Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Réchauffement climatique : « La thèse officielle ? Une foutaise ! »

Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien !

Il y a une semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pointait une nouvelle fois d’un doigt accusateur l’homme et le CO2 qu’il produit comme principaux coupables du réchauffement climatique. Pour Werner Munter, spécialiste mondialement reconnu des avalanches, qui se penche compulsivement sur le phénomène depuis trois ans, « ces gens sont des imbéciles qui répètent en boucle des bêtises, le savent et sont payés pour ! » Le Bernois nous a longuement reçus dans son appartement d’Arolla (VS) pour étayer ces accusations entre une tranche de viande séchée et deux verres de Cornalin. Son diagnostic climatosceptique, loin d’être celui d’un hurluberlu, est partagé par d’éminents scientifiques dont deux Prix Nobel. Il nous l’explique.

Vous affirmez que l’homme n’a rien à voir avec le réchauffement. Pourquoi ?

Précisons tout d’abord que je ne conteste pas le réchauffement lui-même. Je l’ai d’ailleurs constaté en tant que guide de montagne en voyant les glaciers reculer. Celui qui nous fait face par exemple a perdu 100 m depuis que j’ai acheté cet appart en 1989. En 2005, le pilier Bonatti des Drus s’est effondré à cause du réchauffement du permafrost. Ce que je remets en cause, ce sont les causes de ce réchauffement. Elles n’ont rien à voir avec l’homme ou avec le CO2 comme on nous le serine. Je suis arrivé à cette conclusion pour trois raisons.

Quelles sont ces raisons ?

La première, c’est tout simplement l’analyse des données climatiques reconstituées sur des millions d’années. Rien que dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons. Ces optima correspondent à des cycles naturels. Au Moyen Age, il était par exemple possible d’aller en vallée d’Aoste depuis Arolla avec les troupeaux car le glacier n’existait plus. Lors des deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants. Avant cela, pendant des centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud ! Or le GIEC se concentre sur les 150 dernières années. Autant dire qu’il regarde autour de son nombril. Les reconstructions paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.

Votre second argument ?

La concentration de CO2 – qui est soit dit en passant un gaz vital et non pas un poison – dans l’atmosphère est négligeable. Il y en a un peu moins de 0,5‰ dans l’atmosphère, et au maximum 5% de cette quantité est imputable à l’homme. Pour un million de molécules d’air, il y a seulement 20 molécules de CO2 produites par l’homme. Et chaque année, notre industrialisation rajoute 4 molécules de CO2 pour chaque million de molécules d’air, mais la moitié est absorbée par les océans et les plantes. Et on veut nous faire croire que cette infime proportion due à l’homme est une catastrophe ? J’ai beaucoup de peine à le croire (rires).

Pourquoi dès lors la thèse officielle fait quasi consensus ? Vos collègues scientifiques ne sont pas tous des imbéciles !

Ces théories visent à nous culpabiliser. Quand des scientifiques comme ceux du GIEC disent qu’ils veulent sauver la planète, je dis qu’ils ne sont pas crédibles. Ils mentent pour préserver des intérêts économiques dont les leurs. Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement. Il y a une volonté de faire peur aux gens par exemple en dramatisant la montée des océans, alors que ceux-ci ne s’élèvent que de 2 à 3 mm par an ! C’est aussi une manipulation intellectuelle de parler de CO2 en tonnes plutôt qu’en proportion. Des tonnes, ça impressionne, mais rappelons que l’atmosphère pèse 5 000 000 000 000 000 tonnes !

Votre dernier argument est que la thèse officielle contredit les lois de la physique. C’est-à-dire ?

Celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple : la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère censément polluée de CO2 est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude. Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que correspond à notre expérience quotidienne.

Alors au final, comment expliquez-vous ce fichu réchauffement ?

Je n’ai pas de réponse car trop de facteurs entrent en jeu.  Par contre, j’ai des hypothèses. Je soupçonne par exemple les variations de l’intensité du rayonnement solaire – qui répondent à des cycles – de jouer un rôle central, tout comme les processus nucléaires complexes et méconnus qui sont à l’œuvre au centre de notre Terre. Quoi qu’il en soit, c’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat. La nature est bien plus forte que l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre !

 

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

77 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est très précisément ce qu’on appelle une ’balançoire’, un rejeton de la ’religion’ scientifique. Une attitude mentale concernant les profils psychologiques et comportementaux spécifiques, une partouze où se rencontrent les crétins procéduriers, les suivistes, les opportunistes, les autoritaires, les ’visionnaires ect... Et au bout du compte, pour les parasites en bout de chaîne, l’art et la manière de transpirer de nouveaux impôts accompagnés de nouvelles contraintes. L’éternelle histoire des avatars de la sottise et de l’avidité humaines...


  • #807499

    Déjà un bon début, une observation couplée à des principes fondamentaux reposant sur les grandeurs physiques et qui plantent le véritable décor (un gros doigt d’honneur aux prétendus géophysiciens et "climatologues" autoproclamés qui étalent leur pseudoscience ici comme ailleurs !) avec la base de l’approche scientifique qui commence déjà par l’expression du doute avant de chercher les bonnes réponses.
    Faussement naïf ou réel ignorant, celui-là a le mérite d’engager le sceptique sur la bonne piste !
    Avec le temps, il en sortira sûrement quelque chose...
    Un petit détail, quand même, ce n’est pas parce que des glaciers fondent ou que la banquise réduit son emprise que climat se réchauffe... Modification n’est pas obligatoirement réchauffement ! L’eau ne bout pas à la même température si la pression atmosphérique varie...
    Bon, il est certain que la "vérité" impériale écarte ce genre de chose mais quand même !... il ne faudrait pas trop forcer le trait, cela finit par se voir.

     

    • Oui il se repose sur les grandeurs physique, si on veut, permettez moi d’émettre un doute par esprit scientifique : je tablerai plutôt sur une montée des océans de 20 à 30 cm ces 10 dernières années soit 2 à 3 cm par an. Vous n’avez qu’à aller voir l’ardeur avec laquelle les gens dépense le revenu de la taxe carbone pour construire des bancs de sable et des écluses protectrice dans les Flandres belges et néerlandaise, ça n’est qu’à 300 km de Paris et il n’y a plus besoin de montrer sa pièce d’identité. Le gros de la taxe carbone est utilisé pour se protéger de la montée des eaux et "fuck les Sahéliens".

      La température interne de la terre n’influence en rien l’atmosphère à cause de la croute terrestre protectrice qui contient la chaleur, mais elle influe l’activité sismique qui n’a d’influence conséquente sur l’atmosphère qu’en cas d’irruption volcanique majeure.


  • MERCI !!!

    J’aime la vérité :) !

    Il est vrai que notre CO2 n’influe pas sur la Terre. Cela dit, les tonnes de plastiques, métaux et autre polluants qu’on déverse ne lui font pas du bien, surtout quand on arrache ses forêts, qu’on pille ses océans, qu’on pille ses ressources... La Terre a une âme, à mon sens. Attention au retour de bâton...

     

  • Bonjour,

    L’article est un peu mal honnête, il commence par présenter cette personne comme un scientifique reconnu alors que le mec est guide de montagne ( mais je ne juge pas s’il a travaillé trois ans nuit et jours il a pu acquérir un certain nombre de notions en atmo), ensuite le journaliste appuie son témoignage en disant 2 prix Nobel sont d’accord avec lui mais il ne précise pas que l’un d’entre eux et monsieur Mulis grand scientifique qui inventa la PCR mais qui ne connaît rien en chimie atmosphérique ( complètement différent de la chimie classique).

    - Le premier argument est une interrogation que moi-même je me pose en effet il y a bien eu des années ou la température était largement supérieure à la nôtre, le GIEC nous répond par " bah il devait avoir plus de C02" ( un peu léger) donc le premier argument et une bonne interrogation.

    - Le deuxième par contre est faux, le carbone est un cycle biogéochimique donc automatiquement quand tu vides une réserve de fossile tu déséquilibres la Terre, et le Carbone rejeté dans l’atmosphère n’a pas le temps de reformer ses réserves fossiles (le temps que les végétaux absorbent, qu’ils meurent, que les processus géochimiques ce fasse) c’est de la cinétique, il faut moins de temps pour rejeter le carbone que pour le stocker.
    Mais c’est toujours intéressant d’avoir des avis contradictoire, mais je pense que ce mec n’est pas crédible François Gervais l’est plus.

    Cordialement, et vive alain

     

    • ce n’est pas ce qu’il affirme dans son deuxième argument. Il ne détaille pas le cycle du carbone, il ne parle pas d’émission et de stockage pour expliquer que le CO2 rejeté par l’homme n’a pas d’influence mais il fait simplement un constat d’échelle, à savoir que 5% de 0,5%o de plus ou de moins par an ce n’est pas suffisant pour expliquer la corrélation température/CO2 du GIEC.


    • la vapeur d’eau (H2O) et le méthane (CH4) sont beaucoup plus violent au niveau effet de serre que le dioxyde de carbone (C02)

      en gros, les tas de composts et les pets de vaches influent peut être plus le réchauffement que les feu de bois. (coucou les écolos)

      d’autant qu’on sait "facilement" capter le CO2, avec tous les végétaux à photosynthèse. La croissance des végétaux s’adapte automatiquement au taux de CO2 dans l’atmosphère, ils poussent plus vite, plus grand. Après, il faut étudier les ordres de grandeurs pour estimer l’impact réel mais le captage du CO2 ne passe pas forcement par la formation de pétrole. la fabrication de sucre (C6H12O6, par exemple) par photosynthèse est bien plus rapide et a le même effet (tu enlève du CO2 de l’atmosphère).
      Encore faudrait-il arrêter de détruire les forets...

      Après je ne suis pas non plus géophysicien, mais ça donne des pistes de réflexion.



    • il faut moins de temps pour rejeter le carbone que pour le stocker.




      Tous les végétaux rejettent du CO2 par respiration durant la phase nocturne du jour, et en stockent durant la phase lumineuse du jour par photosynthèse. Tant que les végétaux croissent, ils stockent plus de CO2 qu’ils n’en rejettent.


    • Oui c’est sur ! cela paraît faible et l’impact humain paraît minime mais on observe quand même une augmentation de la concentration atmosphérique du CO2 lié au cycle (on a vidé un réservoir et on l’a rejeté dans l’atmosphère).
      Après je trouve plus logique de parler du cycle du Carbone en effet il n’y a pas que le Co2 qui est responsable de l’effet de serre (outre l’H20 qui est majoritaire) il y a la plupart des Cov qui par différents mécanismes photochimiques pourront former l’ozone (qui est un gaz a effet de serre).
      Après ce que j’aimerais savoir sur le climat c’est :
      - s’il y aura dans le futur un équilibre entre le Co2 atmosphérique et les océans (liés a la constante d’Henry).
      - Connaitre les chiffres d’affaires des boîtes de Géo-Ingénierie qui veulent modifier notre climat en balançant des aérosols dans la stratosphère et connaitre leur lien avec le GIEC


    • Globalement d’accord à part sur un point :

      "le Carbone rejeté dans l’atmosphère n’a pas le temps de reformer ses réserves fossiles"

      A l’échelle humaine c’est défendable mais pas à l’échelle géologique.


    • Bonjour,

      "Spécialiste reconnu des avalanches" ne signifie pas, à ma connaissance, "scientifique reconnu". Qu’il soit soutenu par 2 prix Nobel qui n’y connaissent rien dans ce domaine, je ne vois pas où est le problème. On peut très bien soutenir quelqu’un dans sa démarche sans maîtriser parfaitement les notions utilisées. D’après votre message, vous soutenez bien Alain (Soral je suppose), vous n’êtes pourtant pas expert sur tous les sujets qui font la base de ses analyses ? Lui même n’a pas cette prétention. Je ne pense pas qu’il faille toujours être un expert pour avoir un avis. Simplement de la cohérence et une intime conviction peut suffire.

      Sur le deuxième argument, vous oubliez un peu vite la partie où il indique que la part de l’homme représenterait 5% de 0,5‰. Même si effectivement, on accélère le cycle que dans un sens (fossile -> atmoshpère), cela ne change pas le fait que la quantité reste négligeable. Même en le faisant exprès, nous n’arriverions probablement pas à déstabiliser le cycle de manière à faire grossir significativement la part du CO2 dans l’atmosphère, tellement notre impact représente une gouttes d’eau dans un océan.
      En revanche, là où nous avons un impact plus qu’important, c’est dans la qualité de notre environnement : l’eau, le sol...C’est là que doit se mener la lutte pour l’environnement.

      Personnellement, ce qui me plait dans son discours, c’est qu’il n’a aucune prétention. Il relève simplement des incohérences flagrantes dans les conclusions et les analyses du CIEC. Aujourd’hui, lorsqu’on vous dit : "on sait pourquoi, on connait la raison, la vérité", il faut s’en méfier comme de la peste.


  • Je ne suis pas convaincu par le dernier argument :
    En effet la Terre est plus chaude que sont atmosphère en général, mais il existe un gradient de température dans l’atmosphère donc celle-ci est plus chaude proche de la Terre que loin, il en est sûrement de même pour la Terre. Ce que l’on a besoin de savoir c’est si c’est plus chaud que la surface de la Terre ou pas pour savoir dans quel sens il y a propagation thermique.

    De plus, si entre les deux bouts de propagation thermique il y a l’endroit plus froid qui se réchauffe alors la vitesse de propagation de la chaleur va diminuer, donc il est probable que l’autre bout, producteur de chaleur, se réchauffe.

    Je n’ai pas l’impression d’après son résumé qu’il maîtrise réellement la thermodynamique, je serais donc intéressé par des explications plus détaillées. Pour l’instant, son affirmation entache le reste de son discours, malheureusement...

     

    • Absolument d’accord avec vous, je m’étais fait la même réflexion ... Son argument thermodynamique est bien bancal (énoncé tel quel).

      Bonne semaine à tous !


    • L’argument thermodynamique est en réalité le point faible de la théorie du réchauffement par le CO2. En effet, tous les modèles numériques qui supposent un réchauffement via un effet de serre par le CO2 ont ceci en commun : ils prédisent une atmosphère plus chaude à une certaine altitude et en particulier que ce réchauffement devrait être très visible au-dessus de l’équateur terrestre.

      Or ceci n’a jamais été observé.

      En général en science, lorsqu’une théorie fait une prédiction importante et que la prédiction n’est pas observée le modèle est rejeté comme étant scientifiquement non-valide.

      Le problème est que la on est sorti de la science et que tout ça est devenu une question de politique avec de gros sous.


    • On ne peut pas démonter, ou dire que le propos est entaché, à cause d’un détail de la sorte... ce n’est qu’un argument, pas décisif. Apprenez à prendre un avis dans son ensemble, ce monsieur visant à nous dire que le CO2 est en trop faible quantité, et émis par l’homme depuis trop peu de temps et... en trop faible quantité, pour être la cause du réchauffement.

      A un moment donné, il faut arrêter le touche-pipi.


    • Bonjour Yohann,

      je ne comprends pas votre remarque. 3 arguments dont 1 faux, basé sur un principe physique élémentaire. Dès lors, je remets en question les compétences de ce monsieur pour conclure sur le sujet complexe du "réchauffement climatique", c’est tout.

      Amicalement


  • Très belle conclusion. Et super intéressante l’interview.
    La création est très résistante car très bien faite


  • Le premier canular du même genre qu’ils nous ont pondu était ce fameux trou de la couche d’ozone...du jour au lendemain après avoir obtenu ce qu’ils voulurent le problème disparu complètement des médias comme si cela s’était résolu comme par un coup de baguette magique. A ce trou ils avaient fait fort ! A l’époque tout le monde croyait la fin du monde très proche !

     

    • Je crois pas qu’il faut faire confiance aux médias, le trou dans la couche d’ozone existe toujours cela se déroule au niveau du pole sud au début du printemps austral après un hiver froid il y a formation d’un vortex(nuage de glace) qui en présence de composés chloré détruit la couche d’ozone, mais cela s’arrête dès que la température se réchauffe et la couche d’ozone se reconstitue. (il faut des températures inférieures à -80 degrés Celsius pour que cela se produisent) donc cela ne nous touchera jamais, elle touchera que les manchots.


    • Alors nous en cours de SVT on à vu que la couche d’ozone se dégrade continuellement naturellement et se reforme dans le même temps. Donc dire qu’il n’y à pas de "trou" est faux, dire que c’est de notre faute est faux, dire qu’on peux changer quelque chose est faux, dire qu’on est en danger sur ce point la est peut-être faux, Le Créateur sait mieux


    • D’après le patron, ce serait des chinois qui auraient recousu le trou.
      Une théorie comme une autre...


    • C’est agaçant les gens qui par sans savoir : le trou dans la couche d’ozone est lié à l’activité solaire, il a toujours été la et le sera toujours, sauf en cas d’extinction du soleil. Le rayonnement excite et chauffe les molécules O3 qui éclate en O2+O pendant la journée et qui se reforme la nuit. Au niveau des pôles, l’été il fait toujours jours et ça empêche la formation des molécule d’ozone donc il se forme un "trou" visible qu’en on observe le comportement de l’ozone depuis un satellite adapté, il change de pôle tout les 6 mois.
      La problématique est la suivant : dans les années 70 au début des observations, la nasa a constaté une augmentation constante, rapide et inquiétante du "trou" d’année en année. Le coupable a vite été identifié : les gaz chloré qui était présent dans tout les vaporisateurs du monde et dans d’autres outils également, ces gaz sont des super effet de serre, une fois dans l’atmosphère (H2O x10, CO2 x5), ils chauffent et retiennent longtemps la chaleur ce qui a pour effet de les faire monter en altitude très rapidement malgré le poids de leur molécule, il a été établi qu’en 25 à 30 ans, un gaz de ce type libéré à la surface de la terre atteignait la stratosphère. Une fois parvenu la, la molécule mute en absorbant des atomes d’oxygène libre et ce faisant empêche le couple O2+O de redevenir O3, la couche d’ozone diminue en épaisseur et le trou visible s’élargit.
      Après avoir éliminé le gros des usages les plus polluants et inutiles des CFC dans les années 80 et observé avec angoisse l’évolution du trou les deux décennies suivantes, la NASA a conclu que le trou augmentait de moins en mois vite et que le problème avait été enrayé, le gros des gaz émis a finit d’arriver dans la stratosphère aujourd’hui. Cela dit la couche d’ozone a bien morflé et la lumière solaire est beaucoup plus cancérigène qu’avant à cause d’un nombre bien plus important d’UV qui touchent le sol (surtout en se raprochant des pôles l’été) d’où l’insistance des dermato pour faire mettre de la crème aux bronzeurs et la plus forte possible.


    • La couche d’ozone dévie et renvoie dans l’espace 80 à 90 % des rayons ultra-violet, c’est ça qui fait exploser les molécules et qui fait son importance pour la vie sur terre, les UV sont cancérigènes !
      Au dessus de cette couche protectrice, l’environnement est extrêmement hostile, en plus des UV, il y a des rayons X et gamma et les perturbations thermiques trop intenses pour que des molécules puissent se former, il n’y que des atomes.
      Vous pouvez aller voir la page wikipédia de l’ionosphère si vous voulez, il y a des magnifiques illustrations animés du comportement des atomes, c’est flippant, le rayonnement arrache le cortège électronique des atomes en les frappant et ça forme un flux de plasma mélange de gaz chauffés et d’ions, d’où le nom des couches supérieures de l’atmosphère. A mon avis, la station ISS et les satellites ont des revêtements de protection en plomb.


  • Le gars son baromètre c’est ses poux.
    On peut leur faire plus confiance qu’aux cafards de scientifiques suiveurs.


  • La climatologie m’a toujours passionné, mais je ne suis pas climatologue. Le réchauffement annoncé aura des avantages et des inconvénients, je les ai bien pesés. Je suis gêné de vous dire que je suis favorable au réchauffement climatique. Quand à Werner Munter, à Arolla (à l’altitude 2000 m), il est à l’abri du réchauffement !

     

    • Je penche pour une manipulation politique qui aurait un double but louable au point de vue moral :
      retarder la recherche et l’exploitation des ressources minières des régions polaires et
      retarder le développement de la navigation commerciale dans ces zones.
      0,02€


  • Justement le but est de décentrer les inquiétudes sur le réchauffement abstrait et difficile à mesurer afin de relativiser ou mettre de côté les conséquences - objectives et bien réelles - de la pollution industrielle, de la surconsommation et de l’agriculture intensive. Je vis à la campagne et je peux compter sur les doigts d’une main le nombre de lièvres et de faisans que j’ai vus au cours des cinq dernières années, animaux qui pullulaient encore il y a 20 ans. Toutes les plantes messicoles ont disparu. Les oiseaux, les petits rongeurs, les insectes utiles, les abeilles... l’environnement est comme stérilisé. Ne reste que la vermine résistante et les punaises.

    Une étude récente réalisée sur les enfants vivant dans la "campagne" française a montré que l’on retrouvait plus de 600 traces de pesticides et de perturbateurs endocriniens dans leurs cheveux :

    http://www.franceinfo.fr/environnem...

    Mais là l’armée de scientifique du CNRS se veut moins alarmiste.

     

  • Absolument pas convaincu par cet article. Pas la moindre référence, pas le moindre raisonnement scientifique, simplement des phrases qu’on a bien envie d’entendre sur les hommes évidemment tous corrompus du GIEC... Je vois pas où est l’arrogance dans l’hypothèse que l’industrialisation est responsable d’une certaine augmentation du CO2 dans l’atmosphère (car oui, elle en émet, sans parler des autres gaz à effet de serre genre hydrocarbures, aérosols, ... Et dire que les plantes en absorbent la moitié en omettant de dire qu’elles le restituent par la suite ; de dire que les océans sont un puits qui arrive à saturation et que le CO2 se dissout de moins en moins bien quand la température de l’eau augmente, est tout autant malhonnête que les salauds qu’on aime tant désigner) On est pas dans une réflexion philosophique sur l’activité et le pouvoir de l’homme sur sa planète, et personne n’a décrété que le CO2 était un poison !
    Un peu plus de précision eut été la bienvenue.

     

    • J’ai envie de te dire y à pas trop d’argument en face non plus.

      Et pourquoi le CO2 serait un poison ? Si t’en respire tu meurt pas de suit, et c’est pas lui qui te tue c’est l’acidification du pH de ton sang, et encore, si ton corps ne régule pas tout seul. J’appelerais ça plutôt déchet que poison.


    • @Nasser

      Et qu’en sais-tu que le CO2 n’est pas en poison dans sa totalité, puisque si il n’y a plus d’O2 on crève tous ?

      Attention à ce genre d’arguments qui encourageraient l’oligarchie à massacrer nos forêts et notre végétation pour accomplir leur plus funeste destinée.


  • J’aime particulièrement ces trublions qui empêchent de ronronner les "bien pensants" et leurs théories "pompeuses" et "génératrices" de fric !
    Allègre n’ était pas mauvais dans ce domaine et contre son camp c’était encore plus jubilatoire .


  • Le réchauffement climatique n’a peut être rien à voir avec l’activité de l’homme. Mais la pollution reste de la pollution.

     

    • Une pollution (de l’air) qui se limite aux villes, une pollution locale et non planétaire. Après il reste la pollution de l’eau, mais ces pollutions n’ont rien à voir avec le dérèglement climatique. Voir au dessus .. c’est l’soleil !

      L’homme doit sauver l’homme, pas la planète, la planète elle continuera à vivre avec ou sa présence.


    • C’est vrai qu’on continue à parler du réchauffement ou du changement climatique mais on ne parle plus de Deep Water ou de Fukushima qui sont peut-être les deux plus grandes catastrophes écologiques que le monde ait connu. On ne fait pas non plus de colloques supervisés par l’ONU sur la contamination en tout genre de notre nourriture, des pesticides aux nitrates.

      Toutes ces gesticulations ne sont-elles pas faites pour pointer du doigt la Chine (dont le niveau de pollution est inquiétant certes), alors que les USA et leurs alliés ne sont pas en reste ?


  • Je ne dis pas qu’il n’y a pas matière à débat parfois sur les causes, mais son argumentation "thermodynamique" au moins montre qu’il n’a rien compris (et ca vient d’un ingénieur physicien).
    Il n’y a pas de complot de dizaine de milliers de scientifiques pour recevoir de l’agent, même si dans certains cas il y a du conformisme chez certains. Là où il y a une grande possibilité d’escroquerie, c’est dans les moyens mis en oeuvre pour régler le problème puisqu’ici on ne parle plus d’analyses scientifiques mais de gros sous et de contrats gouvernementaux sur des dizaines de milliards.
    Autrement dit on peut parfaitement avoir un fait réel (réchauffement probablement causé par l’homme) et des gouvernementset financiers qui y voient une opportunité de faire faire du pognon a leurs mignons sans rien régler

     

    • #807915

      @ Jean-François (au clavier exogène)

      Pour ma part, j’ai la quasi-certitude qu’il en a compris bien plus que ce qu’il évoque...
      Tout n’est donc qu’une question de point de vue, faudrait peut-être demander son avis à l’autre, vous savez, celui qui a cette foutue manie de coller son œil au-dessus des pyramides...


    • Cela peut aussi être les gouvernements et financiers qui nous font croire ce "fait réel" (réchauffement probablement causé par l’homme) dans le but de faire du pognon. Dans ce cas, tout s’explique sur la réelle "non-combativité" de ces derniers face à leur propre constat alarmant.



  • « Précisons tout d’abord que je ne conteste pas le réchauffement lui-même. Je l’ai d’ailleurs constaté en tant que guide de montagne en voyant les glaciers reculer. »




    - Un glacier alpin se reconstitue lentement en des dizaines d’années mais peut se détruire en quelques années, voir en quelques épisodes climatiques anormalement chauds.
    - Il ne suffit pas qu’il fasse froid pour qu’un glacier alpin se forme, c’est plus complexe. Un froid sec par exemple ne fait pas grandir le glacier, sauf si il a eu suffisamment de neige accumulée auparavant. C’est une alchimie climatique sensible si je puis dire.
    - On a longtemps parlé de problèmes d’enneigement en station : c’est pareil, il suffit de quelques jours trop chauds au milieu de l’hiver pour flinguer la saison. Ces dernières années l’enneigement fut exceptionnel mais les professionnels du tourisme hivernal déplorèrent un manque cruel d’ensoleillement. Jamais contents...
    - Les vallées alpines sont peut-être les endroits où l’impact de l’activité humaine est la plus importante sur le micro-climat.
    - La température globale diminue (désolé je n’ai plus les références, Ratier en parle fréquemment et même Le Monde s’y met), mais le climat est plus instable qu’avant, avec des phénomènes extrêmes plus fréquent.
    - Les glaces de l’arctique ont connues un net accroissement ces dernières années.
    - Il y a un accroissement de la nébulosité mais ne s’accompagnant pas forcément de précipitation.
    - Parallèlement, bien que moins fréquent, le soleil tape plus fort qu’auparavant (les guides de haute montagne y sont généralement très sensibles). Ce n’est pas dû à un quelconque réchauffement, mais la cause serait plutôt à chercher du côté de l’ozone, ou encore de la réverbération liée aux particules de pollution en suspension dans l’atmosphère, de la fréquence de cieux blancs etc.
    - Tout ce binz autour du pseudo réchauffement climatique sert de paravent pour les manipulations du climat (recherches et applications d’armes climatiques, dont plus personne ne nie l’existence) liées aux chemtrails (constitution d’une couche de particules métallique à un certain niveau de l’atmosphère, soit-disant pour refroidir le climat) et aux programmes HAARP (avec provocation ou détournement de phénomènes météorologique par envoie de signaux électromagnétiques via l’atmosphère), etc.
    Désolé pour le manque de référence, car pas trop le temps d’approfondir, mais mon raisonnement semble asses logique.

     

    • C’est bien de rappeler au gens que l’homme est capable de maîtriser le climat. Contrairement à ce que certains affirment, la nature est peut être plus forte que l’homme mais si ce dernier est assez fou pour en faire n’importe quoi, c’est tout à fat normal que la nature prennent un coup et fasse n’importe quoi à son tour.

      Je ne crois pas que le Créateur Participe à toute cette folie sur terre, le Très-Haut est bien trop Omniscient et Sage.
      Seule quelque entité diabolique ou des êtres malsains en sont capables.


  • Entretenir la thèse que nous sommes responsables du réchauffement aux yeux de nos politicards à deux balles, leur justifie la mise en place de diverses taxes (eco-taxe, taxe carbone...). Nous savons très bien que tout cet argent récolté ne fait qu’enrichir certains lobbys plus que douteux voir carrément mafieux. Je me suis d’ailleurs toujours demandé comment avec de l’argent, pouvait on négocier avec la planète. Vont ils déposer au pied d’un arbre de l’argent (un chèque, restons raisonnable), s’agenouillent et disent : ô Mère nature, remet nous de la couche d’ozone STP ?
    Allons ! Soyons sérieux une minute, ils se foutent encore et toujours de notre gueule.


  • Il faut considérer des millions d’années ! Il y a plusieurs cycles ni vraiment réguliers mais pas aléatoires non plus. Des mégacycles à l’intérieur des ères géologiques comme la période chaude et humide du Siluro-Dévonien suivie de la grande glaciation de la fin de l’Ordovicien, des cycles qui englobent des Étages géologiques (période greenhouse de l’Éocène, refroidissement de l’Oligocène et re-période chaude au Miocène), des cycles à plus petite échelle comme depuis la fin du Tertiaire, et à l’intérieur de ces petits cycles, encore des variations.
    Alors réchauffement ou pas ? Cela dépend donc de l’échelle temporelle. Globalement oui car nous somme dans une période interglaciaire, mais à l’échelle humaine il est impossible de savoir analyser la chose à l’aune de tous les cycles évoqués plus haut.

    Lors de la phase orogénique de grande ampleur hercynienne et du volcanisme associé, le taux de CO2 au Carbonifère était énorme. Et ce fut bon pour les végétaux qui devinrent géants. Les néerlandais utilisent même la technique d’augmentation du taux de CO2 dans les serres afin que les plantes croissent plus vite et deviennent plus grandes. Régulation ! Et là, personne n’en parle !

    La Terre est un ensemble complexe fait de différentes couches atmosphériques, de croûte continentale (globalement granitique), de croûte océanique (globalement basaltique) et surtout de mers et d’océans. Chacun de ces constituants a sa propre conductivité thermique et effectivement des échanges d’énergie calorifique s’effectuent entre tous les éléments.
    Commençons à bien comprendre comment cela se passe (étude thermodynamique globale, inerties calorifiques…) sans oublier ce qu’apporte la dérive des continents qui, en modifiant les connexions terre-mer, modifient la nature et la distribution des courants marins.

    Qui dit cycles fait penser aux variations de l’activité solaire, de la trajectoire elliptique de la Terre par rapport au Soleil, de l’inclinaison de son axe de rotation (remarquez ces variations minimes qui sont à l’origine des saisons).

    En définitive le problème du réchauffement global ne doit pas être analysé sans la perspective du temps et les mécanismes de régulation qui maintiennent la Terre dans un état d’équilibre métastable.

    On est loin des billevesées de la pensée unique et même de cet insupportable néant que sont les commentaires de ces neuneus donneurs de leçons qui ont une vision plus idéaliste que pragmatique de la Terre. Quenelle épaulée !


  • Il n’y a pas de réchauffement climatique mais un dérèglement climatique du à de la géoingéniérie de pointe (chemtrails + installations style HAARP). Le dérèglement significatif du climat que nous observons aujourd’hui coïncide exactement avec l’apparition des premières manipulations climatiques à grande échelle faite dans les années 60-70. (Zbigniew Brzeziński en parle dans son livre "Between Two Ages de 1970).

    C’est toujours la même tacique de l’Ordo ab Chaos maçonnique, c’est à dire qu’il génèrent eux-même le chaos pour nous apporter leurs propres solutions, et comme ça nous restons entièrement dépendant de leur technocratie.

     

    • #807987

      @ VS

      Voilà le type de commentaire éclairé qu’il serait bon de lire plus souvent ici ! Il manque simplement la (très) longue démonstration et les principes physiques (la science véritable et curieusement absente du cursus universitaire) pour expliquer que votre conclusion lève déjà une grande partie du voile. Quand tous l’auront admise, l’entrée de la masse dans le monde réel sera envisageable...
      Une époque formidable !


  • Plein de bon sens...et d’ailleurs c’est ce dont Dieudo parle dans son spectacle... ;-)


  • Prétendre que l’homme n’est responsable de rien est également une supercherie et les arguments avancés sont loin d’être convaincants.
    Voir un complot sur le réchauffement climatique me semble ridicule. Les riches détruisent la planète (Hervé Kempf) pour leur profits personnels et entrainent les autres dans le précipice, c’est une réalité incontestable.
    Un conseil de lecture, l’excellent livre de Jared Diamond "Effondrement", ou comment des civilisations ont fini par disparaître du fait des dégradations environnementales qu’elles ont causées par ignorance ...
    Sommes-nous toujours aussi ignorants ?

     

    • Conseil de lecture : L’Empire écologique ou la subversion de l’écologie par le mondialisme. Pascal Bernardin. (L’auteur de Machiavel pédégogue).


    • La théorie du réchauffement climatique cache l’argument inconscient que l’homme détiendrait un tel pouvoir qu’il pourrait modifier en mal ou bien un phénomène tel que le climat.
      Elle flatte le délire de toute puissance matérialiste et techniciste du "progrès" et de ses "Lumières" en faisant passer l’Homme pour Dieu, totalement maître de son destin.
      D’où le fait que les "Verts" soutiennent tout à la fois cette théorie, la PMA/GPA, le bio etc…
      Il faut lire les questions environnementales comme les questions géo-politiques et économiques. Sous l’angle maçonnico-satanique. Et tout s’éclaire vraiment, pour le coup.


  • Il est clair que pour ce machin de pseudo-scientifiques, de fonctionnaires encartés, de lobbyistes qu’on appelle le GIEC, les explosions et les cycles solaires n’ont aucun impact sur la planète, seul l’homme est responsable, l’homme, ce minuscule grain de sable du système solaire qui existe depuis hier matin si on le compare à l’échelle du temps. Mais il y a toujours moyen de se faire un gros billet, car le catastrophisme ça paye !

    Les autres explications de ce phénomène, si réchauffement climatique il y a.

    J.P.Garnier Malet (physicien titulaire d’un doctorat de mécanique des fluides, auteur de la « Théorie du dédoublement ») nous dit, nous vivons une fin de cycle de 25920 ans (précession des équinoxes - cycle du système solaire), il y a aussi l’arrivée des planétoïdes près de Pluton qui perturbent notre système solaire (La publication scientifique à l’American Institute of Physics (New York) en 2006 a permis d’expliquer l’arrivée des planétoïdes près de Pluton et de calculer la constante de structure fine.).

    A savoir aussi que les pôle de Mars, qui sont des pôles de glace de Co2, fondent, et comme il le dit, ce n’est pas l’agriculture, ni l’industrie martienne qui font fondent ces pôles.

    Jean-Pierre Garnier Malet parle d’accélération du temps en cette fin de cycle (fin des temps), il avait prévu la 5ème explosion solaire (7 espacées de 30 ans) en août 2003 alors qu’elle aurait du arriver en 2019 (1ère explosion solaire 1899 - 1929 - 1959 - 1989 (accélération du temps) - 2003 canicule).

    Il avait donc vu juste !

    "les scientifiques dominants qui influencent l’évolution et la politique de notre monde ne sont pas encore tout à fait prêts à abandonner leurs prérogatives. Ils restent très frileux lorsqu’un scientifique affirme que nous pouvons régler nos problèmes sans se soumettre à leur domination intellectuelle.."


  • "Ces théories visent à nous culpabiliser. Quand des scientifiques comme ceux du GIEC disent qu’ils veulent sauver la planète, je dis qu’ils ne sont pas crédibles. Ils mentent pour préserver des intérêts économiques dont les leurs. Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement. Il y a une volonté de faire peur aux gens par exemple en dramatisant la montée des océans, alors que ceux-ci ne s’élèvent que de 2 à 3 mm par an ! C’est aussi une manipulation intellectuelle de parler de CO2 en tonnes plutôt qu’en proportion. Des tonnes, ça impressionne, mais rappelons que l’atmosphère pèse 5 000 000 000 000 000 tonnes !"

    les écologistes sont des escrocs leur but est juste de taper au porte monnaie des automobilistes .


  • Difficile d’avoir une opinion sur les causes du réchauffement climatique lorsque l’on est pas scientifique...
    Le mouvement E et R défend il une thèse particulière ?
    Au vu de cet article il semblerait que oui...


  • On parle toujours du CO2 mais qu’en est-il des autres gaz comme le méthane ou autres gaz ?

     

    • Le méthane est un gaz a effet de serre certainement plus efficace que le CO2 mais sa concentration dans l’atmosphère reste inférieure à 2 ppm. Donc à moins d’un relâchement massif de méthane dans l’atmosphère (genre pet apocalyptique) ça reste un joueur très très mineur dans le climat.


    • L’atmosphère contient tout simplement de la vapeur d’eau qui absorbe fortement dans l’infra-rouge. La concentration de la vapeur d’eau s’exprime en %, c’est dire que les 400 ppm de CO2 sont négligeables par rapport à l’absorption de H2O !!

      ......Cherchez l’erreur !!!!!!!!


  • Heu mouais je trouvais ça intéressant jusqu’à son raisonnement sur la loi de la thermodynamique, là il a clairement pété les plombs, puisqu’il n’y a pas de transfert thermique direct entre le CO2 de l’atmosphère et la Terre : Ce sont les rayons du soleil qui après s’être réfléchis sur la Terre se réfléchissent sur l’atmosphère, reviennent donc vers la Terre et ainsi de suite, et c’est pour ça qu’on parle de "gaz à effet de serre".. Bref je vois pas comment un scientifique pourrait se tromper la dessus, donc E&R, j’admire et respecte votre travail, mais avant de poster un article scientifique vous devriez le faire vérifier, quand même !
    A bon entendeur


  • bonjour tout le monde ;

    ayant etudié depuis quelques années ce sujet,c’est clair qu’accuser l’homme de ce changement est une escroquerie intellectuelle qui a pour but de nous taxer sur tout et même pour le climat maintenant !

    il vous faut savoir que c’est tout le système solaire qui se réchauffe mais que la thèse soutenant que c’est le soleil qui est responsable est fausse....car à la suite des observations effectuées,ce sont les planètes les plus éloignées du soleil qui subissent une hausse des températures plus importante.

    peut-etre l’effet d’une arrivée surprenante dans notre système solaire ?


  • Guide de montagne, specialiste mondial des avalanches, voila qui est respectable. Cela dit, son opinion sur le forcage radiatif du au CO2 atmospherique, je m’en tape.
    J’adore la conclusion : "je n’ai pas de reponse", je suis incapable de prouver quoi que ce soit mais je sais que j’ai raison et que les autres se trompent. Ferme-la a tout jamais, comme disait le poete.


  • "Quoi qu’il en soit, c’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat. La nature est bien plus forte que l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre !"

    Tout est dit...


  • Ouais une douille de plus, p-être pour tester si le noachisme peut prendre, ainsi comme le théorème d’incomplétude de Kurt Gödel qui dit qu’il y a des énoncés vrais mais indémontrables et que donc la vérité et la preuve sont deux choses différentes, ainsi, j’peux pas l’expliquer mais je sens qu’il y a une arnaque comme dirait Mr Green dans Revolver


  • Certains scientifiques parlent aussi de la sortie du Petit Âge Glaciaire. On en est sorti vers 1900, ce qui fait que la Terre revient à une température "normale", jusqu’au prochain refroidissement. Les courbes sur 800 000 ans sont en forme de dents de scie.
    Sinon, est-ce que le GIEC s’est prononcé sur la théorie qui dit que c’est l’invention du feu qui à détraqué le temps ? :D


  • Et pendant ce temps on parle pas des pollutions comme celle de l’eau, la destruction de nos sols etc.

     

    • Tout à fait camarade, et que dire des particules fines issues des véhicules thermiques qu’on respire toute la journée ? L’hécatombe de demain, des millions de cancers en devenir, c’est évident mais vaut mieux effrayer le péquin moyen avec le réchauffement climatique et des scenarii dignes d’Hollywood. ça rapporte (taxes) et ça maintient un climat de peur et d’ignorance sur les vraies pollutions.

      Je suis heureux qu’au moins un intervenant sur ER ait posté un message dans ce sens. Ta simple phrase a plus de valeur que toutes les autres sempiternelles querelles pseudo scientifiques qui se prennent au sérieux, alors qu’il suffit d’ouvrir un bouquin d’Histoire avec une simple frise pour se rendre compte que le climat changeait déjà constamment sur Terre avant même l’apparition de l’homme. Mais nous avons perdu ce simple bon sens. Nous préférons nous en remettre aux "spécialistes", climatologues, scientifiques et tout le toutim. Le bon sens est pourtant en chacun de nous et une chose tellement élémentaire. A force de spécialisation de chacun, de déléguer le simple bon sens à d’autres, nous devenons des créatures crédules et stupides pour beaucoup d’entre nous, ça ne fait aucun doute avec cette théorie ahurissante du "réchauffement climatique" mais pourtant validée par beaucoup !

      A quand la théorie du réchauffement des neurones, du bon sens humain, imné et universel ? ça urge !


  • Pour les non convaincus par cet article, je vous conseille la conférence de Vincent Courtillot qui a étudié plusieurs données géologiques (son domaine) et d’autres non géologiques, vous allez apprendre pas mal de choses.

    On arrive toujours à la conclusion que le CO2 est une conséquence du réchauffement et non la cause.
    https://www.youtube.com/watch?v=N57... (playlist de 50 min)


  • Bien sûr que le soleil se réchauffe et TOUT LE SYSTÈME SOLAIRE, les planètes les plus éloignées du soleil se réchauffant plus vite paradoxalement.
    Je pense qu’en plus de nous culpabiliser, c’est aussi POUR QU’ON NE PARLE PAS D’AUTRES NUISANCES HUMAINES QUI, ELLES, NE SOUFFRENT D’AUCUN DOUTE SUR LEUR ORIGINE. Plastiques, déforestation,pollutions chimiques et nucléaire.....

     

  • La conspiration du réchauffement qui justifie les taxes écologiques...
    Comment tenir se genre de propos quand on sait à quel point le coût de la tonne de carbone est bas, ce qui du coup permet de polluer sans aucunes difficultés ?
    Arrêtons de véhiculer ces théories fumeuses qui ne font pas avancer l’espèce humaine qui fonce vers son suicide inéluctable ... n’avons-nous rien appris de ce qui s’est passé sur l’île de Pâques ?
    Nier la responsabilité du genre humain dans la destruction de la planète, c’est accepter la politique des lobbies industriels qui soutiennent par exemple le gaz de schiste...


  • Bon, sur le fond je suis d’accord mais pour ce qui est de cette phrase

    "« ces gens sont des imbéciles qui répètent en boucle des bêtises, le savent et sont payés pour ! »"

    elle est clairement auto-contradictoire. Un imbécile qui est payé pour l’être ne l’est pas tout fait.


  • "La nature est bien plus forte que l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre !"

    Doucement, par d’encouragement à faire n’importe quoi pour autant.
    Ok pour l’arnaque réchauffement induite par l’homme, mais nombreux cours d’eau, air des villes, terre des campagnes ont morflés quand même. Je ne sous estime pas les capacité de dégâts de l’homme quand on plus Dieu aurait dit dans la génèse c’est cadeau pour toi.


  • Bonjour,

    Le problème est que l’immense majorité des citoyens que nous sommes n’a aucune connaissance scientifique suffisante pour pouvoir se faire une idée. Donc, nous sommes manipulables par les deux camps et nous versons généralement plutôt dans celui qui correspond le mieux à nos partis pris idéologiques. Pour résumer un peu facilement, quand on est de droite on est critique par rapport aux conclusions du GIEC et quand on est de gauche on est d’accord.
    Je crois surtout que tout ça nous dépasse totalement. Qui va se lancer dans une thèse de doctorat en climatologie pour se faire une idée ?
    Ce n’est pas moi. Alors je dis : "Je ne sais pas qui croire."

     

    • "Pour résumer un peu facilement, quand on est de droite on est critique par rapport aux conclusions du GIEC et quand on est de gauche on est d’accord."

      C’est un peu plus compliqué que ça. Voire pas du tout ça. Les critiques se trouvent la plupart du temps du côté de ceux qui ont un intérêt à l’être, tout bêtement. Ex : Allègre, Courtillot, qui se prétendent tous deux "de gauche" (bon d’accord, on sait que ça n’a pas grand sens) sont critiques parce que ça arrange leur business qui est la géophysique (et les géologues-géophysiciens tirent la plupart de leurs gros contrats de la prospection pétrolière et gazière). Curieusement, ils se contredisent d’ailleurs parfois quand ça les arrange aussi : par exemple pour justifier les recherches sur l’enfouissement du CO2. Si c’est pas grave, pourquoi vouloir l’enfouir ? Ben parce que ça fait des contrats en plus mon bon monsieur...

      Inversement à droite vous trouverez des personnes très en pointe dans la lutte contre le réchauffement soit par idéologie (pour défendre des modes de vie traditionnels et par opposition au modernisme) soit le plus souvent parce qu’elles ont partie liée aux juteuses arnaques qui prolifèrent sur le marché du CO2 (qui lui n’a rien de scientifique), là c’est le côté "droite d’affaires", qui se différencie d’ailleurs très peu de la "gauche d’affaires".

      Bref, comme toujours, suivez l’argent...


    • #808691

      @ Bernard Cissic

      Vous soulevez ici une vraie question et, comme toujours, le véritable jeu de l’Empire consiste à créer la confusion dans les esprits pour mieux en tirer parti.
      Vous pouvez complètement posséder la compétence scientifique pour comprendre car elle ne réside pas dans les explications des pseudo-scientifiques formés par l’Empire et souvent convaincus, par ignorance, d’être dans le vrai.
      Le "climat" est LE sujet sensible de notre temps mais n’est jamais abordé par le bon angle (par ceux qui soutiennent la thèse officielle ou ses opposants d’ailleurs). La modification du climat n’est qu’une conséquence (pour être "moderne", appelons cela dommage collatéral) de l’action de l’Empire sur un autre curseur. Ainsi, il devient une source de rentes pour les demi-initiés que la "dissidence" accusera à juste titre d’organiser un racket économique à son unique profit alors que le sujet est ailleurs.
      C’est ainsi, on fait en sorte que les causes réelles mais subalternes soient dévoilées pour que le grand projet puisse continuer à avancer masqué. Toutes les manipulations reposent sur ce même principe, le 11 Septembre en est l’exemple le plus significatif où l’on constate que tous les buts inavoués de cette opération ont été identifiés par les "complotistes" mais pas la motivation principale !
      Il faut impérativement sortir des modèles imposés (juifs, sionistes, banques, eux aussi manipulés) pour comprendre, la vérité est hors cadre, toujours. Nous entrons maintenant dans la phase "purgatoire" où les vérités de surfaces vont être dévoilées (véritable rôle d’Internet en fait) mais il ne faudra pas s’en contenter, l’Empire ayant toujours plusieurs coups d’avance. C’est là qu’il faut en revenir à l’approche scientifique qui veut que rien n’est acquis et que tout demeure possible jusqu’à preuve du contraire. Mais ces éléments qui doivent emporter votre conviction ne doivent provenir que de vous-même, croire n’est pas savoir.
      Le fil conducteur est le même depuis la nuit des temps, apprendre à l’identifier est la garantie du véritable progrès que seuls les purs peuvent appréhender : ceux qui ont déjà cessé d’être les victimes d’eux-mêmes avant d’incriminer les autres pour leurs propres échecs.


  • j’aime bien cette perspective de remettre l’homme a sa place sur la terre...

    cependant la pollution humaine de toutes sortes est tres tres inquietante...

    a l’echelle de l’age de la terre cette pollution est minime mais a l’echelle de l’espece humaine c’est deprimant...


  • A lire avant d’adhérer à cette thèse farfelue de Mr Munter...
    Les conclusions sérieuses de l’étude de Safa Motesharrei, étudiant en thèse de mathématiques.
    En français :
    http://www.notre-planete.info/actua...
    http://www.lecourrier.ch/120627/la_...
    En Anglais :
    http://www.theguardian.com/environm...


  • Si la position de ce monsieur concernant le CO2 ; sa provenance et ses effets est cohérente, son adhésion au réchauffement climatique est bien légère !!

    En effet, il convient de ne pas prendre en compte d’éventuels réchauffements locaux réels sans intégrer des zones de refroidissement nombreuses . La prise en compte de la totalité des phénomènes thermiques démontre l’absence de réchauffement global !!!! De tous les temps l’on a observé des variations de la répartition des gradians de température !!!...et les spécialistes du GIEC le savent très bien !

    Le réchauffement climatique est une foutaise ! ..dont la diffusion et l’alimentation est d’un grand intérêt politique et économique pour certains.


  • à quand l’arrêt des ChemTrails (pour baisser l’arriver des rayons de soleil sur la terre).


  • Après s’être inspirés du Meilleur des Mondes et 1984, nos élites mettent en place Soleil Vert, pour finir peut être avec Globalia. Je dirais... le 11 septembre 2984.


Afficher les commentaires suivants