Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Big Brother aujourd’hui – Conférence de Lucien Cerise au Théâtre de la Main d’Or

À l’invitation d’E&R Île-de-France, Lucien Cerise donnait une conférence le 11 septembre 2016 au Théâtre de la Main d’Or, sur le thème « Big Brother aujourd’hui ».

 

Retrouvez Lucien Cerise chez Kontre Kulture :

L’information, enjeu politique crucial, à lire chez Kontre Kulture :

 

Lucien Cerise sur E&R :

 

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 
 






Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Cerise est toujours très bon et là cette conférence est particulièrement pertinente et profonde.

    La justice prédictive doit se baser nécessairement sur le data mining plus que sur l’espionnage individuel et même si certains sujets seront ciblés individuellement, n’oublions pas que l’analyse et la catégorisation est plus intéressante que la prison.
    En réponse à une strate de la population qui creuse un peu trop ou qui est un peu trop active, la "punition" pourrait être pour une partie une facilité à la consommation pour voir si ça éloigne ces personnes de leur mode alternatif alors que pour une autre partie ça pourrait être introduire des difficultés de manière subtile dans leur quotidien : les possibilités sont infinies, surtout lorsque notre adversaire prend en compte (alors que nous rarement) du roulement des générations et du changement permanent des mentalités dans cette guerre car l’un des champs de bataille est le temps.

    Il est ironique de constater que que la justice prédictive est un crime moral qui lui-même avait été prédit dans une oeuvre de fiction : nous entrons dans une circularité cognitive qui rejoint d’ailleurs cette idée de répondre au chaos non pas par l’ordre mais par plus de chaos.

    Ce qu’il faut retenir aussi c’est que cette tendance à la fluidité de l’adversaire lui offre certes des avantages, mais aussi de nombreux inconvénients, une multitude de talons d’Achilles encore inconnus.

     

    Répondre à ce message

  • Apprécions Maurice Bardéche, qui dans son livre "Nuremberg", avait déduit toutes les normes, lois et situations que nous subissons aujourd’hui, y compris la dépossession des Français de leur pays par des masses de nouveaux arrivants arguant du droit d’égalité, liberté, fraternité fabriqué dans les loges.

     

    Répondre à ce message

    • Intéressant et comment a t il construit son logiciel ppur comprendre ça ?

       
    • @jjjhhh
      - la loi internationale,
      - les états seront des arrondissements administratifs d’un seul empire
      - le droit des" citoyens du monde à s’installer n’importe où et d’exiger les mêmes droits et l’on condamne toute tentative de discrimination.
      - un système où la cité sera soumise à une conquête pacifique, submergée par une occupation sans uniforme et offerte au règne de l’étranger.
      Toutes citations prises dans le livre de Maurice Bardéche écrit en 1948.

       
    • Merci de l’information. C’est intéressant car cela signifie que cette personne a découvert après une analyse, un agenda politique voire même une idéologie. Il est crucial de savoir comment il en est arrivé à cette conclusion précise pour ensuite utiliser le même logiciel et ensuite l’adapter pour mieux l’exposer à diverses masses de la population. C’est vraiment intéressant. Si quelqu’un est un expert en la matière ...

       
  • #1682680

    Lucien Cerise toujours aussi bon merci L.Cerise !

     

    Répondre à ce message

  • quelque-chose m’échappe... si quelqu’un d’intelligent ou d’assez érudit peu me sortir
    de mon interrogation ... d’avance, merci.

    Il parle à un moment des aéroports dont on a confié la sécurité à une société inuit et qui ont subi ou sont liés à un attentat, dans le lot, le 9/11.
    Donc, pour lui, le speech officiel est valide ?
    Ou faudrait-il comprendre que cet aéroport, grâce à cette société, entre dans le plan général et y joue le rôle qu’on lui a dévolu ?

    Il y a dans la "dissidence" un bon nombre d’intervenants qui semble prendre la VO pour argent comptant, ce qui m’épate toujours. Donc ...

    Merci aux intelligences supérieures pour leurs éclaircissements.

     

    Répondre à ce message

    • Tu parles de... Allez on va être gentil... L’ambiguïté sur le scénario des avions ?
      Oui en effet, c’est une bonne question. Peut être s’agit-il de connivences sur la désinformation à propos des fameux vols impliqués...

       
    • Je ne comprends pas votre incompréhension. En quoi ce qu’il dit est-il compatible avec la version officielle ? Si l’argumentaire de Monsieur Cerise consiste à dire ou à sous-entendre, mais de manière tout à fait claire me semble-t-il, qu’il n’est pas possible de passer les filets de sécurité sans le laisser-faire de cette même " sécurité " et donc, pour reprendre la grille orwelienne (plus que pertinente ici), que ce qui est censé l’assurer permet au contraire de contrôler l’insécurité, où est le rapport avec la v.o ? Ces sociétés dans la réalité post attentats ont-elles été inquiétées et mises sérieusement sur le grill ? Pas à ma connaissance. J’irais même jusqu’à dire que le simplement fait de poser la question équivaut à y répondre.

       
    • "Lorsque le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt..."

      Qu’il y est eu ou pas des avions réels le 11 septembre 2001 on s’en fiche (et tout initié connait la réponse).
      Ce qui compte c’est surtout le fait que les tours étaient remplie d’amiante et donc voué à un remplacement/destruction.
      Sans parler du fait que l’assurance des dites tours a été changer 2 mois avant les faits.
      Que ça a permis au USA l’attaque en Irak.
      et cetera

       
    • Bonjour Monsieur K. N’étant pas initié, et bien qu’il soit fort possible comme vous le dites que cela ne change pas grand chose au final, qu’en est-il, sérieusement donc, de la présence ou non d’avions ? Merci d’avance.

       
    • @ Eric
      Juste un petit élément de réponse récent (hors enquêtes poussées sur toute l’affaire)
      Il y a quelques temps a circulé (bizarrement) sur Facebook, une vidéo sans doute aérienne (l’hélicoptère ?) de la célèbre explosion initiale d’une des tours mais sans aucun avion visible...
      2 possibilités, soit cette vidéo est un fake techniquement très propre (pas vu d’anomalie sur les zones où l’avion aurait dû figurer) soit c’est l’originale.

       
    • Bonjour @Vecom,
      Je l’ignorais. Est-ce à dire que la théorie dite du no plane serait celle privilégiée par " les initiés " ? C’est ce que j’en concluerais faute de mieux.

       
    • J’ajoute que cela semble dans le cas présent assez contre intuitif. De prime abord, il paraît tout de même assez étrange de veiller à avoir la maîtrise de la " sécurité " des aéroports si l’on n’a pas l’intention d’utiliser des avions réels. Mais encore une fois, je ne maîtrise pas le sujet, n’ayant pas suffisamment d’éléments à ma connaissance.

       
    • Bonjour Eric

      Pour répondre très concrètement à votre question , non il n’y a pas eu d’avions le 11 septembre.

      Juste pour donner quelques pistes/preuves sans faire trop long.

      - "Nez de pinocchio" qui démontre que l’avion qu’on voit est un ajout.
      - La collision en elle même sur les vidéos.
      - Le manque de débris d’avion , bon sur ce coup je ne suis pas honnête , on a trouvé un moteur d’avion , manque de bol il ne correspond pas au type de moteur qui est monté sur l’avion censé avoir été détourné.
      - Des avions qui ont percuté des bâtiments ils y en a déjà eu , ils ne se sont pas effondré.

      J’en oublie certainement.

       
    • Cool. Merci M.K.
      Ce truc est tellement énorme, faudrait que je m’y replonge. Pour votre dernier point, il est clair de toute façon que c’est strictement impossible. La palme du n’importe quoi à avaler tout cru revenant tout de même à l’effondrement du WTC7. Une chose me chafouine cependant : aucune personne n’aurait vu d’avions en approche dans le ciel de New-York puis se fracassant dans les tours ce jour-là ? Et si les gens ont vu quelque chose qu’ils ont pris pour des avions qui n’en étaient pas, alors qu’était-ce ? Ça n’en finit pas, bon sang ! Même si vous ne m’en dites pas plus, merci tout de même d’avoir pris la peine et le temps pour tenter de m’aiguiller :-)

       
    • Je n’ai pas encore regardé la vidéo et je n’ai plus en tête exactement ce que je dis, mais j’essaye de répondre quand même. Sur le 9/11, la théorie sans avions et la théorie avec avions ne s’excluent pas mutuellement : des avions bien réels ont décollé, mais ne sont jamais arrivés, ni à destination, ni dans les tours.

       
    • Effectivement sur le denier point.
      Même si on admet l’hypothèse qu’il y est eu des avions , l’effondrement lui vient ’d’ailleurs’.

      Il y a des vidéos de personnes disant n’avoir vu aucun avion ni quoi que ce soit de volant dans le ciel. (qui était beau sans aucun nuage donc très visible).

      Concernant les gens qui ont "vu les avions" c’est un peu comme les enfants qui ont vu le père noel.
      C’est un effet psychologique de masse , comme ça a tout de suite été diffusé à la télé où on répétait que des avions avaient percuté les tours. (avec le phénomène de choc émotionnel qui enlève toute analyse un peu rationnel + le fait que c’était la première fois que ça arrivé)

      Après tu peux aussi creusé la faisabilité de la chose (piloter un avion de ligne avec une précision digne d’un pilote d’avion de chasse) , mais ça nous ramènes aux heures les plus sombre...

       
    • L’hypothèse d’un mixte des deux collerait déjà plus à mon avis. Après un truc pareil, je ne sais pas vous mais la première chose qui me vient personnellement à l’esprit est l’interrogation suivante : vu à quel point il faut être taré pour être prêt à faire des trucs pareils (c’est juste satanique), comment seulement imaginer le prochain scénario catastrophe ? Comme dirait Dieudo, t’essaies mais tu n’y arrives pas, il y a comme un clapet qui se ferme. Est-ce que le fait, sinon d’être totalement sain au moins d’être encore dans la sphère de la sanité, ne nous ferme pas certaines portes de compréhension ? Ou bien c’est juste une question d’intelligence, même machiavélique ? Ok j’arrête :-) Il est à craindre que l’on n’en sache jamais rien. Mais comme le disait Kafka, " Toute ta vie passée a-t-elle à ce point sombré dans l’oubli que tu ne sais plus combien il faut lutter et combien il faut exploiter tout ce qui peut donner ne serait-ce qu’une lueur d’espoir ? ". Je cite de mémoire mais je crois que c’est à peu près ça et que c’est dans son meilleur, à savoir " Le Château ". Il avait raison ce bon vieux Franz. Sans quoi c’est la balle ou la dépression :-) Petite conclusion adressée à Monsieur Cerise et en forme de voeu : à quand la réédition d’une conférence commune avec Michel Drac ? J’avais trouvé ça excellent de complémentarité. Ce serait bien de remettre ça un jour. Je n’attends pas de réponse. Au plaisir et merci aux intervenants.

       
    • @eric
      pour s’approcher de l’avenir qui nous est destiné, élaboré dans les cerveaux fumeux de la pègre des " élites" mondialiste, il faut réaliser qu’ils n’ont aucunement besoin de la masse d’entre nous. Robots et semi-robots seront suffisants et pérenniseront la caste mafieuse.
      Ensuite, l’immortalité, car cette caste supporte mal sa finalité humaine.
      Enfin, la complète chosification de ce qui restera d’un zoo humain pour le plaisir malsain d’une contemplation de l’horreur.
      Comme le dit Francis Cousin : le plus grand danger de l’humanité est sa déshumanisation,

       
    • @Georges 4bitbol , nul besoin de me convaincre de la volonté malthusianiste de certaines " élites " malfaisantes, vous prêchez malheureusement un converti :-) Bien à vous.

       
  • Lucien, désolé j’écris d’un portable. Est ce que ton analyse te porte à penser ou a déceler un mécanisme de survie qui pourrait être utiliser comme une défense immunitaire face à cette propagande chaotique ? C’est à dire, est il possible de faire réaliser à un groupe de personne en peu de temps qu’ils sont dans en danger. Dans les sciences humaines en psychologie expérimentale, il y a t il une thérapie que tu aurais retrouver pour redonner l’instinct de survie à une masse de gens ? Car si ce système est capable dendormir le peuple alors l’inverse est possible.

     

    Répondre à ce message

    • Très bonne question. On peut effectivement produire un stress pédagogique chez autrui, mais tout en orientant son comportement de réponse au stress vers une solution constructive, évidemment, pour éviter la réponse stérile voulue par le pouvoir : conflit triangulé, guerre civile, etc. Contre l’ingénierie sociale négative du pouvoir, ce serait de l’IS+, de la conduite du changement positive. En fait, ça se fait tout seul depuis quelques années avec le succès des référendums euro-sceptiques et des candidats populistes aux élections. La masse des gens se sent en insécurité croissante à tous les niveaux et s’oriente intuitivement vers une réponse institutionnelle, sans tomber dans le piège de la panique générale qui aboutirait à des explosions de violence irrationnelle, bastons de rue, guérilla urbaine, etc. Il est possible d’accélérer encore ce mécanisme de prise de conscience et de réponse intelligente, mais cela requiert d’adapter le discours à chaque cas particulier car tout le monde ne réagit pas aux mêmes stimuli.

       
    • J’aimerais également te proposer d’établir ce qu’à ta connaissance tu as déceler comme stimulus exploitable pour créer le choc pédagogique auprès de divers segment de la population. Nous pourrions ensemble mettre en commun des éléments issus de nos expériences car j’ai découvert des stimulis extrêmes qui permettent de créer un stress pédagogique. Et je penche pour une stratégie de solidification des masses éveillées pour créer un noyeau de repère sécurisant. En créant un stimuli pour amener l’individu à prendre conscience que seul le groupe.x.soit sécurisé et puisse amener le sujet à survivre. Bien à toi.

       
    • Personnellement j’essaie parfois de faire ça à ma petite échelle. Ces choses-là se sentent plus ou moins intuitivement. On sent dans une conversation quel interlocuteur est trop fermé dans son truc (pas le moment et donc risque d’être au contraire contreproductif en lui renvoyant sa propre image) et lequel est plus ouvert. C’est là qu’il faut, et la chose doit se faire naturellement et en empathie, planter des sortes de banderilles qui infuseront et pourront produire peut-être et de manière souterraine leurs effets. Trouver des formules courtes et efficaces peut constituer un bon moyen. Ex : l’autre jour j’étais dans un groupe qui parlait de la situation politique calamiteuse actuelle, tout le monde s’accordant à dire que c’était vraiment n’importe quoi, et tout le monde semblant trouver que cette apparente confusion rendait compliqué voire inextricable le choix de chacun. Et moi, sur un mode " humoristique ", je leur ai dit la chose suivante : " Si l’on voulait essayer de clarifier les choses, on pourrait dire la chose suivante : Il n’y a en France actuellement que deux partis : le FN ... et les autres ! ". Et j’ai ajouté un truc du genre " On peut en penser ce que l’on veut mais c’est ainsi et il faut faire avec ". Ça vaut ce que ça vaut mais comme je n’ai pas fait à temps les démarches nécessaires pour aller voter suite à un déménagement, j’essaie de me rattraper comme je peux et de participer à ma manière :-)

       
    • Il est possible d’établir un plan à large spectre pour déterminer quels mots clés activent des réactions auprès de.segments divers et d’établir ensuite des raisonnements imparable qui vont éluder le pathos et maintenir la personne dans le logos. C’est tout à fait faisable. De là, il sera possible d’expérimenter sur le terrain et ensuite d’analyser et de s’adapter. Il faut faire ce que l’ennemi fait, créer des sharplans méthodologique de raisonnement pour éveiller les sujets à la propagande de masse.

       
    • Oui enfin vous êtes gentil @osa mais on peut raisonner en êtres humains et non en programme informatique. Restons un minimum sur terre, soyons concrets et efficaces, ça vaut mieux.

       
  • Merci à Lucien pour cette conférence !

    Je profite de cet espace pour mentionner le fait que Michel Drac a publié le 7 mars 2017 une vidéo (une note de lecture) traitant des mécanismes de la pensée et des biais cognitifs (et comment combattre ces derniers), sur la base d’un ouvrage de Daniel Kahneman, titré « Système 1, Système 2, les deux vitesses de la pensée ».

    Note : Michel Drac commet une petite erreur d’expression (de 40’12" à 40’23"). En effet, plutôt que dire « Donc notre système 1 substitue en permanence le plausible au probable, puis le probable au certain », il eu du dire « Donc notre système 1 substitue en permanence le probable au plausible, puis le certain au probable », voire, en ajoutant une insistance avec l’usage du mot "légitime" (et légitimé) facilitant la compréhension, il eut pu dire « Donc notre système 1 remplace en permanence le légitime plausible par le probable, puis le légitimé probable par le certain ». Pour mémoire : substituer ceci à cela <=> remplacer cela par ceci.

     

    Répondre à ce message

    • M. Drac a raison : " du probable au certain" est le scénario de comblement lacunaire que met en place notre cerveau.

       
    • #1682824

      @SamWang "il eu du dire" n’est pas tout à fait bien conjugué, il me semble… Pour mémoire : le verbe "devoir" à la troisième personne du singulier au plus-que-parfait du subjonctif : "il eût dû".

       
    • @ Georges 4bitbol

      Je maintiens ma note :

      - a) il y a trois termes, dans l’ordre croissant de qualification de probabilité : plausible / probable / certain ;
      - b) le cerveau (le "système 1") a tendance à remplacer abusivement ce qui est de l’ordre du plausible par le probable, puis par le certain ; cette assertion est compatible avec la votre, à savoir « "du probable au certain" est le scénario de comblement lacunaire que met en place notre cerveau » ;
      - c) nous avons l’équivalence [substituer ceci à cela] <=> [remplacer cela par ceci] ;
      - d) ainsi, ma première proposition de correction, à savoir « Donc notre système 1 substitue en permanence le probable au plausible, puis le certain au probable », est équivalente à ma deuxième proposition de correction, à savoir « Donc notre système 1 remplace en permanence le légitime plausible par le probable, puis le légitimé probable par le certain » (à l’ajout de "légitime" et "légitimé" près) ;
      - e) mes deux propositions de corrections sont conformes au point b) et sont donc valides ; par conséquent, je m’inscris en faux par rapport à votre assertion que « M. Drac a raison ».

      @ correcteur-de-correcteur

      Merci, votre proposition de correction s’approche de l’orthographe juste (j’ai vérifié) :

      - le plus-que-parfait du subjonctif est « qu’il eût dû » ;
      - je n’ai pas utilisé de subjonctif (qui est mal venu ici) ;
      - la formule valide est « il eut dû » (sans accent circonflexe sur le ’u’ de "eut") et c’est du passé antérieur de l’indicatif (cf. par exemple cette page de conjugaison du verbe devoir).

       
    • Encore à propos de ’il eu du’ :

      Si j’ai bien compris votre formulation initiale, à savoir ’il eu du’, ce que vous vouliez dire c’est ’il aurait dû’.

      La forme ’il aurait dû’ est celle du conditionnel passé première forme (ainsi que vous pouvez vous en apercevoir en consultant la page que vous citez dans votre dernière intervention ci-dessus).

      Mais il existe une autre façon d’exprimer ’il aurait dû’ : c’est la forme ’il eût dû’, à savoir le conditionnel passé deuxième forme, qui est identique au subjonctif plus-que-parfait. Le plus-que-parfait ’il eut dû’ ne veut pas dire ’il aurait dû’.

      Donc le lecteur-correcteur avait, me semble-t-il, raison.

       
    • Correctif : ’il eut dû’, c’est le passé antérieur, et non pas, comme j’ai dit, le plus-que-parfait. Autrement, je crois que mon commentaire est juste.

       
    • @samwang
      En votre faveur, vous écoutez et percutez sur les notes de lecture de Michel Drac.
      Je ne sais pas s’il a un blog ( scripotblog ?) où vous devriez débattre de ce point de détail avec lui. Cordiales salutations.

       
    • @ Héliographe

      Notons en préambule que ces échanges sur l’orthographe et la sémantique ainsi que la rigueur appliquée à les analyser peuvent être vus comme un exercice applicatif des conseils de Michel Drac et un hommage à son travail (cf. sa vidéo pour comprendre).

      On peut dire que les conjugaisons peuvent être bien compliquées en français...

      J’ai réfléchis (sans chercher à vérifier formellement l’information) et je crois que ta proposition tient la route, mais la mienne aussi.

      Rappel :

      - selon toi, l’orthographe exacte que j’aurais dû employer est donc « il eût dû », à savoir le conditionnel passé deuxième forme, auquel cas, finalement, l’intervenant correcteur-de-correcteur avait trouvé la bonne orthographe mais se trompait dans le choix du mode et du temps (il proposait le mode subjonctif et le temps plus-que-parfait) ;
      - j’ai exprimé que selon moi, l’orthographe valide est « il eut dû » (sans accent circonflexe sur le ’u’ de "eut"), au passé antérieur de l’indicatif.

      Je pense que ta proposition (usage du conditionnel) et la mienne (usage de l’indicatif) sont valides et j’en veux pour preuve que ces deux formulations sont valides :

      - 1) « plutôt que de faire ceci, il doit faire cela » (le verbe "doit" est au présent de l’indicatif) ;
      - 2) « plutôt que de faire ceci, il devrait faire cela » (le verbe "devrait" est au présent du conditionnel).

      [ justification de la validité du cas 2) ]

      Une des formes canoniques de l’usage du conditionnel est la suivante : « si j’étais [imparfait de l’indicatif] sûr de l’orthographe, alors je serais [présent du conditionnel] nommé Maître Capello ». Dans le cas 2), on utilise le conditionnel alors qu’il n’y a pas de proposition comportant le mot "si" qui introduit une condition. C’est parce que ce mot et la proposition qui va avec peuvent être considérés comme éludés ou implicites. Voici quelques exemples d’explicitations : « plutôt que de faire ceci, il devrait faire cela [si il était conscient de la réalité / si mon cul était sur la commode / etc.] ».

       
    • Je m’incruste dans cet échange intéressant en complétant ce que @SamWang écrit : le système 1 est une forme de pensée “fainéante”, c’est-à-dire rapide et à moindre consommation d’énergie fonctionnant par conséquent dans un mode heuristique affectif et par réponse d’expert. Ainsi son fonctionnement est optimiste, procédant par des tirs de chevrotines afin d’établir des connexions intuitives très rapides. De plus, sauf erreur de ma part, il procède au préalable par des tests positifs : pour dépiler ses 800 dossiers par an, un magistrat de base n’aura recours qu’au système 1, il est toujours certain et ses décisions sont toujours catastrophiques, c’est ce qu’on appelle le laxisme : je viens peut-être d’utiliser mon système 1 ? Nan c’est du vécu !

       
  • Les explications de Lucien Cerise sont comme à leurs habitudes pertinentes et très passionnantes.
    Merci à vous, Lucien.

    Le mécanisme de la fin de l’état de droit en France ressemble à celui du « Patriot’Act » (ou dictature camouflée) mis en place aux États-Unis par W.Bush après les attentats du 11 septembre 2001.

    L’analyse de Lucien Cerise, rejoint l’article de Thierry Meyssan sur son site intitulé : « Le Nouvel Ordre médiatique mondiale ».

    Cet article démontre (dans la logique d’inversion des genres) que la presse ne cherche plus à transmettre de l’information ou des vérités, mais qu’au contraire elle est devenue un outil pour combattre celles et ceux qui veulent précisément dire des vérités, comme nous l’avons constaté dans l’affaire d’Anne-Sophie Sadoun (dit Lapix) et de Florian Philippot.

    http://www.voltairenet.org/article1...

     

    Répondre à ce message

  • Il est essentiel que les analyses de Lucien Cerise soit vues et connues du plus grand nombre. Et pourquoi pas dans de formats plus simples et plus accessibles pour toucher un maximum de personnes. Il faut mettre en forme et désigner la violence invisible que nous subissons tous sous formes de manipulations, mensonges, dénigrement, abrutissement, intimidation, dévalorisation, nous monter les uns contre les autres, enfermement, solitude, peurs, sidération....

     

    Répondre à ce message

  • A quand une venue de Lucien Cerise à Marseille ?

     

    Répondre à ce message

  • Criminologie actuarielle, fonction performative du langage, temple of set, data mining, système 1, système 2, astroturfing, VUCA, loi de la variété requise...rien que ça lol
    Heureusement que la vidéo est là pour mettre sur pause régulièrement afin de prendre des notes et faire des recherches idoines sur internet.

    J’ai juste un problème : à 52 minutes et 20 seconde, Lucien Cerise cite un certain Labévière ?
    Richard Labévière http://www.leblancetlenoir.com/2016...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents