Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 20 octobre 2016

Police en colère, Qatar une corruption française, Margot & Léana

 

Le ministère de l’Intérieur est en train de perdre la main sur ses propres troupes. Malgré le règlement qui leur interdit de manifester (mais qui n’interdit pas le syndicalisme), le pays a l’habitude des jacqueries de policiers, frustrés par leurs conditions de travail difficiles, voire impossibles, qui réclament régulièrement des moyens supplémentaires et une meilleure considération de la caste politique. Car la sécurité réclamée à droite, une fois qu’elle est appliquée, est aussitôt détricotée par la justice à gauche.

 

Les Français ont besoin de sécurité, pas de répression, nuance d’importance, et ils ont l’impression d’être les dindons d’une farce pas drôle : on plombe un dépassement de vitesse, et on relâche une racaille au casier long comme un jour sans absurdité socialiste. On criminalise de véritables intellectuels sur Internet, et on laisse passer des fauteurs de guerre déguisés en penseurs à la télévision. La police est devenue un outil de répression dans les mains de l’oligarchie, ce qui menace le soutien populaire dont elle a besoin.

La perte de contrôle hiérarchique de la police (qui veut tout simplement empêcher racailles et migrants de nuire et en finir avec cette impunité désolante accordée par la « justice ») est-elle volontaire ? Autrement dit, qui a intérêt à faire péter les plombs aux policiers ? Si ce n’est ce jeteur d’huile sur le feu de Taranis News, l’agence « démocratique » d’en bas qui représente des intérêts bien oligarchiques d’en haut :

 

 

Devant la réalité de la fronde, en réalité dirigée contre les donneurs d’ordre, c’est-à-dire le ministère de l’Intérieur et ses très influents lobbies, voire son unique lobby, les médias mainstream n’ont trouvé qu’une échappatoire : c’est le FN qui manipule les policiers pour menacer ce pilier de l’exécutif. Ah, il est bon le complotisme quand il sert le Système, moins bon quand il le dénonce !

On savait que les médias étaient corrompus, dans le sens où leur mission première, informer, était biaisée par la propagande du Système dont ils sont partie prenante, et qui servent l’oligarchie au détriment du peuple, c’est-à-dire une minorité régnante au détriment de l’immense majorité des Français. On sait maintenant, preuves fracassantes à l’appui, que des hommes politiques, l’autre partie du Système, sont encore plus corrompus.

Deux journalistes, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, sortent le brûlot de l’année. Balayées, les confidences de François Suicide Hollande aux deux employés conjoints de l’Élysée et du Monde, Lhomme & Davet, enterrés les livres programmatiques creux de droite et de gauche, voici le journalisme qui envoie du lourd, et qui montre la face cachée de la démocratie française, celle que vantait Giscard.
Pour résumer la chose, sous Sarkozy, la France avait un penchant pour le Qatar ; sous Hollande, c’est l’Arabie saoudite qui tient la corde. Il s’agit pour nos dirigeants – cela part d’une bonne intention pour la France, mais l’enfer est pavés de bonnes idées pour l’emploi – de faire tourner notre économie avec les pétrodollars. Manuel Valls avait assumé ces liaisons dangereuses avec les soutiens officiels du terrorisme en arguant qu’il fallait choisir entre ça et le chômage. Il avait eu l’honnêteté de montrer aux Français le contrat avec le Diable.

Pourquoi avec le Diable ? Il ne s’agit pas d’arabophobie, mais ce sont les pétromonarchies, terrorisées par la montée en puissance de l’Iran et son retour sur la scène éco-géopolitique mondiale, qui investissent lourdement dans l’armement des « rebelles » islamistes, que ce soit en Syrie ou au Yémen. Double avantage, on l’a déjà écrit ici, pour les Saoudiens : exporter leur merdier salafiste (qui leur avait fait si mal en 1979 lors du massacre de la grande mosquée de La Mecque) là où il peut servir leurs intérêts, c’est-à-dire contre les puissances laïques arabes, que ce soit en Irak, en Syrie ou autour de l’Iran. Un financement direct du terrorisme comme produit d’exportation et de déstabilisation. Mais un jeu auquel la France participe amplement, puisqu’elle est devenue un grand fournisseur des Saoud.

Dans Nos très chers émirs, on apprend par le menu le moyen par lequel nos élus utilisent la manne qatarie (en perte de vitesse par rapport à la manne saoudienne), pour les besoins du pays et aussi pour le leur. C’est écoeurant, à la limite de l’émeute populaire. Christian Chesnot est interviewé par Léa Salamé sur France Inter :

 

Christian Chesnot : « Pour certains hommes politiques, pour certains élus, pas tous, mais l’ambassade du Qatar à Paris c’était tout à la fois un distributeur de billets de 500 euros, une agence de voyages, et la boutique du Père Noël… Le Qatar reçoit des sollicitations, reçoit des lettres, des demandes de subventions… et puis il y a des hommes politiques qui sont vraiment à l’offensive qui vraiment demandent de l’argent ! »

Léa Salamé : « Et vous dites que Jean-Marie Le Guen fait une forme de chantage en disant si vous voulez qu’on dise du bien du Qatar, si vous voulez qu’on bloque les questions au gouvernement qui peuvent être gênantes, vous signez ce contrat avec l’agence de communication qui m’est proche, on va dire. »

De la droite à la gauche, tout le monde en prend pour son grade. La voracité de nos élus n’a d’égale que le désir des Qataris de contrôler la politique étrangère française. L’union dangereuse d’un pays puissant aux dirigeants en mal de liquidités et d’un régime féodal croulant sous l’argent mais menacé par des peuples arabes en mal de démocratie. L’histoire nous apprend qu’ils seront tous balayés. En attendant, ils feront encore du mal, les uns à la démocratie, qui n’est même plus malade, mais définitivement enterrée en France – avec la crise terroriste, la crise économique et la crise migratoire, toutes d’origine oligarchique – les autres à la paix du monde et à la libération des peuples.

Quant à la question de Salamé, « pourquoi les balancer  », elle symbolise le triste décalage de la partie médiatique du Système à son public prisonnier. Une hiérarchie politique corrompue jusqu’au sommet ne peut pas rester à la tête du pays. Aller contre la volonté du peuple ne peut que produire une légitime résistance, et c’est bien contre cette « violence » que le pouvoir produit du terrorisme. Le peuple français est donc doublement puni.

 

 

Le dernier attentat en date, celui de Nice, le 14 juillet 2016, a vu 86 innocents perdre la vie. Dont Léana, une petite file de 2 ans. Sa maman, Margot, assistante maternelle, terrassée par la douleur, a renoncé à son travail, le temps de faire son deuil, qui ne finira peut-être jamais.
L’administration lui a supprimé son RSA, au motif qu’elle n’avait plus d’enfant à charge. Il ne s’agit pas d’argent, mais de symbole, un symbole très lourd. La mère a réagi dans un reportage de France 3 :

« Quand je vois qu’une personne fichée S, récemment sortie de prison, a pu bénéficier du RSA [et d’un retard de 15 000 euros, NDLR] et qu’on me le retire au profit de ce genre de personnes… »

C’est contre cette « justice » que les policiers manifestent, que les Français sont en colère, cette distance désormais trop grande, irréconciliable, entre le haut et le bas…

 

Prolongez les thèmes du jour avec Kontre Kulture

Voir aussi :

24 février
Un jour en France : vendredi 24 février 2017
Pour l’honneur de Marin, vive les pompiers, Élie vote Dieudonné
11
23 février
Un jour en France : jeudi 23 février 2017
Rire contre l’homophobie, Décodex et le charlot, Fillon sous contrôle
9
22 février
Un jour en France : mercredi 22 février 2017
Théorie des dominos à gauche, Francis CRIF Kalifat sur RTL, Kevin Razy transféré
5
21 février
Un jour en France : mardi 21 février 2017
Casseroles des candidats, électeurs dégoûtés, pouvoir profond à poil
10
20 février
Un jour en France : lundi 20 février 2017
Ribéry chez Théo, Hamon non à Mélenchon, France 2017-Allemagne 1933
14
17 février
Un jour en France : vendredi 17 février 2017
Le clown Hollande à Ivry, la gauche en banlieue, Marine Le Pen au Liban
6
16 février
Un jour en France : jeudi 16 février 2017
Macron l’Algérien, les devoirs payants, tuberculose et pauvreté
15
15 février
Un jour en France : mercredi 15 février 2017
Morano casse Fillon, Dugarry casse le PSG, Pascal Lamy casse le pays
6
14 février
Un jour en France : mardi 14 février 2017
Spécial Saint-Valentin : chasse, pécho, nature, sexe et social
45
13 février
Un jour en France : lundi 13 février 2017
Émeutes anti-médias, le Système perd le contrôle, Sopo et le ghetto
18
10 février
Un jour en France : vendredi 10 février 2017
Caméras sur policiers, Big Data contre Nous, Canet chez Mouloud
11
9 février
Un jour en France : jeudi 9 février 2017
Les étoiles Michelin, Renaud renie Fillon, la mort du Grand Journal
13
8 février
Un jour en France : mercredi 8 février 2017
Davet & Lhomme balancent (Fillon), Cambadélis coule, Olivia Ruiz "chante"
22
7 février
Un jour en France : mardi 7 février 2017
Hollande chez Théo, les Fillon canardés, Hanouna à l’Élysée
53
6 février
Un jour en France : lundi 6 février 2017
Le 6 février 1934, explosion médiatico-politique, Linky mon ami
15
3 février
Un jour en France : vendredi 3 février 2017
L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai
20
2 février
Un jour en France : jeudi 2 février 2017
Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade
4
1er février
Un jour en France : mercredi 1er février 2017
Fillon 2017, élimination en milieu libéral, Dany Boon contre le FN
24
31 janvier
Un jour en France : mardi 31 janvier 2017
Fillongate, Macrongate, Marinegate
36
30 janvier
Un jour en France : lundi 30 janvier 2017
Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto
11
27 janvier
Un jour en France : vendredi 27 janvier 2017
Fillon dans le dur, Benoît « Bilal » Hamon, les interdits de vote
15
26 janvier
Un jour en France : jeudi 26 janvier 2017
Le PS vote mineurs, Jawad insulte le juge, Cohn-Bendit regrette
16
25 janvier
Un jour en France : mercredi 25 janvier 2017
Ribes contre Trump, Les Inrocks contre Marion, Les César contre Nocturama
18
24 janvier
Un jour en France : mardi 24 janvier 2017
Fessenheim et Hollande, Macron et Assad, Valls/Hamon et l’islam
3
23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
9
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1583240
    le 20/10/2016 par Meyer à bide
    Un jour en France : jeudi 20 octobre 2016

    Le Guen : démission !

     

  • #1583280

    Ce n’est pas avec ces policiers républicains que l’on va sauver la France !

     

    • #1583398
      le 21/10/2016 par Whyldman
      Un jour en France : jeudi 20 octobre 2016

      Je crains aussi...

      Sinon ils ont enfin compris que c’est le gouvernement et leur hiérarchie les responsables ?
      Ou ils vont ensuite continuer à se defouler sur le français moyen, et toujours assurer la protection du CRIF et celle du trafic de diamants du député Meyer Habib (entre autres) ?


    • #1583403
      le 21/10/2016 par Snoey76
      Un jour en France : jeudi 20 octobre 2016

      C’est déjà pas mal. Personnellement, je n’avais jamais vu ça !
      Ce n’est pas avec ce genre de commentaire de fine bouche que l’on va la sauver non plus.


  • #1583330

    Excellent article !
    Que ce soit sur la situation des forces de l’ordre..(réveillez-vous, à garder des diners non-officiels ou des synagogues et autres lieus, qui appartiennent à ceux que l’on ne peut nommer, plus à taper des gens qui manifeste pour une famille "normale", soit père et mère, tapez plutôt sur "les collègues" déguisés en casseurs .. !!), ou les médias de masse manipulateurs, vous êtes tous aux services de personnes qui se servent de vos compétences pour leur propre profits !

    Ouvrez les yeux car se qui est planifier vas se passer, avec ou sans vous !
    Soral a raison !


  • #1583370

    Le dernier attentat en date, celui de Nice, le 14 juillet 2016, a vu 86 innocents perdre la vie. Dont Léana, une petite file de 2 ans. Sa maman, Margot, assistante maternelle, terrassée par la douleur, a renoncé à son travail, le temps de faire son deuil, qui ne finira peut-être jamais.
    L’administration lui a supprimé son RSA, au motif qu’elle n’avait plus d’enfant à charge. Il ne s’agit pas d’argent, mais de symbole, un symbole très lourd. La mère a réagi dans un reportage de France 3 :

    « Quand je vois qu’une personne fichée S, récemment sortie de prison, a pu bénéficier du RSA [et d’un retard de 15 000 euros, NDLR] et qu’on me le retire au profit de ce genre de personnes… »

    C’est contre cette « justice » que les policiers manifestent, que les Français sont en colère, cette distance désormais trop grande, irréconciliable, entre le haut et le bas…



    Pour la conclusion, je n’y crois pas un instant.


  • #1583407
    le 21/10/2016 par The Shoavengers
    Un jour en France : jeudi 20 octobre 2016

    Tirer sur le gouvernement et le Résident sortant est un exercice bien convenu de cette république. Tout le monde aura oublié d’ici Noël.


  • #1583472
    le 21/10/2016 par laurent
    Un jour en France : jeudi 20 octobre 2016

    Qu’entend-je , Jean-Marie Le Guen, c’est pas lui le grand défenseur inconditionnel du sionisme ,,, ? Quelle coïncidence !


  • #1583484

    Quand je regarde la photo de la petite Léana avec sa maman, je suis complètement démoralisé, cependant il ne faut pas sombrer dans le désespoir total (facile à dire..) car nos ennemis n’attendent que ça justement, que nous soyons écrasés à ce point par la souffrance, que nous ne puissions plus ne serait-ce que vouloir sortir de cette abjection.En 2017, le peuple français sera à la croisée des chemins et il ne pourra pas se payer le luxe de se tromper une nouvelle fois.

     

    • #1583523
      le 21/10/2016 par Ladislas
      Un jour en France : jeudi 20 octobre 2016

      Et pourtant, c’est déjà dans la boîte :
      Juppé-Le Pen au second tour.
      Front républicain, manifs antifas, etc.
      Victoire de la Démocratie.
      Gardons espoir pour 2022, ou 2027, ou 2032.
      Sic transit, et toute cette sorte de choses.


    • #1583532

      En 2017, le peuple français sera à la croisée des chemins et il ne pourra pas se payer le luxe de se tromper une nouvelle fois.

      Bravo ! pour vos commentaires très lucides .Il faudrait que les Français réfléchissent et méditent à cette phrase .


    • #1584003
      le 21/10/2016 par Freeman
      Un jour en France : jeudi 20 octobre 2016

      Il se trompera toujours, tant que tout le monde se réveille et part comme un mougeon à l’urne pour voter : connaissez vous l’histoire des souris qui votent pour des chats blancs puis noirs puis quand elles en ont eu marre elles ont voté pour des noir et blanc ! Mais ça reste des chats quelque soit leurs couleurs ! C’est le système entier qu’il faut changer ! La vraie question est : comment ?


  • #1583522

    Ils n’iront pas jusqu’au bout
    dommage
    c’est par là que ça pourrait céder


  • #1583699

    Comment ca doit être stressant de vivre aujourd’hui à Paris entre les camps des réfugiés et les manifs à tout va. Ils sont bien déprimés les parisiens. Faites l’amour, pas la guerre où aller voir un spectacle à la main d’or, ca vous redonnera un peu de positif dans vos vies....


  • #1584741

    Je suis frappé par le fait que ces policiers sont tous vraiment jeunes et aussi qu’ils ne dégagent aucune agressivité malgré la spontanéïté à chaud de leur manif. Soutenons notre police et tout spécialement celle en première ligne.