Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

Nuit Debout, jeunesse, Front national, futur

Il semble de plus en plus évident que l’organisation par le pouvoir – par des chemins détournés mais aisément reconnaissables – des événements « spontanés » appelés « Nuit Debout », constitue un contre-feu à la montée inexorable et jugée dangereuse du vote FN chez les jeunes. La gauche socialiste mobilise, sous couvert d’extrême gauche anticapitaliste et même antisocialiste (on n’en est plus à une contradiction idéologique près), la jeunesse qui « doit » faire gagner la gauche en 2017.

 

Ici, de jeunes activistes de gauche énervés mettent à sac un local du Parti socialiste, qui est pourtant à l’origine de leur mouvement, idéologiquement et financièrement :

 

Traditionnellement, la « jeunesse », cette catégorie socio-non-professionnelle vague, fait partie des groupes sociologiques qui votent à gauche. Il est vrai que la raison vient en général avec l’expérience. On dit souvent, en substance, que si on ne vote pas à gauche quand on est jeune c’est qu’on est un « salaud », mais que si on vote encore à gauche à 40 ans, eh bien on est un « con ». Vérité un peu brutale, mais pas entièrement farfelue. Certes, la catégorie « bobo » change la donne, puisque le bobo est un bourgeois de gauche. Un oxymore qui n’est pas interdit par la loi. Le bobo, qui pourtant possède son appartement ou sa maison, vote un peu à gauche par nostalgie, et par culpabilité, par rapport aux pauvres ou aux vieux potes qui sont restés dans la mouise, et qui passent parfois à la maison. Ce vote peut être considéré comme un don à une œuvre de charité, qui s’appellerait « La Gauche », une version politique de l’Armée du Salut. On vit à droite, mais on vote à gauche. Pourquoi pas. Les raisons profondes d’un vote sont impénétrables. Il y a même des ouvriers qui votent à droite, disait Reiser. Toutes les contradictions sont dans la nature, et en font souvent le sel.

Les jeunes et les bobos – ces ex-jeunes de gauche qui ont réussi – ne suffisent pas à faire un électorat gagnant, pour le socialisme, ou le centre-gauche. À cela il faut adjoindre une majorité des fonctionnaires, qui sont traditionalistes dans l’âme, mais qui votent globalement à gauche. Ils n’appartiennent pas à la caste des dominants, même s’il y a de hauts fonctionnaires, catégorie négligeable en termes d’effectifs, qui détient un pouvoir politique, mais pas électoral. Il est des catégories qui ont un pouvoir électoral, mais pas politique... À savoir les immigrés, ou les Français d’origine étrangère (FOE), sur une ou plusieurs générations. On les reconnaît à ce qu’ils ne sont pas blanc-blancs. C’est la seule différence avec les Français de couleur blanche (FCB).
Ces Français récents, dirons-nous, ou de souche récente, aux racines pas trop profondes – mais n’en tirons pas de conclusion hâtive sur leur patriotisme, récemment un des trois Français tombés au Mali était d’origine asiatique, et la Légion étrangère comme son nom l’indique fédère une espèce d’internationale francophile de la bagarre – ces Français récents, donc, votent massivement à gauche. Pourquoi ? Normalement, ils devraient voter pour une droite nationale, patriote, conservatrice, vieille France, quoi. Eh bien non : en fait, ils récompensent ceux qui les ont bien accueillis. Certes, Giscard et la droite des années 60-70 ont fait entrer pour le patronat un à deux millions de travailleurs étrangers, bientôt suivis du reste de leurs familles. Ce qui donne aujourd’hui la dizaine de millions de Français de souche récente (FSR). Mais la gauche a longtemps été la protectrice des « immigrés », jusqu’à un revirement très récent (Val, Valls, Finkielkraut). D’orientation ouvriériste, internationaliste, elle a choyé ses travailleurs étrangers généralement issus des anciennes colonies. Ce qui leur a conféré une aura pas possible.

Résumons : les catégories qui votent à gauche les yeux fermés sont donc les jeunes, les fonctionnaires (beaucoup de profs), les ouvriers (naturellement), les petits employés, les chômeurs (4 à 6 millions, qui recouvrent en partie les autres catégories), les intermittents (250 000) et les Français de souche récente (2 à 3 millions d’inscrits, mais les statistiques fiables, taxées de « racistes » ou « discriminatoires », manquent). Sachant qu’en France on dispose d’environ six millions de 18-25 ans, en âge de voter donc, plus six millions d’ouvriers (en baisse), plus 5,6 millions de fonctionnaires (en hausse), plus… Oui mais attention : toutes ces catégories ne sont pas inscrites à 100% sur les listes électorales. Par exemple, chez les jeunes Français d’origine immigrée, seul un sur deux est inscrit, et vote… à 90% à gauche, tout de même.

Aux dernières présidentielles, 46 millions de Français étaient inscrits sur les listes électorales, 80% d’entre eux ont voté (donc 36 millions), soit 10 millions d’abstentions. Au premier tour, le PS de Hollande a totalisé 10,2 millions de voix, Sarkozy 9,7 millions, Marine Le Pen 6,4 millions, Mélenchon 3,9 (soyons précis sinon ils risquent de s’énerver), Bayrou 3,2 millions, Joly 0,8 million, Dupont-Aignan 0,6, Poutou 0,4, Arthaud 0,2 et Cheminade, dont Haziza et Aphatie raillaient la candidature, 0,09 (89 545 voix exactement). Seul le premier tour est intéressant, socio-politiquement.

Pourquoi ce retour en arrière et ces chiffres, que tout le monde connaît ? Si le PS n’a pas trop perdu sur les fonctionnaires (bien que 40% des profs votent à droite ou au centre), qu’il embauche et cajole, il a un peu perdu sur les immigrés (qui ne votent pas à droite mais qui ne votent plus PS) à cause du mariage homosexuel, pas très en odeur de sainteté du côté des musulmans, mais il a surtout énormément perdu chez les jeunes. C’est là où on voulait en venir : Le Monde était obligé d’admettre, lors des élections régionales de décembre 2015, que le FN était le premier parti chez les jeunes… qui votent. 27% des jeunes qui ont voté ont glissé un bulletin FN dans l’urne. Le pire, pour la gauche, ce sont les stats affinées par tranches d’âge : 35% des 18-24 ans ont choisi un candidat FN, et 28% des 25-34 ans. Et dans ce tableau, l’ultime humiliation pour la gauche : les scores catastrophiques des écologistes, du Front de gauche, et de l’extrême gauche. 7% pour les écolos, 4% pour le FDG, et 1,5% pour l’extrême gauche. Bon, oui, et alors ?

 

 

Alors « Nuit Debout ». La jeunesse de gauche qui s’engage, partout, dans toutes les grandes villes de France, une jeunesse de gauche qui se voit, se montre, casse (un peu, mais c’est normal c’est des jeunes), fait du bruit, chante, discute, un vrai revival 68 ! Oui mais voilà, c’est de la poudre aux yeux. Ça ne pèse rien en termes électoraux, cette mobilisation surmédiatisée. Tous les jeunes réunis dans les agoras ou forums urbains, les dizaines de milliers de connexions quotidiennes sur le site nuitdebout.fr, tout cela ne pèse pas le dixième des jeunes qu’on ne voit pas, qui ont l’air eux de dormir (et peut-être de bosser le lendemain matin), et qui votent ou voteront FN.

Merde, alors, elle est où cette jeune France qui pèse si lourd et qu’on ne voit pas ? L’autre, celle qui ne pèse plus grand-chose, on la voit et on l’entend partout, ça ressemble à une méthode Coué électorale : regardez ces jeunes, comme ils sont démocrates, tolérants, actifs, motivés, vivants, présents, courageux (ils affrontent des armées de policiers armés jusqu’aux dents), ils sont la jeunesse de France, ils sont l’avenir, soyez comme eux, soyez eux !

 

 

Ben non, ils ne sont qu’une minorité transformée en majorité par la loupe des médias, c’est tout. Sans les médias, cette mobilisation ne pourrait même pas prendre. Il s’agit donc d’un mouvement médiatique artificiel à objectif politique caché, qui n’est évidemment pas le retrait de la loi Khomri, dont les participants de Nuit Debout se fichent. C’est juste le prétexte trouvé par les concepteurs du cette agit’prop. Oui, l’urgence pour le pouvoir socialiste et par extension pour le pouvoir tout court (le premier étant le masque du second), c’est de truquer les cartes, pour effacer cette jeunesse qui vote mal.

La « Nuit Debout » est un attrape-jeunes médiatique, destiné à faire croire que l’opposition qui se lève contre le pouvoir, c’est elle, et elle seule. Une resucée de SOS Racisme ravalée en SOS Antifascisme. Un mouvement antiflics, anti-ordre, et anti-FN par extension. Fausse opposition à un faux pouvoir, mise en scène sous les projecteurs, quand est laissée dans l’ombre la véritable opposition au pouvoir réel.

En ce qui concerne le FN, premier contre-pouvoir organisé et visible (même si c’est sous une lumière volontairement blafarde), le pouvoir profond ne pouvant plus rien faire au niveau de la base – les réseaux sociaux ont eu raison de la propagande de masse que les jeunes ne regardent plus – il lui reste encore de quoi agir au sommet. Ce qu’il a fait en ayant séparé la tête (Jean-Marie Le Pen) du corps, et en essayant d’amadouer la fille. Si la direction du FN est en voie de normalisation (l’étape suivant la dédiabolisation), du fait de sa position sur l’immigration, homéopathiquement acceptée par le corps politique presque entier, il reste un doute au niveau de ses électeurs : il semble qu’ils soient beaucoup plus en colère que ses représentants. Mais d’une colère qui ne se voit pas, et surtout, qui ne doit pas être montrée. La colère de « Nuit Debout », à côté, c’est de la petite bière.

 

 

Lorsque le présentateur célèbre du 20 Heures de TF1 apprend qu’une biographie non autorisée est en train de s’écrire sur lui, il prend les devants, et pond à toute vitesse une contre-biographie, qui connaîtra un succès d’édition. Nous sommes en 2005, le livre de l’enquêteur Bernard Violet sur PPDA sort le 14 septembre, il a droit à un TLMP (Tout le monde en parle), avec Ardisson et Baffie, qui ont ordre de démolir son travail. Le 31 août, est sorti Confessions, le livre autobiographie de PPDA sous forme d’entretiens avec Serge Raffy, journaliste au Nouvel Obs. L’enquête aux informations sulfureuses sur PPDA n’aura pas le succès escompté : elle aura été neutralisée par son contre-feu.

Tout porte à croire que « Nuit Debout » est un contre-feu à la montée du vote FN chez les 18-35 ans, montée qui annonce un vote FN profond, durable, et massif dans la France de demain. Si Marine Le Pen n’arrivera sans doute pas au pouvoir en 2017, selon la prédiction d’Alain Soral, il semble que cette lame de fond (puisque tout y concourt, du chaos migratoire au chômage, en passant par le terrorisme et l’échec moral définitif du parti unique de l’alternance) permettra à un élu frontiste – s’il s’appelle encore ainsi – de monter sur le trône dans les 10 années qui viennent. D’accord, mais quel Front national ? Et que se passera-t-il d’ici là ? Car 10 ans, dans une France chamboulée, c’est une éternité.

Voir aussi :

1er décembre
Un jour en France : jeudi 1er décembre 2016
Stoléru contre Le Pen (1989), Stromae & Goldman académiciens, Rabbi Jacob 2 avec Jul
8
30 novembre
Un jour en France : mercredi 30 novembre 2016
Le choix des sans-dents, un service militaire socialiste, les livres pour enfants
6
29 novembre
Un jour en France : mardi 29 novembre 2016
Cheminots fichés, école française nullissime, le cancer ou le chômage
18
28 novembre
Un jour en France : lundi 28 novembre 2016
Mélenchon, Rachline : tous contre Fillon ! Et Caroline Fourest contre Valérie Boyer
10
25 novembre
Un jour en France : vendredi 25 novembre 2016
Fillon violente Martichoux, Taubira-Hidalgo-Aubry l’union des gauches
21
24 novembre
Un jour en France : jeudi 24 novembre 2016
Policiers emprisonnés, pompiers à l’eau, et la prime aux migrants
11
23 novembre
Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016
Le fascisme de l’UEJF, France Inter sodomie, Fillon-Renaud et les fachos
23
22 novembre
Un jour en France : mardi 22 novembre 2016
Restos du Cœur (français), François Ruffin président, la Criirad en rade
14
21 novembre
Un jour en France : lundi 21 novembre 2016
Primaire loupée sur France 2, Patrick Cohen sur liste noire, Le Monde anal
15
18 novembre
Un jour en France : vendredi 18 novembre 2016
De Thomas Pesquet à Claudie Haigneré, en passant par Mezrahi-Nabilla
35
17 novembre
Un jour en France : jeudi 17 novembre 2016
Cannabis trafic d’États, pizzas volantes, Minc et Juppé contre BHL
8
16 novembre
Un jour en France : mercredi 16 novembre 2016
Franck Dubosc au chômage, la flexisécurité (sociale ?), jobs du cinéma
11
15 novembre
Un jour en France : mardi 15 novembre 2016
Cash libyen pour Sarkozy et Guéant, Montebourg et Poisson outsiders, le sucre
16
14 novembre
Un jour en France : lundi 14 novembre 2016
Statistiques ethniques, sondages piégés, Mélenchon Le Pen en 2017
19
11 novembre
Un jour en France : vendredi 11 novembre 2016
Réfugiés de France, Griezmann et/ou Benzema, le Pr Rollin lucide
9
10 novembre
Un jour en France : jeudi 10 novembre 2016
Sarkozy sous Trump, l’inversion Belkacem, Thomas bimbo Hollande
5
9 novembre
Un jour en France : mercredi 9 novembre 2016
À notre tour de marquer l’Histoire
17
8 novembre
Un jour en France : mardi 8 novembre 2016
Yannick Jadot agent US, Tous pour Hillary, le Refuge pour Fred Lopez
11
7 novembre
Un jour en France : lundi 7 novembre 2016
Valls le touriste, sécuriser la primaire, sexualité des salaires
9
4 novembre
Un jour en France : vendredi 4 novembre 2016
Migrants en poussières, langue française menacée, Aude Renaudot Lancelin
13
3 novembre
Un jour en France : jeudi 3 novembre 2016
Spécial prix "littéraires" avec Yasmina Reza, Leïla Slimani et Steve Sandberg
9
2 novembre
Un jour en France : mercredi 2 novembre 2016
Harcèlement de Belkacem, Morts contre la France, CETA pour les nuls
12
1er novembre
Un jour en France : mardi 1er novembre 2016
Handicapée à la rue, hommes des bois de Vincennes, Sylvain Tesson en Sibérie
18
31 octobre
Un jour en France : lundi 31 octobre 2016
Mel Gibson aux Français, i>Télé en grève inaperçue, Askolovitch contre Ken Loach
18
28 octobre
Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016
Étiquettes trompeuses, Poste et postiers, Badinter anti-migrants
8
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1454407
    le 28/04/2016 par spirit
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Je l’avais déjà écrit dès le début de ces manifs (que la police réprime comme la France fait la guerre à Daesh) que l’objectif est d’occuper le terrain avant les élections de 2017....Marine a bien fait de prendre du repos juste avant car le FN ne fait pas encore le poids question agit-prop et faudrait pas qu’il prenne la place du PS dans le rôle du pushing-ball.... !!
    Mais il y a aussi un désastre économique qui se profile à l’Horizon et qu’on oublie volontiers...Là,surtout,il faut canaliser le mécontentement qui arrivera forcement !

     

    • #1454630
      le 29/04/2016 par Yaka-Yves Affaloir
      Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

      Vous êtes trop pessimiste. Nuit de boue n’est qu’une baudruche qui ne séduit personne à part les ploucs retardés qui y participent. Les médias échouent sans cesse toutes leurs offensives depuis quelques mois (migrants, Panama papers, tous unis contre la haine) et ils accélèrent la marche car leur audience s’effondre (cf Anal plus).


  • #1454429
    le 28/04/2016 par Nestor
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Tous les mouvements de jeunes ou de moins jeunes sont bons à prendre s’ils sont anti-FN . Diversion .


  • #1454438
    le 28/04/2016 par Antoine lib
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Du très-très haut niveau d’analyse et de justesse, brillant !


  • #1454455

    Ils veulent juste réintroduire la violence dans le champ politique.
    quand les CRS d’ extrême-droite (de fait,si le FN est au pouvoir) , viendrons pour rétablir l’ordre, on aura des groupes rompus à toutes leur techniques, pour avoir été entrainés des mois durant par le pouvoir socialiste.

     

    • #1454503
      le 28/04/2016 par GEORGES
      Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

      Analyse pertinente selon moi. Nous assistons là à une répétition générale dans le cas ou le FN viendrait à s’approcher de la victoire en 2017
      Le deuxième bénéfice de ces manifestations est d’instaurer un climat anxiogène et un avertissement chez les Français pour les faire réfléchir à deux fois avant de voter FN.


  • #1454513
    le 28/04/2016 par TeddyTed
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Une analyse bien vue, mais peut-être voyez vous nos "spin-doctors" plus intelligents et machiavéliques qu’ils ne sont. Peut-être cherchent-ils effectivement à "récupérer" la situation d’une façon ou d’une autre, mais il semble que ce soit l’aile gauche du PS (les Hamon et autres Dray...) qui agitent ses pantins pour se pousser du col. Des pantins qu’elle ne contrôle pas vraiment car ces "jeunes" (souvent aidés d’agitateurs extérieurs et/ou de racailles pour foutre le boxon) commencent à comprendre que ça fait des années qu’ils se font berner...


  • #1454514
    le 28/04/2016 par gelindo
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    C’est le meilleur article que j’ai lu jusqu’à présent. Bravo !


  • #1454515
    le 28/04/2016 par Phil29
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Ardisson et Baffie, faux subversifs mais vrais chiens de garde de l’oligarchie !


  • #1454533
    le 28/04/2016 par réGénération
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Sans le retour d’un État fort pour remettre de l’ordre çà risque logiquement d’aller de plus en plus mal, dans une France livrée à elle-même.

     

  • #1454566
    le 28/04/2016 par BleuM
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    L’extrême gauche est à l’oeuvre pour reprendre la main
    évincé la gauche caviard qui ne leur plait pas , pas tous les PS
    qui sont eux des anciens trotkistes et surtout la manoeuvre est
    encore plus orientée contre le FN , fédérer des jeunes naifs par
    la manifestation , car ils savent en vérité que toutes les gauches
    et les LR ont vraiment déçu donc il faut continuer le cordon
    sanitaire contre le FN qui monte inexorablement , et rien de mieux
    que d’embrigader des jeunes C...complètement écervelés et incapables
    de penser par eux-même....

    Pauvre France.... la révolution faîte par des gens pareils.....ont est
    pas prêt de se relever .


  • #1454580
    le 28/04/2016 par Alessandro
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Je pense que les futurs déçu de nuit debout ne voteront ni PS ni UMP ni PS bis ( front de gauche) deux possibilités l’abstinence ou le vote Front National. Maintenant il se peut que la voyoucratie décide de promettre une légalisation de certaine drogues et l’abolition du permis de conduire à points. Cela aura un impact sur la jeunesse déshéritée de Mai 68.


  • #1454608
    le 29/04/2016 par Henri XI un peu
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Un si brillant article demande, pour le moins, un port de lunettes de soleil...
    Voire en 3D pour les "bobonobos hollywoodiens" technologiquement astigmates de la situation réelle et "écliptiquement" conscients ou complètement ignorants ?
    Cette contre vérité leur sera forcément et fatalement remboursée en monnaie de singe par le conseil, dans un sale état, des pas sages (pas le passage sage d’un Patrick Burensteinas !)...
    Que chacun ou chacune trouve prouve (épreuve) et éprouve sa vraie branche dans ses propres racines, car les arbres savent s’entendre en terme de photosynthèse...et ils s’y connaissent, comme le loup, dans l’ordre des forêts !


  • #1454611
    le 29/04/2016 par Diomède
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Beaucoup de capillotractions.

    Donc le Parti socialiste / Hollande aurait organisé Nuit Debout pour masquer le vote FN ?

     

    • #1455199
      le 29/04/2016 par The Shoavengers
      Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

      Réveillez-vous un peu. Toute la stratégie politique des 40 dernières années a pour seul but de convaincre la population qu’il n’y a pas d’alternative. Donc....CQFD.


  • #1454624
    le 29/04/2016 par Nadjeul
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Nuit Debout :
    1° Sert de soupape de décompression pour le pouvoir (plus de loi ElConnerie dans l’info), on achète la paix sociale chez les jeunes en les laissant rêver faire comme papa-maman et marquer l’Histoire
    2° Sert à rapatrier les militants à gauche, comme à peu près toutes les mobilisations de l’Educ (bcp de mes connaissances se sont fait embrigader durant les fameuses grèves contre la loi Fillon et le CPE), ou à minima dévier les insubordonnés vers des thématiques antifa
    Doit rester stérile jusqu’au bout, l’éjection de Chouard en dit long : son idée de se réunir devant les préfectures pour entrevoir une vraie prise de pouvoir un jour, de façon DEMOCRATIQUE (tout vrai débat est le bienvenu) et constructive (réécrire la Constit°) aurait autrement plus d’impact que les utopies des vieilles lunes rouges qui apprennent à danser le tango et dégrader les lieux publics.

    Le tout servi par l’agence sioniste Taranis News avec le même logo que les autres révolutions colorées ... Enfin bon, qu’est ce qu’il faut à ces jeunes pour ne pas comprendre la manipulations crasse dans laquelle ils tombent ? Des livres et des articles d’E&R surement !


  • #1454734
    le 29/04/2016 par Nicolas
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Très très pertinente analyse, récupérer la jeunesse perdue... Manquerait plus qu’un attentat pour les transformer en néo conservateur


  • #1454847
    le 29/04/2016 par Marie-Antoinette
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Merci pour votre chronique, toujours aussi intéressante !


  • #1455062
    le 29/04/2016 par Johnny boy
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Cette article et cette rubrique sont d’une qualité remarquable. Je trouve que ces temps-ci ER produit de plus en plus de qualité. Merci.


  • #1458104
    le 04/05/2016 par laurent
    Un jour en France : jeudi 28 avril 2016

    Ici, de jeunes activistes de gauche énervés mettent à sac un local du Parti socialiste, qui est pourtant à l’origine de leur mouvement, idéologiquement et financièrement :




    c’est l’arroseur arrosé


Commentaires suivants