Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Vifs mécontentements au Parlement européen

En cause : la "sous-traitance du droit d’asile" à la Turquie

Les eurodéputés ont vivement critiqué mercredi l’accord de principe conclu entre l’UE et la Turquie, accusant les dirigeants européens d’avoir « cédé au chantage » d’Ankara en échange de son aide pour gérer la crise migratoire.

De la droite à la gauche, des Verts aux populistes eurosceptiques, nombre de parlementaires ont tiré à boulets rouges sur le projet d’accord avec la Turquie, agréé à l’issue d’un sommet extraordinaire dans la nuit de lundi à mardi à Bruxelles, et les « marchandages » qui l’ont accompagné.

« Ce que nous faisons, c’est donner les clés des portes de l’Europe au sultan Erdogan. Je trouve ça hautement problématique », a résumé le chef de file des élus libéraux Guy Verhofstadt, lors d’un long débat animé dans l’hémicycle strasbourgeois.

Les dirigeants européens se sont donné jusqu’au sommet prévu la semaine prochaine pour finaliser leur nouvel accord avec Ankara, qui accepterait la réadmission sur son territoire de tous les migrants arrivés clandestinement en Grèce, y compris les Syriens, à condition que les Européens s’engagent, pour chacun d’entre eux, à transférer un réfugié depuis la Turquie vers le territoire de l’UE.

En contrepartie, la Turquie exige trois milliards d’euros d’aide supplémentaire d’ici à 2018, une exemption de visas dès la fin juin pour ses ressortissants voulant voyager dans l’UE, et l’ouverture rapide de négociations sur cinq nouveaux chapitres d’adhésion.

Commentant ces exigences, Manfred Weber, le président du groupe PPE (droite et centre droit), a appelé à ne pas donner de « chèque en blanc » à Ankara. Il a qualifié d’« inacceptables » les atteintes à la liberté de la presse en Turquie, et la récente mise sous tutelle du journal d’opposition Zaman.

« Il ne faut pas mélanger le dialogue sur les réfugiés avec les négociations sur l’adhésion (de la Turquie) à l’Union européenne », a renchéri son homologue socialiste Gianni Pittella.

De son côté, le coprésident du groupe des Verts, Philippe Lamberts, a fustigé une « faillite morale ». « On déroule le tapis rouge à un régime qui musèle sa presse (...) et bombarde sa propre population », a martelé M. Lamberts, en faisant allusion au conflit kurde en Turquie.

« Cet accord marque un tournant brutal dans la stratégie de gestion de la crise des réfugiés. Nous avons décidé de sous-traiter en réalité le droit d’asile, ce qui en pratique revient à le violer », a commenté pour sa part la présidente de la commission des droits de l’Homme au Parlement européen, la socialiste Elena Valenciano, s’exprimant sur une radio espagnole.

Lire la suite de l’article sur france24.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1416629

    Pourquoi, il y a un moment où ils sont "contents" ? Y’a-t-il quelque chose qui fonctionne dans cette "union européenne" on peut se poser la question - à part le versement automatique de leur gros salaire. (rien à voir avec la taille des couilles)


  • #1416649
    le 10/03/2016 par Requiem for à Dream
    Vifs mécontentements au Parlement européen

    Cet à plat-ventrisme devant la Turquie ne présage rien de bon pour les peuples de l’Europe. Jamais la substance Européenne ( tout ce qui fait notre identité) n’a été autant menacée. Même Adolf Hitler ne représentait pas une aussi grande menace pour notre identité.


  • #1416664

    C’est bien la première fois que l’ancien premier sinistre belge : Verhofstadt, critique cette institution putride qu’est l’ U. E.

    Lui qui aime tant se moquer des interventions de M. Fargage et qui donnait des leçons de morale à la Grèce. Ce qui avait donné lieu à ce billet, à son intention : http://www.levif.be/actualite/inter...

    Pour que Herr Verhofstadt ose une critique envers son institution chérie, il faut croire que ce pré-accord, risque de porter ombrage à ses lucratifs et nombreux business...


  • #1416746

    En contrepartie, la Turquie exige trois milliards d’euros d’aide supplémentaire d’ici à 2018, une exemption de visas dès la fin juin pour ses ressortissants voulant voyager dans l’UE, et l’ouverture rapide de négociations sur cinq nouveaux chapitres d’adhésion.



    Quoi, c’est tout ce qu’il exige, il veut pas aussi nos jeunes pour devenir esclaves de la porte ou janissaires et nos femmes pour compléter son harem ? Sa femme en dit d’ailleurs le plus grand bien, au passage.

    Ils me font bien rire après ça les erdoganolâtres qui nous expliquent qu’il n’a pas le choix, que s’il agit comme il agit, c’est parce qu’il a le couteau de l’OTAN sous la gorge ! Tiens donc !

    A aucun moment je n’ai oublié la responsabilité première ou secondaire de nos dirigeants français lorsque des attentats nous touchent.
    Il serait bon que des turcs qui se plaignent (à raison) des réfugiés demandent des comptes à leur gouvernement quand celui-ci entretient à ses frontières des crises qui provoquent des mouvements de population.


  • #1417274

    C’est l’église qui se fout de la charité !,Erdogan ou les escrocs élus par personne c’est kif kif !