Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 12 avril 2016

Renaud, Michel Drucker, Michel Field

Renaud dans L’Express du 30 mars 2016 :

« Moi, le bouffeur de flics, de curés, de militaires, j’ai viré ma cuti. “Hyper Cacher” rend hommage aux victimes juives, je l’ai interprété au bord des larmes. J’espère me réconcilier avec une communauté qui m’a un peu maltraité pour mon engagement propalestinien. »

JPEG - 81.5 ko
Renaud fait écouter Hyper Cacher à Vincent Lindon

« Soudain, au magasin cacher, ce fut l’enfer, ce fut l’enfer
Il a tiré à tour de bras avec de la haine plein les yeux
Sur tous ceux qui portaient kippa, sur les enfants, sur les p’tits vieux…
Et dans le magasin cacher, c’était l’enfer, c’était l’enfer »

Renaud qui fait son grand retour chez Drucker le 10 avril 2016, après 12 ans d’absence (et d’absinthe), c’est un peu comme si Besancenot faisait son retour chez… Drucker. L’extrême gauche a ceci de tragique que soit elle finit dans la trahison de classe, c’est-à-dire au pouvoir contre ceux qui y ont cru, et qui sont restés en bas, les idéalistes, soit elle s’accomplit dans la tentative de prise de pouvoir… violente. Trahison ou terrorisme. Julien Dray ou Pierre Goldman. L’extrême gauche sert donc de raccourci vers le pouvoir, mais en passant par la trahison.

 

Renaud, un litre de pastis par jour, sobre depuis six mois, change Vivement Dimanche en réunion d’Alcooliques Anonymes. Il revendique des racines « prolétariennes  » par sa mère, fille de mineur, qui «  a fini en usine » (le grand-père, pas la mère), et des racines humanistes par la branche paternelle, une longue descendance de pasteurs (protestants) en cascade.

 

 

Pendant que Michel Drucker, le pilier de la télé publique, tire quelques larmes anisées à Renaud, il doit penser à sa fin de carrière, poussé dehors par la nouvelle gouvernance, qui veut du jeune, du féminin, du coloré. Les vieux Blancs dehors, ordre venu d’en haut. À l’Élysée, on compte sur l’électorat populaire « coloured » pour 2017. On sait jamais, un miracle, la peur du retour de la Bête Immonde, pas la bête du Gévaudan, non – dont la sculpture grandeur nature sera bientôt présentée aux Français – mais celle de Saint-Cloud, la Le Pen, qui risque de faire marcher les banlieues au pas de l’oie, à ce qu’on dit, dans les journaux… L’idée, c’est pousser toute cette jeunesse à voter PS, malgré le chômage, malgré la guerre (un peu partout, en Afrique et en Asie), malgré les lobbies au pouvoir qui n’aiment pas trop les jeunes de banlieue, eh oui, il y a de grosses contradictions là-dedans. Comment draguer les primo-votants issus de l’immigration tout en leur mettant la pression au quotidien, dans les médias Hanouna-Haziza, avec le terrorisme, l’école publique Belkacem, la délinquance, tout ça ?

 

«  Crève salope, crève charogne »

C’est la première chanson que Renaud a chantée à son père, qui l’a grondé. Déguisé en titi parisien, 20 ans en 1975, il chante chez Danièle Gilbert pour se moquer des salauds de riches. Du pur Sartre pour les nuls. 40 ans plus tard, le croqueur de charogne bourgeoise se fait applaudir par une France attendrie, que résume le public très représentatif du plateau de Drucker. L’antibourgeois a viré de bord, il vénère les flics, qui l’énervaient avant. Ne chante-t-il pas J’ai embrassé un flic sur son nouveau disque, suite aux attentats de 2015 ?

Tout le monde a le droit d’être con à 20 ans, ça sert un peu à ça. On peut aussi ne pas l’être, c’est plus rare, ça fait gagner du temps, et pas mal de désillusions. C’est justement cette Bête Noire qui a guetté Renaud, coincé par son pseudo-engagement gauchiste, tout en étant le plus gros vendeur du showbiz, avec son pote Goldman, dans les années 80. Faux révolutionnaire, semi-révolté, quand le fric dégouline, difficile de cracher contre le Système. C’est vieux comme le monde. La dépression de la quarantaine serait-elle la sanction des erreurs de pensée ? La sensation d’avoir un peu triché avec soi, avec les autres ?

 

 

Toujours aussi malin, Drucker fait venir Sorj Chalandon, un admirateur de Renaud. Pour ceux qui ne connaissent pas, Chalandon était la plume de Libé pendant plus 30 ans, période Serge July. Dans le genre trahison de classe – si on a encore le droit de retourner contre les maos et autres supergauchistes leur expression favorite – c’est du lourd. July, qui avait la triste tâche de changer la direction d’un Libé par trop social et propalestinien, pour aller vite. Il fera du brûlot sartrien un torchon libéral pro-israélien qui ne trouvera jamais sa place, et qui finira par se faire partouzer à droite et à gauche comme une vieille bonniche de maison close. Dernier maître en date, Patrick Israël Drahi, le grand argentier qui achète de l’influence avec de l’argent qu’il n’a pas. Un jour, Cyril Hanouna mettra 14 millions d’euros – une paille, pour lui – sur la table pour acquérir le « journal de gauche », avec Nabilla comme rédactrice en chef. Aujourd’hui, tout est possible.

Nous avons retenu une chronique télé de Chalandon au Canard enchaîné, une chronique emblématique de ce « prix Goncourt des lycéens » et autres « prix du style ». La France des Lettres sait récompenser ceux de ses enfants qui écrivent comme il faut, sur les thèmes qu’il faut. La chose date du 30 septembre 2015. Chalandon fait son papier hebdomadaire sur les émissions qu’il faut regarder. Nous avons gardé le meilleur morceau, le plus savoureux, la chute, la fin, le « packshot » (expression américaine), qui résume formidablement l’état d’esprit du personnage. Vous allez voir que même au Canard enchaîné, qui cancane son indépendance partout, il faut montrer patte blanche au pouvoir profond, pour reprendre l’expression de Peter Dale Scott.
L’émission à venir s’appelle Shoah, les oubliés de l’Histoire, et sera diffusée sur Arte – bien entendu – une semaine plus tard, le 6 octobre (2015). Elle raconte comment les services de communication de Staline, à la libération du camp d’Auschwitz, ont nié la souffrance juive pour la noyer dans une souffrance soviétique.

« Alors Moscou décide de filmer le chagrin. Mais pas le chagrin des Juifs, celui du pays tout entier. Chaque victime est présentée comme un “paisible citoyen soviétique”. Au montage, les étoiles de David cousues sur les manteaux sont censurées. À bas les particularismes ! L’enfant assassiné parce que juif rejoint au panthéon national la partisane pendue parce que communiste. Le peuple doit s’identifier à tous ses enfants martyrs. Rendus à la terre partie [sic, coquille du Canard, il faut lire “patrie”], ils seront honorés par un même drapeau. À l’heure de l’offensive rouge, l’heure n’est plus à l’irréparable ni à la tragédie. Les caméras filment l’héroïsme. Et les victimes juives sont occultées, niées, amalgamées à l’“assassinat du peuple russe”.
Au même moment, pourtant, des Allemands filmaient l’indicible de la Shoah. Comme ces Juifs nus, terrorisés, rossés à mort et en pleine rue par des Baltes. Le film est abîmé, brûlé par le temps, mais voici le génocide. “Les images peinent à s’imprimer sur la pellicule. L’oxyde explose en taches noires, comme pour protéger nos yeux”. »

 

 

Difficile de reprendre son souffle après cette envolée mélodramatique. Une simple analyse stylistique montrerait que Sorj joue sur les sentiments, ceux de l’injustice, de la pitié, et de la révolte face à ce traitement inhumain : des victimes juives ravalées au rang de victimes soviétiques, quasiment des sous-hommes ! On exagère, mais c’est pour la démonstration. Avec une telle La Boîte aux Images – c’est le nom de la chronique, vieille comme la télévision – nul doute que les prix vont tomber : le prix Shoah, le prix Lanzmann, le prix Souffrance, le prix Pleurniche

Mais la jalousie nous emporte, et nous déporte loin de Renaud, le sujet du jour. Pendant que l’ex-chanteur chevrote chez Michel, à l’étage du dessus (c’est une image), un autre Michel coupe les têtes. Les deux sont de la tribu des Michel. Field, tout le monde le connaît, c’est un pur « trots », prof de philo devenu coupeur de têtes dans le service public audiovisuel. Après avoir longtemps présenté lui-même des émissions « sociétales ». C’est un peu Michel Polac, sans le souffre et la pédophilie, avec la pipe en plus. Mais surtout, un obligé de BHL, qui fut son premier éditeur. Militant à la Ligue Communiste Révolutionnaire dès son plus jeune âge, Michel arrive à faire passer une tribune dans Le Monde quand il est exclu de son lycée pour militantisme... Putain, les réseaux trots, c’est pas de la merde en barre ! Ça marche grave, mon frère !

 

 

Car ensuite, à même pas 20 ans, il fait sa première télé face à un ministre de l’Éducation, qu’il traite de « rigolo  ». « Trotski », ça veut dire « ascenseur social » en russe, ou quoi ? Bon, soyons honnêtes, après ça, toutes les émissions de télé qu’il a faites ou présentées n’ont pas vraiment cartonné, le type est pas super populaire mais le réseau aidant, il a toujours été repêché. Même Au Field de la nuit (ça va, les chevilles ?), son machin littéraire, personne ne le regarde, mais TF1 se garde bien de virer ce bon pote des patrons, qui a du relais média partout. Un carnet d’adresses gros comme sa panse ! Y en a, c’est comme ça, faut pas les virer. Quoi qu’ils fassent, tu dois les recaser. Eh bien malgré ses semi-succès ou ces semi-échecs, peu importe, au fond, voilà qu’il passe subitement patron de l’info de service public, sur décision d’Ernotte, la présidente fictive du Groupe. Ça alors. Un miracle du dieu Trotski, probablement.

Mais l’essentiel n’est pas là : BHL sera son premier éditeur, à travers la maison Grasset, en 1973, quand Michel écrira l’inoubliable L’école dans la rue. La vraie raison de son increvabilité médiatique, elle est là. Alain Krivine (le porte-parole de la LCR) a beau dire que Michel est un grand journaliste télé, c’est un peu nous prendre pour des jambons.

Que retenir de tout cela ? Que le gauchisme mène à la trahison (ou au Siècle) à moins de rester pauvre, ce qui est difficile, surtout si on peut devenir riche. Qu’on dirait que Renaud a suivi le chemin de Libé, propalesto au départ, prosioniste à l’arrivée.

« Et quand j’ai voulu aller rendre hommage sur la place de la Bourse (à Bruxelles), pour y déposer une petite bougie un bouquet de fleurs, chuis tombé sur une manifestation d’extrême droite, de hooligans flamands de Anvers et de Bruges, qui scandaient des slogans ignobles genre “on est chez nous on est chez nous”, “étrangers dehors”, “État complice de Daech” et des conneries pareilles, j’ai reculé, j’ai posé ma bougie auprès des gens qui étaient venus se recueillir, des gens sympathiques et chaleureux, ça m’a un peu, bouleversé. »

Il ne faut pas que Renaud lise Peter Dale Scott. Il risquerait de piquer une seconde dépression. Il préfère rééditer ses chroniques écrites dans Charlie Hebdo, qu’il a cofinancé à son redémarrage. Aujourd’hui il écrit chaque mois dans Causette : « C’est un journal de femmes vachement bien ».

« La chanson sur Margaret Thatcher, outre ce refrain qui taclait madame Thatcher, c’est quand même un hymne aux femmes, à leur pacifisme, à leur tendresse, à leur générosité, contrairement à l’homme, cette bête immonde. »

Merde, Renaud, là on peut plus rien faire pour toi !

Voir aussi :

27 septembre
Un jour en France : mardi 27 septembre 2016
Sarkozy fête Hanouna, Charles-de-Gaulle mission Mossoul, violences à l’hosto
9
26 septembre
Un jour en France : lundi 26 septembre 2016
Hollande dans la jungle, Sentinelle overdose, Mouloud et Kery James
10
23 septembre
Un jour en France : vendredi 23 septembre 2016
La montée du populisme, Juppé rempart de Marine, Macias se casse
22
22 septembre
Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016
La fachosphère de Libé, Cohn-Bendit pour Macron, et la pauvre Sécu
17
21 septembre
Un jour en France : mercredi 21 septembre 2016
L’explosion d’AZF, le barrage de Malpasset, et le renseignement
7
20 septembre
Un jour en France : mardi 20 septembre 2016
Le discours de Valmy, Sarkozy le Gaulois, Belkacem contre Wauquiez
10
19 septembre
Un jour en France : lundi 19 septembre 2016
Mr. Robot et le Complot, Didier Porte à Yassine Bellatar, la charria française
11
16 septembre
Un jour en France : vendredi 16 septembre 2016
Fabien Clain le "radicalisateur", le centre de déradicalisation, et la mort du Famas
20
15 septembre
Un jour en France : jeudi 15 septembre 2016
Trévidic pas logique, mixité logicielle au collège, Sisco ville d’amour
8
14 septembre
Un jour en France : mercredi 14 septembre 2016
Hidalgo et la pollution, la loterie des migrants, l’espérance de vie
9
13 septembre
Un jour en France : mardi 13 septembre 2016
Eugénie Bastié contre Barthès-Hanouna, Riss et Lhermitte contre Twitter, et Alstom
16
12 septembre
Un jour en France : lundi 12 septembre 2016
Ligne SNCF Lille-Israël, lasagnes chez Charlie, et Dalaï CIA Lama
15
9 septembre
Un jour en France : vendredi 9 septembre 2016
Cukierman vs Soral, Libé vs Mélenchon, Finchelstein et Hollande
5
8 septembre
Un jour en France : jeudi 8 septembre 2016
Mélenchon sourd, éleveurs vs Carrefour, Houellebecq pour Marine
27
7 septembre
Un jour en France : mercredi 7 septembre 2016
Carolis balance Sarkozy, l’armée recrute, Gayet refuse le sexisme
9
6 septembre
Un jour en France : mardi 6 septembre 2016
Guaino à Sainte-Anne, Zemmour contre l’islam, Marseille-sur-Morts
12
5 septembre
Un jour en France : lundi 5 septembre 2016
Onfray TV, Cahuzac balance Rocard (mort), Cyrille Eldin fasciste
6
2 septembre
Un jour en France : vendredi 2 septembre 2016
Le procureur Molins, la question du Christ et la taxe anti-calories
13
1er septembre
Un jour en France : jeudi 1er septembre 2016
Rama Yade 1er, les proviseurs militaires, Barré et les Arabes
34
31 août
Un jour en France : mercredi 31 août 2016
Le Mont-Blanc, le déchireur de chemise, Richet et Mel Gibson
14
30 août
Un jour en France : mardi 30 août 2016
Macron démission, Chevènement contre Cohn-Bendit, et Canal+
12
29 août
Un jour en France : lundi 29 août 2016
Primaires à droite, Burkini et Cénacle
25
14 juillet
Un jour en France : jeudi 14 juillet 2016
354 Légion d’honneur, 1 600 profs français, 1223 Philippe Auguste
10
13 juillet
Un jour en France : mercredi 13 juillet 2016
Virenque roi du Ventoux, le défilé militaire, le coiffeur du président
14
12 juillet
Un jour en France : mardi 12 juillet 2016
Les Français à découvert, le désert médical, c’était mieux avant
19
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1441915

    "Mon grand-pere était mineur !" ca sonne un peu comme "Mon grand-pere était déporté".

    Se définir par ce qu’on a pas fait et ce qu’on n’a pas subit c’est montrer le néant qui nous habite.

     

    • #1442192
      le 13/04/2016 par Robert
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Marion Maréchal-Le Pen aussi a un grand-père qui a été mineur. Ça suffit pour qu’elle puisse venir s’épancher chez Drucker ?


  • #1441935

    A propos de son père, Renaud a oublié de préciser qu’il avait eu quelques problèmes lors de l’épuration, sans doute à cause de son "humanisme".
    Quant à Field, c’est peut-être un Michel Polac, sans la pédophilie, toutefois, il y a quelques années (il était un peu plus jeune), il avouait qu’il aimait se travestir et aller au Bois de Boulogne. Chacun son truc.


  • #1441940
    le 13/04/2016 par Auron Septante
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    L’émission " Au Field de la Nuit " aurait dû être rebaptisée " Au Field de l’Ennui " ... un titre plus en accord avec le ressenti de la personne qui visionnait cette émission !

    Bien à vous


  • #1441943
    le 13/04/2016 par gelindo
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Je me demande qui regarde encore l’émission de Drucker. Ceux qui ont la soixantaine ?

     

    • #1442049

      Non ,je confirme j’ai plus de 60 ans et je ne regarde pas Drucker et ça ne risque pas de m’arriver ,ce serait plutôt l’overdose ,c’est in-regardable .Ce (présentateur) qui fait parti des meubles est encore en activité par son égocentrisme et sa peur du vieillissement .Aucun intérêt.


    • #1442050

      Ca, c’est pour les plus jeunes spécimen du troupeau. En même temps ça ne veut pas dire grand chose. Les " jeunes " qui regardent Canal ou des émissions de merde type Hanouna ne manquent pas non plus.


    • #1442079
      le 13/04/2016 par Josselin Bigaut
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Les sexagénaires sont ceux là même qui constituent le gros du corps électoral en France et qui reportent leurs voix pour les candidats de l’RPS, donc en gros, un sacré nombre de téléspectateurs.


    • #1442152
      le 13/04/2016 par whyldman
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      En gros :

      - Drucker et plus generalement TF1 FranceTV pour les plus vieux
      - Hanouna et chaines TNT de merde pour les plus jeunes
      - et enfin BFM-iTele-Canal+ pour ceux entre les deux et qui se croient ainsi au-dessus du lot (et en prime particulièrement bien informés... sic !!)

      ...bon ...je commence à mieux comprendre le dernier livre/cahier des charges de BHL

      "Ca y est on a atteint un niveau suffisant de lobotomisation
      Le reformatage des esprits peut commencer"


    • #1445393
      le 16/04/2016 par inconnu
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      J’ai la soixantaine et je ne regarde toujours pas Ducker ce mec est entré à l’ORTF parce que fils d’Abraham Drucker médecin chef du camp de Drancy pendant la guerre !


  • #1441961
    le 13/04/2016 par ali baba
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    C’est vraiment triste de voir un grand rebelle comme Mr Renaud se soumettre au sionisme hélas

     

    • #1442206
      le 13/04/2016 par Judas Nanass
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Renaud un grand rebelle ? T’es sérieux là ?!?
      Renaud incarne parfaitement les incohérences et contradictions du gauchisme. Moi aussi j’ai été fan à une époque (à 20 ans c’est vrai qu’on est plutôt con) mais j’ai décroché lorsque ce rebelle en carton à déclaré être "anarcho-mitterandiste".
      Sérieusement, comment peut-on être "arnarcho-mitterandiste" ? Surtout aprés avoir chanté : "...et votr’ république moi j’la tringle..."
      Ce type, à l’image du gauchisme, est une imposture.


    • #1442410
      le 13/04/2016 par marc schmit
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      j’espère que c’est ironique. Faux rebel ça oui, il l’a été toute sa vie, mais certainement pas un rebel


  • #1441964
    le 13/04/2016 par Jérôme2709
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    " La dépression de la quarantaine serait-elle la sanction des erreurs de pensée ? La sensation d’avoir un peu triché avec soi, avec les autres ? "

    Très juste !


  • #1441973
    le 13/04/2016 par Mo’Truckin’
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Chronique très drôle, ce soir ...
    Pauvre Renaud ...
    Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour rester visible à la télé ...


  • #1441979
    le 13/04/2016 par fanfan
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Le pire avec ces couillons c’est qu’ils pensent être subversif alors qu’ils sont le système.


  • #1441990

    La manière dont fini Renaud ("Je vote Fillon !" Tatatannn !) est révélatrice des intentions profondes de la génération soixante-huit. Une dermarche d’ados de mauvaise-foi, ils voulaient juste jouir, et profiter de leurs vies. Toutes ces fadaises pour ça. C’était pas la peine d’emmerder tout le monde. Des grandes gueules, pour acheter un confort social et matériel bien cossu.


  • #1442006
    le 13/04/2016 par filipe
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Un animateur marxiste, un chanteur marxiste et des invités marxistes sur une chaîne marxiste au service d’un gouvernement marxiste, c’est en effet un peu lassant.
    Mais après tout, on est en France, il faudra bien finir par s’habituer.

     

    • #1442070
      le 13/04/2016 par jacquesdechante
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Ouais la grille est marxiste et le canap’ capitaliste. C’est le gros 4x4 de luxe dans un petit quartier populaire : Ca n’a aucun sens !


  • #1442011

    Un nouvel article E&R d’anthologie, à garder au chaud car, outre qu’il est bien écrit, peut s’appliquer à tout un troupeau à venir.


  • #1442027
    le 13/04/2016 par Caverne de Platon
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    C’est un poète ... J’avais peur que vous l
    assassiniez , ça va ...

    Non pas que je cotionne ses idees politiques idéalisées et embourgeoisés mais vous l’avez bien dit :
    dificile de cracher dans la soupe quand on en boit autant si j’puis dire "et qu’on ignore le pire de l’arrière cuisine aussi je pense"...

     

    • #1442072
      le 13/04/2016 par Caverne de Platon
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Il faudrait que Mr Soral le rencontre pour lui redonner le gout de la lutte !

      Une voix comme la sienne en vaut miles comme la notre.
      Voilà pourquoi le pouvoir les tiens en joug et aux petits soins


    • #1442208
      le 13/04/2016 par grouis
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Un "poète" ?...quand on a lu un jour Baudelaire, Apollinaire, Rimbaud, Hugo etc...on trouve la prose de Renaud très très bas de gamme...et si on le compare ses textes à d’autres comme Ferré, Brel, Brassens...on voit en lui un "petit" chanteur...avec des "petites" chansons...

      Comparer Renaud à un poète, c’est prendre un âne pour un cheval de course...

      Parce que ses chansons qui enfoncent des portes ouvertes, franchement...même que le feu ça brûle, l’eau, bah ça mouille, les cheveux, ça repousse, et quand tu fais un pas devant l’autre putain c’est incroyable tu marches !!!

      Le pauvre était plus étanche chez Drucker, l’avait du entamer son litre...


    • #1442260

      Lui redonner le goût de la lutte !? Mon Dieu, surtout pas ! Je plaisante, encore que ...
      Le truc n’est pas de retrouver le gout de la lutte, mais c’est surtout de ne pas se tromper de combat. En effet, quand on est politiquement à côté de ses pompes, il vaut mieux ne pas avoir le gout de la lutte, au moins on fait moins de dégâts :-)


    • #1442269
      le 13/04/2016 par Caverne de Platon
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Pardon, j’ ai lu Rimbaud , Baudelaire, connait le répertoire de Brassens Brel par coeur... Gainsbour.
      Moins Ferré j’ avoue. Mais je connais aussi .
      Boris Vian que j’ aime beaucoup etc...

      J’ ai beaucoup aimé Prévet. Et écris des poésies. (Juste que je m’ intéresse a cette définition)

      Parfois la poésie ce n’est pas que de la prose. C’est aussi un timbre un son de voix. Une émotion. Une sensibilité.

      Je ne met pas Renaud au niveau de Brassens (Lui même dit qu’une chanson de Brassens vaut plus que son répertoire) C’est aussi un réalisme qu’il a , une sensibilité de ... poète.

      Et surtout pas un Poney Face a un Cheval de course.
      Tout n’est pas mesurable...
      Il est critiquable comme je le dis aussi. Sur les idée. Or je parle de sensibilité.

      Difficile aussi de faire sentir ses choses là si l’on est pas sensible a cela... A cet artiste là... Je ne parle pas de ses luttes sociales.


    • #1442290
      le 13/04/2016 par Caverne de Platon
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      C’est parfois une manière de raconter , une sensibilité. Aussi. Les textes sont pauvres oui. Je reconnais.


    • #1442304
      le 13/04/2016 par Caverne de Platon
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Sans doute personnel.
      Il n’ est pas un Brassens, mais pas un âne non plu. Qui est poète alors aujourd’hui ? Vu que tout ses gens cités sont morts ! (Et je les ai Lu... DU moins Rimbaud, Prévert, Vian, Brel je connais le répertoire par coeur et de même pour Brassens.)

      Je n’ ai pas dis non plu "Poète Immense !" mais soyons raisonnable. Renaud n’ est pas un âne.
      Rien que par l ’imaginaire qu’il a porté avec lui.

      Mais cela correspond a ma vision de l’ époque... On devine beaucoup plus difficilement les poètes et artistes habités... Peut être n’ ont ils pas eux même envie d être connu de nos jours et de passer chez RUQUIER !

      Ce qui fut le cas de Renaud pendant Longtemps... Jusqu’il y a peu... A t’il eu raison ou tors. Je n’ en sais encore rien. Puis je ne juge pas... J’ ai trop de sympathie. Je passerais sur ses propos un peu naïfs parfois et l’ en excuserais...


    • #1442475
      le 13/04/2016 par Caverne de Platon
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      @Eric

      je suis totalement d’accord, Renaud faut plu qu’il Lutte ! Il s’est trompé a chaques fois. Il le dit lui même en plus dans "Ta batterie" ... Méa culpa Gag

      Après comprendre que Brassens était parce que bien malin le bougre et bien trop soutenu par son publique et c’était une autre époque. Et aussi... C’était un virtuose...

      Les artistes sont dans des luttes morales très fortes, qui souvent échappent a l’ ordre établi (Parce que a côté de ses choses là.) Mais avec les lobbies sioniste on a passé un Cap...
      MAIS je dirais aussi avec l’ abaissement de la culture et la perte de repères des citoyens qui DU COUP les valident !

      Faut vraiment une attention constante... Ce dont on avait pas besoin il y a dix vint ans... Malheureusement mais on va pas pleurer sur le lait renversé , on s’adapte.

      (Ne croyez pas surtout que je sois moraliste... Je suis a fond investi dans la cause que j’ ai identifié grâce a ER SORAL !!!
      etc... Et pas que en anonyme. Çà peut même être gênant quand a mon métier même modeste. Mais quand j’ peux placer mon couplet je fonce !!! )


    • #1444369

      Rassurez-vous, vous ne me semblez pas du tout moraliste et je comprends tout à fait votre indulgence dans la mesure où vous appréciez ce qu’il a fait en tant qu’auteur-compositeur. Rien que de plus normal. Et puis de toute façon, on peut apprécier un artiste pour ce qu’il fait, et ne pas cautionner du tout ce qu’il peut dire ou faire par ailleurs. Bien évidemment, c’est mieux d’avoir les deux mais l’art peut se suffire à lui-même je crois. Allez, je vais être indulgent en disant que Mistral gagnant est tout de même plus qu’une réussite, sans doute d’ailleurs parce que l’on n’y trouve pas la moindre trace de politique :-)


  • #1442033
    le 13/04/2016 par L’Ursu
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Mon pauvre Renaud...., quelle décadence !

     

  • #1442054

    Je propose une collection de ces articles journaliers sous forme de livre : un jour en France 2016. Cela permettrait sur un an d’avoir une vue d’ensemble de l’état du pays. Illustrés en plus par nos caricaturistes maison... Que du bonheur !

    Bravo aux rédacteurs de ces articles magnifiquement écris, drôles et plein de finesses, de la prose, encore de la prose, on en redemande !

    Continuez camarades !

     

    • #1442138
      le 13/04/2016 par paramesh
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      excellente idée, un journal , anonyme et écrit à plusieurs mains, témoignage pour l’histoire de ce qu’a été la pensée dissidente dans ces temps de chaos, une mine d’or pour une future Marion Sigault.


  • #1442055

    Comme tous ,dés que tu bouffes du sioniste tu passes en promo chez Drucker et ailleurs ,c’est bien connu. Faut caresser la bête dans le sens du poil ou se pencher en avant ,c’est pas pour faire la génuflexion .non ,non.


  • #1442077
    le 13/04/2016 par Kari K
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    "on dirait que Renaud a suivi le chemin de Libé, propalesto au départ, prosioniste à l’arrivé"
    c’est aussi le chemin Valls, quand même !.


  • #1442127
    le 13/04/2016 par Confiteor
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Extraordinaire article ! Merci à vous.


  • #1442207

    Le prix Shoah, le prix Lanzmann, le prix Souffrance (j’ajouterais chanté par Dieudo himself), le prix Pleurniche, tout cela est très drôle mais vous avez oublié le prix Magaz* :-)
    * Humour hara kiri, Charlie s’abstenir.


  • #1442235
    le 13/04/2016 par Krissy59
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Excellent article, incisif et tellement lucide.


  • #1442238

    On peut au moins lui reconnaître un certain don de prophétie.

    "Renaud c’est mort il est récupéré"

     

  • #1442283
    le 13/04/2016 par leonne
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Ou C’est Que J’ai Mis Mon Flingue ? - Renaud

    extrait

    Tous ceux qui m’traitent de démago
    Dans leurs torchons qu’j’lirai jamais :
    "Renaud c’est mort, il est récupéré".

    Tous ces p’tits bourgeois incurables
    Qui parlent pas, qu’écrivent pas, qui bavent
    Qui vivront vieux leur vie d’minables
    Ont tous dans la bouche un cadavre.

    T’t’façon, j’chante pas pour ces blaireaux
    Et j’ai pas dit mon dernier mot.

    Mon pauv Renaud !!!


  • #1442315
    le 13/04/2016 par Caverne de Platon
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    " Si tu lui dis je t’ aime et qu’elle te d’mande du feu
    Si elle a la migraine dès qu’elle est dans ton pieux...

    Dis lui qu’t’es désolé t’ as du t’ gourer d’trottoir
    Quand tu l’ as rencontré t’ as du t’ tromper d’histoire

    Et déconne pas Manu c’t’a moi qu’tu fais d’la peine...
    Un gonzesse de perdu c’est copains qui r’ viennent...

    Et déconne pas Manu ça sert a rien la haine
    Une gonzesse de perdu c’est dix copains qui r’viennent"

    Bien sur on est pas dans la révolution Marxiste ...
    On est dans l’ émotion pure. Simplement.

     

    • #1442433
      le 13/04/2016 par Brahim
      Un jour en France : mardi 12 avril 2016

      Cette chanson, ainsi que "La Teigne" m’ont fait chialer comme un gros bébé.
      J’aimais vraiment bien ses textes. C’était pas écrit avec les pied, merde, QUAND MEME.

      Mais là bon, je crois qu’il faut que je fasse mon deuil du bonhomme. Le mariage dans Paris Match, et maintenant ça, stop mon coco.
      Société elle t’a bien eu, et t’en redemande, l’anarcho mitterandiste. (C’est vrai que rien que ça, à la base...) Gérard Lambert doit avoir honte de son père.
      Allez, je vais me réécouter "Dans mon HLM" et oublier tout ça.


    • #1446517

      Ça a toujours été un imposteur il a tout pompée à bobi la pointe chanteur québécois les mêmes texte la même musique écoutez et comparer


  • #1442338
    le 13/04/2016 par Pamfli
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Son alcoolisme est mauvais alors que l’ivresse de notre Gégé national est poétique, irrévérencieuse !


  • #1442373
    le 13/04/2016 par nadinemouk
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Renaud, Michel Drucker, Michel Field , la France des rebelles !!!!!!!!!!!!!


  • #1442459

    Renaud laisse béton !


  • #1442476
    le 13/04/2016 par Enricomachiasse
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    "Finies les vendanges en octobre, le raisin fermente en tonneaux, ils sont très fiers de leur vignobles, leur côtes du Rhône et leur Bordeaux, Ils exportent le sang de la terre, un peu partout à l’etranger, leur pinard et leur camembert, c’est leur seul gloire à ces tarés. "Renaud Hexagone 1975.

    Si c’est pas l’hôpital qui se moque de la charité..


  • #1442515
    le 13/04/2016 par spirit
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Renaud 1975-1984...La suite vaut moins,c’est déjà les années Mitterrand !
    Il s’était engouffré par la chanson dans une brèche sociologique qui n’intéressait personne à l’époque...une jeunesse mi banlieusarde de rôde-barrières autour du périf parisien dont on ne parlait ni s’occupait dans les gouvernements Giscard/Barre et Mitterrand/Mauroy.... !!!
    Et il a sut en causer,en bien et magnifier une piètre existence de jeunes déclassés en mob qui n’avaient pour seuls interlocuteurs que les flics et qui détestaient la politique,droite ou gauche !
    Une impasse,en fin de compte car tout jeune finit par grandir et changer de statut social....Se coucher,se saouler ou mourir comme Coluche....Y’a avait pas d’autre alternatives...et pour Renaud,il ne reste que le souvenir et la nostalgie..Ainsi soit-il.


  • #1443112

    Qui écrit ces magnifiques chroniques ? " un jour en France "
    du style , écrit avec ses c---- ! et du fond
    ça change des éditos ramollos
    je parie 100 § pour felix niesche
    si KK à l’idée de les éditer j’en réserve 2 d’avance !


  • #1443272
    le 14/04/2016 par Nouche92
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Renaud, j ai cru que tu "reviendrais"
    Je suis devenu quelqu un de bien grace a tes chansons.
    Je t’ ai tout pardonné.
    Renaud, Coluche etait le parrain de Lolita, non ?!?
    Tu t’ es couché mec, en leur sucant leurs bites d’ assassins, avec plaisir, les memes qui te font boire depuis pour que tu restes con...
    Nous faisons tous des erreurs, par peur souvent...
    Rejoints Dieudo, rejoints nous... il est encore temps... tu peux le faire...
    Sinon, putain, creve salope, avec les autres...


  • #1445380
    le 16/04/2016 par Bling bling
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Avec sa chanson Laisse Béton le titre qui l’a fait connaître( Hexagone était interdit à la radio)On disait à l’époque que Renaud était un bobo "déguisé" en zonard de banlieue pour mieux s’imprégner du contexte des années Mitterand quand la jeunesse était en révolte contre la gauche caviard !Renaud n’est pas Balavoine .


  • #1445402
    le 16/04/2016 par kéké
    Un jour en France : mardi 12 avril 2016

    Renaud a trahi doublement les palestiniens et les irlandais ! Sa chanson "Marchand de cailloux" ne ressortira plus que ce soit dans une nouvelle compilation ou un Best of et il ne pourra plus jamais la chanter en public !Donc Renaud ne sera plus libre de chanter certains titres !


Commentaires suivants