Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

À l’hôpital de Saint-Brieuc, les soignants ne supportent plus les agressions

Attaques physiques, agressions verbales, menaces de mort… Au centre hospitalier de Saint-Brieuc, la sécurité du personnel devient préoccupante. La direction prend des mesures pour prévenir et éviter ces actes malveillants qui semblent prendre de l’ampleur.

 

Après une nouvelle agression physique sur des collègues soignants, le Dr Christian Brice, médecin urgentiste à l’hôpital Yves-Le Foll à Saint-Brieuc et délégué de l’association des médecins urgentistes de France (Amuf), a écrit au préfet et à la direction de l’Agence régionale de santé (ARS). « Nous devons prendre à bras-le-corps cette problématique de la sécurité des personnels qui travaillent dans les services d’urgence », estime-t-il.

Au mois d’août, le service des urgences a été placé sous la protection d’un agent de l’entreprise Shark Sécurité. « Une protection de courte durée car, dès le 1er septembre, l’agent avait disparu, se plaint le Dr Brice. Si bien que deux jours plus tard, deux aides-soignantes se faisaient violemment agresser. »

 

« On a cru à un attentat »

[...]

Cette agressivité dont sont victimes les personnels de l’hôpital a été maintes fois rapportée, maintes fois dénoncée. Mais il semble que le phénomène prenne encore de l’ampleur. Comme l’indique ce graphique réalisé à partir des situations de violences recensées au centre hospitalier de Saint-Brieuc. Bien que toutes ne soient pas déclarées...

 

 

Lire l’article entier sur ouest-france.fr

L’impact du libéralisme sur la santé, à lire chez Kontre Kulture

 

L’hôpital malade de la société, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La société dans son ensemble devient violente, en moins d’une année dans le cadre de ma profession, j’ai été agressée trois fois sans aucune raison (deux fois ces dernières semaines...hasard ou accélération ?) ...Alors que durant plus de trente ans cela ne m’ était pas arrivé. Oui ça va mal mais que faire à notre niveau individuel ? A part reprendre un sport de combat et prier ?

     

    • Bonjour,

      Quelle est ta profession ?


    • Tatiebaba, vous êtes d’accord pour dépenser de l’argent pour un club de boxe ou autre ? Franchement c’est pas à nous de payer la casse sociale.

      Si vous le pouvez tant mieux, le sport c’est toujours bénéfique, mais c’est aussi de l’argent et du temps libre, alors qu’en temps normal vous n’auriez jamais pensé à faire çà.

      Est-ce que çà n’est pas faire le jeu du système justement ?

      Est-ce qu’une simple bombe lacrymo ou au poivre toujours à portée de main ne ferait pas l’affaire ?

      PS/ C’est curieux que l’on voit des vigiles partout dans les magasins, et pas un seul dans les hôpitaux, où l’on entre comme dans un moulin. Effectivement ce sont des cibles faciles.


    • Je suis agent immobilier, j’ai acheté une bombe lacrymo sur les conseils d’un armurier il y a quelques années (par précaution ressentant un malaise mais pas encore de vraie agression...) et je me suis retrouvée au poste car en fait on ne peut pas avoir de bombe lacrymo dans son sac :) ahahah prise en flag en allant chercher un Kbis au Tribunal...Couillonne de bonne foi que je suis...Bon c’est décidé je vais me remettre au sport.


    • Il faut opter pour le Taser de contact. Je n’en ai pas mais je sais que c’est parfaitement légal. Un bon substitut au cassage cassage de gueule quand ce dernier n’est pas envisageable pour diverses raisons, qu’elles soient physiques ou légales :-)


  • Les bretons cathos de gauche ont longtemps fait les vertueux. Aujourd’hui, ils peuvent apprécier les effets de la politique pour laquelle ils votent traditionnellement. Petit défoulement : bien fait pour eux.

     

    • Oui c’est assez amusant de voir les Bretons et les gens de l’Ouest manger leur pain noir depuis quelques temps alors qu’ils étaient si prompts à donner des leçons de gauchisme depuis des décennies, notamment dans les soirées parisiennes (15 ans de débats houleux pour ma part, souvent à 1 contre 10). C’est triste pour les victimes, mais c’est ainsi.


    • 100% d’accord. Il faut reconnaître que les gens qui ne sont pas concernés par les problèmes ont tendance à les occulter. Et ca se voit dans les votes. Les Bretons votent à gauche depuis toujours.
      Donc en effet c’est assez drôle de les voir expérimenter les bienfaits du vivre ensemble à leur tour.


    • Les commentaires tels que les 3 précédents ( et bien d’autres du même type sur cette page) me font enrager.
      Quand je vois dans quel état se trouve La France actuellement, en suis je à culpabiliser l’ensemble des Français pour leurs mauvais choix électoraux ? Non !
      On sait tous qui sont les fautifs.
      Je suis Breton, Jean-Marie Le Pen, Boris Le Lay et bien d’autres encore, le sont aussi.
      Que connaissez vous de l’histoire de l’île de Sein ou du maquis de Saint Marcel ?
      Ce n’est certainement pas ce genre de commentateurs, donneurs de leçons, qui nous apprendront ce qu’est être nationaliste et de respecter nos anciens morts pour la patrie !
      Non,vraiment, les Bretons ne manquent pas de nationalistes et de patriotes dans leurs rangs, merci pour eux...
      Mais peut être avez vous quelque chose de plus à nous apprendre ?
      A bon entendeur ...


    • @ Gweltaz

      Votre commentaire n’a aucun sens , c’est un fait indéniable , jusqu’à récemment les bretons votaient très peu pour la vilaine esstrême droâte , et on nous expliquaient que c’était parce qu’ils sont de bons catholiques tolérants , avec un niveau d’éducation supérieur à la moyenne nationale, très différents des demeurés nordistes consanguins quart-mondisés et autres narbonnoïdes à marcels velus et racistes , mais maintenant que les chances pour la France commencent à les coloniser ils virent leur cuti , n’est-ce pas bizarre ?


  • C’est la sécurité de tous les Français qu’il faudrait "prendre à bras-le-corps" !
    Quand l’Etat est faible avec les forts et fort avec les faibles, voilà ce qui arrive.
    Seule solution : une volonté politique forte, un message clair et tolérance zéro, couplés à une redistribution des moyens (moins sur les routes et pour le confort des politiciens et ceux qu’ils protègent et davantage pour la sécurité civile)
    Evidemment un tel gouvernement serait taxé "d’extrême droite"...


  • Peut être que le régime en place pourrait déplacer quelques forces de l’ordre qui protègent des intérêts privés genre : écoles confessionnelles ou lieux de cultes davidiques, vers les services publics de la santé, comme les hôpitaux qui subissent cette insécurité. Aller juste un ou deux.. non ? Ah bon ok.


  • La violence s’installe partout parce que de plus en plus de monde se fout de tout. Le respect, la politesse, la loyauté et ce genre de considérations font partie d’un passé enterré depuis longtemps. La faute à l’éducation ? (et pourtant ça concerne aussi les vieux...) A la revendication de sa propre liberté (sans limites) ? Je n’ai pas la réponse...


  • Il faudrait élargir les couloirs...


  • Bravo. Ce sont les gouvernements successifs qui nous ont amenés a cette situation.
    Comme disait Alain Soral :( il faut le retour des burnes)


  • Plus la société tombe dans la précarité plus elle devient agressive .D’une part tout le monde se méfie de tout le monde, la peur gagne du terrain .Que ce soit dans la rue , au travail, et depuis pas mal d’années, dans les hôpitaux .Cette tension est due à l’insécurité et la fragilité grandissante que nous inflige ce gouvernement, et le manque de repaire de certains individus, parce qu’ils ne punissent plus la délinquance, mais l’honnête citoyen qui aurait fait un excès de vitesse malencontreux , ou un "dérapage verbal" sera aussitôt sanctionné, sans ménagement .
    Il faut que l’insécurité rapporte, quant à l’autre qui nous bouffe la vie quotidiennement, rien à foutre, démerdez-vous .


  • Qu’est-ce qu’une pseudodémocratie inscrite dans l’hypercontrainte par l’hyperviolence peut engendrer d’autre ? On se tait et on se soumet tant que c’est possible. Chacune des victimes de cette escroquerie à ses propres limites devant ce qu’elle suscite de frustration, de révolte, de méfiance, de dépression et de rancune. Ce régime n’est, de fait, que de la déception dans de la coercition, avec un niveau d’agressivité proportionnel chez ceux qui le subissent. A ceux qui surplombent et entretiennent ce marasme d’y mettre fin puisqu’eux seuls ont ce pouvoir. Avant le point de non-retour...


  • Dans le Var , le personnel du SAMU vient d’être équipé de gilets pare-balles.


  • entreprise " shark sécurité "...

    étant infirmier je suis concerné par cela, paradoxalement beaucoup de situation de crise son du a une mauvaise communication et un manque de tacts des soignants du fait d’une fatigue, stress ect.

    Les soignants et les patients sont le reflet de notre société.

    Après et c’est le plus grave, a chaque agression physique subit dans mon service , le patient ou sa famille n’a jamais étant mis face a ses responsabilités. Une fois la crise passé on fait genre il ne c’est rien passé. Cela reste cependant exceptionnelle, pas comme aux urgences.

    Personnellement une seul fois une de mes patients a essayé de me frapper et j’ai été très clair " si sa mains approchait encore une partie de mon corps à moins de 30 centimètre je ne m’occuperais plus d’elle".

    Bref , et tout les patients, hormis cas psychiatrique, que l’on me présentait comme étant casse couille ou violent , je n’ai jamais eu de soucie.

    En gros si on est clair , ferme dans son discours et que le patient se sent respect ou en tout cas entendu et pas infantilisé c’est vraiment rare que cela se passe mal.


  • #2048303

    Quand vous restez des heures à souffrir sans qu’on vous prête la moindre attention, voire quand on vous traite comme un sac à merde, ça fout la haine en effet.
    De là à dire, qu’il y a des baffes qui se perdent....


  • Quand le vernis de " civilisation " est usé , le barbare primitif fait surface !!!

     

  • - 1 : Qui sont les agresseurs (avant on n’entendait pas parler de ça) ?
    - 2 : C’est où Saint-Brieuc ? Ah, en Bretagne « Terre d’accueil » gaucho-immigrationniste, surtout quand c’était chez les autres ;
    - 3 : Et là, c’est pas la primo-immigration (dont en général on finit par se satisfaire comparativement), non c’est la « néo », justement envoyé en cette belle Terre non saturée ;
    - 4 : Démerdez-vous ! Pensez projet printanier, Merde ! Faites des milices antifa, parce que vos affiches et vos procédures bisounours, laissez moi rire.


  • Les bretons votent depuis des années pour les gouvernements socialistes. Il est aussi temps que les problèmes se répartissent.


  • Au début des années 90, ayant connu une période de chômage, dans ma carrière et ne supportant pas de rester glander, profitant d’une actualité qui traitait presque chaque jour des agressions dans les hôpitaux, surtout nocturnes, nous nous étions proposés, un copain et moi, pour y faire des rondes bénévolement.

    Les autorités locales nous ont assuré d’étudier sérieusement notre proposition, à la condition sine qua non, que nous renoncions d’office à toute utilisation éventuelle, de la force. Nous avons répondu que cela, ce sont les circonstances d’une éventuelle intervention qui en décideraient. On attend toujours la réponse. LOL Bonne chance et courage, le personnel des hôpitaux !


  • La violence est bilatérale, elle est devenue endémique en très peu d’années. Les anciens humains qui ont gardé leur individualité avec leur conscience ne sont plus supportés par le nouveau peuple des robots.
    La violence est médicale, la violence est dans la rue, la violence est à l’école, dans le bus (si on vous y laisse monter)...

    Il ne faut surtout pas aller aux urgences : ce sont souvent des heures d’attente, donc l’inverse d’un service d’urgence auquel on s’attend, sauf si votre médecin vous envoie lui-même et appelle le service pour signaler votre arrivée. Je l’ai vécu lors d’une admission aux Quinze Vingts pour mes yeux.

    Utiliser la vitamine C à haute dose, l’argile verte, etc. tous les moyens qui nous permettent d’éviter d’être en situation d’extrême urgence et de dépendance lors d’un accident de santé ou même d’une rage de dents.
    Prendre conscience et confiance en nos capacités d’auto-guérison, ne plus nous sous-estimer, faire de notre souveraineté une priorité, ne pas remettre notre santé entre les mains d’inconnus qui sont peut-être lobotomisés par le système.

    Si on est hospitalisé : la violence hospitalière est parfois le lot quotidien.
    Hélas je l’ai vécue aussi : 2 jours après l’opération, coup de poing sur la couture verticale de 35 cm de long sur mon ventre "pour vous empêcher de tomber", perfusion de morphine forcée, au mépris total de ma volonté, pas droit à des repas même en pesant 45 kilos "parce que la diététicienne n’est pas encore passée" etc, etc... Aucun préfet appelé à mon secours.
    Vous avez l’impression d’avoir perdu vos droits civiques, et peu à peu vous vous apercevez que ce n’est pas une impression.


  • Bof ,de toutes façons tous ces hôpitaux de province sont en sursis , faute de moyens , de personnel et de modernisation .
    Bientôt nous aurons droit aux assoces de médecins itinérants ,comme aux USA ou en Afrique .Dentistes ,radiologues et praticiens viendront en caravane soigner les gagnants du tirage au sort , les perdants retourneront chez eux soigner leurs maux avec de l’ail et des clous de girofle .
    en attendant le prochain passage de la caravane . Aie ! Les Aristos du portefeuille , eux , prendront leur berline téléguidée ou leur jet perso et iront se faire greffer des couilles de Pakistanais à la capitale des Anciennes Gaules .

     

  • Qui agresse dans les hôpitaux et pourquoi ??


  • Ils sont fous ces bretons !


  • Reconciliation vous dîtes ? Le problème n’est pas une question de race, de culture ni même de religion ou d’éducation, c’est un probleme de QI !


  • Sans doute des bandes d’extrême droite.


Commentaires suivants