Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 18 avril 2017

Sciences Po Strasbourg, Télécom Paris Tech et Université Lyon 2

 

 

Les étudiants sont à la pointe de l’avenir de notre pays. Depuis que le socialisme a ouvert les portes de l’Université à nombre de bacheliers, en diminuant la sélection à l’entrée, les effectifs estudiantins ont explosé dans notre pays, faisant craquer certaines facs et leurs directeurs (exemple à Nantes). Les statistiques officielles font état de 2 500 000 studieux (c’est pour ne pas redire étudiants), dont une majorité de filles. Les garçons étant plus représentés dans les filières professionnelles pré et post-bac. Le privé concerne un étudiant sur six, et les étudiants étrangers sont dans une proportion de un sur huit, ce qui fait 300 000 tout de même. La tradition d’accueil française n’est pas usurpée.

 

Après cet étalage de chiffres, revenons à ce qui nous intéresse, la politique. Et plus précisément, l’engouement des étudiants pour la politique. Avant, dans les années 60-70, la majorité des étudiants était de gauche. Il y avait des universités de droite (Assas et son droit) mais elles étaient minoritaires. La démocratisation de l’accès à l’université a propulsé les fils et filles du peuple dans les couches supérieures de la population. Gros ascenseur social en perspective. Puis, dans les années 80, tout s’est grippé. En 2017, les filières courtes (bac+2 ou 3) ont l’avantage de donner un métier avec des débouchés réels, un salaire plutôt correct, et qui ne rebute pas les employeurs. Ce qui n’est pas le cas des écoles de commerce, qui restent chères, privées, et qui ont moins d’adeptes aujourd’hui que les écoles d’ingénieurs, dont les diplômés trouvent toujours à se placer.

Ce sont cinq étudiants de Télécom Paris Tech qui ont mêlé trois techniques de calculs – big data, réseaux sociaux et sondages classiques – pour pondre une prévision de premier tour. Voici leur quarté, dans l’ordre :

- Marine Le Pen 24,13%
- François Fillon 21,77%
- Emmanuel Macron 20,32%
- Jean-Luc Mélenchon 18,66%

 

Ces cinq loustics ont combiné « big data d’Internet, données socio-démographiques et économiques, et sondages », en partant de données dans le temps et l’espace (départements), pour définir quatre catégories d’électeurs :

- le bloc de gauche
- le bloc du centre
- le bloc de la droite
- le bloc de l’extrême droite

Bon, là on veut pas dire, mais ils ont rien inventé. On vous passe la démonstration, qui fait trois pages sur le site du Point, et de toute façon on vous a livré le résultat. Attendons voir si le vote du 23 avril au soir correspond. Auquel cas les 5 gus seront des héros nationaux. Sinon, c’est le chômage à vie.

Plus rapides et moins spectaculaires, les étudiants de Sciences Po Strasbourg qui ont livré leurs intentions de vote. Avant de dévoiler le résultat de cette micro-élection corporatiste, sachez que les IEP (Instituts d’études politiques) sont au nombre de neuf en France, et que l’IEP Paris est la plus demandée. Chaque IEP a sa spécialité, le journalisme pour Lille, l’Europe pour Strasbourg, le Maghreb pour Aix. Et maintenant le résultat, que vous attendez tous. And the winner is… Benoît Hamon !

 

 

On est à pratiquement 80% de vote à gauche, si on inclut Macron à gauche. Ce tableau confirme la nette inclination social-démocrate des journalistes, et leur prisme pro-Système quand ils rentrent en fonction : ce sont de bons petits gauchistes, plus ou moins énervés. Autrement dit, antinationaux dans leur écrasante majorité. Il est vrai qu’avouer son patriotisme dans une classe de journalistes en herbe, c’est meurtrier pour la carrière. Et puis la presse nationale est minoritaire : elle ne touche quasiment aucune subvention publique et ses sponsors ne se bousculent pas. On est loin de Mediapart et les bonnes fées oligarchiques qui se sont penchées sur son berceau. Sans oublier le cadeau de millions d’euros de TVA non versée à l’État. Autant dire que Mediapart est une coprod État visible-État profond.

Dans le même ordre d’idées, en plus prolétarisé, l’université de Lyon 2 se caractérise par sa forte proportion d’antifas et de gauchistes sincères, qui luttent en quasi-permanence contre le FN, le fascisme, le nazisme, enfin tout ce qui donne une raison de vivre aux petits-enfants de Mai 68. Le 10 avril 2017, le site La Horde annonçait une « conférence publique sur l’extrême droite » œuvre du Collectif des étudiant-es de Lyon contre l’extrême droite.
Là, on est assez loin de la carrière professionnelle, sauf si on espère entrer dans un parti ou un syndicat pour militer, c’est-à-dire toucher des subsides de l’État. Car une carrière politico-syndicale est possible à gauche, via les officines trotskistes, dans lesquelles le PS pioche pour ses futurs cadres (Dray, Cambadélis et cie). Une forme de parasitisme productif sympathique qui permet de peser sur la société tout en arguant qu’on l’améliore. Ces improductifs (on parle des antifas, pas des militants en général) passent leur temps à chasser un dragon pour le compte d’une oligarchie qui se frotte les mains :

Cette conférence se déroulera en trois temps : dans un premier temps nous nous intéresserons au vote FN dans les classes populaires ; ensuite nous questionnerons les liens entre le FN et les groupuscules d’extrême-droite, et le caractère anti-systémique revendiqué par ce parti. La fin de la conférence s’ouvrira sur un espace de discussion et de proposition sur la lutte contre les idées d’extrême droite en général.

Le premier point est intéressant : les « antifascistes » de 2017 (c’était autre chose en 1941 sur le front de l’Est) sentent confusément que le peuple leur échappe. D’ailleurs, le nombre de voix totalisé par l’extrême gauche dans une vraie élection nationale le prouve, et il est loin du résultat de l’IEP Strasbourg : l’antifascisme culmine à 3-4% et les gens sérieux s’en foutent. Le peuple n’a rien à glander des fouteurs de merde, ça n’augmente pas les salaires. Du coup, qu’en pensent les antifas ? Eh bien que le peuple est à « éduquer », ou rééduquer. On a vu le résultat au Cambodge dans les années 70...

 

 

Ne ratez surtout pas l’anniversaire du tremblement de terre politique du 21 avril 2002, que La Horde rappelle opportunément.

Voir aussi :

22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
2
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25
20 avril
Un jour en France : jeudi 20 avril 2017
Spécial anniversaires : Charles Maurras, Éric Dupond-Moretti, Jean Carmet et Hitler
11
19 avril
Un jour en France : mercredi 19 avril 2017
Tous aux obsèques du PS, 15 minutes pour convaincre, Joséph Macé-Scaron-Fillon
9
17 avril
Un jour en France : lundi 17 avril 2017
La télé de Lutte ouvrière, le vote musulman, Poutou désarme la police
17

Le journalisme dévoyé, la résistance nationale, la manipulation antifasciste,
tout est sur Kontre Kulture

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1705577
    le 18/04/2017 par zouzou
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Entendu à l’IEP de Paris, en 2002 : "Il ne nous reste plus qu’Arlette"...C’est vous dire le niveau de cette prétendue élite...et je vous passe les "débats" entre, tenez-vous bien, "trotskistes" et "réformateurs"...oui, ma bonne dame, ils en étaient encore là...c’était à pleurer...tu m’étonnes que le pays aille si mal, quand la ’tête’ est à ce point atteinte. Nous vivons une éclipse quasi-totale de l’intelligence, mais sans savoir à quelle heure elle prendra fin...


  • #1705586
    le 18/04/2017 par Domino
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Avec un tel manque de diversité des (futures ?) élites, ce n’est pas étonnant que notre pays s’enfonce. N’importe quel chef d’entreprise sait que, pour être performant, il vaut mieux recruter des personnalités différentes.


  • #1705651
    le 18/04/2017 par manou17
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    J’ai travaillé à Lyon II un temps, à l’époque où l’université se situait en banlieue vers Bron. Il y avait beaucoup de maghrébins très studieux, qui probablement avaient compris qu’on ne peut s’en sortir que par le travail.
    Malheureusement, le travail n’étant plus ce qu’il était - de la dignité - j’imagine que tous ces jeunes diplômés sont aujourd’hui au chômage et regrettent peut-être amèrement d’avoir cru en "les valeurs de la république".
    Il y avait également à l’époque le petit Julliard qui militait sur le campus et qui, lui, a fini scribe de Delanoé et ne connaîtra probablement jamais le chômage. Telle mère, tel fils
    La reproduction sociale marche bien, il est aujourd’hui respecté, a sa page wikipédia et est stipendié par le parti avec l’argent de ceux qui ont cru en l’ascenseur social de l’université, et qui aujourd’hui doivent travailler à la chaîne, être au chômage ou en prison.
    Le parti socialiste a détruit tellement de gens. En d’autres temps, on les aurait tous passés au peloton d’exécution...


  • #1705668
    le 18/04/2017 par Bernard Lapotre
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Précisons que Telecom ParisTech est une des écoles d’ingénieurs les plus sélectives de France (il faut terminer dans les premiers 20% des admissibles du concours Mines-Ponts).
    Rien de comparable à une Science Po de province ou à une fac lyonnaise.


  • #1705791
    le 19/04/2017 par bertin
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Sciences Po Strasbourg...

    80% gauche,
    10% droite,
    10% blanc,
    Une farce Bobo,digne d’un pays guignolesque !

     

    • #1705837
      le 19/04/2017 par mouais
      Un jour en France : mardi 18 avril 2017

      Je mettrais 90% "blanc" (sans opinion). Etre "à gauche" sous férule "socialiste", quelle audace !
      Pour avoir une opinion, il faut avoir vécu ou lu.


  • #1705989
    le 19/04/2017 par Ramon Mercader
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Le score ahurissant de Hamon à Sciences PO Strasbourg montre clairement que ces "étudiants" sont des invertébrés politiques qui vivent sur la planète Mars.

    De toute façon, Sciences PO Paris est une fausse grande école (je rappelle que NVB a fait Sciences PO) et Sciences PO Strasbourg est un sous Sciences PO....pour ceux qui ont raté le concours de Paris.


  • #1706188
    le 19/04/2017 par Train d’onde
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    En tant qu’ancien du 46 rue Barrault, je fais plus confiance au modèle big data !
    A défaut du small data avec lequel on nous bassine tous les jours.