contestées qu’elles aient pu l’être, l’incitent à se situer à un autre niveau que celui de « la chronique malveillante ». Pendant qu’il travaille, il veille à respecter les équilibres entre anecdotes et réflexions. Il n’ignore pas que seules les premières retiendront l’attention dans un premier temps, il veut croire que les secondes finiront par obliger la droite à s’interroger sur sa stratégie et sur son idéologie. Alors, il insiste pour souligner qu’il ne dévoile rien qui puisse nourrir la chronique judiciaire – sans doute ce silence d’aujourd’hui vaut-il aussi avertissement pour demain, au cas où Nicolas Sarkozy lui chercherait noise. La première réaction de l’ancien président, le 26 septembre sur Europe 1, est d’une grande sobriété : « Ça ne m’intéresse nullement ».

Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

Quelques portraits assassins d’hommes politiques de droite par Sarkozy relevés par Buisson dans un autre article de L’Express... Exemple :

Jacques Chirac n’a ainsi pas toujours eu droit à un hommage respectueux de sa part. La première fois qu’il accueille Buisson dans son bureau de l’Élysée, au lendemain de son élection, Sarkozy a ces mots : « Je la laisse vide, me dit-il en montrant la place qu’occupait rituellement Jacques Chirac sur le grand canapé. Son esprit l’habite, ajouta-t-il. C’est dire si je ne vais pas être trop encombré. »

 

Une droite plus nationale que libérale chez Kontre Kulture

Patrick Buisson, l’éminence noire, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Un livre "règlements de comptes" de plus n’aurait aucun intérêt, effectivement : que Sarkozy soit un homme de basses manoeuvres, pressé et tacticien, ça, nous le savons dèjà...nous avons ici affaire à un auteur qui est un homme de culture, mais cela différenciera-t-il ce livres des autres du même genre ?
    (Notons aussi que, comme l’a bien spécifié Zemmour, c’est parce que Sarkozy s’est éloigné de cette ligne Buisson qu’il n’a pas eu un second mandat).

     

    • N importe quoi sarkozy est un infiltré il est grillé tous savent que ces convictions sont des leurres pour les dorades que vous êtes. Ils s en tape du moment que ça mord a l hameçon et sinon il change de leurre et ça marche encore mine de rien le talmude lui a etait transmis et il optimise très bien ces droitd sur les goys incrédules croyant a sa mission par armour d un pays peut être mais qui est autre que la france ,a vous de faire la digression des tenants et aboutissants d un homme avec l histoire qu il porte . Sinon il y a la campagne électoral pour les meuh et les système le plus civilisé contre les barbares qui nous donnent le droit de vote a nous les meilleurs du monde allez vous cacher plutôt.


    • D’ou sortez-vous que je suis pro-sarko ? relisez moi, de grâce....


  • Toujours une bonne nouvelle les livres comme celui-ci.
    Après celui de De Villiers et de bien d’autres, peut-être que ça pourra faire comprendre au français moyen que le mensonge ne concerne pas que des parcelles de notre existence, mais bien l’intégralité de ce monde.

    Quand, dans le monde du faux omniprésent de la démocratie totalitaire du Capital, les hommes de pouvoir s’entre-tuent, c’est qu’on est sur la fin.

     

    • Une réplique du film “A La Poursuite d’Octobre Rouge” (1990), dite par l’acteur Richard Jordan dans le rôle du Dr. Jeffrey Pelt :
      « Ecoutez, je suis un politicien, ce qui veut dire que je suis un tricheur et un menteur, et quand je ne suis pas en train d’embrasser les bébés je vole leurs sucettes. »


  • $arko doit être fou de rage, même s’il prétend ne pas s’intéresser au livre. Menteur, menteur. C’est mille fois mérité, et encore c’est une modeste sentence, comparée à ce qui devrait être son châtiment véritable, pour sévices à la France, le nombre de trahisons n’approchant pas le nombre de Graham mais presque. Et ça ose refaire le coup du sauveur de la France, après l’avoir saccagée, souillée. Il a eu le temps d’y réfléchir durant cinq années, entre avions, cocktails en péninsule arabique, conférences à prix d’or, ... chez ses amis.

    Sa place est en prison, pas en invité vedette sur le service public. Avec toutes les affaires, les casseroles qu’il a aux fesses (pas le seul dans ce cas) le commun des Français, pour dix fois moins que ça, serait déjà en taule depuis longtemps et pour longtemps. Dans ces affaires tous les signaux tous les faisceaux convergent vers lui, mais lui dit-il, il n’était pas au courant, jamais, c’est à l’insu de son plein gré, les yeux dans les yeux. Blanc comme neige, innocent comme le nouveau né.

    Puisse-t-il être condamné (peut-on toujours rêver) à commencer par la tragédie libyenne, entre autres. Cet individu a du sang, beaucoup de sang sur les mains. Un beau couple avec Botul dans la même cellule, et pas en carré VIP.


  • Ce livre apparait comme un nième règlement de comptes anti Sarko de la part d’un de ses ex collaborateurs éconduits et va sans doute faire un flop en librairie .....
    Il n’aura vraisemblablement aucune influence électorale ou à peu près .....
    Tout çà sent le "marketing" à plein nez ..... A suivre !!!


  • Il ne faut jamais mordre le nain qui t’ a nourrit !!!...