Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Comment (et pourquoi) Steve Bannon veut faire éclater l’Europe

« Comment Steve Bannon veut conquérir l’Europe », titre France inter. En fait Steve ne veut pas conquérir l’Europe, ce titre n’a aucun sens. Le vrai sens de son action ou de ses actions bilatérales est justement de faire éclater l’Europe – qui n’a pas besoin de lui pour ça – en profitant du renouveau nationaliste qui enfle dans tous les pays touchés par la crise migratoire, ou plutôt l’invasion migratoire programmée par l’oligarchie mondialiste. Sans oublier la crise économique et l’orage financier qui vient.

 

Bannon veut accélérer l’éclatement de l’Europe pour pouvoir redonner encore plus de pouvoir aux Américains, sur ordre de Trump. Car ne nous y trompons pas : l’Union européenne est le premier concurrent économique des USA, devant la Chine qui n’est pas un concurrent économique au sens premier du terme. C’est un sous-traitant surpuissant, mais un sous-traitant.

Trump ne veut qu’une chose : conserver le leadership économique mondial en affaiblissant l’Europe, afin de traiter de manière bilatérale avec tous les grands pays qui l’intéressent et qui forment l’ossature de l’UE : France, Italie, Allemagne, Royaume-Uni (c’est fait), Belgique. Voilà pourquoi les Autrichiens (complètement américanisés depuis 1945) et les Hongrois s’en foutent. Surtout, Orban sait une chose : c’est l’UE et plus précisément l’Allemagne qui fait travailler la Hongrie, pas l’Amérique...

En détricotant l’UE, le couple Trump-Bannon – Bannon n’a jamais lâché Trump ni Trump Bannon, ces deux fieffés coquins travaillent de concert depuis le début – espère reprendre l’avantage que l’Amérique a logiquement perdu depuis la mondialisation des échanges. Les relations économiques sont de plus en plus multipolaires, et il est de plus en plus difficile aux États-Unis de s’imposer, d’imposer leurs produits.

Le monde change, les BRICS avancent, la carte du Proche-Orient a du mal à obéir aux intérêts américano-israéliens, la Chine refuse la hausse des droits de douane américains, les Corées s’entendent sur le dos des Chinois et des Américains, la Russie a fait depuis Poutine un bond géopolitique de géant, c’est la fin des 20 Glorieuses américaines (1989-2018) : l’Empire vacille.

L’ironie de l’histoire, c’est que c’est un Américain d’origine hongroise, George Soros, qui finance en partie l’invasion migratoire en Europe, qui arrange bien les intérêts américains, en l’occurrence ceux du couple Trump-Bannon. C’est à se demander si ces trois oiseaux ne travaillent pas de concert contre la vieille mais encore très riche Europe, qu’ils ne demandent qu’à piller !

Pour info, ces deux zones économiques majeures ont un niveau de PIB équivalent – 19 390 milliards pour les USA et 17 308 milliards pour l’UE – mais pour 446 millions d’habitants (511 avec le Royaume-Uni) dans l’UE et 316 aux USA.

« Au global, en 2012, les comptes publics de l’UE à 28 s’avèrent plus équilibrés que notre partenaire américain. Le déficit public européen se monte à 3,9 % du PIB, et la dette à 85 % du PIB, malgré une nette augmentation durant la crise. Les États-Unis affichent eux un déficit de 8,3 % de leur PIB et une dette à 103 % du PIB, tandis que le Japon fait encore pire  : 10,1 % de déficit public et une dette à 238 % du PIB.

En 2013, l’UE affiche une balance commerciale excédentaire, pour les biens comme pour les services. Enfin et surtout, l’économie de l’UE est plus égalitaire que celle des États-Unis, avec des disparités de revenu relativement modérées. » (Source : La Croix 2014)

PNG - 81.3 ko
Les PIB comparés des trois grandes zones économiques

 

Finalement, l’Europe, malgré sa faiblesse politique et son inexistence géopolitique, entretenues à dessein par ses adversaires (dont l’union américano-israélienne), demeure la première puissance économique du monde.

« L’UE ne compte que 7% de la population mondiale, mais ses échanges commerciaux avec le reste du monde représentent environ 20% du volume total des importations et exportations mondiales. L’UE est le principal exportateur mondial représentant 15,4% de toutes les exportations, devant la Chine (13,4%) et les Etats-Unis (10,5%). Les Etats-Unis sont demeurés, de loin, la principale destination des biens exportés depuis l’Union en 2011, suivis de la Suisse, de la Chine et de la Russie. » (Source : Geopolis 2011)

C’est surtout ça que les Américains veulent faire exploser. Derrière le soutien aux nationalismes européens de Bannon, il y a un calcul américain bien concret.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Le plan de Steve Bannon est de bloquer l’Europe dès 2019. Comment ? En faisant élire un maximum de candidats d’extrême droite euro-sceptiques. Il compte donc bien faire adhérer ses éventuels gouvernements ou partis alliés à son nouveau mouvement, sa fondation, baptisée Le Mouvement.

 

Steve Bannon est convaincu que les prochaines années vont voir l’arrivée massive des populistes au pouvoir en Europe. Il pointe du doigt notamment le Brexit, la réélection de Viktor Orban en Hongrie, les bons résultats du FN lors de la présidentielle, ainsi que la victoire, en Italie, du mouvement d’extrême droite de la Ligue du Nord allié au mouvement populiste Cinq étoiles (M5S), en février dernier.

[...]

Il imagine à travers cette fondation une fédération politique qui regrouperait, à terme, un tiers des députés européens.

Cette fondation financerait les causes des partis affiliés. Steve Bannon estime en effet que les forces politiques populistes mènent leur combat avec des budgets trop réduits en Europe. Cette fondation fournirait sondages, conseil et réflexion à des personnalités à la droite de l’échiquier politique. Son quartier général européen est implanté à Bruxelles, au cœur de l’Europe.

 

Le Brexit, une première victoire pour Bannon

Bannon était à Londres en juillet pour rencontrer plusieurs représentants du Brexit, susceptibles de rallier son projet.

Selon Raheem Kassam, un ancien proche de la figure de proue des pro-Brexit Nigel Farage, qui a travaillé pour la version britannique de Breitbart :

« L’organisation est déjà une association structurée avec un budget annuel significatif et nous avons déjà commencé à recruter une équipe »

L’Italie, une deuxième victoire

[...] Matteo Salvini, a reçu début septembre Steve Bannon dans l’optique de faire de sa mouvance « le premier parti parlementaire européen » et de « sauver l’Europe ».

Par ailleurs, Steve Bannon contribue à l’élaboration du cursus de formation d’un institut catholique italien marqué à droite, dans le cadre de ses efforts pour diffuser la pensée conservatrice au sein de l’Église.

L’institut Dignitatis Humanae est installé dans le monastère de Trisulti, près de Rome. Selon son directeur, Bannon aide l’institut depuis quatre ans. L’un de ses représentants est connu pour critiquer ouvertement les choix du pape François. En plus d’élaborer le cursus de formation, Steve Bannon recueille des fonds pour l’institut, en Europe comme aux Etats-Unis.

 

La Belgique dit oui

Selon le journal belge le Standaard, le président du parti populaire belge, Miscaël Modrikamen, aurait déjà officialisé son rapprochement avec l’américain. Le belge a participé à plusieurs réunions organisées en juillet à Londres par Steve Bannon avec des leaders de mouvements populistes.

 

Marine Le Pen aussi

Marine Le Pen avait elle-même invité la figure de proue de l’alt-right américaine (droite alternative, souvent assimilée à l’extrême-droite) pendant la présidentielle française lors de l’un de ses meetings.

Le Rassemblement national (ex FN) va « très certainement » adhérer à la fondation de Steve Bannon, selon le député RN Louis Aliot, cité pour conduire la liste de son parti aux élections européennes.

[...]

L’Autriche et la Hongrie disent non

L’extrême droite autrichienne n’est pas désireuse de collaborer politiquement avec l’ex-conseiller de Trump. C’est du moins ce qu’a affirmé le secrétaire général du FPÖ, Harald Vilimsky.

[...]

Lui aussi interrogé sur une éventuelle collaboration avec Bannon, le Premier ministre hongrois ultra conservateur Viktor Orban a répondu ne pas être « intéressé par des choses qui ne touchent pas la Hongrie ».

Lire l’article entier sur franceinter.fr

Bannon, le canon anti-européen, sur E&R :

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il faut savoir que tous nos politiciens sont des multi-millionnaires qui ont leurs avoirs dans des paradis fiscaux pas à la banque postale LOL... évidement leur ponion est placé en dollar USD ils ont donc interêt que le dollar reste au dessus de toutes les autres devises Euro compris , l’invasion migratoire sert aussi à ça , à apauvrir les nations européennes , à dévaloriser l’Euro sur le marché du forex mais en ce moemnt ça change à la vitesse d’un TGV , le Venezuela vient d’émettre une devise digitale le Petro indexé sur une réserve de pétrole , l’Iran et la Chine ont accepté les échanges avec cette nouvelle crypto-monnaie , le dollar USD perd du terrain à vitesse grand V , je serait pas étonné d’une attaque des USA ou de leurs alliers sur le Venezuela vers le mois de avril mai 2019 , c’est souvent à cette date que ces vouyoux attaquent militairement les nations souverainnes .


  • En fin de compte, la Chine n’existe pas ; c’est encore pour longtemps l’atelier de l’Occident, cela et rien d’autre...
    les rigolos qui voyaient Trump comme le « sauveur » de mon cul -sur -la commode doivent en être pour leurs frais, n’est ce pas Bayin, Matrix, JP et autres amuseurs de la Toile ?

     

    • @u roitelet



      En fin de compte, la Chine n’existe pas ; c’est encore pour longtemps l’atelier de l’Occident, cela et rien d’autre...



      1) Après t’être déjà allègrement trompé sur la Grèce ou sur la Syrie, voilà que tu te fais expert sur la Chine.

      2) Tu crois qu’un pays qui n’existe pas serait capable de lutter contre les mesures de Trump ?



      les rigolos qui voyaient Trump comme le « sauveur » de mon cul -sur -la commode



      Quand on a un président comme Macron ; on se tait en ce qui concerne les choix électoraux des autres peuples.



      doivent en être pour leurs frais



      Absolument pas ! Moi, en tout cas, ça prouve que j’avais raison. Voir un populiste faire la nique aux mondialistes est plutôt agréable.
      Il n’est pas dit que Trump, hélas, ne l’emporte aux prochaines midterms ; mais j’admets qu’il aura bien prouvé la vulnérabilité du système (obligé de faire fermer site dissident sur site dissident, comme une bonne vieille dictature du tiers-monde à l’approche des élections). Et si par le plus grand des miracles il l’emporte et qu’il réussisse à faire monter les populismes dans cette UE totalitaire, alors je suis pour.



      n’est ce pas Bayin, Matrix, JP et autres amuseurs de la Toile ?



      Les pleurs du petit égo meurtrit.

      Toi qui espère que la France soit, comme la Grèce, vendue et soumise à l’Allemagne, tu n’as pas vraiment ton mot à dire.


    • Ils sont du même calibre de ceux qui voient en Poutine un opposant au NOM.


    • Les gens ont le droit d’avoir leurs propres opinions..."quand meme".

      Prenons Trump ; jusqu’à il y a quelques mois, moi aussi j’y croyais... et rien ne garanti que ce n’est pas MAINTENANT qu’on appréhende mal la situation.

      A mon avis, cest durant le second terme que cela va se jouer ; Trump a ete mis en place pour réaliser ce que Clinton n’aurait pu faire, cela explique le comportement inexplicable des médias(sauf fox news) qui, de part leurs grotesques, renforcent la position de Trump avant les mi-mandats...
      "servir la soupe" comme on dit.


    • #2048403

      - amusant (mais pas surprenant) un de mes commentaire sur les ventes d’armes croisées (Donald/Vlad) n’a pas été publié... Trop en avance sur l’éditorial E&R et assez caustique, je dois l’avouer...

      Le dernier feux d’artifice chez Assad ? Navires, troupes, maintenance, assurances ? Des milliards de dollars juste en une nuits ! Quand même, merde ! 80 millions $usd, ça c’est des amuses-geules, faut englober le reste... (et toujours en famille... Hein Marcel...)

      Voyez les conflits actuels d’un point de vue pûrement commercial (eschatologique aussi, vu que dans certaines religions, le Business c’est $acré...)

      Pour vous ? La merdasse ? Le monde du rêve (Cerise ? Si tu m’entends)

      - Les news, les soit-disantes oppositions politiques, la démocratie, les droits de l’homme, des vaches et des pinguins, les trous dans la couche d’ozone, etc :

      TOUT EST BIDON.

      Mais les cons-tribuables ? Eux ? Ils en crâchent jusqu’au sang...


    • @The King

      Retirez ce que vous venez de dire à mon sujet.
      C’est faux, et c’est même exactement l’inverse de la vérité : j’ai été un des premiers à dire que Trump n’était pas le sauveur qu’il prétendait. Depuis environ un an. Et vous ?


    • @u roitelet



      En fin de compte, la Chine n’existe pas ; c’est encore pour longtemps l’atelier de l’Occident, cela et rien d’autre...



      Va dire ça à un pays qui est capable de tenir tête aux réformes douanières US s’il n’existe pas.



      les rigolos qui voyaient Trump comme le « sauveur » de mon cul -sur -la commode doivent en être pour leurs frais...



      Quand on a un président comme Macron, on a pas de critiques à émettre vis-à-vis des choix électoraux des autres pays.


    • @bayinaug
      "Quand on a un président comme Macron, on a pas de critiques à émettre vis-à-vis des choix électoraux des autres pays."

      Je me permets de croire que personne ici n’est responsable, en aucune manière, de l’élection de Macron.

      Donc votre argument est franchement illogique, et en tous cas il n’est pas recevable. Vous voulez défendre Trump, c’est votre droit. Certes c’est une position difficile, de plus en plus, mais ça ne devrait pas vous autoriser à employer n’importe quel moyen.
      En plus, votre démarche est franchement pas clean, lorsque vous prétendez carrément interdire à votre contradicteur de parler.

      Bon, après, vous avez des circonstances atténuantes, incontestablement. L’envie de bâillonner "The King" peut se comprendre...


    • @ JP

      Il est le président de TOUS les français, donc : de vous, de moi, du roitelet...

      Et je suis désolé, mais quand on a un chef aussi mauvais, on ne peut pas parler de façon crédible de ce qu’il y a à l’étranger. S’il s’était agit d’un dictateur violent qui aurait pris le pouvoir par la force, là, je serai d’accord pour dire que nous ne sommes en rien responsable. Mais là, ce n’est pas le cas. Mettez-vous à la place d’un étranger qui voit les citoyens d’un pays obéir, bon gré, mal gré, à un président qui a clamé haut et fort que la culture de son pays n’existe pas et qui a été élu plus que confortablement par une majorité de ressortissant de ce pays ; vous auriez du respect pour un tel peuple ? Moi pas. Hélas ! Dans le cas présent, ce peuple : c’est nous. Et par conséquent, il faut se forcer à baisser d’un ton car on est tout sauf crédible. Ou alors on trouve normal que le ressortissant d’un pays qui érige un mur de séparation et traite les immigrés comme de la m..... vienne chez nous donner aux autres des leçons de vivre-ensemble et d’acceptation de l’étranger.


    • Je vois le raisonnement, mais j’acquiesce pas. De la même manière que je ne me sens tenu à aucune repentance pour certains passages de l’Histoire de France, je ne me sens aucunement lié par le vote de mes contemporains. C’est leur vote, et je ne l’ai contrôlé en aucune manière.

      S’il s’était agit d’un dictateur violent qui aurait pris le pouvoir par la force, là, je serai d’accord
      Il ne l’a pas pris par la force, mais en faisant une utilisation perverse des règles du jeu : primaires truquées, des deux cotés, afin de monopoliser toutes les voix de ceux qui votent pour "les partis de gouvernement", puis instrumentalisation du FN (comme Chirac en 2002). Ensuite, les seuls vrais électeurs dans l’affaire sont les quelques milliardaires contrôlant les médias, qui ont décidé, entre le dessert et le digestif, que ce serait lui. Bref, il n’était que la figure de proue d’une junte médiatique.
      Donc pas plus légitime que s’il avait pris le pouvoir par la force.

      Quant aux méthodes de Bannon pour faire élire Trump, elles n’étaient pas moins manipulatoires (Cambridge Analytica), même si elles ont été très différentes.


    • @Latex On attend toujours vos preuves du contraire, étrangement elles ne viennent jamais. Peut-être parce que vous avez et le savez. @Bayinnyaug Il va les remporter haut la main ses midterms déjà Kavanaugh est passé en force, un démocrate a même voté pour lui.


    • @JP Au contraire, il fait bien de rappeler que 10% d’olibrius ont votés pour cet énergumène et qu’on va devoir se le taper pendant 5 ans (Si il ne lui arrive pas un pépin en attendant), par la faute de ses décérébrés du bulbe.


    • @JP En quoi ses méthodes étaient manipulatrices, il est allé chercher ses électeurs et eux ont été réceptif au message, se que les français ne sont pas.


  • Tout ce qui vient des États-Unis est poison !

    Maintenant on sait qu’il est grillé.

    Que Marine Le Pen saute les deux pieds dedans, çà ne m’étonne pas. Mais est-elle vraiment pour la France cette bonne-femme ?

    Donc le projet Bannon, si j’ai compris, c’est d’affaiblir l’Europe, mieux que ne le ferait l’UE ?

     

    • On peut aussi se servir de Bannon pour virer la technostructure bruxelloise, et après on verra....
      Beaucoup de "nationalistes" sont en fait opposés à l’Europe telle qu’elle est, pas l’idée européenne.


    • Ne pas oublier que l’UE a été conçue dès le départ comme un outil de vassalisation de l’Europe par les Etat-Unis.
      Trump doit sentir une volonté d’émancipation, mais franchement peut-on faire confiance à la Commission pour une Europe au service des peuples ?


  • La dette du Japon : 238% du PIB, mais attention ! cette dette est détenue intégralement par les particuliers Japonais : il n’y a donc pas de dette au japon, le fric reste au Japon . CQFD .

     

    • Oui, et cela sert de plan épargne-retraite, car le système de caisse de retraite à la manière européenne est très peu développé au Japon.
      Résultat, le système économique japonais doit verser une rente financière au retraité, par contre il n’a pas de pension de retraite (au sens strict) à lui verser.

      Donc, une comparaison non biaisée avec le Japon devrait prendre en compte et les remboursements futurs de dettes, et les engagements déjà pris sur les pensions de retraite qui seront versées.


    • C’est que les gens vont se mettre à envoyer se faire foutre la dette ?


  • On ridiculise les patriotes en les appelant "populistes" .


  • Soros est multimilliardaire : il peut avoir une influence . Bannon est mille fois moins riche que Soros : il ne peut être influent à moins d’avoir de très riches mécènes, désintéressés évidemment...

     

    • Les mécènes riches, Bannon n’en manque pas.

      Lorsqu’il travaillait à faire élire Trump, Sheldon Adelson a aligné 80 $millions, et Robert Mercer 40 $millions.

      En plus, dans le cas présent, il est raisonnable de supposer qu’il est "encouragé" par la faction de Washington qui est impérialiste, mais pas sioniste. La nuance est importante, car pour les autres sujets que l’Europe, les moyens de Bannon ont souvent été très diminués par l’opposition de ces impérialistes non sionistes.


  • Trump a tendu la main à Macron début Juin en lui propisant une sortie de l’UE en échange de relations commerciales favorables. Tout homme politique de bon sens et au service du peuple français aurait accepté mais lui non ...
    Trump et Bannon ne font qu’appliquer leur programme, Make america great again, pourquoi leur en vouloir

     

  • Je suis curieux de voir la victoire des patriotes ! Sachant que l’UE est un outil sioniste dont les élections sont aussi truquées qu’inutiles puisque c’est la Commission qui décide en dernier ressort. Je rappelle que les Commissaires sont nommés et non élus. Dans la pratique, ce sont des gangsters à la solde de l’oligarchie chargés de nous plumer avec doigté.

     

  • Merci ER d’êtres objectifs sur Trump. La prochaine étape serait un article explicatif en quoi Trump et Poutine sont les deux représentants des factions oligarchiques.

     

  • Tout ceux qui gravitent autour de Trump sont des escrocs, on se demande bien pourquoi...


  • Vous y croyez au moins à ce que vous racontez … !!


  • #2048392
    le 24/09/2018 par The Médiavengers Zionist War
    Comment (et pourquoi) Steve Bannon veut faire éclater l’Europe

    La Chine pas un problème ? Alors l’agitation de Trump c’est du pipeau ?
    Et l’Amérique une puissance mondiale ? En trompe-l’oeil certainement, mais vu les chiffres et les résultats obtenus, j’en suis moins sûr.
    Des gens comme Bannon nous renvoient une fois de plus notre incapacité à faire le travail nous-même. On peut se faire plaisir en enfonçant les Etats-Unis, mais leur psychologie leur donne plus de chances de se relever que la France, où on est tellement paumés qu’on attend (seconde nature ?) que Pierre, Paul, Jacques ou Vladimir viennent nous sauver (on se demande bien pourquoi ils le feraient !).
    La stratégie de Bannon, c’est exactement la mienne. Sauf que je ne souhaite pas avoir encore une fois une dette à payer aux Etats-unis pour venir nous sauver.
    En creux, cela signifie quoi ? Qu’il faut conserver l’UE quand même car "le moins pire" face aux appétits américains ?
    Non, il faut en effet faire exploser l’UE de l’intérieur en votant massivement pour les partis nationalistes, peu importe ce qu’ils sont. C’était déjà ma stratégie aux élections présidentielles, donc rien de nouveau. La crise européenne, il faut la provoquer jusqu’à la rupture tout en anticipant et en étant dans la place pour ne pas laisser les manettes aux américains et aux technocrates.
    Car la stratégie de Bannon est vouée à l’échec. Après avoir crée l’Europe contre l’URSS, il veulent l’affaiblir en la détruisant. En quoi tout cela a-t-il changé la destinée de l’Amérique ? Malgré tous les bâtons mis dans ses roues, l’Europe en tant qu’entité constituée de multiples Etats et culture tient encore. La merveilleuse et surpuissance Amérique mord la poussière plus que jamais.
    Oublions Bannon et Trump et toutes leurs entourloupes. Ce ne sont pas eux qui ont réveillés les populistes mais bien les peuples européens. Je ne suis pas d’un naturel optimiste mais constatons tout de même cette réalité. Appuyons-nous éventuellement sur cette stratégie tout en attendant rien de ces personnages et retrouvons un peu de confiance en nous.

     

    • #2048669

      Enfin un commentaire sensé, mais :
      En fait, il ne s’agit pas d’attendre bêtement que Vladimir ou Donald viennent nous sauver ; il s’agit d’être au fait de la guerre des différents clans oligarchiques et de s’en servir ! La présidentielle de 2017 nous a au moins montré une chose : que les réseaux pro-Kremlin n’ont en France qu’une influence très limitée pour ne pas dire inexistante. Au vu de la facilité avec laquelle les réseaux oligarchiques dominants en occident (Rothschild) ont dégagé les deux seuls candidats que les Russes auraient bien aimé faire élire : Fillon ou Marine. En même temps c’est logique : ils tiennent tous les médias et cherchent même à faire taire la station RT qui n’a pourtant qu’une diffusion confidentielle !
      Alors, si les réseaux pro-Trump présents en France et en Europe peuvent faire mieux que les réseaux pro-Russes à l’occasion des Européennes, il faut s’en servir ! Après tout, la faction oligarchique contre laquelle nous luttons en Europe est bien la même que celle qui soutenait Hillary Clinton contre Trump aux US...
      Enfin, ne pouvant par définition rien faire par nous même (faute de moyens, de réseaux, de médias donc d’influence sur l’opinion et les décideurs), nous ne pouvons donc défendre nos intérêts et nos idées qu’en s’appuyant sur des camps oligarchiques rivaux face au pouvoir sans limite des oligarchies dominantes impérialo-mondialistes. Le tout est de savoir qui fait quoi, qui finance qui, qui influence qui et dans quels buts. Car il ne s’agit en aucun cas d’être naïf.


  • Je croyais que Bannon était pote avec Netanyaou !!…


  • Je ne comprends rien à l’article, l’U.E. n’est qu’ une simple institution au service de l’Allemagne qui n’est qu’une dépendance des E.U., une coquille vide qui ne fait qu’affaiblir ses membres et donc appauvrir leurs populations. En quoi sa disparition aiderait la présidence actuelle de la maison blanche ou ses successeurs ? Au contraire, l’Angleterre ne peut que se renforcer en la quittant, c’est d’ailleurs le voeu de la City ce départ.

     

    • Tout deviendra beaucoup plus logique, si vous considérez que l’Allemagne n’est plus une dépendance des US.
      Les exportations de l’Europe qui font de la concurrence aux US, c’est l’Allemagne,
      Le grand acheteur de gaz russe, au désespoir des US, c’est l’Allemagne,
      la monnaie qui fait concurrence au $, c’est la monnaie allemande, l’euro.
      Le grand complice commercial et industriel de la Chine, c’est l’Allemagne,
      etc..etc.. si vous cherchez dans cette direction....


  • Apparemment ce qu’on doit comprendre c’est que le poison et le remède sont fabriqués par le même Empire sous copyright


  • Nous autres français aurions pu sortir de l’UE depuis longtemps.on y est pas arrive.comme d’hab,il faut que les US viennent nous sauver parce qu’on est incapable de s’en sortir tout seul.les midterms et la fin de la guerre en Syrie nous éclaireront sur Trump,héros ou félon pour le citoyen occidental moyen ?


  • A propos de la Chine : depuis les sanctions US les ventes de voitures US se sont effondrées en Chine : les Chinois sont patriotes, eux, comme tous les peuples puissants .


  • Si c’est le seul moyen pour faire dégager nos élites corrompues. Perso, je n’en pleurerai pas.

     

    • #2048831

      Vous allez avoir leurs clones à la place mais version ’’de droite’’ !
      Bravo !


    • #2050123

      On ne risque rien en liquidant l’U.E. qui soit pire qu’aujourd’hui.

      La droite dites vous ? En France ? Cette blague ... Il n’y a pas de droite en France. Il n’y a qu’une grosse gauche socialiste qui s’étale sur tout le spectre politique, comme une vieille femelle pachyderme, vierge et en surpoids, accro au Nutella.

      La frontière se joue entre le communisme étatique qui emprisonne tout pour laisser libre le grand capital. C’est du communisme législatif et du libéralisme économique. Bref, une prison à ciel ouvert avec des esclaves dedans sur lesquels on vomit chaque jour.

      Et l’alternative, c’est ... Y en a pas ! Tout est sciemment liquidé, pulvérisé dans l’œuf.

      Et il faudrait avoir peur de la droite qui n’existe pas ? Cette blague, vraiment, j’ai bien rigolé.

      Un bon gros chaos de derrière les fagots avec le démontage de l’U.E., c’est la seule alternative possible pour liquider cette CCCP européenne qui nous tue.


  • Le mec a tout compris, d’abord lui, ray dalio et leurs potes mise en bourse des milliards sur la chute de la zone euro qui est déjà mal en point, ensuite ils recrutent sur place des mecs qu’ils payent d’avance sachant que dès que ça va chuter, ils vont s’en mettre plein les poches.

    Contrôles de capitaux en vue pour nous petits français qui allons se faire plumer jusqu’a la croupe.
    ER devrait faire des articles non pas sur le FREXIT mais sur le BANXIT qui a mon avis serait le plus important à faire pour sauver les français éclairés.

     

  • Je trouve que les articles de ce genre devraient être signés. C’est un point de vue intéressant, mais s’il représente la position de "la rédaction", alors il y a un manque de cohérence quelque part.

     

  • #2048544

    Oh, le méchant américain.

    A trois, ils arrivent à nous envahir de Mamadous, sans que les oligarques européens, ou même la bourgeoisie européenne, ne lève le petit doigt.

    Ça alors ...

    Soit les ricains sont très forts, soit les Européens sont très cons. Autre solution. Ils œuvrent tous de concert, pour nous la mettre, à nous les gueux d’Amérique et d’Europe.

    Bienvenu au nouvel obs dissident. lol


  • #2048561
    le 24/09/2018 par Le lobby juif et le lobby gay
    Comment (et pourquoi) Steve Bannon veut faire éclater l’Europe

    Bonjour
    J’ai besoin qu’on m’explique quelque chose.
    Dans une de ses récentes interventions, Pierre Hillard dit que Trump est appuyé par la faction oligarchique qui veut que les EUA soient dans le NOM une grande puissance mais qui n’écrase pas le monde entier comme le veut la faction qui soutenait Hillary Clinton (une grande Amérique mais pas la maîtresse du monde). Cependant, il semble ici que Trump, grâce à Bannon veuille éclater l’Europe. Contresens que je ne comprends pas, si quelqu’un pourrait m’aider, ça serait sympa.

     

    • Contresens d’autant plus remarquable que l’éclatement de l’Europe serait, selon l’article, tout bénéfice pour les Américains car celle-ci s’en trouverait affaiblie. Ce qui va dans le sens de la bonne parole prêchée depuis des années par les potentats de la Commission Européenne et met à mal les convictions de la majorité des visiteurs de ce site, à commencer par les miennes !


    • L’Europe est actuellement contrôlée par la faction oligarchique opposée à celle de Trump, de ce point de vue parfaitement il est logique qu’il souhaite la faire exploser. D’autre part, ce que montre le graphique, c’est que sur le plan économique, le réel adversaire des États-Unis, c’est justement l’Europe (c’est ce que disait Mitterand). Les États-Unis, ne doivent leur hégémonie qu’au fait qu’ils aient totalement vassaliser l’Europe qui était à feu et à sang en 1945.

      En prenant ces deux facteurs en compte, on comprend que Trump à intérêt à un éclatement de l’UE, mais sans pour autant émanciper l’Europe de la domination américaine. La montée en puissance d’un capitalisme européen indépendant impacterait inévitablement la puissance américaine à la baisse de façon drastique et jouerait finalement contre les intérêts de Trump. Pour mémoire il me semble que le slogan de Trump c’est "America first"... le mondialisme qu’il soit multipolaire ou unipolaire ça reste de la merde (surtout pour les sans-dents).


    • Ce n’est pas par bienveillance que les US renoncent à dominer partout, c’est juste par lucidité quant à leurs capacités.
      Et, ce qu’ils n’arrivent pas à contrôler à leur profit, ils ont un peu tendance à le détruire.

      C’est de la politique internationale. Y chercher de la bienveillance, ça ne peut qu’embrouiller l’analyse, car il n’y en a quasiment jamais.


  • C’est vraiment étrange de parler de "puissance économique" en ce qui concerne l’Europe, alors que ce truc, ce machin est l’antithèse de la notion même de puissance...

    De même pour la Chine : pourquoi en parler comme d’un sous-traitant ? On se croirait au début des années 1990 !

    Et pourquoi Bannon (et apparemment Trump si je vous suis bien) voudrait faire exploser l’UE ? Pour quelles raisons exactement ? J’avoue que je suis perplexe.


  • Vous parlez du « Steve Bannon » de « Goldman Sachs » ?

     

    • Ouais le gars qui te parle du peuple alors qu’il s’en fout plein les fouilles et est un libéral carabiné...
      Bah appremment ce mec est devenu un anti-impérialiste, anti-libéral bref... on se fout clairement de notre gueule, surtout le passage fin de l’UE = bénéfice pour les USA ( c’est plus compliqué que ça, même l’aspect économique est plus complexe que juste, l’UE est concurrente des USA).


  • Plusieurs commentaires disent grosso-modo :

    "Pas grave, profitons en si ça peut faire exploser l’Europe, et votons pour le national-sionisme, "

    Euh ? ?

    Ca vaudrait peut-être le coup de réfléchir aux conséquences avant de foncer, non ?

    Et puis, les Européennes fonctionnent à la proportionnelle. Votre voix n’est pas perdue si elle va à un autre candidat nationaliste.

     

    • #2048997

      Tu nous prends vraiment pour des jambons toi.

      Sortir de l’U.E., serait du "national-sionisme". L’emploi de drogue est une violence faites aux sens.

      Fallait oser l’amalgame. . . Vous êtes nus. Pas d’amalgame hétérogène Jean-Claude. Ça ne tient pas ;-)

      Donc, pas de nationalisme accolé au sionisme. Pas de racisme accolé à l’anti-sémitisme.

      Nation, je crie tes noms : libération, régénération, reconstruction.

      En avant pour une épopée de nationalisme-libérateur, de nationalisme-émancipateur, de nationalisme-régénérateur, de nationalisme-bâtisseur.


    • @envolées-des-incultes

      Votre intervention donne la nette impression que vous aviez juste lu en diagonale, et l’article, et mon commentaire.

      Pour lever le malentendu, je vous recommande l’excellent texte de Youssef Hindi : https://www.egaliteetreconciliation...


    • #2050126

      J’ai très bien lu, merci.

      Après : "le nationalisme, c’est la guerre", voici venu " le nationalisme, c’est le sionisme"

      Finalement, vous n’en démordez jamais avec ciliciounist. Je ne saurais dire si c’est de l’ordre du fétichisme, de l’obsession, ou de l’aveuglement. Ça fait juste plusieurs décennies que vous nous les gonfler avec ça, comme la grande vadrouille aux fêtes de noël depuis les années 80.

      Comme la majorité des Français, mes intérêts divergent des vôtres.

      Je suis issu du peuple, pas de la bourgeoisie et ni des enfumeurs de mouches. Mes intérêts se trouvent d’abord en France. Vous savez, ce bordel pour Africains et Maghrébins en Europe de l’ouest ... Vous devez connaître . . . Charité bien ordonnée commence par soi.

      Vous avez le peuple contre vous, à cause de ce que vous nous avez fait, et vous osez encore la ramener ? C’est culotté . . . La prochaine fois, vous songerez à ne pas nous cracher à la gueule ; le Gaulois est rancunier. Enfin, je dis la prochaine fois. J’espère bien que non !


    • @envolées-des-incultes

      Alors, si vous dites que vous avez très bien lu, je suis obligé de dire que vous n’avez rien compris.
      Selon vous, j’aurais dit "le nationalisme, c’est le sionisme". Et bien montrez donc à quel moment j’aurais énoncé ce principe.

      Et si vous vous intéressiez un peu à la réalité plate, au lieu de combattre des fantômes ?
      Voici trois réalités :
      1) il y a une infiltration, dans beaucoup de pays, du nationalisme par des agents sionistes
      2) je n’ai fait que parler de cette réalité. Vous pouvez d’ailleurs compléter avec l’excellent texte de Youssef Hindi.
      3) je n’ai donc jamais énoncé de principe "nationalisme=sionisme", j’ai parlé d’un problème réel, concret, là maintenant en 2018

      Après, on est en démocratie, hein, vous avez bien le droit choisir votre réalité. Mais ne venez pas vous plaindre ensuite d’avoir été un idiot utile, et d’en avoir subi les conséquences.
      Si vous vous faites rouler dans la farine, malgré que vous ayez été prévenu, le principal coupable, c’est vous même


    • #2050481

      @ JP

      Les autres seraient des idiots ou des fous, car ils sont en désaccord avec vous. C’est une habitude chez vous.

      Ça rappelle un peu l’URSS avant sa chute, cette façon de fuir l’argumentation en dénigrant l’interlocuteur.

      Ça commence à ce voir partout que la folie est de votre coté. Le savez-vous ?


    • Vous avez le peuple contre vous, à cause de ce que vous nous avez fait,

      C’est ce genre de phrase qui me fait vous conseiller de faire plus attention à la réalité.
      Comment pouvez-vous savoir qui je suis, et ce que vous auriez le droit de me reprocher ?

      Les autres seraient des idiots ou des fous, car ils sont en désaccord avec vous.
      C’est l’inverse : vous comprenez de travers, vous me prenez pour ce que je suis pas (apparemment), et vous m’attribuez des paroles que je n’ai pas dites, et donc vous imaginez un désaccord, et vous me reprochez finalement de n’en pas discuter.

      Que croyez vous que je puisse faire ? Faut bien commencer par redescendre sur terre, non ?


  • "faire éclater l’Europe"

    Attention ! Je pense que le terme est mal choisi, il reprend l’amalgame que fait exprès le système entre Europe et Union Européenne. Hors nous savons que l’Union Européenne est le tombeau de l’Europe, ne reprenons pas les vices de langage de l’adversaire

    Il y aurait d’ailleurs un vrai travail de communication a faire sur ce plan la. La population Française est encore très frileuse sur l’idée du frexit, les résultats des élections avec l’UPR en-dessous d’un Jean Lassalle l’ont bien montré. De même, les contorsions à n’en plus finir de la FI et du FN sur une éventuelle sortie de l’UE pendant étaient en partie à visée électorale. Parce que les gens font l’amalgame entre UE et Europe, ils s’accrochent désespérément à l’UE.

     

    • #2048806

      Le temps des nuances sémantiques est dépassé.

      De toutes façons, pulvériser les institutions qui nous ont mis en esclavage, sous la coupe de immigration, en criminalisant nos possibilités de légitimes défenses, face à ce qu’il faut bien appelé par leurs vrais noms, des viols de propriétés collectives, et un génocide en cours, semblent aujourd’hui l’unique possibilité que nous laisse l’oligarchie.

      Ça ne sera pas faute d’avoir fait entendre nos voix dans une tentative de dialogue. Ils ne pourront pas dire : " on ne savait pas ". Ils préfèrent nous balader avec des oppositions contrôlées et des dissidents en carton. Fort bien. Alléluia.

      Et nous allons prendre appuis sur tout ce qui pourra servir d’appuis., la technologie, la politique, toutes les forces disponibles seront mobilisées en ce sens.

      Trop, c’est trop. Les humiliations ont assez duré.

      Nous voulons stopper l’immigration, on se fait insulter de racistes.
      Nous voulons stopper le processus de l’UE, on nous impose les traités.
      Nous voulons la remigration, on nous prend pour des demeurés.

      OK ... A première vue, "on" semble vraiment con, ou déficient.

      L’U.E. ne sera qu’une étape dans l’émancipation de la nation, et le retour du juste en nos contrées, notre pays.

      Si Banon est ce qu’il dit être, nous le verrons bien. L’avenir nous le dira.

      Mais croire un article de Fronce Inter, c’est un peu tiré par les cheveux, quand même ...


    • @Jean Claude Duce

      Bien, merci de votre intervention. On a ainsi une idée de ce que seront les éléments de langage des trolls de Bannon...


    • Quelques-uns auraient préféré voir Soral faire le Fidel Castro en France !!


  • Où l’on apprend que Soros et Trump sont de mèche... !!???

    Vous sortez ce raisonnement d’où ? Des sources, s’il vous plaît.

    Soros est l’argentier qui soutient les antifas, les excités qui emmerdent les conservateurs au restaurant, les infiltrés, etc...


  • Le PIB est un indicateur trompeur : il n’indique pas les inégalités dans la répartition des richesses et il intègre aussi parfois les revenus du trafic de drogue et de la prostitution, notamment dans plusieurs pays d’Europe. Bref, les USA et l’UE sont en voie de relégation dans un tiers-monde composé d’oligarques mafieux et de clochards clandestins et toxicos, les classes moyennes ayant disparu entre les deux, remplacés par des robots. C’est peut-être contre ça que Trump et Bannon essayent de lutter.

     

  • Si je vous suis bien, il faut sortir de l’UE mais dans le même temps ça ferait le jeu des Américains et donc il faut y rester. Il faut être nationaliste et européiste. Ça se tient. Hum.

     

  • L’UE est une construction américaine et son économie aussi inexistante que sa politique. L’euro est une arnaque et un poids dont il faut se débarrasser, donc la destruction de l’UE ne peut-être qu’une bonne chose pour les peuples européens.


Commentaires suivants