Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Qu’est-ce que le transhumanisme ?

Dans la culture populaire, le terme de « transhumanisme » est associé à des images de science-fiction comme le clonage, le mutant génétique, le cyborg, mi-homme/mi-robot, et toutes sortes d’utopies futuristes. Or, il semble bien que la réalité soit en train de dépasser la fiction. Des phénomènes de société ayant émergé récemment, comme la théorie du genre, le « mariage homo », la PMA et la GPA, l’antispécisme, s’inscrivent effectivement dans une logique transhumaniste.

Il est possible de définir le transhumanisme en quelques mots comme le projet de modifier la nature humaine durablement au point d’en sortir définitivement. Il s’agit d’aller « après » l’humain, de sorte à périmer l’espèce humaine, la rendre dépassée, obsolète. En ce sens, le vocable de « transhumain » est synonyme de « post-humain », mais le premier semble avoir gagné la compétition pour s’imposer dans l’usage courant. Une masse documentaire importante sur le sujet est accessible sur l’Internet ou dans des ouvrages grand public que l’on peut se procurer en librairies.

Cette introduction se limitera à mettre en évidence la stratégie par étapes qui anime le transhumanisme et qui va s’imposer dans les années à venir, sur le modèle de la théorie de la confusion des genres ou du lobby LGBT, qui ont incubé pendant une quarantaine d’années discrètement et tissé leurs réseaux d’influence patiemment avant de se révéler ces derniers mois dans ce qu’il faut bien appeler une explosion de haine antihumaine coordonnée au niveau international. Ainsi, après un résumé de l’arrière-fond théorique et historique du projet transhumaniste, nous décrirons de quoi il retourne en pratique, soit les réseaux de pouvoir bien concrets et installés qui le soutiennent aujourd’hui.

Le sociologue américain Vance Packard (1914-1996) publiait en 1977 l’un de ses ouvrages majeurs, intitulé The People Shapers, traduit en français l’année suivante par L’Homme remodelé. Cet auteur s’était fait connaître dès 1957 avec ce qui reste son ouvrage le plus célèbre, La Persuasion clandestine, dans lequel il analysait les techniques de manipulation subliminale appliquées dans le marketing.

Vingt ans plus tard, sa perspective s’était donc élargie à un propos politique général, consistant dans la critique d’une approche scientiste de la question politique. À la fin des années 1970, la cybernétique et ses applications sociales avaient eu le temps de diffuser certaines idées, notamment que la société ou l’être humain sont des mécanismes comme les autres, justiciables d’une ingénierie permettant de les remodeler pour mieux les contrôler ou les améliorer selon un dessein précis. Vance Packard intitule ainsi son avant-propos : « La malléabilité de l’homme : une idée nouvelle. » Puis il met en exergue une citation de Skinner : « De ce que l’Homme peut faire de l’Homme, nous n’avons encore rien vu », qu’il commente ainsi :

« Cette déclaration fracassante de Skinner relève de l’ambition autant que de la réalité. Mais il est vrai que des tentatives acharnées sont faites actuellement pour remodeler les individus et leur comportement. Leurs implications vont loin, et sont souvent inquiétantes. Des “ingénieurs de l’Homme” sont au travail dans toute une série de domaines. (…) Les psychologues du comportement comptent dans leurs rangs une armée de fougueux révolutionnaires. Le plus célèbre des behavioristes, B. F. Skinner, de l’université Harvard, a appelé de ses vœux une “technologie du comportement” parce que “nous avons besoin de réaliser de grands changements dans le comportement humain”. Quelques années auparavant, un groupe de ses disciples, essayant de décrire ce qu’est l’ingénierie du comportement, expliquait : “Nous pouvons mettre en place des techniques capables de produire en masse des êtres humains supérieurs… Nous disposons d’une technologie suffisante pour obtenir le type de comportement que nous désirons.” »

JPEG - 46.8 ko
Aux sources de l’ingénierie du comportement, le behavioriste B. F. Skinner

 

Nous sommes ici dans un constructivisme intégral. L’une des constantes de l’ingénierie sociale, dont le transhumanisme est un volet, est de considérer l’existence entière comme une construction. Tout ce qui est donné, tout ce qui est naturel, peut être déconstruit et reconstruit selon un nouveau plan. Pour le transhumanisme, tout peut donc être transformé et artificialisé sans dommages fondamentaux, bien au contraire, car cela doit permettre de se « libérer » d’une nature humaine jugée encombrante ou trop limitée.

Ce schéma général de déconstruction-reconstruction de tous les aspects de la vie, Jean Baudrillard l’appelait le « crime parfait » pour dénoncer le fait que cela aboutirait en fait à un simulacre technologique du monde réel. Une illustration saisissante nous en est fournie dans la série de films Matrix, où le monde réel est détruit et réduit à un désert, et entièrement reproduit de manière virtuelle et sous contrôle dans un monde informatique simulé. Dans cette théologie constructiviste, l’univers entier est un édifice, un bâtiment, un « temple à reconstruire », où la place de « grand architecte » divin doit être occupée par l’Initié dès lors qu’il maîtrise les règles démiurgiques de la démolition contrôlée et de la reconstruction artefactuelle (destruction créatrice, « dissoudre et coaguler », Ordo ab chao, etc.).

Cette filiation illuministe et cabaliste du transhumanisme a façonné le visage d’une modernité largement placée sous le règne de la quantité et du nombre. Or, de l’imaginaire artistique aux sciences exactes, l’artificialisation du vivant et sa réduction au quantitatif ne visent pas franchement à son émancipation mais bien plutôt à sa simplification, de sorte à en faciliter la gestion rationnelle, numérique, industrielle et standardisée.

Pour fabriquer le consentement à cet appauvrissement de l’existence et de la biodiversité, ainsi qu’aux pathologies physiques et mentales qui en résultent, des sommes colossales sont investies dans tous les domaines de la société pour y impulser des tendances sociétales technophiles et humanophobes.

Parmi les agents de conformité, passés et présents, on relève des initiatives comme les conférences Macy entre 1946 et 1953, le rapport Meadows du club de Rome en 1972 (point de départ médiatique de l’idée de décroissance démographique contrôlée), l’Association transhumaniste mondiale créée en 1998 (dont la branche française « Technoprog ! » a tenu son premier colloque à Paris en janvier 2011), des essayistes prévisionnistes tels que Jacques Attali, Timothy Leary, Douglas Rushkoff, Ray Kurzweil (informaticien ayant fixé la date de péremption de l’humain à 2045, quand la « singularité technologique » de l’intelligence artificielle aura dépassé celle de l’Homme), des médias spécialisés comme Wired Magazine ou LaSpirale.org (le webzine francophone pour les « mutants digitaux »).

Ces initiatives sont chargées de diffuser des mèmes viraux tels que l’Humain 2.0 augmenté par la technologie, le piratage de l’esprit et du corps (bio-hacking, body-hacking, extropianisme), l’eugénisme par le clonage reproductif, la Procréation médicalement assistée (PMA), la Gestation pour autrui (GPA), l’utérus artificiel (ectogenèse), la banalisation de l’avortement et de l’euthanasie, les Organismes génétiquement modifiés (OGM) végétaux, puis les « chimères », c’est-à-dire le métissage génétique entre humains et animaux, et enfin les hybrides humain/animal/machine mis en scène par des artistes comme Matthew Barney et Enki Bilal (« Mécanhumanimal »).

 

JPEG - 48.5 ko
Les dessins d’Enki Bilal, une illustration artistique de l’hybridation

 

Le transhumanisme n’est pas une émergence spontanée, naturelle. Il s’agit d’un projet politique arbitraire soutenu par des « minorités agissantes » et des réseaux de pouvoir dont il faut décrypter la logique pour comprendre non pas à quoi elle sert, mais à qui elle sert.

En pratique, la montée en puissance du transhumanisme ces dernières années, notamment par le biais du lobbying LGBT, a révélé son vrai visage : il s’agit en fait d’une humanophobie. Nous trouvons là un cas d’école de « hameçonnage » : sous prétexte de défendre positivement quelque chose, on attaque en réalité autre chose. Sur le même modèle, le féminisme est en réalité anti-hommes, la théorie du genre est anti-hommes ET anti-femmes, le lobby homo est hétérophobe, la protection des minorités consiste à attaquer la majorité, etc. Le transhumanisme n’aura donc évidemment jamais aucune réalisation positive, pas plus que le féminisme, la confusion des genres, le LGBT ou la protection des minorités.

Ces diverses idéologies ne sont pas là pour ça, mais seulement pour attaquer l’Humain sous couvert de projets positifs. La haine de l’espèce humaine véhiculée par le transhumanisme est largement perceptible dans les mouvements politiques qui l’ont portée au siècle dernier. Le mythe du Nouvel Homme, régénéré par la science et la technique, a irrigué tout le fonds idéologique eugéniste des totalitarismes du XXe siècle, communisme, fascisme, nazisme, capitalisme, ainsi que leur esthétique futuriste. Seul le quatrième de ces totalitarismes a survécu, dans la mesure où c’est lui qui tirait les ficelles des autres depuis le début et où ils dérivent tous des mêmes réseaux de pouvoir, contrôlés par les mêmes personnes versées dans l’illuminisme et le progressisme scientiste, dont la figure la plus représentative est évidemment Aldous Huxley et son Meilleur des mondes.

De nos jours, le mouvement transhumaniste est transnational et dispose de soutiens puissants. Loin d’être groupusculaire et confiné à la culture geek, il est en train de se constituer comme un authentique lobby politico-économique aux ramifications tentaculaires. On le voit commencer à construire des passerelles avec les groupes de pression déjà en place et hégémoniques, pro-israélien (pinkwashing), LGBT, pharmaceutique, ainsi qu’avec le complexe militaro-industriel, notamment dans le domaine des NBIC, acronyme pour les disciplines convergentes que sont les nano et biotechnologies, l’intelligence artificielle et les sciences cognitives (voir la Recherche & Développement militaire, DARPA, Pentagone, pour mettre au point de nouvelles armes et le « soldat du futur »).

L’objectif de ces réseaux d’influence étant toujours de se liguer contre leur ennemi commun, l’être humain, ils ajoutent leurs forces afin de se donner les moyens d’exercer une véritable terreur intellectuelle et de dicter leurs caprices aux institutions juridiques. Nul doute que nous verrons apparaître un de ces jours des lois antihumaines avançant masquées sous le prétexte moral de lutter contre la « transhumanophobie » et pour l’égalité humain/transhumain. Annonçant ce déferlement de haine antihumaine (dont le délit imaginaire d’homophobie crée par Sarkozy en 2004 ne fut que le prélude), des réflexions sont déjà en cours sur un nouveau statut juridique des animaux ou sur le Droit des robots.

Des avocats et des juristes comme Alain Bensoussan et Anthony Bem posent ainsi sérieusement la question : « Quel statut juridique pour les robots ? [1] » Le remplacement des humains par les robots pour effectuer des tâches mécaniques simples est en cours depuis longtemps, mais la Commission européenne a franchi un pas supplémentaire avec le projet PETROBOT qui prévoit de confier à des robots des tâches de contrôle de sécurité réclamant une véritable expertise :

« (…) le but est d’élaborer des robots pouvant se substituer aux êtres humains pour l’inspection des cuves à pression et des réservoirs de stockage largement utilisés dans l’industrie du pétrole, du gaz et de la pétrochimie [2]. »

Perspective de chômeurs humains en plus, mais puisque la rhétorique antihumaine consiste à inverser systématiquement les rapports de force, ce sont les humains qui seront accusés d’opprimer les robots depuis la nuit des temps. Bientôt des associations « SOS robots battus »…

La discrimination positive des robots pour leur accorder plus de droits qu’aux humains se fera sur le modèle juridique et sociétal éprouvé et testé de la discrimination positive des prétendues « minorités » : préférence aux étrangers sur les nationaux dans le cadre de l’antiracisme, préférence aux animaux sur les humains dans le cadre de l’antispécisme, préférence aux handicapés sur les valides dans le cadre de l’antidiscrimination des handicapés, etc. Sous couvert de protéger les minorités, il s’agit en fait de leur accorder plus de droits qu’à la majorité, donc de reconstituer un véritable régime de privilèges, donc une oligarchie des minorités qui serait moralement justifiée par la lutte contre les discriminations. Ces nouvelles lois antihumaines ne seront pas populaires et les votes parlementaires pour les faire passer seront truqués, comme pour le « mariage homo ». Ces lois resteront donc des projets de lois, non-votées donc illégales, mais seront appliquées quand même par la force, ce qui nous fera entrer dans un véritable fascisme des minorités.

La fusion de tous les groupes de pression antihumains dans un seul front commun se fera sous la houlette de textes tels que Manifeste Cyborg – Science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXème siècle, de Donna Haraway, ou d’initiatives comme le colloque international intitulé The Israeli Presidential Conference – Facing Tomorrow, qui se tient depuis 2008 à Jérusalem. La liste des intervenants comporte Sergueï Brin (2008), Ray Kurzweil (2009), Jacques Attali (2008, 2009, 2012), et l’édition de 2013 fut titrée « The Human factor ». Sergueï Brin est l’un des deux cofondateurs avec Larry Page de Google, où ils occupent maintenant respectivement les fonctions de directeur technique et de PDG. Ils ont recruté en 2001 Éric Schmidt, aujourd’hui président exécutif, qui fut invité à la conférence du groupe de Bilderberg de 2013. Ces trois hommes, convertis au transhumanisme, ont embauché en 2012 Ray Kurzweil, le pape de cette nouvelle religion, pour travailler à renforcer encore les capacités du célèbre moteur de recherche et de son extension « Google Zeitgeist », cerveau informatique qui révèle les grandes tendances de l’état d’esprit mondial à partir des milliards de mots-clés tapés chaque année.

 

JPEG - 36.4 ko
Jacques Attali à la tribune du colloque The Israeli Presidential Conference – Facing Tomorrow (2012). Les connexions des sphères scientifiques et technologiques avec les sphères politiques laissent deviner les fins idéologiques du transhumanisme.

 

L’informatisation de la société, pour citer le célèbre rapport d’Alain Minc et Simon Nora de 1978, ne cesse d’avancer. Le puçage électronique du bétail humain pour assurer sa traçabilité complète au moyen de composants RFID (ou autres) se met en place lentement mais sûrement. La chasse à l’Homme est ouverte et le piège risque de se refermer sur nous. Une prise de conscience collective, accompagnée de réactions militantes de mêmes ampleurs que la Manif pour tous ou que les Journées de retrait de l’école (JRE) lancées par Farida Belghoul, est donc nécessaire.

Il devient urgent de réfléchir à la constitution d’un front général de défense de l’humain, fédération d’organisations qui rassemblerait des humains de toutes origines et obédiences pour défendre notre nature humaine commune contre toutes les tentatives de l’exterminer ou de la réduire en esclavage.

 

Pour aller plus loin :

- « L’homme programmé », Méridien Zéro, émission n°135 du 10/03/2013 avec Maurice Gendre, Lucien Cerise, Thibault Philippe, Gilles (de Métanoïa – « Pour une révolution spirituelle face à la tyrannie technoscientiste »).
http://www.meridien-zero.com/archive/2013/03/05/emission-n-135-l-homme-programme.html

- « La nouvelle conception de l’Homme – La construction de l’être humain », Centre culturel français de Karlsruhe et Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM), débat public organisé le 03/05/2000 avec Alain Finkielkraut, Michel Houellebecq, Peter Weibel, Peter Sloterdijk.
http://www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2004-2-page-32.htm

 

 

Notes

[1] « Un droit des robots respectueux des principes éthiques » http://www.alain-bensoussan.com/tag/droit-des-robots/

« Droit des robots : quel statut juridique pour les robots ? » http://www.legavox.fr/blog/maitre-anthony-bem/droit-robots-quel-statut-juridique-12489.htm

[2] « Stratégie numérique : dans un projet cofinancé par l’Union européenne, des robots remplacent les inspecteurs pour le contrôle des conteneurs dans l’industrie pétrochimique. Commission Européenne - IP/13/810. 03/09/2013 » http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-810_fr.htm?locale=FR

 

Retrouvez Lucien Cerise sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



94 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #773092

    Jean-Pierre Dupuy ( professeur émérite de philosophie sociale et politique de l’Ecole polytechnique et de l’université de Stanford ) dit la même chose dans l’un de ses derniers livres. L’Empire est dingue.


  • #773105
    le 30/03/2014 par Bromélia
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    L’idée d’une amélioration de la nature est consubstantielle à l’usure, Attali explique cela très bien :

    « La fonction de l’Homme sur la terre est de produire des richesses... Transformer la Nature c’est bien, la Nature n’est pas bonne en soi. Plus encore, la Nature est l’ennemie de l’Homme. Quand on admet que la richesse c’est bien et que la pauvreté ce n’est pas bien, on déteste les forêts et on adore les jardins, on déteste la campagne et on adore la ville, on aime ce que l’Homme fait et pas ce que la nature lui donne. Et la deuxième chose qui est très profonde dans cette conception est le rapport au temps qui change profondément : si on admet que le scandale est la richesse alors il faut qu’à tout prix que tout soit répétitif puisqu’il ne faut pas accumuler de richesse. Si, au contraire, on admet que la richesse n’est pas un problème mais qu’il faut l’assumer alors le temps devient un allié et non plus un ennemi. Le temps n’est plus cyclique il avance et l’Homme s’inscrit dans l’histoire du temps et utilise le temps comme une richesse. Dans le premier cas le temps surtout ne doit rien valoir parce qu’il ne faut pas que le temps soit utile, en particulier pas d’intérêt. Alors que dans le second cas le temps a de la valeur puisqu’il est le chemin sur lequel s’inscrit la réparation du monde imparfait que Dieu nous a laissé et à ce moment l’intérêt à un sens »

    J. Attali
    http://www.akadem.org/sommaire/them...


  • #773107

    En revanche, je veux bien un bras bionique pour donner des soufflets aux transhumanistes.

    Plus sérieusement j’ai déjà eu l’occasion de parler avec des transhumanistes convaincus. La plupart étaient politiquement ignorants, mondialistes sans même le savoir, petits geeks nés avec une console dans les fesses et un clavier dans les bras. Ils sont les porte-étendards d’une idéologie "progressiste" que je qualifierai de satanique pour son caractère antisocial et amoral. Bref, il n’y a rien à attendre d’un petit informaticien, transhumaniste parce que c’est "fun", élevé à un humanisme paradoxalement humanovore, lequel rêverait sans doute d’un troisième bras mécanique pour quelques activités autoérotiques douteuses.


  • #773140
    le 30/03/2014 par goy pride
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Excellent article !
    Ces gens ont la haine de l’humain et du vivant plus généralement. Ce qu’ils haïssent le plus c’est d’être soumis aux lois divines (lois physiques, biologiques...) ce qui suscitent dans leurs esprits tordus des velléités de démiurge ! Ils veulent recréer le monde, or ils ne peuvent rien faire de plus que de lamentablement singer la perfection de la création...

     

    • #773272
      le 30/03/2014 par francky
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Vous vous contredisez sans vous en rendre compte, loi divines : loi physiques, biologiques etc... Mais justement ces lois montre l’impossibilibilité des lois divines, ce qui me convient tout à fait puisque je suis athée...
      Mais mon athéisme ne m empeche pas de reflechir et d’avoir une ethic que bien des religieux m’envierait s’il etait tout à fait honnête....
      Conernant google je pense qu ils font ce genre de boulot pour mieux nous comprendre, donc nous manipuler mais dans le but de gagner toujours plus d’argent et pas forcement pour nous rendre esclaves....
      Wait and see !!!!


    • #773322
      le 30/03/2014 par Bromélia
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      "le temps a de la valeur puisqu’il est le chemin sur lequel s’inscrit la réparation du monde imparfait que Dieu nous a laissé et à ce moment l’intérêt à un sens"

      Attali


    • #773328
      le 30/03/2014 par Leïla
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Bon ok ! ils veulent nous éliminer, ça on a compris, et après ? Ils sont bêtes ! Ils ne savent rien faire par eux-même ! des robots ce ne sera jamais aussi bien que la création de DIEU !!.... sont vraiment co.. !


    • #773334
      le 30/03/2014 par Titus
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Francky, tu n’as pas bien réfléchi à la question. Si la nature est gouvernée par des lois universelles et éternelles, c’est bien qu’il existe un législateur ! Or, par exemple, ce n’est pas Isaac Newton qui a inventé l’attraction universelle, car la loi de l’attraction universelle était en vigueur avant sa naissance. Newton n’a fait que découvrir une loi qui existait avant lui et qui existera après lui, une loi divine.
      L’existence des lois physiques est ainsi une preuve de l’existence de Dieu.

      Le transhumanisme, dans sa volonté de s’affranchir des lois de la nature, est une révolte contre Dieu.


  • #773178
    le 30/03/2014 par lavérité
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    qu’il y ait des robots pour travailler, là n’est pas le problème. comme disait Coluche, les gens ce dont ils ont besoin, c’est de l’argent, pas du travail. Mais malgré les avancées technologiques considérable, on nous recule l’age de la retraite, le pouvoir d’achat est quasi nul etc ...
    la stratégie est la même : on nous fait croire à une révolution qui va améliorer notre vie, mais la réalité sera plus amère. Les usines ont été un laboratoire pour le transhumanisme avec la concurrence, après l’immigré, redoutable des machines. Il est temps de le généraliser.


  • #773182
    le 30/03/2014 par Septimus
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Les jeux vidéos Deus Ex et Deus Ex Human Revolution proposent des visions très intéressantes d’un monde modifié par le transhummanisme, et de ses dérives probables.


  • #773186
    le 30/03/2014 par Mr lurin
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Excellent article.
    Il pourrait faire rire les plus crédules mais il faut savoir que la boîte de pandore est ouverte depuis longtemps.
    Avec la destruction de l’identité Homme-Femme (théorie du genre) les germes d’une nouvelle société transhumaniste sont déjà visibles.

    A voir absolument : http://www.meridien-zero.com/archiv...


  • #773223
    le 30/03/2014 par francky
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    bonjour,
    Ils auraient pu aussi cité les conferences TED ,veritable nid de transhumains !ou encore du travail de propagande effectué par le cinema et les jeux videos qui donne aux jeunes generations un apercus des pouvoirs qu’ils auraient en étant "augmentés" (exemple le jeu deusex).
    effectivement tous ceci est l’objectif finale de tous ce que met en place l’empire ou le systeme (ou quelque soit le nom qu’on veut bien lui donner !), on doit s’y preparer !
    Tout ceci pourrait etre evité si le peuple reprenait le controle (avec le systeme democratique d’etienne chouard) ,interdire de s’enrichir jusqu’a un certain seuil qui ne permette pas de detenir une fortune personnelle superieure au PIB d’une petite nation !! nationaliser les organisme financiers ...etc...bref toute sorte de mesure qui empeche des lobbys ou des reseaux opaques de comploter dans le dos des peuples ! Il faut une "dictature" des gens honnetes et droit !! et apres ER vive le FDH (front de defense des humains) !!
    respectueusement


  • #773226
    le 30/03/2014 par Lélé
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Très bon article.

    Juste un petit bémol à mes yeux : pourquoi mettre sur un même plan le statut juridique des animaux et le droit des robots ?

    Il est normal à mon sens que les animaux aient des droits (c’est d’ailleurs le cas dans l’islam).


  • #773240
    le 30/03/2014 par Nomo
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    La proportion d’élus dans les noms cités tient probablement du hasard...
    Ou bien elle démontre la totale adéquation de leur système de valeur avec la mise en esclavage de l’humanité.


  • #773253

    Le package idéologique qu’ils mettent en place pour accompagner ça arrive bientôt au ciné
    http://www.youtube.com/watch?v=kLna...


  • #773255
    le 30/03/2014 par joseph(le vrai)
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    et si c’était déjà trop tard ? il me semble que nous avons 30 ans de retard au moins, et que la super structure nécessaire à ces desseins soit sur pieds depuis belle lurette ! les bénéfices potentiels sont inimaginables pour ses concepteurs, et ce qui fait leur force, c’est qu’ils ont toujours des décennies d’avance sur le bon peuple, qui se remue toujours trop tard !!!
    mais l’article fait froid dans le dos ! tous nos problèmes actuels semblent être de la petite bière comparé à ce qui nous attend...

     

    • #773962
      le 31/03/2014 par noname
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Pourquoi on parle toujours de retard ? Dans la mesure ou les plans sont annoncés ou du moins connus, c’est plutôt 30 ans d’avance qu’on a ! Parce que pour mettre un système pareil en place il faut du temps !

      Aujourd’hui une simple JRE fait peur au gouvernement, une conférence de Alain soral et toute la presse s’agite, une confrontation ministre vs dieuo et c’est le ministre qui en sort battu...évidemment c’est peu par rapport au chantier mais nous sommes dans une période qui ne peux pas déboucher sur du transhumanisme légale. Il se passera quelque chose AVANT ça.

      Un système pareil ca se combat par la masse, les gens se ré-informent petit à petit, ne te décourage pas.


  • #773259
    le 30/03/2014 par Howard
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Aussi passionnant qu’effrayant !


  • #773319
    le 30/03/2014 par ouhm
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Bel avenir...
    Le mariage robot/humain un jour..

     

    • #773753
      le 31/03/2014 par Pas dupte
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Tu rigoles mais il y a déja un manga qui a traité ce sujet. J’ai en oublié le nom compliqué malheuresement.
      Il raconte l’histoire d’un jeune paumé qui maltraite sa copine robot qui le dénonce et se fait rattraper par la police.
      La dystopie va finir par nous rattraper.


  • #773320
    le 30/03/2014 par coyoterevolte
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Ils veulent avoir l’après homme : RdV au cimetière. moi, j’y vais en mode "doucely".

    Pour le spécisme : il y a ceux qui, au nom des animaux, détestent l’homme : négatif, pas mon truc. Je vois plutôt les animaux comme des camarades de classe avec Dame Nature en prof. Il n’en retse plus beaucoup des camarades...et c’est pas comme le réchauffement climatique...on peut les compter ou même regarder par sa fenêtre ou, miracle technologique (ou malheur) téléphoner à un pote pour qu’il regarde par la fenêtre....



    ont embauché en 2012 Ray Kurzweil, le pape de cette nouvelle religion, pour travailler à renforcer encore les capacités du célèbre moteur de recherche et de son extension « Google Zeitgeist »,



    ça fait beau temps que je me demande qui est derrière le film "zeitgeist" : c’est les même que google zeitgeist ?


  • #773330
    le 30/03/2014 par Crylovitch
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Trés bon ce Lucien Cerise.Il montre au grand jour des concepts et des projets invisibles, je vais m’interesser de plus prés a ses travaux.Un grand merci a lui !


  • #773332
    le 30/03/2014 par grosdoux
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    En quoi être améliorée est un asservissement ?

     

    • #773730
      le 31/03/2014 par lamenace
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Y’en a qui voient pas plus loin que le bout de leur nez.. On va prendre un exemple simple : le marché de l’emploi de demain. Si pour X ou Y raison un individu n’a pas envie d’être "améliorer" alors que toute la société l’est. Il vaudra quoi sur le marché de l’emploi ? Rien, car il sera considéré comme un "sous-être". Donc il devra s’améliorer pour survivre, et donc pour s’adapter il devra sacrifier sa liberté de choix.

      Tu me diras qu’on en est déjà là avec la nécessité d’être à la pointe de la technologie pour s’adapter au marché, mais la question est : jusqu’où ira t-on ? Jusqu’où l’homme sera prêt à se déshumaniser au profit de ces Grands Mots que sont "l’efficience et l’efficacité" ? C’est un peu comme l’affaire du travail le dimanche...


  • #773337
    le 30/03/2014 par SAMUEL
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    La matière est éphémère, aussi bien les premiers antichrists ou transhumanistes de mes deux dans le monde. Pourtant je vois un peu clair, je délire pas, je suis point fou, je me rends bien compte que des fois des gens en veulent à ma vie et je me demande bien pourquoi. Ils rêvent peut-être bien tous encore d’un age d’or, pour le tout socialisme ou matérialisme mondial de merde en fait, les cons faudrait jamais gâcher la bonne ambiance festive. Pour ça qu’il vaut mieux que je me retire du net, au moins je marquerais moins le coup, les esprits. Mais non je peux pas trop me retirer comme ça en douce, non il faut vraiment que je trouve quelque chose de plus glorieux pour tirer ma révérence, oui j’ai tellement bien l’impression de me faire avoir et doubler partout, alors forcément le monde retremblera. Qu’est-ce que le transhumanisme sans doute encore quelque chose qui nous fera bien plus mal à l’Ame, mais là c’est pareil quand j’exprime cela, j’aimerais pas trop fatiguer non plus l’ensemble de mes lecteurs les plus malins avec des i-phones, car moi j’ai rien de tout ça, je ne suis donc point bon moderniste, donc homme normal ou moins dangereux pour ma petite bande de copains que je préfère influencer.


  • #773340
    le 30/03/2014 par Mouwaller
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Heu ouais ça va chercher un petit peu loin là quand même... Quelles seraient les motivations de ces gens s’il n’ont pas l’intention d’en retirer quelque chose de positif ? Ils sont humains eux-aussi...

     

  • #773360
    le 30/03/2014 par joseph(le vrai)
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    passionnant ! si j’ai bien compris, le but de toutes ces manoeuvres est d’user de l’humain comme d’un simple outil- y compris comme engrais, le jour où il ne servira plus...
    les robots offrent des potentialités de gain très supérieurs aux humains- ne leur manque que l’intelligence et peut-être l’intuition : le jour où les scientifiques atteindront ce dernier but, alors les humains ne leur seront plus d’aucune utilité....finalement Marx avait raison : l’asservisement des hommes représente la plus-value ultime du Capital !!! à côté de ce qui nous attend, la période actuelle est sans doute la meilleure que nous vivrons jamais...


  • #773440
    le 30/03/2014 par samra
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    transgénique ,trangenre,transnational,transexuel, transcendance ,transhumanisme...cherchez l’intrus !

     

    • #774926
      le 01/04/2014 par Romain
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Trance-Goa ???

      Plus sérieusement, sachant que la Trance vient d’Israël, et que cette musique melle des sonoritées tribales (ethniques) et des sonoritées Hi-Tech, elle symbolise bien cette tendance Noachiste d’une certaine tribu : le Judaïsme Messianique qui consiste non-plus à attendre le Messie, mais à le faire venir. Créer l’Homme Nouveau par tous les moyens, y compris technologiques.
      Car le trans-humanisme permet de réduire en esclavage les faibles, certes, mais permet également de favoriser les privilégiés.

      Cependant, si on a connaissance de cette tendance, rien n’empêche d’apprécier la Trance pour ce qu’elle est. (Raisonnement valable, aujourd’hui, avec quasiment toute la culture disponible : savoir faire le tri et repérer les influences)


  • #773562
    le 30/03/2014 par anonimous
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Le transhumanisme est très bien expliqué dans le dernier livre de Dan Brown intitulé Inferno.


  • #773700
    le 30/03/2014 par Riton V
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Eh bien, ce n’est pas trop tot ! Il manquait a E&R une reflexion profonde sur la technologie (dont les ouvrages de KontreKulture ne parlent quasiment pas). Ceci étant certainement du au passé marxiste d’Alain Soral, sans vouloir le froisser...Pour la plupart des cocos, la technique n’était qu’un ’outil’ tributaire de la lutte des classes...
    J’ai personnellement critiqué le transhumanisme dans mon essai sur les cyber-esclaves, paru en 2003 a Montréal, "Le Futur est Derriere Nous", aux éditions Trait d’Union. Ce qui m’a valu de perdre ma carriere de professeur en 3D, et d’etre agressé physiquement par des trans-humanistes militants comme mon ex-ami Maurice Dantec, et quelques tenants de la mafia techno-culturelle québécoise. En effet, la captation des subventions gouvernementales par une petite clique est un sujet tres sérieux dans une ville ou l’industrie du jeu vidéo emploie plus de 10.000 personnes, sans parler du multimédia, du web et du e-commerce... Les méthodes pour ’corriger’ les cracheurs dans la soupe comme moi ne sont plus les coups de batte de baseball, mais l’excommunication médiatique et la mort sociale.... Pour en revenir a nos moutons, le transhumanisme, loin d’etre un détail folklorique me parait etre au contraire l’idéologie centrale du systeme oligarchique Illuminati, l’aboutissement de l’illusion de l’"Homme-Dieu" et du progres scientifique perverti. Ray Kurtzweil en est l’exemple le plus criant, reléguant l’Homme Nouveau soviétique et l’UberMann nazi au rayon des contes pour enfants. Ce cinglé croit que tres bientot un scanner performant digitalisera notre ’ame’ pour en créer un double, notre avatar virtuel immortel....Les cyberzombies décérébrés en salivent encore....

     

    • #775852
      le 02/04/2014 par BenZo
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Salut, je suis un peu passionné de technologie aussi...

      Ce cinglé croit que très bientôt un scanner performant digitalisera notre ’âme’ pour en créer un double, notre avatar virtuel immortel....Les cyberzombies décérébrés en salivent encore....

      Je suppose qu’il considère que l’"âme" est en fait la conscience générée/supportée par le cerveau. En théorie ce n’est pas absolument impossible qu’un jour on puisse scanner en 3D au niveau moléculaire (nano) le cerveau, mais on en est à des années lumière pour le faire, aussi bien par la complexité de l’objet (des milliards et des milliards de molécules) que par les progrès techniques qui restent à réaliser (pour bien spatialiser et également pour ne pas détruire l’objet scanné dans sa nanostructure). Pour l’instant on a à peine réussi à voir en 2D une molécule d’une 50-taine d’atomes, après un scan de 20 heures, dans le vide, à une température proche de zéro absolu, pas très prometteur tout çà.

      Mais passons et imaginons qu’un jour on puisse obtenir et stocker d’une certaine façon une telle image. Elle ne serait pas utilisable pour créer un clone virtuel, car cette image n’a de sens que dans sa description de la position et de l’état de tous les neurones, ainsi que de tous les circuits neuronaux activés à un moment donné. Vous pouvez la coder bien-sur (faudra quand même s’accrocher un peu...) et lancer une simulation, mais vous n’obtiendrez qu’une simulation du nouvel état des neurones et de leurs connexions. Ça ne génèrera pas de la conscience.

      Je pense que ce qu’il voudrait c’est un "avatar" immortel réel. Mais pour ce faire, il faudrait recréer à partir de l’image obtenue l’objet source, c’est à dire reconstruire atome par atome un objet de la taille du cerveau... les pyramides c’étaient un jeu d’enfants... et tout ceci ayant une chance de marcher si tout ce qu’on connait par des moyens scientifiques jusqu’à aujourd’hui est suffisant pour expliquer l’âme/conscience.

      Welcome to the land of dead Mr. Kurtzweil.


    • #776198
      le 02/04/2014 par aristide
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Sur l’éthique biblique et l’éthique transhumaniste, voir l’article : L’éthique biblique au risque de l’histoire :
      http://neonoobsphere.canalblog.com/...

      Sera également disponible sur le blog du CNC (réseau MAS).

      Merci à L. Cerise pour cet article très bien fourni.


  • #773860
    le 31/03/2014 par Sylvain
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Dans toutes les époques le progrès a provoqué des chômeurs et des victimes parmi ceux qui n’ont pas pu ou su s’adapter. Et dans la somme algébrique c’est l’espèce humaine qui gagne. On a moins de souffrance, plus de confort (par forcément du bonheur, certes... quoi que... !) plus d’espérance de vie.

    On n’a pas de raisons pour croire que ça se devrait s’arrêter.


  • #773893
    le 31/03/2014 par Un cendy
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    « Ray Kurzweil (informaticien ayant fixé la date de péremption de l’humain à 2045 »
    La date de péremption de son humanité a précédé sa naissance à celui-là.
    Tous ces détraqués utiliseront les humanoïdes à des fins bien bassement humaines comme la vengeance, revoir pour s’en convaincre " minority report ", la profusion de films SF nous alertant sur notre futur proche est révélatrice, il faut bien le dire.


  • #773914

    Le transhumanisme qui aurait pu etre une noble cause dans le sens de transcender la condition basique de l’homme et tendre vers plus de connaissance et sagesse ( en clair tendre collectivement vers une non domination de ses semblables ), finalament est en passe de devenir une abomination entre syndrome psychologiques automutilation et masochisme : l’Humain asservi à des artifices qui ne sont en rien de sa nature .

    La saga de Frank Herbert " Dune " repose sur une phrase : " Tu ne créeras pas de machine à l’esprit humain supérieure . " Nous nous y dirigeons .


  • #773982
    le 31/03/2014 par noname
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    L’antispécisme nous viendra (viens ?) des vegans, qui sont capable de haïr des humains pour leur cause, je me disais aussi que leur combat puait à 100 km, plus j’en lis, plus je vois ou ça nous mène. Et c’est jamais un hasard si ceux qui sont cités comme exemple dans ce combat du véganisme, sont pro genre, pro divorce, pro connerie...Et c’est plus un hasard quand on regarde de quels bord ils sont...toujours les mêmes...

    Enfin c’est fou comme la vie évolue, j’ai toujours eu de la fascination pour la robotique, je déchante un peu depuis quelques temps sur ce sujet, depuis que je sais qu’en réalité, les progrès n’apporteront rien de positif à notre espèce mais bien l’inverse, pourtant, cette technologie pourrait être utilisé à bonne escient et nous rendre une vie future bien meilleur.

    Mais ceux qui signent les chèques n’ont pas de vision saine, ce sont des gens comme attali qui ne comprennent pas "pourquoi on naît mortel" et qui se verrait bien surmonté d’un tank à oxygène sur le dos ou un processeur qui dépasse du crane...Alors même que si on faisait le nécessaire on pourrait avoir des capacités proches des robots tout en restant humain !

    Je crois savoir que le chimpanzé viens d’avoir un statu "humain" ou un truc dans le genre (à vérifier) et que les gens se posent déjà la question de savoir si il faut donner des droits aux futurs robots...certains sont déjà convaincus que oui...

    Depuis que je regarde le féminisme, je me suis toujours posé la question de savoir si c’était pas un cheval de Troie pour arriver a ce genre de chose. Comme le dit cette article, c’est indissociable.

    Mais contrairement aux gens pessimiste sur le sujet, cette société tiens de l’utopisme, pas parce que c’est mécaniquement irréalisable (ils ont récemment créer une batterie plate flexible, juste pour dire) mais tout simplement parce qu’il se passera obligatoirement quelque chose avant qu’une telle société puisse voir le jour.

    Bref, la meilleur façon de combattre le transhumanisme c’est de zigouiller les mouvements féministes, qui reste le talon d’Achille de cette supercherie et le discours sur internet à bien changé, les gens sont mieux informés depuis quelques temps (comparatif perso).

     

    • #775041
      le 01/04/2014 par joseph(le vrai)
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      le matérialisme, c’est fait pour faire descendre l’Homme de son piédestal,c’est- à-dire créature de Dieu !!!! une fois cela admis,le reste suit,mécaniquement ! un jour, les animaux- et la Nature elle-même- auront un statut égal, peut-être supérieur à celui ds humains...rappelez-vous bien qu’on a d’abord crée la SPA avant d’abolir l’esclavage !!!
      la fin programmée des religions verra le retour du paganisme et le culte rendu aux animaux et à la déesse Nature : les humains auront ainsi l’ illusion de trimer pour dame Nature- alors que ce sera encore et toujours pour le Capital, bien dissimulé derrière...avec la généralisation puis la banalisation de l’euthanasie et de l’avortement de masse, et peut-être à courte échéance, la procréation artificielle hors ventre humain, nous assisterons à la mise en coupe réglée et définitive de l’humain, selon les besoins du Marché et ce, d’autant plus facilement que les esprits auront été conditionnés, dès l’enfance( par l’éducation nationale et la télé) à accepter, voire à souhaiter, l’émergence de telles sociétés, dénuées de toute conscience...nous ne savons pas la conséquence de nos actes ; personne, sauf les initiés...


    • #776353
      le 02/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      noname, faut avoir vraiment l’esprit pervers pour trouver que la défense des êtres sentients que sont aussi les animaux non humains, est un combat qui pue. Il n’y a pas plus de gens qui haïssent leurs semblables chez les vegans que chez les carnistes. Dire le contraire aux vues des réalités historiques présentes et passées serait franchement risible. Que faites vous des vegans fidèles à la ligne E&R depuis des années ? Quand aux penseurs dégénérés qui se sont emparés de la cause, je vous en donne dix fois plus qui l’ont défendu et qui se sont élevé contre les dérives du système aussi. Alors si vous pouviez éviter d’être aussi manichéen et simpliste dans votre approche du mouvement, vous en deviendriez plus sympathique et moins grotesque. Mais on sait bien que derrière chaque personne qui ne veut pas reconnaitre la sentience à un animal non humain, pour lui accorder non pas la miséricorde mais la Justice, il y a juste un crétin (et c’est peu dire) qui a peur de perdre sa domination sur les races dites inférieures et le privilège qu’il croit avoir avec son bout de gras.
      "Le végétarisme vaut comme critère de base avec lequel nous pouvons reconnaître si l’homme aspire sérieusement à une perfection morale. La nourriture carnée est un résidu primitif ; le passage à une alimentation végétarienne est la première manifestation de l’instruction." Tolstoï

      Il me semble que la civilisation repose sur la protection du plus faible et sur l’émergence des instincts et des devoirs moraux, et que c’est à elle que nous devons la réussite de notre espèce.


    • #776665
      le 03/04/2014 par Frédérick
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Vegan

      Souhaiterais-tu prohiber la nourriture carnée à tes semblables ?


    • #776805
      le 03/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Frederik,
      les études ont prouvé depuis longtemps que le meurtre et la torture des êtres sentients n’étaient pas une nécessité pour être en parfaite santé, pour s’habiller, ou pour s’amuser, etc. La tradition, le goût, ne pourront jamais justifier et légitimer la totale domination que les hommes exercent sur ceux qui sont à leur merci, les animaux. Le végétalisme existe depuis la nuit des temps et montre qu’il est parfaitement viable à tout âge de la vie. Donc puisque les alternatives existent aux deux des plus immondes fléaux qui sont le massacre des animaux et l’industrie de la viande, à cause des incommensurables souffrances et désastres écologiques qu’ils entrainent, il serait temps que ceux qui se disent responsables, moraux et conscients, adoptent une façon de consommer et de voir les autres êtres vivants qui peuples le terre, autrement que comme des objets dont ils peuvent user à souhait, et s’extraient des mensonges asséner par les lobbys qui n’ont eu de cesse de nous mentir en nous faisant croire à l’indispensable steack et verre de lait pour nous prendre notre argent.


    • #776856
      le 03/04/2014 par Frédérick
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Vegan

      J’entends tes arguments, cependant tu n’as pas répondu à ma question.


    • #777116
      le 03/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Frederick, que voudriez-vous me faire dire ? Que nous voulons interdire la nourriture carnée afin que vous puissiez nous taxer de fascistes ? Les seuls pour l’instant qui usent de moyens totalitaristes ne sont pas les vegetaliens mais bien les carnistes, en passant du citoyen lambda qui n’hésite pas à menacer de nous faire la peau et de nous bouffer si par malheur il venait à manquer de son caddie rempli de souffrance, aux lobbys qui usent de toute la propagande matraquée à longueur de journée pour promouvoir les cadavres qu’ils vous font manger, et leur censure permanente pour nous museler. Oui, au fond de moi je voudrais pouvoir interdire tous ces massacres perpétrés pour de vulgaires plaisirs dont se délectent les hommes, tout comme je voudrais pouvoir arrêter la terreur que les ordures font subir à ceux qui ne peuvent se défendre. Ce sentiment est une chose bien naturelle il me semble.


    • #777807
      le 03/04/2014 par Frédérick
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Vegan

      Je désirais juste connaître ton opinion.
      Tu me l’as exprimée et je t’en remercie.


    • #786070
      le 13/04/2014 par Gabriel
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @Vegan

      Je me permets de m’imiscer dans le débat. Il se trouve que ce sujet me passionne.

      Je crois qu’il nous faut aborder le problème plus sereinement. Tout d’abord, malgré toute la sympathie que j’ai pour les animaux, il ne me viendrait pas à l’idée de les qualifier de ¨sentients¨. La plupart des émotions que nous leur prêtons est tout simplement anthropomorphique, c’est-à-dire inspirée par notre nature empathique.

      Notez le caractère passif de l’émotion produite par l’empathie, à laquelle nous répondons souvent sans réfléchir. On pourrait parler d’¨effet blanchon¨, tant le bébé phoque a été utilisé pour appuyer les thèses écologistes - surtout Greenpeace.

      Il serait pertinent de vous informer des conséquences réelles d’un tel aveuglement. Les stocks de morue atlantique sont si bas que le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada l’a désignée comme étant en voie de disparition. Des mesures sont entreprises pour faire diminuer les troupeaux de phoques, ce qui coûtera aux contribuables, alors qu’on a empêché d’honnêtes chasseurs de faire leur travail pour ne pas déplaire à la communauté internationale (surtout U.S.A., U.E.). Ce n’est, évidemment, qu’un exemple parmi d’autres de l’incapacité des animaux à s’autoréguler.

      Mon opinion est la suivante : la mise à mort de bêtes sauvages n’a rien à voir avec le meurtre. Elle participe à la préservation des équilibres propices à la survie de notre espèce, tout comme l’empathie, lorsque bien comprise. Car il me semble indéniable que toute émotion, aussi noble puisse-t-elle être, doit absolument être comprise pour faire sens. Autrement, c’est la porte ouverte aux manipulations...

      Bien sûr, je condamne la cruauté sous toutes ses formes. Mais ne tombons pas dans un autre piège de compétition victimaire, surtout si c’est pour nous faire pleurer avec des animaux, alors qu’à ce que je sache, des humains meurent encore aujourd’hui de malnutrition. Lorsque nous aurons Tué la Dette, il nous sera loisir de redistribuer les richesses de sorte qu’aucune espèce vivante ne souffre inutilement. D’ici là, ne nous trompons pas de bataille !


    • #787289
      le 14/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Gabriel, il y a ce que vous pensez, et il y a la réalité démontrée. La sentience est prouvée chez les animaux non humains. Il est toujours surprenant de constater que tout comme nous ils ont un nez pour sentir, une bouche pour s’exprimer, des oreilles pour entendre, etc, mais qu’ils n’auraient pas de cerveau pour penser ou pour avoir des sentiments ! Croyez vous vraiment que la peur, la terreur, le stress, la joie, la peine, sont des sentiments exclusivement humain ? Si c’est le cas, vous n’avez donc jamais été au contact d’animaux non humains.

      C’est assez cynique de votre part de parler de mon aveuglement quand le votre est si flagrant. Ce serait donc à cause des phoques que le stock de morue péricliterait et non à cause de la consommation que les humains en font ? Ne pensez vous pas que la disparition des ours blancs et autres mammifères marins tels que orques et dauphins sont aussi la cause de la difficulté des phoques à se réguler ? Quand à notre espèce, elle est loin d’être en voie de disparition et son expansion régulière en est la preuve.

      Régulation des animaux ?
      La mise à mort des bêtes sauvages ne participe en rien à la préservation des équilibres et est une escroquerie notoire des lobbys qui pratiquent le greenwashing, c-a-d, le blanchiment écologique et médiatique d’une activité contraire à la protection de l’environnement, au moyen d’une campagne de communication fallacieuse autant que massive. Les chasseurs, des écolos ? Plutôt des escrocs ! Le monde de la chasse, conscient de l’importance grandissante de la sensibilité auprès du public et des médias comme investi d’une mission "écologique" de "régulation de la faune".

      En réalité, les chasseurs élèvent la plupart des animaux qu’ils chassent. Comme le rappelle Le chasseur français, (juin 99), sur les 30 millions d’animaux tués chaque années, 20 millions (soit 2 sur 3 !) proviennent ... des élevages de gibiers de tir", c-a-d, d’animaux élevés pour être tirés ! Un véritable scandale qu’il est important de dénoncer, à l’heure ou les chasseurs sont considérés par les pouvoirs publics comme des protecteurs de l’environnement. De qui se moque t on ? et ce n’est pas tout ... la suite sur : stopauxlachersdetir.com

      Parlons-en des humains qui meurent de malnutrition à cause des 70% des récoltes céréalières et des 60% d’eau potable mondiale qui servent à nourrir les animaux que les carnistes mettent dans leurs assiettes !


    • #797290
      le 25/04/2014 par Alexis
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      La nature et les animaux sont sacrés.
      Croire que l’homme a le droit de saccager la nature et d’assassiner les animaux car il est tout puissant est une folie.
      Regarde les différences physiologiques entre un carnivore et un frugivore (http://www.vegetarismus.ch/info/f12.htm) et tu verras que nous ne sommes pas fait du tout pour manger de la viande.
      La nature est bien faite car un humain qui consomme de la viande en paye le prix mais les gens sont tellement habitués à avoir un niveau d’énergie bas qu’ils ne s’en rendent même plus compte.


  • #774002
    le 31/03/2014 par Starkamanda
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    L’homme machine, ne vous inquiétez pas vous n’êtes pas concernés puisque vous n’en aurez jamais les moyens.
    Seuls les milliardaires souhaitant devenir des surhommes pourront s’offrir des bras bioniques, améliorer les gènes de leur bambin, s’offrir un coeur aussi puissant que le moteur d’une ferrari, ...

     

    • #774233
      le 31/03/2014 par Océania
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Sauf si ces membres bioniques sont produits à la chaine dans des entrepôts désaffectés à Taïwan puis dispatchés vers le monde entier. Les metamarkets en assureront la greffe et selon le membre en question vous proposeront l’assistance au quotidien d’une aide à domicile du sexe de votre choix : A, B, C ou en cours de détermination.


    • #775166
      le 01/04/2014 par Starkamanda
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Je pense pas car l’exclusivité donne du pouvoir. C’est comme la bombe H. Si tous les pays la possédait, elle n’aurait plus d’utilité.


    • #777263
      le 03/04/2014 par Océania
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      C’est davantage la technologie de la fusion nucléaire qui peut être considérée comme une chasse gardée de certaines puissances (ou certains puissants) car la dissuasion nucléaire ne vaut pas plus que la dissuasion par armes chimiques ou bactériologiques.
      Après tout un taré à la tête d’un pays peut bien décider de s’en prendre efficacement (avec les moyens matériels logistiques et humains qui lui sont dévolus) à la terre entière par le biais de produits hautement toxiques expédiés à diverses adresses sur tous les continents.


  • #774006
    le 31/03/2014 par thihen42
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Excellent !

     

    • #774912
      le 01/04/2014 par Leïla
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      NON ! Ce ne sera pas que pour les riches ! bien évidement, ne jamais croire que c’est gens ont la moindre humanité en eux. La puce RFID et les nanoparticules ainsi que le control mind est LARGEMENT utilisé sur nous. Croyez le ! est-ce que l’on NOUS DEMANDE NOTRE AVIS ?.


  • #774018
    le 31/03/2014 par Marde
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    C’est le coeur de la problematique contemporaine !

    Auswitch-Guantanamo meme combat !

    J.M


  • #774445
    le 31/03/2014 par Eric E
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Excellent article, je trouve. Sujet bien posé, clairement traité. J’en ressens des frissons... Merci à l’auteur pour ce qui me semble être une information digne de ce nom.


  • #776678
    le 03/04/2014 par Frédérick
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Très bon article -merci à son auteur- car il est important d’alerter aussi souvent que possible sur le danger que représente le projet transhumaniste, surtout lorsque comme ici, ses ramifications sont exposées.

    La qualité suprême de l’Homme, c’est peut être son don, sa capacité à diférencier le Bien du Mal.
    Mais ces dégénérés la considèrent comme un archaïsme et une contrainte.

    Le transhumanisme, c’est leur or sacré.


  • #777400
    le 03/04/2014 par Vegan
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    J’aimerais connaitre les sources de ce qu’avance l’auteur concernant la "préférence aux animaux sur les humains dans le cadre de l’antispécisme". Il me semble que je suis un peu informée sur le sujet, et rien de ce que j’ai pu lire ou sentir de la part des vegans depuis une dizaine d’années ne fait mention d’une telle chose. Il ne s’agit pas de combattre les animaux humains que nous sommes ou de nous retirer nos droits fondamentaux. Il s’agit de donner aux autres êtres sentients que sont les animaux non humains, le droit légitime et fondamental qui leur revient aussi en temps qu’être sentient, et une vie digne de ce nom. Je ne vois pas où est l’injustice et où sont les lois anti humaines dans le fait de protéger ceux qui ne peuvent se défendre. Sincèrement, concernant la condition animale, le vrai fascisme réside bien dans le sort que l’"humanité" spéciste leur a infligé. Dire des vegans que ce sont des fascistes parce-qu’ils veulent abolir les privilèges monstrueux que l’animal humain s’est octroyé sur l’animal non humain, et défendre des centaines de milliards d’innocents que vous envoyez à l’abattoir, c’est pour le coup tomber dans l’inversion des valeurs qui sont depuis quelques temps dénoncées.

     

    • #778287
      le 04/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      A Vegan : le discours que vous répétez est un argumentaire stéréotypé diffusé de manière virale dans les médias. C’est un "mème". Ce n’est pas vous qui pensez, on pense à votre place. Cet argumentaire stéréotypé n’a aucun fondement rationnel, il n’y a donc pas à en débattre sérieusement car il vise une seule chose : culpabiliser l’espèce humaine d’exister. La structure commune à tous les virus mentaux anti-humains est de fabriquer le consentement à la disparition de telle catégorie d’individus au moyen d’un argumentaire moralisateur qui les transforme en "bourreaux". C’est l’application du "triangle de Karpman", figure d’Analyse transactionnelle et d’ingénierie sociale. Si vous avez le temps, je vous invite à lire cet entretien avec Franck Abed où je développe la critique du véganisme dans une réponse.
      Entretien "Vu de France" :
      http://vudefrance.fr/articles/entre...


    • #778411
      le 04/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Ceux qui ont le discourt stéréotypé diffusé par les médias & la pensée unique sur la condition animale, sont les spécistes pas les vegans. Le système défend l’industrie de la viande & non celle du tofu. Si je pensais comme le système le veut, je serais encore spéciste & carniste. J’ai eu l’honnêteté de reconnaitre que les arguments du veganisme étaient parfaitement recevables & me suis extrait du pilonnage socio culturel dans lequel je baignais. C’est une de mes plus grande fierté & la conviction que j’y mets est inébranlable car nourrit de quelques années d’études & d’ouverture d’esprit sur le sujet. J’ai lu votre article & je ne vois pas vos arguments contre l’anti spécisme mais plutôt une grossière distorsion de ce que veulent les vegans. La chose est claire : Les millions de vegans ne veulent ni des mutations génétiques dont vous parlez, ni l’esclavagisme ou la disparition de l’humanité. Nous voulons juste que le monde fiche la paix aux animaux & j’attends encore que vos éléments qui montreraient que nous voulons leur donner des droits supérieurs aux humains.

      Vous combattez le capitalisme en oubliant volontairement le fait que ce système qui base son économie sur une marchandisation qui détruit la planète & multiplie les inégalités, fait des animaux les premières victimes situées en bas de l’échelle de cette société ultra hiérarchisée en se trouvant victimes de spécisme qui est la discrimination fondée sur l’espèce, la domination humaine sur les autres espèces animales qui sont aussi des individus sensibles ressentant plaisir & souffrance mais pourtant considérés comme de vulgaires marchandises.

      Les délires sur la mutation humain animal machine, l’euthanasie & la dépopulation, ne viennent certainement pas de millions de vegans comme moi. Que ce mouvement soit récupéré par des élites tarées (pour mieux nous discréditer en plus) c’est plus que probable. Ce n’est pas parce que leur folie prévoit de telles énormités, qu’il faut occulter les droits fondamentaux que nous devons aux animaux & qui n’est que justice & moralité. Les animaux ne sont pas responsables de la folie des hommes, pas plus que les vegans qui veulent juste qu’on foute la paix aux autres êtres sentients. L’anti humanisme dont vous nous affublez est une réthorique récurrente & bien malhonnête vu le pourcentage de vegans qui oeuvrent dans les associations humanitaires & l’impact positif de leur mode de conso sur la planète entière.


    • #778448
      le 04/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      A propos d’euthanasie, puce rfid et autres morbidités, c’est à se demander si finalement les dérives dans lesquelles les hommes sont en train d’entrer, ne seraient pas initiées par le fait même que les hommes sont les bourreaux des hommes parce qu’ils se font la main sur les animaux. Réduire le fossé entre l’animal humain et non humain et accorder aussi des droits fondamentaux aux animaux rendraient plutôt service à l’humanité que le contraire. C’était déjà démontré par le mode de consommation vegan, ça l’est peut-être encore aussi au travers de ce que je viens d’écrire et qui a déjà été soulevé.


    • #778586
      le 04/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Extrait de l’entretien, je ne peux pas faire plus clair :
      "Une autre caractéristique structurelle du système est de cultiver sa propre contradiction, qui devient dès lors de la contradiction simulée sous contrôle. Techniquement, cela prend la forme de hameçons d’ingénierie sociale pour nous engager sur des voies de pseudo-résistance dont l’impact critique antisystème est nul. L’exemple récent le plus caricatural est évidemment la pseudo-opposition ukrainienne sous tutelle de l’OTAN, Svoboda ou Pravi Sektor (Secteur droit). D’autres attrape-nigauds romantiques du même genre : le djihadisme, tel qu’il sévit en Syrie, la contre-culture pop et libertaire façon « Mai 68 », ou la mode végane. En effet, « végane » ne veut pas dire « bio », naturel, cela consiste seulement à exclure tous les produits d’origine animale pour ne consommer que des produits d’origine végétale. Les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) peuvent donc être labellisés et certifiés « véganes » dès lors qu’ils ne sont pas d’origine animale ; idem pour les produits industriels à base de pétrole ou les aliments imprégnés d’engrais chimiques et de pesticides cancérigènes. Sur le fond de son dogme, le véganisme est donc totalement compatible avec le transgénique et le capitalisme industriel. Son effet majeur recherché est essentiellement comportemental et consiste à implanter en nous une hyper-sensibilité vis-à-vis des autres espèces animales, en fait une vraie sensiblerie cherchant à culpabiliser notre identité humaine en tant que nous sommes au sommet de la chaîne de prédation. Manger un yaourt devient une faute morale. C’est proprement délirant. Une autre mode actuelle, celle des handicapés, avec les Jeux handisport et paralympiques surmédiatisés en dépit de leur absence d’audimat, relève de cette même tentative de culpabilisation déprimante de la majorité valide. L’antidote à tout cela est le nationalisme, qui déculpabilise et qui reconstruit du collectif fonctionnel."


    • #779096
      le 04/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Votre interprétation du veganisme ne reflète en rien la réalité, est caricaturale & de mauvaise foi. La lutte du veganisme contre le système est réelle sous bien des aspects. Quand vous fabriquez misères, famines, gaspillages & pollutions par vos mode de consommation, les vegans font le contraire et minimisent leur impact négatif sur le vivant. Parce que certains disent que vegan c’est pas forcement bio, alors on est obligé de bouffer des ogm ? 90 % de ceux que je connais achètent bio, non fabriqué par des gosses en Chine, consomment local, etc. On ne peut pas en dire autant de la majorité des carnistes ou des spécistes qui en général ont un degré de conscience de leur impact sur la planète proche du point zero. Vous aimeriez tant que le veganisme soit ce que vous racontez, mais la réalité est toute autre. Votre aveuglement sur l’atroce condition animale dont la pierre de touche pour la qualifier comme telle est la sentience, va jusqu’à nous taxer de sensiblerie. Vous êtes dans un total déni. Vous sous-estimez tellement les intérêts des animaux que vous êtes incapables de reconnaitre toute l’horreur et les souffrances inutiles que vous leur faite subir alors que vous avez des centaines de millions d’exemples qui vous montrent que vous pouvez parfaitement vous en passer.

      Concernant la prédation, il est ridicule de justifier la consommation de viande par la sélection naturelle opérée par la prédation, car cela pourrait s’appliquer au fait que les humains s’entre-tuent et que c’est aussi un phénomène de sélection naturelle sur lequel on ne peut pas rester neutre, car il n’est pas moral de s’entre tuer, ou d’abandonner malades & vieux.

      Vous soutenez que la consommation de viande est un élément essentiel de l’identité humaine. Faire du régime alimentaire un élément identitaire essentiel de l’espèce humaine ne tient pas debout. Nous n’avons pas changé d’espèce en inventant l’agriculture et l’élevage, en introduisant les céréales, l’alcool et les laitages dans l’alimentation. Les hindous & les Inuits n’appartiennent pas à deux espèces différentes. Faut-il inventer une typologie raciale basée sur le régime alimentaire ? Change-t-on de race quand on change d’alimentation ?

      Vous ironisez sur notre moralisme mais alors appliquez-le à quiconque fait des propositions d’ordre éthique ayant pour but de diminuer le mal qui existe dans le monde.


    • #779381
      le 05/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      A Vegan : vous appliquez un schéma de raisonnement qui consiste à compliquer ce qui normalement va de soi. En inventant quelque chose qui n’existe pas, le "spécisme", la discrimination des animaux, qui n’existe en fait que dans l’imagination des véganistes et qui induit son corollaire moralisateur, l’anti-spécisme, lequel vise à une discrimination positive des animaux pour réparer les torts subis, vous fabriquez de toute pièce un problème artificiel dans les rapports entre les humains et les animaux. Il s’agit de briser le sens commun qui s’énonce comme suit depuis toujours : "L’humain protège certains animaux, est indifférent à d’autres, et en tue d’autres pour se défendre ou les manger". Le véganisme et l’anti-spécisme cherchent à remplacer ce sens commun équilibré par une vision complètement déséquilibrée où les animaux sont tous des "vaches sacrées" intouchables, comme certaines "minorités persécutées" devant lesquelles il faut se prosterner et auxquelles il faut accorder un statut privilégié pour réparer les torts qu’elles auraient subies. La discrimination positive est la structure générale de cette forme d’ingénierie sociale.
      Par exemple, la "domination masculine", qui n’a jamais existé, a été inventée pour compliquer les rapports hommes-femmes, qui auparavant étaient pacifiques et équilibrés, et accorder plus de droits aux femmes qu’aux hommes.
      "L’homophobie" a été inventée pour compliquer les rapports entre homos et hétéros, qui étaient pacifiques et équilibrés, et accorder plus de droits aux homos qu’aux hétéros.
      Les nouvelles pédagogies anti-autoritaires visent à compliquer les rapports parents-enfants et à accorder plus de droits aux enfants qu’aux parents.
      "L’antisémitisme" inventé par la finance anglo-sioniste au 19ème siècle vise à compliquer les relations interconfessionnelles et constituer des bons petits soldats du capitalisme persuadés d’être persécutés en leur accordant plus de droits qu’aux "goyim".
      "L’antiracisme" inventé dans les années 80 a pour but de compliquer les relations entre Français de souche et d’origine immigrée en accordant plus de droits à ceux d’origine immigrée.
      La "robot-phobie" et la "transhumanophobie", qui sont dans les cartons, auront pour but de compliquer les choses sur le même modèle en accordant aux robots et aux transhumains plus de droits qu’aux humains.
      Etc., etc., etc.
      Comprenez-vous la structure générale du raisonnement ?


    • #779438
      le 05/04/2014 par Frédérick
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Vegan

      Je me permets de m’immiscer dans votre débat car sans vouloir entrer dans les détails de vos argumentaires respectifs, je souhaite recentrer le problème en prenant le recul nécessaire.

      Dans notre échange plus haut, j’ai pu voir, Vegan, que les motifs qui te font prendre tes positions sont nobles : je perçois la grande compassion qui t’anime lorsque tu t’opposes à la cruauté et à l’exploitation infligées à des êtres "sentients", tel que tu les décrits.

      Cependant -et sans m’autoriser à parler au nom de l’auteur- il ne peut nous échapper que la méthode habituelle des réseaux oligarchiques est justement d’utiliser des causes justes pour établir ses politiques babéliennes et prométhéistes.
      Non seulement ces justes causes sont de très bons outils pour former des lobbies et réformer l’appareil législatifs des sociétés, mais en plus, ce sont d’excellents vaisseaux pour véhiculer des sentiments nocifs à l’égard des fondements classiques de la civilisation.

      Ainsi le féminisme a su dénaturer les rôles hommes-femmes.
      L’antiracisme continue de saper la perception de la très riche civilisation helléno-chrétienne.
      La lutte LGBT de bouleverser la sexualité et la procréation.

      Et j’en passe...

      Pourtant, ces luttes sont basées sur un refus de la discrimination, de l’inégalité et de la persécution. Causes tout à fait louables pour qui fait preuve de compassion.
      En fait, le débat que Lucien Cerise vient d’avoir avec un végane, il aurait tout aussi bien pu l’avoir avec une "femme libérée", un immigré revendicatif ou un homosexuel libertaire...

      Et n’oublions pas que la lutte des luttes, celle de la "Liberté", est maintenant identifiée comme étant une tentative d’asservissement général des humains à leurs propres pulsions -la véritable liberté étant au contraire celle de l’élévation.

      Donc, il n’est pas difficile de comprendre que le véganisme peut très bien servir de sous-marin pour des théories haineuses envers l’espèce humaine. Je ne dis pas que tu les partages, je te conseille juste de faire preuve du plus grand discernement quant à l’idéologie totale de ton mouvement car il y a -tu le reconnaîtras- des infiltrations partout.

      Le militantisme contient souvent une forte dose émotionnelle, surtout quand la cause est elle-même hautement émotionnelle. Il n’y a rien de plus émotionnelle comme cause que celle de la défense de victimes innocentes.

      L’enfer, dit-on, est pavé de bonnes intentions...

      PS : voir ou revoir la conférence Soral-Cardet sur l’antiracisme.


    • #779509
      le 05/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Le spécisme existe puisque vous discriminez les sentients de n’importe quelle espece alors qu’il est démontré qu’il n’y a pas de différence fondamentale entre eux & nous. Vous catégorisez domestiqués & animaux de boucherie. Qu’elle différence y a t il entre les uns & les autres ? Ceux qui sont protégés ici sont ignoblement massacrés pour les traditions culinaires dans d’autres pays. Ceux qui sont sacrés ailleurs ne le sont pas ici. Pour défendre votre point de vue vous vous placez toujours du coté des oppresseurs mais jamais du coté des opprimés. Vous parlez de rapports pacifiques hommes/femmes, homos/hétéros, mais aucun d’eux ne vit l’enfer institutionnalisé que vivent les animaux. Comment pouvez vous comparer l’horreur absolue de ceux qui naissent dans l’asservissement le plus total pour finir massacrés, & les rapports qui existent entre nos congénères ? L’équilibre dont vous parlez est celui qui a été décrété par les hommes. C’est très facile de parler comme vous le faites en étant du bon coté de la barrière & trouver les rapports humains & non humains pas compliqués. Malgré le coté très intellectuel que vous voulez donner à votre schéma de pensée, je trouve que vous ne vous creusez pas trop les méninges pour comprendre ce que ressentent les animaux non humains & l’empathie qui est un des fondements de la compréhension du monde vous fait grossièrement défaut. Ce que je comprends surtout de votre raisonnement, c’est que votre guerre menée contre les vegans mais d’abord & surtout contre les animaux est motivée par la préservation de votre saucisson. A une autre époque, j’imagine que vous auriez fait parti de ceux qui ne s’embarrassaient pas non plus de la condition des esclaves dont le statut était légiféré & accepté de la majorité, par le simple fait que la couleur de la peau n’était pas celle des occidentaux, qu’ils étaient considérés sans âme & relégués eux aussi au rang d’objet. Vous avez raison de dénoncer les dérives du système, mais avez vous assez de lucidité & d’honnêteté pour vous remettre vous meme en question & abroger les votres quand elles sont démontrées ? Car pour l’instant, aucun spéciste n’a pu contre argumenter preuves à l’appuie, les connaissances révélant notre proximité avec les animaux.


    • #780150
      le 06/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Frederick, la récupération de ce mouvement incontestablement moral & juste, risque comme d’habitude d’être détournée par l’oligarchie pour servir ses intérêts peu louables. Mais comme je le disais, les animaux ne sont pas responsables de la folie & de la malhonnêteté des hommes. Ils n’ont pas à faire les frais ni à être sacrifiés pour telle ou telle raison. Qu’est ce qui vous empêche individuellement, d’arrêter de donner votre argent aux industries les plus violentes de la planète quand vous avez le choix ? Je n’ai pas attendu qu’un parti politique s’empare du problème de l’exploitation animale pour remettre en cause mes sales habitudes & mon schéma de pensée construit par l’accumulation des mensonges du lobby de la viande, du cuir, de la fourrure, du lait & de l’ignoble & aberrante conception de l’animal machine instauré par Descarte.

      Les assos anti raciste, feministe, lgbt sont pourries jusqu’à la moelle, mais faut-il pour autant laisser tomber ceux qu’elles sont censé défendre, comme les victimes d’expéditions punitives, ratonnades, discriminations à l’embauche, au logement qui étaient une violente réalité ? Dire aussi que l’homophobie n’a jamais existé, c’est oublier un peu vite "les cassages de gueules de pd" bien en vogue pendant de nombreuses années. Les dérives des assos existent mais ce n’est pas parce que certaines sous couvert de défense de l’enfance, sont des repères de pédos, qu’il faut laisser tomber les enfants non plus. Concernant la défense des animaux, le système peut bien essayer aussi de nous manipuler, nous n’accepterons pas davantage les dérives anti humaines au nom du veganisme, mais ne nous détournerons pas de la lutte pour les droits des animaux qui n’enlève rien à celle des hommes & à leurs droits fondamentaux. J’espère que vous comprenez ce que j’essaie d’expliquer.

      Si les gens avaient aussi une conscience vegane comme ils en ont une sur d’autres sujets, les potentielles dérives futures manigancées sur le dos du veganisme par ceux qui nous dirigent seraient combattues. Vous parlez d’élévation, c’est le principe même du veganisme : moralité, spiritualité, instruction, compassion, protection, empathie, épargne, etc. Nous avons autant de bonnes raisons de consommer & penser vegan que les carnistes en ont de mauvaises pour consommer comme ils le font. La persécution des animaux est bien réelle & à nulle autre pareille & leur défense est inintéressée contrairement à celles auxquelles Lucien Cerise voudraient nous comparer.


    • #780227
      le 06/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      À Frédérick : vous avez tout à fait compris l’enjeu du débat. Pour l’oligarchie du Capital et du transhumain, il faut parvenir à déplacer le débat de l’examen des faits bruts vers la moralisation. Il s’agit de mettre en place un « génocide bienveillant » (mot que l’on prête à Kissinger) fondé sur la discrimination positive des prétendues « minorités dominées » pour réparer la discrimination négative imaginaire dont elles auraient souffert à cause d’une prétendue « majorité dominante ». Cette stratégie de management des perceptions exploite le « bon cœur » des gens, mais surtout le besoin de se plaindre, de gémir sur son sort, de se représenter soi-même comme une victime et un martyre.
      C’est sur ces dynamiques purement psychologiques, émotionnelles et irrationnelles, que reposent le féminisme, l’anti-spécisme, l’antiracisme, l’anti-antisémitisme, etc. Ce ne sont donc que des symptômes : il ne faut en aucun cas les prendre au premier degré et rentrer dans le débat sérieusement. En revanche, il faut savoir les interpréter, les décrypter, pour comprendre ce qu’ils signifient réellement et à quelle stratégie psychologique ils obéissent. Il faut donc écouter ces discours pour les comprendre intellectuellement, mais sans intérioriser les catégories qu’ils véhiculent. Ensuite, il faut mettre au point des tactiques de neutralisation discursive et cognitive pour ne pas se laisser contaminer par ces virus, et si possible essayer d’aider les personnes infectées, car elles souffrent. Le pathos qui se dégage de la prose anti-spéciste et véganiste est assez dépressif, comme on le voit dans les réponses de Vegan.


    • #780532
      le 06/04/2014 par Krapo
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Eh mais vous êtes vraiment grave les gens.

      Vous me faites penser aux tenants de la version officielle du 911 qui, du haut de la petite place que leur a accordé le système, disent à ceux qui émettent des doutes : "De toute façon, les théories conspirationnistes sont tristes et ne peuvent émaner que de gens vraiment dépressifs pour imaginer des choses pareilles." Parce que ça les dérange et que l’idée même de concevoir une telle trahison possible les attriste, alors on en devient moralisateur et dépressif.

      Cet argument est en mousse, je pourrai moi aussi vous traiter de moralisateur et de dépressif si vous vous en prenez aux colons israéliens. Comme Marion Sigaud, Jacob Cohen et Dieudonné jouent la partition du pathos avec les petits enfants palestiniens tués... Juste pour nous faire tomber dans le piège de l’antisionisme, mon dieu ! Ah mais pardon, ils sont de la même espèce que nous, alors là c’est validé !

      Où comment le cloisonnement intellectuel et le manque d’empathie permettent de justifier des pratiques moyenâgeuses comme la chasse, la corrida, l’élevage industriel. Tout ça, en plus, aux nom de la lutte contre des "valeurs de transhumanisme visant à détruire l’espèce humaine", et parce que les vegans sont instrumentalisés par des abrutis. Qu’à cela ne tienne, alors violons gaiement et frappons du juif, puisque le féminisme et l’antisémitisme sont des oppressions faites à notre existence même.

      De grâce, assumez votre condition de spéciste, mais ne venez pas prétendre que les anti-spécistes sont de dangereux manipulateurs ayant pour but secret d’éradiquer la puissance de l’Homme. Parce que sur le papier, à la fin de l’addition, la seule différence entre vous et nous, c’est le nombre d’êtres conscients que nous avons (fait) égorger pour du plaisir.


    • #781030
      le 07/04/2014 par Frédérick
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Krapo



      [...] alors on en devient moralisateur et dépressif.
      Cet argument est en mousse



      Sauf qu’il ne s’agissait pas d’un argument mais d’une observation...

      Dans ce commentaire qui m’était adressé, en gros, Lucien faisait part du pathos qu’il détecte dans les arguments de Vegan. Je sais exactement de quoi il parle et je ressens d’ailleurs ce même pathos dans ton propre billet :



      violons gaiement et frappons du juif, puisque le féminisme et l’antisémitisme sont des oppressions faites à notre existence même.



      Je sais que tu ironises mais cet exemple est très parlant par son non-à propos, sa violence et son délire inhérent.

      Revenons à nos moutons : le thème ici n’est pas du tout l’exploitation ou même la souffrance des animaux.
      On parle du transhumanisme et de la capacité de ce projet à créer ou coopter certaines idéologies. Rappelons que le pilier de cette philosophie, c’est que l’évolution de l’espèce humaine soit prise en main par une partie de cette même espèce humaine.
      Cela suggère de drastiques changements civilisationnels et biologiques : bref, ça veut dire changer des habitudes millénaires (baiser, bouffer, etc...).

      Ça devrait te mettre la puce à l’oreille...

      Soyons clairs : toi et tes potes proposez de changer des habitudes millénaires en souhaitant éradiquer la nourriture carnée.
      Et par la même, de dévaloriser la perception de l’Homme en nous explicant que quand même c’est un gros enculé d’avoir torturé des animaux pendant des lustres -quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage.

      L’homme est un salaud d’exploiter les animaux : c’est exactement ce que tu penses... Vrai ou faux ?

      Tu vois, ça tombe bien pour les transhumanistes parce que justement ils ont besoin de dévaluer notre propre image pour nous faire accepter certains changements -des changement les plus profonds qu’ils soient : génétiques- en plus de vouloir nous dénier l’héritage de nos ancêtres pour nous destabiliser.
      Tu vois, j’avais pris des gants pour m’adresser à Vegan mais je ne les prendrai pas pour toi : vous êtes les agents rêvés.

      Mais laissons là nos différents car je suis sûr que vos sentiments sont sincères. Je pensais juste que vous pourriez tenter de déceler des indices dans votre doctrine, depuis l’intérieur. Mais si c’est au dessus de vos capacités, c’est pas grave, il n’y a pas de quoi fouetter un chat.


    • #781057
      le 07/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      A Krapo : pour vous faire plaisir, je vais dire ce que vous voulez entendre.
      Oui, je suis coupable ! Mea maxima culpa ! Je suis un homme qui domine les femmes ! Je suis un Blanc qui esclavagise les Noirs ! Je suis un Européen qui colonise le reste du monde ! Je suis un hétéro qui opprime les homos ! Je suis un "spéciste" qui discrimine les animaux ! Je suis un humain qui discrimine les transhumains et les robots !
      Bref, en résumé, je suis un Français qui doit disparaître !
      Bon, plus sérieusement, je crois que le plus grave de tout c’est que non seulement je suis un homme, français, blanc, d’origine européenne, hétéro, qui mange de tout, qui ne veut pas laisser sa place aux robots et JE N’EN AI PAS HONTE ! Aucun sentiment de culpabilité. Rien. Zéro.
      Horreur ! C’est le blasphème suprême ! Je ne demande pas pardon d’être ce que je suis !

      Humoristiquement.


    • #781419
      le 07/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      le thème ici n’est pas du tout l’exploitation ou même la souffrance des animaux.




      Comme d’habitude, ce n’est jamais l’endroit ni le moment pour en parler. Mais puisque vous abordez le sujet sous un angle déplacé, on recadre certaines réalités que les carnistes veulent toujours occulter.



      toi & tes potes proposez de changer des habitudes millénaires en souhaitant éradiquer la nourriture carnée.




      L’homme en a changé d’autres. Il tente bien depuis des millénaires de diminuer les injustices entre ses congénères. Il est temps de le faire sur les injustices faites aux animaux.



      L’homme est un salaud d’exploiter les animaux




      Il ne l’est pas quand il est inconscient du mal qu’il fait et n’a aucune instruction à ce sujet. Il le devient quand il prend connaissance des preuves de la sentience animale, des bienfaits du veganisme mais qu’il refuse de changer par égoïsme lâcheté paresse indifférence ou méchanceté.



      Cela suggère de drastiques changements civilisationnels et biologiques : bref, ça veut dire changer des habitudes millénaires (baiser, bouffer, etc...).




      Nul besoin de se priver : il s’agit seulement de mieux comprendre comment manger de la façon la plus saine, la plus agréable, la plus nourrissante, la plus économique, la plus généreuse, la moins polluante. La vie dans son ensemble en bénéficierait : vous, le genre humain, les animaux, les forêts, les rivières, le sol, les océans, & l’atmosphère terrestre.

      Il ne s’agit pas de dévaluer votre image mais de remettre l’humain à la place qui lui revient & d’ouvrir les yeux sur vos propres doctrines. L’humain n’est pas le centre de tout ou au dessus de tout, mais plutôt faisant parti d’un tout. Sa position de dominant asservissant plus faible que lui pour des raisons injustifiables est une insulte à l’intelligence. De plus en plus nombreux sont ceux qui ont compris que la viande & l’exploitation animale ne sont en rien un "stabilisateur". Elles font parti des plus grands fléaux & centres de tous les maux : souffrance animale, maladies humaines, pollutions à très grande échelle. Ils ont éveillé leur conscience, changé leur façon de consommer, découvert des richesses insoupçonnées, en sont ravis & ne feraient marche arrière pour rien au monde.

      Monsieur Cerise, votre sens du discernement & de l’amalgame nous concernant est consternant. Vouloir clouer le bec à ses contradicteurs & refuser à ce point le débat est suspect, c’est bien connu.


    • #781590
      le 08/04/2014 par Frédérick
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Vegan

      Bon, je vois qu’on pédale dans la semoule mais je suppose que c’est quand même instructif pour beaucoup de lire vos réponses -les tiennes autant que celles de Krapo.

      Petites mises au point : les extraits que tu as pris venaient de mon dernier commentaire -je te le dis car ta conclusion est ambigu- de plus, celui-ci s’adressait à Krapo.

      Pour finir, je reviens sur ce que plus haut je te demandais : si tu désirais que la nourriture carnée soit interdite aux hommes, question à laquelle tu finis par répondre par l’affirmative.

      Je veux à présent tout de même m’aventurer à te poser une dernière question.
      C’est une question simple qui de nouveau se contente comme réponse d’un oui ou d’un non, mais que l’absence d’une réponse serait, elle, lourde de sens.

      Ce n’est cependant pas une question piège, il me semble juste qu’elle est importante.

      Donc, la voilà : souhaiterais-tu, Vegan, qu’un jour sur Terre, plus aucune espèce ne serve de son vivant de nourriture pour une autre ?

      Quelle que soit ta réponse, je te remercie de l’exprimer.


    • #781730
      le 08/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      A Vegan et Krapo : dans la liste des fautes à me faire pardonner, j’oubliais la plus grande, sans doute la matrice prototypique des autres, "Je ne suis qu’un goy qui persécute les élus !"

      A Frédérick : comme vous le notez, on pédale dans la choucroute. C’est fait exprès. Le mode de communication des anti-humains (transhumanistes, véganistes, anti-spécistes, etc.) est celui que l’on inculque dans les sectes ou dans les formations en PNL. Christian Salmon ("Storytelling") parle de "défocalisation". Pour faire court, c’est une technique de manipulation du langage qui consiste simplement à changer de sujet graduellement et insensiblement, pour donner l’illusion que l’on parle de la même chose, donc que l’on respecte les règles de la rationnalité, alors qu’on dérive complètement. Il y a des professionnels de cette technique, qui l’appliquent donc en toute conscience à des fins de lobbying et d’influence, mais il y a aussi des victimes, dont le cerveau a été lavé et qui ne sont donc plus tout à fait lucides. En tout cas, laisser parler les gens permet de mettre en évidence ces techniques d’embrouillage de la parole et du cerveau.


    • #782014
      le 08/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Frederick,
      A votre question :



      je te demandais : si tu désirais que la nourriture carnée soit interdite aux hommes, question à laquelle tu finis par répondre par l’affirmative.




      je cite ceci :
      "Une véritable civilisation humaine existera non seulement quand il n’y aura plus de cannibales, mais lorsque toute forme de consommation de viande sera considérée comme du cannibalisme." Wilhelm Busch
      "Par conséquent, si les famines et les guerres ont également conduit les hommes à manger les autres êtres vivants, il ne faut pas pour autant admettre cette pratique par plaisir, puisqu’aussi bien nous n’avons pas accepté l’anthropophagie."
      Porphyre



      souhaiterais-tu, Vegan, qu’un jour sur Terre, plus aucune espèce ne serve de son vivant de nourriture pour une autre ?




      Nous n’avons pas à interférer dans la façon qu’ont les animaux non humains de consommer. Les vrais carnivores que sont certaines espèces, ne peuvent pas se passer de viande, contrairement à l’humain qui a la faculté de la digérer mais qui peut parfaitement s’en passer. Et quand bien même un animal non humain serait omnivore, il n’a pas les facultés intellectuelles assez développées pour lui permettre de discerner à ce point le bien du mal, même s’il le pressent et que certaines espèces ont maintes fois prouvé qu’elles avaient le sens de l’empathie.

      Lucien Cerise, il semblerait que dans votre cursus de philo vous soyez passé à côté de ceux là :
      « Il faudra que la philosophie abandonne l’ancienne éthique aux limites étroitement humaines et qu’elle reconnaisse la valeur d’une éthique globale, élargie au-delà de l’humain. » Dr Schweitzer

      "Vie animale, sombre mystère. Toute la nature proteste contre la barbarie de l’homme qui ne comprend pas, qui humilie et qui torture ses frères inférieurs."
      "Le régime végétarien ne contribue pas pour peu de chose à la pureté de l’âme." Michelet

      "Toute la philosophie antique était orientée sur la simplicité de la vie et enseignait une certaine sobriété. De ce point de vue, le peu de végétariens par philosophie ont fait plus pour l’humanité que tous les philosophes modernes et tant que ces derniers n’auront pas le courage de chercher un mode de vie totalement différent et de l’indiquer comme exemple, ils ne porteront aucun fruit." Nietzsche

      Votre mépris pour vegans & animaux est entendu. Mais que faites vous des études qui montrent toutes les nocivités de votre mode alimentaire & dont les intervenants sont relayés sur e&r ?


    • #782635
      le 09/04/2014 par Frédérick
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Lucien Cerise

      Il y a un autre commentaire végétarien-droit-des-animaux signé "VS" sous la vidéo... « Jean-Marie Le Pen invité du Talk Orange - Le Figaro » du 9/4/14 !



      Comme d’habitude, ce n’est jamais l’endroit ni le moment pour en parler



      Dixit Vegan.

      Je crois qu’il s’agit d’une sorte d’assault doux par "trollisme".


    • #782708
      le 09/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Frederick,

      Les animaux étaient déjà victimes de la barbarie, de l’ignorance et de la connerie des hommes. Ils devront désormais également composer avec leur paranoïa...


    • #782862
      le 09/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Vous dénoncez le transhumanisme a raison, mais ne comprenez pas qu’avec les animaux vous réagissez depuis longtemps comme des robots. Vous êtes incapables de remonter en amont & de retracer le trajet du morceau de viande que vous achetez : de l’horreur de sa mise à mort à l’abattoir, ainsi que son dépeçage, de son transport à cet abattoir dans des conditions de mauvais traitements, de surpopulation dans le camion ou le wagon, du manque de nourriture & de boisson, du froid, etc, de l’animal, au départ, vivant sa vie normale d’animal dans les champs.
      C’est ici que réside le vrai débat du véganisme & pas dans le transhumanisme qui n’est qu’une nouvelle façon pour vous de trouver un autre angle d’attaque pour nous discréditer. D’ailleurs quand on lit vos réponses à mes commentaires, on s’aperçoit qu’elles ne sont jamais pour contre argumenter sur ce que j’ai soulevé.

      Ceci n’est qu’un exemple de la cruelle indifférence conduisant à la barbarie, des actes & faits qui font tomber un beefsteak bien tendre dans votre assiette. C’est le lot de millions de personnes sur cette planète, incapables de remonter un fait jusqu’à sa source, afin d’en mieux comprendre l’origine, la raison, les causes. Ils se contentent de prendre la vie comme elle vient, sans jamais chercher à comprendre. Ce ne sont que des corps physiques vivants, des âmes mortes, des sortes de robots, sans plus.

      Puisque vous citez le commentaire d’un vegetarien sur un autre article, voici les réponses que l’on peut faire à l’inénarrable Louve de France :
      Bible Romains 14-21 : « & il est bon de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, de s’abstenir de faire quoi que ce soit qui pourrait être pour ton frère une occasion de chute. »

      Confucius : « Les grains doivent faire la partie principale de la nourriture. »

      Bible Genèse 1 - 29 : ( après avoir créé l’homme ...)
      « Dieu dit : "je vous donne toute herbe portant semence sur toute la surface de la terre, ainsi que tous les arbres fruitiers portant semence ; ce sera votre nourriture."

      Bible Genèse 2 - 8 :
      « Puis le Seigneur Dieu planta un jardin en Eden du côté de l’Orient & il y plaça l’homme qu’il avait formé. »
      Le Paradis est donc assimilé à un jardin, le Jardin d’Eden. Or il n’y a pas d’abattoir dans un jardin. Un individu doté de suffisamment de conscience ne tue pas, ne peut pas tuer. La conscience est le complément indispensable de l’intelligence.
      Confucius : « La Conscience est la lumière qui permet à l’intelligence de distinguer le Bien du Mal"


    • #783309
      le 10/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      A Vegan : oui, on a compris, nous sommes coupables de vivre !
      L’Humain est mauvais par nature et doit disparaître : c’est ce que l’oligarchie capitaliste et son programme malthusien de réduction démographique nous gueule dans les oreilles depuis des dizaines d’années, mais sans succès, l’obligeant à inventer des hameçons d’ingénierie sociale comme le véganisme, l’anti-spécisme et la "deep ecology" pour faire passer sous couvert de moralisme égalitariste un projet de contrôle et de génocide de masse. Votre message culpabilisateur est déjà diffusé dans tous les médias dominants, inutile de le répéter encore ici. Fort heureusement les gens commencent aujourd’hui à se déconditionner et à se débrancher.

      A Frédérick : comme vous vous en doutiez, nous avons affaire à du trolling d’influence, qui cherche à diffuser un virus mental fondé sur le triangle de Karpman, avec les humains en position de bourreaux, les animaux (et bientôt les robots) en position de victimes, et les véganistes/anti-spécistes/écolos extrémistes en position de sauveurs. Il faut absolument mettre en place des anti-virus pour se protéger soi-même, et protéger une organisation comme Egalité et réconciliation, de toute infection par ce genre de virus cognitif car il aura un effet dissolvant et désorganisateur.


    • #783432
      le 10/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Vous faites penser aux fondateurs de la FA & leur radicale mise au point sur le veganisme, dont le but était de clore radicalement le débat, de souscrire massivement aux thèses anti antispecistes alors que personne n’est d’accord avec nos thèses, qui sont que personne ne doit être l’esclave de personne. Depuis, les militantes de la FA qui se sentaient quelque sympathie pour l’antispécisme ont sagement fermé leur gueule & les ont pour la plupart quitté, dégoûtés par leur libertaire chape de plomb. Votre souhait de mettre sur la touche les fidèles lecteurs vegans sympathisants d’e&r pour les même raisons ne vous honore pas. Au lieu de mettre dans nos bouches des mots qui ne sont pas ceux de la base (des citoyens vegans), vous devriez tenir compte de nos propos & vous débrancher davantage de la matrice.

      Je ne suis pas un troll, mais une citoyenne lambda affiliée à aucune structure, assez isolée, passant ma vie à lire & à m’informer notamment sur Egalité depuis des années, ayant perdu boulot & vie sociale pour avoir relayé celui de ce site & de nombreux autres tout aussi dissidents, & parfaitement lucide des lacunes de nombreux vegans sur le monde & les mensonges du système. Que quelques désespérés meurtris au plus profond d’eux même par l’extrême oppression, veuillent la disparition de l’homme pour que cesse l’enfer qu’il mène à la terre entière, c’est probable, mais il n’y en pas davantage que chez les spécistes desquels j’ai entendu parfois le même discourt. Vous savez parfaitement comment les élites récupèrent certains mouvements & comment elles détournent leurs idéaux. Pourquoi faire comme si vous ne compreniez pas ce qu’il en est du notre, si ce n’est par peur de perdre votre saucisson ?
      Que faites vous de votre bon sens en ne reconnaissant pas aux animaux le statut de victimes & et toute la dimension anti système portée par le veganisme. Vous divaguez sur nos intentions profondes & votre volonté de nous ridiculiser laisse transpirer chez vous une certaine immaturité sur un des sujets les plus débattus de l’histoire de l’humanité.

      "Rien ne pourra être plus bénéfique à la santé humaine ni accroître les chances de survie de la vie sur la Terre, qu’une évolution vers un régime végétarien ... L’effet physique qu’exercerait un mode de vie végétarien sur le tempérament humain aurait une influence extrêmement positive sur l’humanité." Eisntein
      Encore une citation qui va encore à l’encontre du malthusianisme que vous nous attribuez.


    • #784021
      le 10/04/2014 par Frédérick
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      @ Lucien Cerise

      J’espère que votre prochain article ne subira pas de détournement dans ses commentaires, surtout s’agissant d’un sujet aussi important que celui du transhumanisme.
      En tous cas, je vous remercie pour vos interventions qui, elles-mêmes, furent très instructives.

      Bonne continuation,

      F


    • #785321
      le 12/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      A Vegan : un discours politique dont "l’alpha et l’oméga" consiste à accuser l’humanité entière de crimes qu’elle n’a pas commis relève au mieux de la folie, au pire d’une stratégie de communication culpabilisatrice dont le but est de fabriquer le consentement de l’humanité à son propre génocide (ce qui relève aussi de la folie, mais d’une autre sorte).

      A Frédérik : merci, pareillement !


    • #786461
      le 13/04/2014 par Krapo
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Désespérant. Deux vautours qui se félicitent et se remercient après avoir festoyé sur un cadavre. On peut dire que vous vous êtes bien trouvés. Ce serait drôle tout ça si ce n’était pas aussi lourd de conséquence.

      Quand on vous amène un fait A (du genre : les animaux aspirent à la vie comme nous), incontestable et irréfutable, dont découle un argument B (comme : on ne les mange que par plaisir, s’en passer semble donc respecter leur recherche de bonheur) ; vous, vous passez à l’hypothèse Y (c’est une entreprise de dénigrement de l’espèce humaine) qui renvoie à la peur infondée Z (du style : on est au centre du système et on va infiltrer E&R).

      Mais le plus folklorique, c’est quand vous avouez "pédaler dans la semoule", sans vous rendre compte que cela tient au fait que vous ne répondez jamais aux arguments ou aux citations pleines de sens que vous propose Vegan. Que vous êtes juste incapables de répondre de manière rationnelle et que cela vous oblige à vous raccrocher à votre paranoïa, ou aux pratiques moyenâgeuses de vos congénères. ("C’est pas moi qu’ait commencé !")

      Quant au fait de m’accuser de vouloir entretenir un sentiment de culpabilité chez l’Homme pour des tas de mauvaises raisons, je pense que vous n’avez pas vu la teneur de mes dessins, pourtant publiés sur ce cite.

      Personne ne vous a demandé de vous excuser, je ne pense pas que les animaux se contentent de vaines paroles de toute façon. En tout cas vous avez définitivement quitté les gentils consommateurs inconscients pour devenir des monstres conscients, qui, en plus, voient dans les défenseurs de nos frères animaux des fous participant au nouvel ordre mondial.

      Bien joué : l’égalité, c’est pour les carniste ; et la réconciliation, ce ne sera sûrement pas avec tout le monde. Il faut être bipède, ne pas avoir trop de poils, savoir tenir une arme, et aimer le barbecue. Ne vous inquiétez pas, on se débrouillera très bien de notre côté, et le jour venu, on vous accueillera à bras ouvert dans notre jardin d’Eden.


    • #789264
      le 16/04/2014 par Asphodèle
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Je partage votre combat Végan, je lutte depuis des années contre la souffrance animale et ne peut comprendre que des êtres qui se disent civilisés soient incapables de compatir à cette souffrance. L’égoïsme et le sentiment de supériorité sont le moteur de cette indifférence. Je suis végétarienne depuis l’âge de 20 ans, et j’en ai 65. Je mange bio et je suis en parfaite santé. Le trou de la sécu ce n’est pas moi...Par contre je ne perçois pas les humains comme des animaux "évolués", nous sommes d’un tout autre genre puisque nous avons le libre arbitre de décider par nous-mêmes nos objectifs. les animaux font partie de la Nature, n’ont pas de libre arbitre et ne dérogent jamais aux lois de l’Univers. C’est ainsi que la Nature a pu perdurer depuis sa création ; cette obéissance aux Lois conditionne la stabilité des équilibres naturels et permet leur durée dans le temps. Et qu’en est-il de l’humain ? Il est capable de tout détruire en se croyant au-dessus des Lois de la Nature, son intelligence hélas uniquement intellectuelle le place bien au-dessous de toutes les espèces animales et végétales qui concourent à l’entretien et à la pérennité de la Nature. Alors respect pour la Nature, ses différents règnes et ses merveilleux animaux !


    • #789488
      le 16/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      A Krapo : je réponds point par point en vous citant.

      "Désespérant. Deux vautours qui se félicitent et se remercient après avoir festoyé sur un cadavre. On peut dire que vous vous êtes bien trouvés."
      -  D’entrée de jeu, vous imposez le cadre du débat : ce sera le triangle dramatique, celui des victimes, ici les animaux) contre les bourreaux (les gens qui mangent de tout), avec les véganistes/anti-spécistes comme sauveurs, et un peu victimes aussi car vous vous associez à la souffrance des animaux. Un petit air de déjà-vu, avec les « immigrés », victimes des bourreaux « racistes-fascistes-nationalistes », et sauvés par les « anti-racistes » et Harlem Désir. Bref, la structure d’une énorme arnaque basée sur l’exploitation des bons sentiments.

      "Quand on vous amène un fait A (du genre : les animaux aspirent à la vie comme nous), incontestable et irréfutable, dont découle un argument B (comme : on ne les mange que par plaisir, s’en passer semble donc respecter leur recherche de bonheur) ;"
      -  Les autres animaux ne sont pas dotés de la capacité de se représenter leur vie ou leur mort comme les humains peuvent le faire au moyen du langage. Il est donc absurde de leur prêter des intentions du genre « ils aspirent à la vie et au bonheur » car ils n’aspirent à rien du tout. Ils ont bien des « intentions », mais à très court terme : manger, se reposer, copuler avec telle femelle ou tel mâle, se défendre et défendre sa portée ou son troupeau contre un agresseur immédiat, et pas contre le « malheur », etc.

      "… vous, vous passez à l’hypothèse Y (c’est une entreprise de dénigrement de l’espèce humaine) qui renvoie à la peur infondée Z (du style : on est au centre du système et on va infiltrer E&R)."
      -  Oui, vous êtes au centre d’un système de génocide de l’espèce humaine, et oui, ce système génocidaire tente d’infiltrer tout ce qu’il peut. Parmi les fondateurs du WWF, on trouve Julian Huxley. C’est juste un exemple. A part ça, des lois de discrimination positive des animaux et des robots sont en cours d’élaboration partout dans le monde, ou sont votées comme celle d’hier en France. On voit bien l’illégitimité de la chose puisque les animaux bénéficiaient déjà d’une protection par le Code rural et le pénal, où ils étaient déjà qualifiés « d’êtres sensibles ». Mais non, cela ne suffit pas, et il faut les faire entrer dans le Code civil, ce qui techniquement relève bien de la discrimination positive.


    • #789491
      le 16/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Suite.
      Que vous êtes juste incapables de répondre de manière rationnelle et que cela vous oblige à vous raccrocher à votre paranoïa, ou aux pratiques moyenâgeuses de vos congénères. ("C’est pas moi qu’ait commencé !")
      -  Je réponds de manière rationnelle depuis le début, et encore dans ce message, et vous n’avez pas répondu au cœur de mon argumentaire, à savoir la légitimité de la discrimination positive comme pratique juridique visant à faire bouger arbitrairement le curseur de ce qui est légal et illégal, de sorte à pouvoir criminaliser à terme le simple fait d’exister pour les humains.

      Quant au fait de m’accuser de vouloir entretenir un sentiment de culpabilité chez l’Homme pour des tas de mauvaises raisons, je pense que vous n’avez pas vu la teneur de mes dessins, pourtant publiés sur ce cite.
      -  Je ne vous accuse pas de vouloir entretenir un sentiment de culpabilité chez l’Homme. Au-delà de vous et des personnes particulières, j’observe que l’argumentaire véganiste/anti-spéciste repose sur une accusation a priori de l’Homme. D’emblée, avant même que l’on ait le temps de prononcer un mot, pour entrer dans la logique véganiste/anti-spéciste on doit accepter d’être coupable, et si cette culpabilité inaugurale n’est pas acceptée, on ne peut pas y entrer car on ne peut pas y « croire ». Nous ne sommes pas dans le rationnel et le factuel, mais dans l’émotionnel moralisateur. C’est le même mécanisme que pour la théorie du Genre et toutes les idéologies : si on y croit, cela semble cohérent, mais si on refuse de croire au point de départ, alors tout le reste s’effondre comme un château de cartes.

      Personne ne vous a demandé de vous excuser, je ne pense pas que les animaux se contentent de vaines paroles de toute façon.
      -  Effectivement, ils ne parlent pas.


    • #789492
      le 16/04/2014 par Lucien Cerise
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Suite et fin.

      "En tout cas vous avez définitivement quitté les gentils consommateurs inconscients pour devenir des monstres conscients, qui, en plus, voient dans les défenseurs de nos frères animaux des fous participant au nouvel ordre mondial."
      -  Au lieu de jouer du violon, argumentez rationnellement sur la discrimination positive et la dictature des minorités qui se met en place au moyen du transhumanisme (LGBT/véganisme/anti-spécisme/droit des robots, etc.).

      "Bien joué : l’égalité, c’est pour les carniste ; et la réconciliation, ce ne sera sûrement pas avec tout le monde. Il faut être bipède, ne pas avoir trop de poils, savoir tenir une arme, et aimer le barbecue. Ne vous inquiétez pas, on se débrouillera très bien de notre côté, et le jour venu, on vous accueillera à bras ouvert dans notre jardin d’Eden."
      -  En France, les animaux sont protégés par le Code rural et le Code pénal qui leur accorde le statut d’êtres sensibles. Le même genre de législation existe dans de nombreux pays. Au-delà de ça, on sort du Droit et de l’argumentation rationnelle pour entrer dans la fabrique du consentement au transhumanisme.


    • #789731
      le 16/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Vos considérations philosophiques & approche des droits des animaux sont honteuses face à cette rationalité :

      "N’ayons pas peur des mots : la France est couverte de camps de concentration & de salles de torture. Des convois de l’horreur la sillonnent à tout instant & en tous sens. Pour cause d’élevage intensif, les fermes devenues des « exploitations » se sont reconverties en centres de détention à régime sévère & les « fillettes » de Louis XI passeraient pour de véritables hangars face aux dispositifs où l’on enferme des créatures que la nature avait conçues pour la lumière, pour le mouvement & pour l’espace.

      En France, 50 millions de poules pondeuses -à qui l’on a souvent tranché le bec au fer rouge- sont incarcérées à vie dans des cages minuscules où elles ne peuvent ni dormir ni étendre les ailes, mais seulement absorber une nourriture éventuellement issue de fosses septiques & de boues d’épuration... Les truies sont sanglées jour & nuit dans des stalles qui leur interdisent toute espèce de mouvement, & ce pendant deux ans & demi... Des veaux de 145 kg sont enchaînés dans l’obscurité en cases de 0,81 m. Des poulets, dits « de chair », ont les flancs si hypertrophiés que leurs os ne les portent plus & qu’il leur est impossible de se déplacer. Au moyen d’un tube de 40 centimètres enfoncé dans l’oesophage, des appareils pneumatiques font avaler chaque jour 3 kilos de maïs brûlant (l’équivalent de 15 kilos pour un humain) à des canards & à des oies immobilisés dans des « cercueils » grillagés, puisque, de toute façon, ils ne peuvent plus se tenir debout. Pour finir cette existence qui a surtout le mérite d’être brève, beaucoup seront transportés dans des conditions effroyables, entassés sans nourriture, sans soins, sans eau, au cours de voyages proprement étouffants, interminables & souvent fatals. Qui a vu cela ne l’oublie plus jamais.

      En Chine où il est courant d’ébouillanter & d’écorcher vifs les animaux, des ours sauvages sont enfermés jusqu’à ce que mort s’ensuive dans des cages où ils ne peuvent pas même s’asseoir & où ils perdent jusqu’à l’usage de leurs membres. Une sonde est en permanence enfoncée dans leur foie pour y prélever la bile, utilisée en médecine traditionnelle. En Occident, la « communauté scientifique » fignole des animaux d’un genre nouveau : sans poils ni plumes ni graisse, aveugles & dotés de 4 cuisses manifestement conçus pour le bonheur au grand air ! Il serait long & pénible de multiplier les exemples."


    • #789734
      le 16/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      suite :
      "Pour ces millions, pour ces milliards d’animaux, le simple fait de vivre, depuis la naissance jusqu’à la mort, est un supplice de chaque seconde, et ces régimes épouvantables leur sont infligés pour des raisons si mesquines qu’on a peine à croire que des êtres humains puissent s’en prévaloir sans honte : une chair plus blanche, quelques centimes gagnés sur un oeuf, un peu de muscle en plus autour de l’os. « Cruelles friandises », disait Plutarque [2].

      Quant aux animaux sauvages, pour n’en dire qu’un mot, on se doute qu’ils ne sont guère épargnés par le piège, le fusil, le poison, le trafic, la pollution ou la destruction de leur habitat. 8 500 espèces de vertébrés sont menacées d’extinction à court terme. L’homme est seul responsable de cette extermination qui ne peut être comparée qu’aux extinctions massives du mésozoïque. Au Cameroun, les grands singes sont actuellement victimes de ce qui mérite pleinement d’être appelé une destruction systématique, comparable à une sorte de génocide. Et, dans le domaine de la protection des animaux sauvages, ce n’est certes pas la France qui pourra donner des leçons, elle qui montre tant de zèle à légaliser le braconnage.

      On a vu récemment de monstrueuses hécatombes [3], de terribles holocaustes [4] où les animaux étaient non pas « euthanasiés », comme on le dit pudiquement, mais massacrés et brûlés par milliers, par millions en Grande-Bretagne, victimes d’une maladie le plus souvent sans réelle gravité (la fièvre aphteuse), mais coupables de gêner le commerce et de déprécier la marchandise. Il faut d’ailleurs savoir que les abattages continuent après l’épizootie et que 450 000 vaches saines sont actuellement sacrifiées en France à « l’assainissement du marché ». Ce traitement, déjà révoltant quand il s’agit de lait ou de choux-fleurs, est-il admissible sur des êtres sensibles, affectueux et craintifs, et qui ne demandent qu’à vivre ? Rares ont été les professionnels qui se sont plaints d’autre chose que du montant ou de la rapidité de versement des primes au moyen desquelles on s’acharne à maintenir coûte que coûte une agriculture de cauchemar : un système d’indemnités après sinistre, une prime à la torture et à la pollution ? Qui n’a pensé aux pires horreurs médiévales en voyant ces crémations en masse, ces charniers remplis à la pelleteuse ? A quelle horreur veut-on nous préparer en appelant « sensiblerie » ou « zoophilie » toute compassion à l’égard de la condition animale ?"


    • #789744
      le 16/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Ces condamnés sans langage

      Les sentiments & les affaires n’ont jamais fait bon ménage mais il semble quand même qu’on ait franchi les limites du supportable. Un producteur fait-il encore la différence entre une créature qui souffre & un objet manufacturé, quand il appelle un veau « le produit de la vache » ? & alors qu’on entend de plus en plus souvent parler d’« organes vitaux » pour les voitures & de « pièces détachées » pour les corps ?

      Il est vrai que partout des hommes, des femmes, des enfants sont victimes de l’injustice, de l’arbitraire, de la misère ou de mauvais traitements, que l’humiliation du prochain est un principe universel, que trop d’innocents croupissent en prison. Mais les souffrances s’additionnent sans s’exclure. « Dans le combat pour la vie, écrit Raoul Vanegeim, tout est prioritaire. » Peut-on être heureux quand on sait que d’autres êtres vivants, quels qu’ils soient, gémissent ?

      Ceux que la souffrance animale laisse indifférents, fait sourire ou hausser les épaules au nom des « priorités » devraient se demander si leur réaction ne ressemble pas à celle des partisans de l’esclavage jusqu’au début du XIXe siècle, ou des adversaires du vote des femmes voilà à peine plus de cinquante ans. Au Cambodge, au Rwanda, dans les Balkans & ailleurs, n’a-t-on pas fait valoir également une « priorité » entre les plus proches voisins de nationalité, de religion, de « race » ou de sexe pour renvoyer les victimes à l’étrangeté, & si possible à l’animalité, afin de les éliminer plus facilement ?

      Notre compassion est-elle si limitée qu’il faille établir des hiérarchies subjectives entre ceux qui méritent d’être sauvés en premier lieu, puis en second, puis plus du tout ? Faudra-t-il attendre qu’il n’y ait plus un seul Européen dans le malheur avant de se soucier des Africains, ou que tous les humains soient comblés pour s’occuper des animaux ? A quel odieux « choix de Sophie » serions-nous alors sans cesse confrontés ?

      Lévi-Strauss a écrit : « L’homme occidental ne peut-il comprendre qu’en s’arrogeant le droit de séparer radicalement l’humanité de l’animalité, en accordant à l’une tout ce qu’il retirait à l’autre, il ouvrait un cycle maudit, & que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter des hommes d’autres hommes, à revendiquer au profit de minorités toujours plus restreintes le privilège d’un humanisme corrompu aussitôt que né pour avoir emprunté à l’amour-propre son principe & sa notion (...)"


    • #789747
      le 16/04/2014 par Vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      suite & fin :
      "L’unique espoir pour chacun d’entre nous de n’être pas traité en bête par ses semblables est que tous ses semblables, lui le premier, s’éprouvent immédiatement comme des êtres souffrants. »

      Au risque de choquer, demandons-le franchement : pourquoi les hommes auraient-ils le droit de se conduire avec les non-humains comme des barbares avec des innocents, et faudra-t-il toujours être l’inquisiteur, le démon, l’esclavagiste ou l’oppresseur d’un autre ? Quelle vie est a priori méprisable ? Tant que certains se croiront autorisés à maltraiter un être sensible parce qu’il porte des cornes ou des plumes, nul ne sera à l’abri.

      La cause des animaux a beaucoup avancé, dans les faits comme dans les mentalités. Rien qu’en France, des dizaines d’associations la défendent, et jamais elle n’a rassemblé dans le monde autant de militants. Quatre-vingt-dix pour cent des Français se déclarent prêts à payer 15 centimes de plus un oeuf de poule libre. Même la législation évolue. Mais peu, et lentement. Et les phénomènes d’extinction massive et d’élevage intensif rattrapent vite les quelques avancées, non pour des motifs sentimentaux ou philosophiques (car l’opinion s’indigne sincèrement des brutalités envers les animaux), mais, encore une fois, pour cette même raison économique, qui s’oppose obstinément à la sensibilité individuelle.

      Aux innombrables condamnés sans langage qui espèrent de nous des gestes qui ne viendront pas, nous n’avons à offrir que de bien piètres signes. On ne s’attend pas à ce que les Français deviennent tous végétariens ni, comme certains le demandent, que les droits humains soient étendus au singe. Mais quelle honte y aurait-il à faire un pas dans le sens de la compassion, à créer par exemple un secrétariat d’Etat à la condition animale comme il y en a un à l’économie solidaire ? La Belgique n’a pas craint de le faire. La Pologne a renoncé au gavage ; la Grande-Bretagne envisage d’interdire la chasse à courre. Malgré sa politique agricole, l’Europe s’est déjà timidement mais réellement penchée sur la question de l’élevage, de la chasse, de l’expérimentation et du bien-être. Tôt ou tard, on s’indignera massivement que des hommes aient pu torturer des animaux, même pour des raisons économiques, comme on s’indigne aujourd’hui des massacres romains, des bûchers, du chevalet et de la roue. N’est-il pas préférable que le plus tôt soit le mieux ?" Armand Farrachi


    • #789965
      le 16/04/2014 par vegan
      Qu’est-ce que le transhumanisme ?

      Vos raccourcis animaux carnistes vegans mis en parallèles avec immigrés racistes anti raciste sont tellement inapropriés. Pour ce qui est des etres incapables de se représenter leur vie, il en existe chez nos congénères et ce n’est pas pour cela qu’on les dépossède fort heureusement de leur droits fondamentaux.

      La question n’est pas de savoir si les animaux peuvent raisonner comme nous, parler comme nous, mais s’ils peuvent souffrir. Et sur ce point, les animaux non humains ressemblent en tout point aux animaux humains. A toujours surenchérir en nous accusant maintenant de génocide sur les humains, vous ne faites que vous discréditer et le sérieux de votre analyse en prend un sacré coup. Les projets transhumanistes n’existaient meme pas, que la cause animale était déjà défendue. Et parmi les multiples défenseurs, combien sont ceux qui ont un rapport avec les thèses génocidaires que vous soulevez ? Il y a longtemps que les vegans ont démasqué wwf et la dénonciation que vous en faites, nous l’avons faites bien avant vous. Et comme je vous le disais dans mes commentaires précédents, il est évident qu’il y a des traitres à la cause animale et que certains servent leur propres intérets et non ceux qu’ils sont censés défendre.

      Pour le reste de vos interprétations, reportez vous à ce que j’ai écris plus haut. Pour ma part j’arrête là avec vous. Il ne sert à rien de vouloir raisonner quelqu’un d’aussi hermétique et psychorigide sur ce sujet. D’ailleurs pour tout vous avouer, ce n’est pas vous que je cherche à toucher, car j’ai bien compris que la vrai cause de votre tourment est de voir disparaitre votre saucisson. Et vous n’avez plus que ce fantasme de malthusianisme dont vous nous accusez et qui ne sert qu’à masquer votre vrai démarche qui est de trouver un moyen de nous discréditer avec ceci apres avoir essayé tout le reste sans succès.


  • #777954
    le 04/04/2014 par damien
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Bon article !

    Y a longtemps, je me disais, bah le transhumanisme c’est des conneries, puis ok pour quelques prothèse bien pratique (téléphone mobile) pour le reste l’Histoire nous a enseigné à un respect minimum de l’Homme. Mais bon faut croire que j’étais con bien naïf et jeune.

    Vous mettez en avant le revers de la médaille, le coté Lucifer maitre du monde / de la matière qui va plus loin encore. C’est bien plus sage que d’autres milieux (genre écolo), qui semblent avoir capitulé ou pas capté, l’inéluctable, le sens du monde ...

    cf.
    http://jeanzin.fr/2014/02/14/l-acce...
    entre autre sur la convergence NBIC et les applications à court terme attendues


  • #781457
    le 07/04/2014 par Lebrasdelajustice
    Qu’est-ce que le transhumanisme ?

    Article intéressant mais si on prend tout cela au sérieux je ne vois pas en quoi une branche post-humanisée affecterai la race dans sa totalité c’est très peu probable, et pour cela il faudrait un ou plusieurs millénaires si on prend en compte les effets secondaires, les dégénérations, les coûts, et tout simplement la résistance humaine féroce qui s’opposerait a une telle folie.


Afficher les commentaires suivants