Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

1962 : à quoi rêvent les jeunes travailleuses françaises ?

Avant la crise...

Des jeunes femmes issues de milieux sociaux différents s’expriment sur leurs métiers, leurs orientations et leurs souhaits de carrière professionnelle pour l’avenir. Employées à l’usine, dans des commerces ou dans des bureaux, certaines ont commencé à travailler dès l’age de seize ans, plus par besoin financier que par vocation.

 

 

Voir aussi, sur E&R :

Comprendre l’évolution du pays avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Des jeunes femmes charmantes, un peu timides et bien élevées . Ca change des pouffiasses actuelles .

     

    • Quesqu’il nous est arrivé bordel, je suis né dans une époque de merde.
      Le charme de ces filles c’est dingue.


    • Karim : oui du charme, car tout est dans la retenue... Nous on a plaisir à découvrir une femme, mais quand celle-ci met des talons, une mini-jupe, une veste en sky... On s’dit plutôt elle a l’air d’une pute, même si elle est mignonne.
      Si en plus elle a le portable et les écouteurs : "tu vois pas que je suis occupée là ?!"...


    • @ Karim :

      Que s’est-il passé en 50 ans ? Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

      - En 1962, 94% des Français étaient baptisés "catholique", dans les trois mois de leur naissance.

      - EN 2015, 35% des Français sont baptisés "catholique", dans les sept ans de leur naissance.


    • Elles n’étaient pas élevées par la télévision !...Organe majeur de propagande des moeurs corrompus !


    • #2126736

      La retenue confère aux femmes un charme particulier, presque surnaturel , qui commande le respect a la gent masculine . Cette retenue qui va de pair avec la chasteté, est un don de la nature fait aux femmes , qui relève leur beauté et leur prestige , même si elles appartiennent a une famille sans renom , ou si leurs traits physiques n’offrent guère d’attraits .
      Nous avons pu vérifier cela par nous même en voyant un jour une simple balayeuse imposer le respect , par sa réserve féminine , a tout un groupe d’hommes "respectables" .
      Celles qui se montrent sur la voie publique a demi-nues ne peuvent inspirer aucun respect . Une balayeuse avec de la retenue , en impose a tous .


    • C’est femmes vivent encore, elles ont entre 75 et 90 ans.
      J’espère qu’elles ne souffrent pas trop.

      J’embrasse ma mère.


    • Ça fait du bien de voir des femmes qui ne s’expriment pas comme des charretières. @Karim Je comprend que vous soyez tombé amoureux, mais faut pas oublier qu’elles ne ressemblent plus à ce qu’elles étaient. Les filles à l’époque était beaucoup matures physiquement, aujourd’hui elles sont courtes sur patte, on dirait des gamines de 11 ans alors qu’elles en on 16.


  • Il faut remarquer l’ élocution remarquable de simples jeunes gens de l’ époque largement supérieur a des députés machinistes ! :-)

     

  • On l’a déjà dit à maintes reprises, est-ce vraiment le même pays La France ?
    On a vraiment le sentiment de ne plus avoir à faire au même peuple...


  • Maintenant on a Shiappa ! Qui représente la France.


  • #2126643

    Ces pauvres femmes étaient déjà pressées comme un citron. Bosser 9 heures de suite dans un salon de coiffure pour une bouchée de pain, moi j’appelle cela de l’esclavage. A la question de savoir qu’est-ce qu’un patron, la réponse qui s’imposait dès lors était une personne qui travaille pour ses propres rêves. Par-ce qu’en somme, c’est quoi un salarié ? N’est-ce pas quelqu’un qui travaille pour les rêves des autres. Ce que je retiens dans ce reportage c’est que ces femmes sont issues de familles nombreuses ( 14 enfants pour l’une d’elle !), c’était avant les ravages du féminisme, de la contraception, de l’IVG et de la vague culturelle américaine.


  • Je n’arrive pratiquement pas à croire que ce reportage fut filmé en ile de france tellement les filles de cette époque malgré peu de produit cosmétique et d’artifice, respiraient la féminité, la beauté naturel et l’intelligence !

    Elle inspirent le respect,
    contrairement aux cruches d’aujourd’hui,
    qui sont complètement antipathiques, pathétiques, et souvent des objets sexuels en croyant être fashion (à la mode), et donc considérés comme des objets jetables !
    Le discours est structuré, logique et intelligent, pourtant il est improvisé suite aux questions/réponses.

    ça me choque , pourtant je n’était pas du tout un premier de la classe !

    De nos jours beaucoup de discours de nos politiciens sont moins structurés !

    Il est certains que l’école d’aujourd’hui forment des consommateurs dociles et relativement stupides contrairement à cette époque ou elle formait des citoyens lettrés !

    J’aurai souhaité naître 20 ans plus tôt, quand je voit ces femmes exemplaires, c’est clair !

     

  • Ça fait froid dans le dos ! Pas plus heureuses hier qu’aujourd’hui ! 200 ou 300 francs/mois ? le mythe des 30 glorieuses a du plomb dans l’aile...

     

    • Ajusté pour l’inflation, mon coco. Et ça c’était l’argent de poche. Elles vivaient chez les parents et n’étaient majeures qu’à 21 ans.


    • 1976 jeune agent de la fonction publique je touchais environ 2000 francs et mon loyer studio à Paris c’était 200 francs soit 1/10 ème de mon revenu, à l’époque 1 salaire faisait nourrir une famille maintenant avec 2 les gens n’y arrivent plus, comme quoi convertir des francs d"hier en euros de maintenant n’a aucun sens ne serait ce que que parce que le poste logement dans le budget explosé.


  • De jolies femmes... Autre chose que les "femmes libérées" actuelles qui misent sur la provoc, la vulgarité etc, qui dévoilent leur vie sur YouTube, et qu’on n’a pas du tout envie de connaître.


  • Les petites coiffeuses furent ravissantes. et ces yeux qui pétillent !
    Ah mais elles gagnaient trop peu. Et pas d’allocs chômage !


  • Mais bon dieu de merde où sont passées ces femmes ?!!!!!


  • Mais bon dieu de merde où sont passées ces femmes ?!!!


  • Quelle tristesse indescriptible... Quel effondrement du charme, de l’intelligence ...en quelques décennies à peine


  • #2126765
    le 18/01/2019 par Adalbert - Prince Electeur de Saxe
    1962 : à quoi rêvent les jeunes travailleuses françaises ?

    J’avais oublié, qu’il fut un temps où les filles étaient mignonnes.

     

    • #2127005

      Pas toutes non plus, hein, faut pas déconner... mais certainement moins vulgaires.

      Aujourd’hui, un max de jeunes femmes s’habillent comme les "stars" (les fringues bas de gamme rivalisant dans le clinquant et la provoc), qui elles-mêmes s’habillent... comme des putes, ou sinon comme des torturées de la tête avec fringues en lambeaux, piercings, tatouages et maquillages glauques.

      Un joli sourire et de l’élégance sobre, c’est trop plouc.


    • Des ouvrières pas des beautés mais naturelles en tout cas pas de sourcils en horribles traits épais si stupides d ’expression , pas de ces citrouilles gonflées en guise de seins , pas de mauvaise peau livide qui transpire la sale bouffe , pas de ces infectes tatouages sur le tiers du corps .


  • #2126803

    Beaucoup de charme, celle a 4 minutes particulièrement : "La petite voix" des françaises... très agréable.

    Je me joint au autres : nous sommes nés a la mauvaise époque.


  • Et oui le certificat d’ étude à quatorze ans suffisait pour lire, écrire et parler correctement.


  • Le fameux « âge d’or » de la France gaullienne... on comprend mieux les soixante-huitards en voyant ce genre de reportages, hein !
    Certes après le virage libéral-libertaire ça a été encore pire, mais je voudrais pas revenir à la société de l’époque. J’espère qu’avec la révolution qui vient on va enfin sortir de cette saleté de capitalisme une fois pour toutes...


  • Epoque révolue ; aujourd’hui on a les femmes qu’on mérite : tatouées, piercées, épilées méthodiquement de la tête au pied, de vulgaire clones de la porn culture que consomment... les hommes.

    Quelle triste époque que la notre, sur ce plan là en tout cas.


  • Quand j’écoute Leur douceur, leur simplicité, leur façon de s’exprimer, leur classe, leurs valeurs...Et quand je vois la désintégration de notre société actuelle j’ai envie de pleurer. Je plains vraiment les générations futures...


  • Effectivement pour des employées/ouvrières elles avaient une expression orale parfaite par rapport à aujourd’hui et on nous dit que le niveau monte ...

    Elles dégageaient un calme aussi reflet d’une époque qui avaient à part la contraception moins de problèmes que la nôtre.


  • qu’est ce qu’elles parlent bien ! les ouvrieres d’usines, les coiffeuses... c’est choquant la difference de qualite dans la diction de l’epoque et le debit saccadé et le vocabulaire pauvre de nos jours


  • Je lis les commentaires et que des éloges à leurs égards, mais aujourd’hui elles sont retraitées et critiquées par certains de ces mêmes commentateurs parce qu’elles auraient votées en grandes majorités pour Macron... et qu’elles auraient vécues les 30 glorieuses, pas de chômage, propriétaires, voire rentiers à présent, bref.

     

    • @NENEX
      Tout n’est pas politique, ces femmes délicieuses avec cette présence féminine, d’une délicatesse apparente, elles ont aussi cotisé pour leurs retraites en bossant quasiment toute leurs vies au sens propre de ce terme, du respect Svp.


    • #2127186
      le 19/01/2019 par France Goy Jaune (GJ)
      1962 : à quoi rêvent les jeunes travailleuses françaises ?

      NENEX là vous êtes dans la supposition, çà n’apporte rien, avec des si... (je coupe du bois)

      Faut partir de ce qu’on voit et plutôt expliquer à partir de la culture d’origine : à l’époque, même si on ne payait plus en or, qu’on était en partie déjà plus exactement la France encore d’avant, les valeurs françaises étaient encore là, c’est-à-dire un esprit, non pas "gaullien", mais conservateur si on veut, je dirais plutôt : catholique (helléno-chrétien si vous voulez !)

      Ce sont les anti-valeurs judaïques qui ensuite se sont doucement imposées : en 1964 pour l’art (Rauschenberg), en 1973 pour l’économie (Rothschild) etc. Sans oublier 68 (Cohn-Bendit etc) qui permis d’apporter un certain esprit protestant contre la "vieille France conservatrice".

      C’est bien suite à la chute du dernier père de la nation (De Gaulle - rdv à l’Étoile !), que la superstructure mondialiste judéo-protestante a gangréné notre superstructure à nous, pour descendre s’infiltrer dans l’infrastructure, et finalement réformer les coeurs et les âmes, et même les intelligences !

      Si on fait le même chemin en sens inverse, pour retrouver nos valeurs, cette forme d’excellence à la française, çà nous reprendra aussi 50 ans...

      *Et pour vous répondre : BB qui avait 28 ans à l’époque n’a pas voté Macron ! (mais a-t-elle compris qu’il ne fallait plus voter Le Pen ?...)


    • par Pitchou
      J’ai beaucoup de respect pour ces personnes, je suis né en 62 et voyez-vous elles ont l’ages de ma mère aujourd’hui. Je fustige les commentaires méprisants de ceux qui prétendent que la majorité des retraités ont voté Macron,ils trouvent ces femmes d’hier magnifiques à tous les égards, mais aujourd’hui les haïssent pour leur vote,et pour le coup je trouve ça irrespectueux. Bien sûr l’ingénierie sociale à fait son job durant les décennies, mais certains de ces commentaires me fond serrer les dents.


    • Qu’est-ce qui vous dit qu’elles ont votés pour Macron ? si ça se trouve elles sont sur les ronds points et vous ne le savez pas.


  • #2127024

    Elles étaient en bien meilleur santé à l’epoque.


  • 20 ans en 1962 . Ces années là (Claude François)

    Née en 42 ; guerre, ticket de rationnement ….
    52 ; innocence, Reconstruction
    62 ; apprentissage de la vie,
    72 ; tout va bien
    82 ; Ca se gâte un peu
    92 ; On s’installe dans la crise
    2002 ; Le 21 avril JMLP … (rien à voir
    2012 ; Ca se gâte grave
    2022 ; guerre, effondrement

    Un cycle correct.

     

    • #2127187
      le 19/01/2019 par France Goy Jaune (GJ)
      1962 : à quoi rêvent les jeunes travailleuses françaises ?

      Merci Pinette ! C’est curieux de lire aussi peu de femmes dans les commentaires quand il ne s’agit pas de féminisme... Là elles sont plus nombreuses à se manifester pour défendre leur genre.
      Ici, il n’y a pas à défendre, plutôt à approuver, certes... mais pas d’approbation non plus, aucune remarque à part la vôtre !
      Soit elles n’arrivent pas à juger ou à se juger, c’est possible aussi mais alors c’est plus inquiétant...


    • @ France Goy Jaune (GJ) : vous avez mis le doigt au bon endroit, et je suis une femme ! Je l’ai remarqué aussi. Tout a déjà été dit sur l’instrumentalisation des femmes pour rabaisser le niveau. Soral l’a si bien expliqué dans ces livres. Je me sens souvent bien seule, à part mon conjoint qui comprend tout cela, les gens sont devenus plus bêtes, moins instruits, moins presque tout !


  • #2127075
    le 19/01/2019 par Jay Duplond-danlèle
    1962 : à quoi rêvent les jeunes travailleuses françaises ?

    Auparavant les jeunes femmes travaillaient durement et dignement pour un salaire modeste qu’elles reversaient à leurs parents.
    Aujourd’hui elles vendent leurs fesses sur internet pour se payer des sacs gucci ou chanel dans une société devenue une pornocratie .
    Voilà ! Le féminisme est passé par là. D’ailleurs dans les années 60 il a déjà commencé son travaille de sape, pour s’exprimer pleinement dans les années 70 à travers le MLF. Je me demande un peu d’ailleurs (sans faire le rabat-joie) si quelques unes de ces filles ne sont pas tombées dans le panneau 10 ans plus tard. Celles qui rêvaient de "liberté", elles représentaient certainement les futures proies idéales de cette machine à détruire les âmes..
    Malheureusement les femmes ont toujours été de nature suiveuses et fascinées par la nouveauté.


  • #2127197

    Comme elles furent belles, charmantes, gracieuses... Mais qu’est-ce que je fous dans cette époque de merde ? Vidéo qui a bousillée ma journée !!


  • #2127249
    le 19/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
    1962 : à quoi rêvent les jeunes travailleuses françaises ?

    À ce stade, il serait utile de rappeler qu’aucun accord n’est à envisager avec le verbe AVOIR, à moins d’une embuscade.
    C’était peut-être "mieux avant", mais la vie, c’est maintenant, faites un effort, merci.

    Et pensez à des économies sur le pluriel et le féminin : certains sont beaucoup trop généreux.


  • Nous sommes tous d’accord pour dire que ces femmes s’expriment incroyablement bien, qu’elles en imposent par leur retenue et par leur résilience. Mais pour autant je n’envie pas leur sort. Etre dans l’obligation de travailler aussi durement pour un salaire si misérable (qu’elles ne touchent d’ailleurs pas elles-mêmes), avoir encore tout le travail domestique à accomplir en rentrant le soir, le tout sans oser même se questionner sur la dureté d’un tel destin...
    Que la société actuelle ait produit en masse des femmes décérébrées, impudiques, hystériques, tout ce que vous voulez, soit. Mais il y avait, me semble-t-il, une juste mesure à trouver entre les années 60 et notre époque.

     

    • #2127904
      le 20/01/2019 par Diseur de vérité dure à entendre et à avaler
      1962 : à quoi rêvent les jeunes travailleuses françaises ?

      Sauf qu’à l’époque, un salaire faisait vivre une famille lorsque la mère était au foyer et que le père travaillait, famille de plusieurs enfants. Aujourd’hui, deux salaires suffisent à peine à payer les factures et faire des enfants devient de plus en plus difficile, il n’y a qu’à voir l’âge de grossesse chez les femmes qui recule de plus en plus. Femmes s’exprimant convenablement, coquettes, travailleuses, on est à mille lieu des femmes d’aujourd’hui


  • Cette vidéo m’a mis les larmes aux yeux. La vision d’une époque perdue à jamais, même si celle-ci était difficile. Une telle douceur, une telle beauté d’âme chez ses demoiselles, ça me touche énormément. Et que dire de ces cités qui étaient à l’époque d’une grande modernité et qui sont aujourd’hui des repaires de racailles. Dans les années 60/70 il n’y avait pas de ghettos et encore moins de "territoires perdus", ces quartiers habités principalement par des gens aux revenus modestes étaient propres et agréables à vivre (je peux en témoigner comme des millions de Français qui y habitaient).
    La France est foutue. L’immigration de masse, les migrants, le chaos organisé, c’est la dernière pelletée de terre sur son cercueil...

    Mes remerciements sincères à quiconque pourra me dire quelle est la musique (accordéon) que l’on entend entre 2mn30 et 3mn.


  • J’ai cru que c’était un épisode de la 4ième dimension.
    Quelle beauté,grace,gentillesse,douceur intelligence et féminité.

    Il semble qu’un millénaire les sépare des petites cailles agressives vulgaires donc schiappesques d’aujourd’hui qui crient au harcèlement si on leur offre un verre en leur parlant d’amour et à l’agression sexuelle si on les prend par la taille afin de se faire un peu d’argent et jouer leur victime comme la cancre leur a enseigné avant d’aller tailler des pipes aux chances pour la France dans les soirées faites pour ca parceque elles seront ainsi des femmes libres et des antiracistes assumées à la pointe du progrès,aux beaufs qu’elles peuvent faire raquer ou aux demi fiottes avec petite barbe bien taillée qui jouent les spartiates niveau major quand ils ne sont que faiblesse et soumission.

    Il y a 50 ans de propagande médiatique,manipulation de l’oligarchie financière. Un millénaire de régression.


  • A 5.42 mn la voix off présente le lieu de vie de deux jeunes files , a Fontenay aux roses qui resemble a une cité de banlieue et qu’elle décrit comme étant " un cadre agréable" .
    Si cette ensemble existe toujours, il est certainement considéré aujourd’hui comme défavorisé, malsain, puant et mal famé.
    Comme quoi , c’est jamais le lieu le problème, contrairement a ce que la gauchiasserie essaye de nous faire gober depuis 40ans


  • Merci à E&R de nous dénicher des docus d’archives. On y remarque systématiquement l’écart ahurissant entre la maîtrise de l’expression de cette France "ancienne" et la bouillie souvent grossière d’aujourd’hui. On est stupéfait également de la retenue, la politesse de ces anonymes que nos élites actuelles considèrent comme des beaufs, des bas du front, des sans dents et des clopeurs conducteurs de diésel.
    Franchement, il est difficile de ne pas constater l’effondrement inouï de l’époque actuelle.


  • Je serait curieuse de savoir se que sont devenus ses filles aujourd’hui. Ce serait marrant si il y avait des Gilets Jaunes parmis elles.

     

    • Je reste persuadé que les retraités n’ont pas votés massivement pour Macron, contrairement à ce que croient certains commentateurs sur sur E&R. Beaucoup de cette époque militaient au parti communistes de Georges Marchais, et qui aujourd’hui sont plutôt RN et par déduction se retrouvent assurément aux ronds points revêtus d’un gilet jaune.


  • La vie n’était pas rose non plus. Les petites apprenties shampouineuses de 14 ans rentraient le soir chez elles en pleurant, tant l’ambiance entre travailleuses du cheveu pouvait être dure. Le "harcèlement" ne s’exerçait pas sur les hommes blancs en général, mais sur les plus faibles de la hiérarchie.
    En revanche, le travail était bien fait, très surveillé, et la politesse avec les clients de rigueur absolue.
    Schiappa aurait dû commencer par être apprentie shampouineuse, elle aurait rapidement perdu sa façon ridicule de s’exprimer, et le manque de respect aux clients qu’elle affiche.


  • Je dirais qu’une chose : qu’elles sont belles ; leur cœur apparait autant que leur visage et elles ont une lumière dans leurs yeux !
    Mais qu’est ce qui nous est arrivé ?


Commentaires suivants