Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

1964 : de Gaulle reconnaît la république populaire de Chine

Comment tenir tête à l’Empire

Le 27 janvier 1964, le général de Gaulle, alors président de la République française, reconnaît officiellement la république populaire de Chine. Une décision qui sort la Chine de son isolement diplomatique et qui provoque une vive réaction sur la scène internationale dans un contexte de guerre froide opposant les blocs de l’Ouest et de l’Est. D’où vient cette volonté de reconnaissance de la Chine de Mao Zedong ? Quelles seront les conséquences pour les deux nations ? Retour sur un événement qui a marqué l’histoire des relations diplomatiques de la France et de la Chine et dont nous nous apprêtons à fêter les 50 ans ce mois de janvier 2014.

 

Les relations franco-chinoises depuis la naissance de la République populaire de Chine en 1949

Le 1er octobre 1949, Mao Zedong proclame la République populaire de Chine. Le régime succède à la République de Chine et le gouvernement de Chiang Kai-Shek qui dirigeait alors la Chine, se retire sur l’île de Formose (actuelle Taïwan). La France refuse à ce moment de reconnaître le nouveau régime, entraînant la rupture des relations diplomatiques avec la Chine. La question divise pourtant le gouvernement français. Si le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Robert Schuman, est favorable à une politique d’attente et de réserve, le président de la République, Vincent Auriol, serait davantage enclin à reconnaître le nouveau régime chinois. Enfin, le groupe communiste de l’Assemblée nationale soutient la reconnaissance de la Chine de Mao.

Quoi qu’il en soit, l’idée d’une reconnaissance de la Chine se heurtait à l’engagement de la France dans la guerre d’Indochine qui a fortement empoisonné les relations franco-chinoises, la Chine reconnaissant Hô Chi Minh. Par ailleurs, par le jeu des alliances, la France alliée des États-Unis se retrouva indirectement en « guerre » contre la Chine, alliée de la Corée, à l’occasion de la guerre de Corée (1950-1953) l’opposant aux États-Unis. La fin de la guerre de Corée et les accords de Genève en 1954 mettant fin au conflit en Indochine et à la présence française au Vietnam, constituèrent une première étape vers la reprise des relations diplomatiques avec la Chine. Zhou Enlai, alors premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la Chine, s’est particulièrement impliqué dans la réalisation de ces accords. Il faudra pourtant attendre dix ans avant une reconnaissance officielle de la Chine par le gouvernement français.

 

La reconnaissance de la Chine par la France

Le 8 janvier 1964, le général de Gaulle, alors président de la République, fait part lors du Conseil des ministres de sa décision de reconnaître la République populaire de Chine. Le 27 janvier 1964, un communiqué est publié à Paris et Pékin informant de l’établissement de relations diplomatiques entre la Chine et la France.

« Le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République populaire de Chine ont décidé, d’un commun accord, d’établir des relations diplomatiques. Ils sont convenus à cet effet de désigner des ambassadeurs dans un délai de trois mois »
Communiqué de presse publié le 27 janvier 1964 à Paris et Pékin

Alors que le monde est divisé en deux blocs dans un contexte de guerre froide, la nouvelle fait l’effet d’un coup de tonnerre sur la scène internationale. Le gouvernement de Chiang Kai-Shek et les États-Unis sont furieux, ces derniers percevant cette décision comme une insolence, voire une trahison, d’autant que la France a également fait le choix de la neutralité dans le conflit vietnamien. Pour de Gaulle, il s’agit de faire preuve de réalisme en reconnaissant un pays abritant le quart de la population mondiale et un régime qui gouverne la Chine depuis quinze ans et ce, même s’il s’agit d’un régime communiste. De Gaulle se pose en visionnaire et comprend que le monde devra bientôt compter une nouvelle puissance mondiale, la Chine :

« Il n’est pas exclu que la Chine redevienne au siècle prochain ce qu’elle fut pendant des siècles, la plus grand puissance de l’univers » indique-t-il en 1964.

La France s’engage à reconnaître la République populaire de Chine comme unique gouvernement légitime de Chine – et non celui de Chiang Kai-Shek sur l’île de Formose – à soutenir la Chine aux Nations Unies, à rappeler ses représentants français de Taïwan et à échanger des ambassadeurs avec la Chine de Mao. La République populaire de Chine a d’ailleurs fait savoir qu’une reconnaissance de son gouvernement impliquait irrémédiablement de rompre avec le gouvernement de Formose :

Selon la pratique internationale, la reconnaissance d’un nouveau gouvernement d’un pays implique de cesser la reconnaissance du groupe dirigeant renversé par le peuple d’un tel pays. En conséquence, les représentants de l’ancien groupe dirigeant ne peuvent plus être considérés comme les représentants du dit pays et être présents côte à côte avec les représentants du nouveau gouvernement dans un même pays ou dans une organisation internationale. (…) « Le gouvernement chinois estime nécessaire de réaffirmer que Formose fait partie du territoire chinois et que toute tentative de séparer Formose de la Chine ou de créer » deux Chines » est absolument inacceptable pour le gouvernement et le peuple chinois.
porte-parole du ministère des affaires étrangères à la presse le 28 janvier 1964

La conférence du 31 janvier 1964

Le 27 janvier 1964 la France reconnaît donc la Chine de Mao Zedong aux dépens du gouvernement de Chiang Kai-Shek. Le 31 janvier, suite à la publication du communiqué de presse, le général de Gaulle donne une conférence de presse où le président expose les raisons du gouvernement de reconnaître la République populaire de Chine et l’établissement de relations diplomatiques.

« Du fait que depuis quinze ans la Chine presque toute entière se trouve rassemblée sous un gouvernement qui lui applique sa loi et qu’elle se manifeste au dehors comme une puissance indépendante et souveraine, la France était disposée en principe et depuis des années à nouer des relations régulières avec Pékin. D’ailleurs certains échanges économiques et culturels étaient déjà pratiqués et nous avons été amenés avec l’Amérique, l’Angleterre, l’Union soviétique, l’Inde et d’autres états, en 1954, à la conférence de Genève quand on a réglé le sort de l’Indochine, à négocier avec les représentants chinois. (…) Mais le poids de l’évidence et de la raison pesant chaque jour davantage, la République française a décidé de déplacer ses rapports avec la République populaire de Chine, sur un plan normal, autrement dit, diplomatique (…) En vérité, il est clair que la France doit pouvoir entendre directement la Chine et aussi s’en faire écouter. (…) En nouant avec ce pays, cet état, des relations officielles, comme maintes d’autres nations libres l’ont fait auparavant, et comme nous l’avons fait avec d’autres pays qui subissent des régimes analogues, la France ne fait que reconnaître le monde tel qu’il est. »
Extrait du discours du général de Gaulle le 31 janvier 1964

Entre pragmatisme et volonté d’indépendance dans un contexte de Guerre froide

[...]

La France, en effet, poursuit seulement la ligne permanente de la diplomatie gaulliste : elle tente de briser le condominium soviéto-américain sur le monde, en engageant une partie séparée avec la Chine. Ensemble, estime-t-elle, ces deux pays auront peut-être assez de poids pour desserrer l’étau américano-soviétique et rendre quelque fluidité à la diplomatie mondiale.
Archives L’Express, « Du côté de chez Mao », Thomas Lenoir, publié le 23/01/1964

[...]

La France et la Chine veillant chacune à leur indépendance, ne se sont donc laissées enrôler dans aucun des deux camps et ont chacune souhaité faire entendre leur voix face aux géants qui dominent la scène internationale. La non-adhésion de la France au traité de non-prolifération nucléaire ratifié par les Américains et les Soviétiques va d’ailleurs rapprocher les deux pays. De Gaulle indique ainsi en 1963 :

« il y a quelque chose d’anormal dans le fait que nous n’avons pas encore de relations avec le pays le plus peuplé du monde, sous prétexte que son régime ne plaît pas aux Américains et que ça les dérangerait si nous y faisions notre entrée ».

Le retentissement sur la scène internationale

[...]

La politique de non-reconnaissance n’a rien rapporté. En fait, la participation de la Chine aux Nations unies est absolument indispensable si l’on tient à persuader ce vaste pays de prendre la place qui lui revient dans la communauté mondiale. Les motifs qui ont poussé le président de Gaulle à prendre cette initiative peuvent être divers : désir d’affirmer l’indépendance de la France ; désir de rétablir son influence en Asie ; désir de donner une leçon aux Américains et aussi d’avoir quelque chose de sensationnel à dire à sa conférence de presse prévue pour la fin du mois, alors que tous ses autres projets ont échoué. Pourtant, pour une fois, il semble bien qu’il ait parfaitement raison.
Observer, Londres, 1964 (Archives Lemonde.fr)

Lire l’article entier sur histoire-a-sac-a-dos.com

Le courage diplomatique de la France dans les années 60

 

 

L’insoumission, sur E&R :

Bientôt, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #3039541
    Le 1er octobre à 09:35 par anonyme
    1964 : de Gaulle reconnaît la République populaire de Chine

    Gaugaule a toujours eu des accointances avec les communistes et cette obsession d’emmerder les américains grâce auxquels il a pu débarquer en "vainqueur" sous uniforme et matériel US ! Son orgueil en a pris un coup !

     

    Répondre à ce message

    • #3039615

      Parfois l’Histoire impose la vision de l’ennemi de mon ennemi est mon ami, on peut discourir longtemps sur de Gaulle, mais ce n’aurait pas été lui qui aurait pris les rennes des la France qui les auraient pris, des pro américains ? quel aurait été le visage de la France, pour paraphraser un peu Malraux ?

       
    • #3039621
      Le 1er octobre à 11:45 par Randonneur
      1964 : de Gaulle reconnaît la République populaire de Chine

      Trouvez quelqu’un parmi ses brillants successeurs qui a fait mieux en matière d’indépendance de la France...Je suis toujours avide d’enrichir mes connaissances historiques.
      C’est facile de taper sur celui qui a été le moins mauvais mais surtout avait le souci de l’intérêt de la France et des français. Que vous le vouliez ou non il a tenu tête aux USA et à Israel, qui a fait mieux depuis ???

       
    • #3039733

      Ca s’appelle une politique d’équilibre, entre être la pute de USA et des dictatures communistes, il a fait du mieux que ce que la France pouvait, vu les rapports de force, et la France est restée une grande puissance mondiale. Maintenant c’est l’inverse, nos dirigeants sont les petites salopes des USA mais dans une dictature de l’UE.

       
    • #3039743
      Le 1er octobre à 15:12 par anonyme
      1964 : de Gaulle reconnaît la République populaire de Chine

      Ce commentaire est stupide et vulgaire et il sous entend que les Usa ont gagné la guerre comme les nazis.

      Sur les 170 divisions SS 150 furent battues par les Russes et le reste par les alliées.

       
    • #3039797

      A no.y me : il a toujours été pour l’autodétermination des peuples , à commencer par le sien, donc le vôtre. Ce sont les russes de l’époque qui ont stoppé le nazisme, ne pas oublier. Donc, à part lui qui a appelé à résister, il y avait d’autres candidats pour la liberté ? Il a viré les us de France, lui a rendu l’indépendance totale. Hélas ils lui ont colle 68 et depuis qu’ils ont repris les rênes, voyez où en est le pays !!
      Il était extraordinairement visionnaire sur beaucoup de sujets que nous vivons hélas, pour de vrai comme disent les enfants !

       
    • #3039826
      Le 1er octobre à 17:49 par Eugénie
      1964 : de Gaulle reconnaît la République populaire de Chine

      Lui et ses communistes ont fait de la France le pays le plus gauchiste du monde occidental....

       
    • #3040022

      De Gaulle qui a fourni la bombe atomique à Israël ! Quel visionnaire !
      De Gaulle qui a offert le Sahara gorgé de pétrole au FLN algérien ! Un visionnaire je vous dis !

       
    • #3040027

      Si Staline était arrivé le premier à Paris ça m’étonne qu’il aurait laissé ce guignol s’installer au pouvoir ! De Gaulle a pu débarquer en vainqueur à Paris grâce et avec la permission des USA !

       
    • #3040124

      Que de provocations inutiles dans le seul but de susciter une réaction ! On se croirait dans une cours de récré.
      Plutot que de retracer le cv de de gaulle à votre sauce, y-a-t-il un quelconque moyen de vous faire donner un avis sur le sujet de l’article ? Bonne décision, mauvaise ?
      Ah oui, décision de coco j’oubliais...
      Pffff...

       
    • #3040159

      A no.y me : pour l’Algérie, il a été très visionnaire, et c’est maintenant que certains le comprennent. Vous devriez le ré écouter avec la vision réelle d’aujourd’hui sur ce sujet précis et vous comprendrez qu’il a eu plus que raison

       
    • #3040352
      Le 2 octobre à 16:10 par Boljemoï de boljemoï
      1964 : de Gaulle reconnaît la République populaire de Chine

      L’orgueil du Général de Gaulle n’était pas autre chose que sa volonté de défendre les intérêts de la France, l’image de la France, de prouver que la France existait, qu’elle avait son mot à dire dans le concert des nations...

      Quand de Gaulle se déplaçait, il y avait des foules énormes qui venaient parfois de loin pour le voir et l’entendre, et quand il prenait la parole devant une assemblée, les travées étaient combles et le silence religieux !

      Alors en comparaison, voir le freluquet élyséen s’agiter d’une façon grotesque devant des salles vides...

       
    • #3040357
      Le 2 octobre à 16:17 par Boljemoï de boljemoï
      1964 : de Gaulle reconnaît la République populaire de Chine

      Voyons Anonyme...
      Les États-Unis (comme la Grèce Bretagne) auraient tellement préféré voir en 19945 à la tête de la France une couille molle de politicard de la IIIe, du genre toutou bien obéissant !

      Un Macron avant l’heure, quoi !

       
  • #3039602

    Mais attention qu’elle ne finisse pas comme l’ile de Pâques.
    C’était la plus grande puissance du monde parce que elle s’est coupé du monde.
    Disons que c’était une puissance économique de premier plan mais qui réservait avant tout sa puissance a son seul peuple.
    Ils trouve néanmoins qu’elle a commercé avec le califat et l’Andalousie.
    Il est probable que les chinois et les arabes soit les premiers à avoir mis les pieds en Amérique.

     

    Répondre à ce message

  • #3039694
    Le 1er octobre à 14:00 par Course en solitaire
    1964 : de Gaulle reconnaît la république populaire de Chine

    Ce que j’aime le plus avec De Gaulle, c’est pas sa capacité perdue depuis longtemps à reunir les français que plus rien ne réunira à part le vice et le chaos, mais surtout sa capacité toujours aussi grande de faire apparaître les ennemis de la France : c’est simple , quand on prononce son nom pour une parmis toutes ses œuvres qui ont fait rayonner la Gaulle pour toutes les nations, ils ne peuvent pas s’empêcher de le tourner en ridicule, ce nom.
    Démontrant ainsi leur haine de la France Éternelle, rien d’autre.

     

    Répondre à ce message

  • #3039800

    Lire " quand la Chine s’éveillera , le monde tremblera " et on y est. Donc sa vision est la bonne. Il ignorait que la technologie serait si puissante , ce qui accélère evidemment la situation. Les particularités qui font aussi la force - plus ou moins dangereuse selon les événements mondiaux - de la Chine sont sa mentalité et son nombre. Elle se disait " l’empire du milieu ", le centre du monde,... !

     

    Répondre à ce message

  • #3039980
    Le 2 octobre à 02:13 par Fang dali
    1964 : de Gaulle reconnaît la république populaire de Chine

    En réponse au commentaire d’Eugenie et de la France gauchiste…si vous pensez ainsi, c’est que vous ne connaissez rien à l’histoire de France. Les gauchistes, comme vous avez décidé de les appeler, sévissent depuis plus longtemps. Un des moments fondateurs de ces extrémistes a été la révolution française, le nom de
    Jacobin leur a alors été accolé mais de Gaulle a dû faire à un moment donné avec des circonstances qu’il n’avait pas choisies. Le travail de destruction des valeurs qui fondent la civilisation française les poussent encore aujourd’hui en la personne de Macron a agir contre les intérêts des Français. Ni les communistes ni de Gaulle n’ont à voir avec cette…chienlit

     

    Répondre à ce message

    • #3040115

      Une maxime disait : "parents gaullistes, enfants gauchistes " !

       
    • #3040234

      C’est De Gaulle qui a procédé à l’Epuration et a placé tous ses copains et collabos dans tous les rouages de l’état, de l’administration et des armées ! Immense purge de tous les fidèles à la devise "Travail, Famille, Patrie " ! Tous congédiés, limogés et virés sans solde de l’armée ! C’est la réconciliation française à la De Gaulle !

       
  • #3040033

    De Gaulle, notre Zelensky à nous qui a résisté à l’occupant pour le compte des anglo-americains ! Sauf que zelensky, jusqu’à preuve du contraire, n’est pas réfugié à Londres !

     

    Répondre à ce message

    • #3040257

      A no.y me : quelle insulte et méconnaissance historique ! pas pour le compte des anglo américain, Il a considéré qu’aider ne veut pas dire " maintenant c’est moi le chef de ton pays," il les a virés et il a bien fait. Ensuite il était contre les anglais dans le marche commun./ Europe. Et bien d’autres vérités qu’on voit aujourd’hui l’oeuvre pour la destruction de la France.

       
    • #3040722

      Anonyme. Je vois que vous avez encore beaucoup à apprendre. À encourager ;)

       
  • #3040327

    @Anonyme

    La plus grosse dinguerie qu’ait jamais fait De Gaulle c’est de donner le Sahara, son pétrole et son gaz, au algériens alors qu’il ne leur appartenait même pas. Qu’il veuille donner l’indépendance à l’Algérie soit, mais le Sahara ne leur a jamais appartenu, et ce guignol leur a donné, pour le résultat que l’on voit aujourd’hui…

     

    Répondre à ce message