Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Accord 5+1 sur le nucléaire : l’Iran suspend "certains de ses engagements"

L’Iran est revenu sur une partie des engagements contractés lors de la signature de l’accord de Vienne en 2015. Une réponse aux menaces américaines et une volonté de mettre les autres signataires du pacte face à leurs responsabilités.

 

Le ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé dans un communiqué ce 8 mai que Téhéran avait pris la décision de suspendre l’application de « certains » de ses « engagements » conclus dans le cadre de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (JCPOA, acronyme anglais de Joint Comprehensive Plan of Action), ratifié en 2015 par les pays du P5+1 (France, Russie, États-Unis, Chine, Royaume-Uni et Allemagne). Cette décision a été notifiée officiellement aux ambassadeurs des pays concernés le 8 mai dans la matinée.

Ce désengagement fait suite au retrait unilatéral des État-Unis de l’accord il y a tout juste un an, le 8 mai 2018. « Les mesures prises par les États-Unis, en particulier depuis un an mais aussi avant […] leur retrait avaient clairement pour but de causer une interruption de l’application [de l’accord] », a précisé le ministre Mohammad Javad Zarif, en visite à Moscou.

Il a affirmé, lors de son allocution diffusée à la télévision d’État, que l’Iran avait fait preuve jusqu’ici de « patience », mais que Téhéran jugeait dorénavant « approprié de cesser d’appliquer certains des engagements et mesures volontaires » prises dans le cadre du JCPOA. Néanmoins, le ministre a affirmé que l’Iran ne se retirerait pas de l’accord. Il a insisté sur le fait que ces mesures prises par Téhéran correspondaient à un « droit » laissé aux parties signataires en cas de manquements constatés de la part de l’une d’entre elles.

Ce 8 mai, il a aussi déclaré sur Twitter qu’« après une année de patience, l’Iran arrêtait de mettre en place des mesures que les États-Unis lui empêchait de respecter », ajoutant que cette action « entrait dans le cadre du JCPOA ».

 

Ultimatum de « 60 jours »

Dans un communiqué officiel diffusé par l’agence de presse officielle Irna, le Conseil suprême de la sécurité nationale iranien a affirmé que la nation perse cesserait désormais de limiter ses réserves d’eau lourde et d’uranium enrichi comme elle s’y était engagée en 2015. Par ailleurs, Téhéran donne « 60 jours » aux pays faisant encore partie du JCPOA pour « rendre opérationnels leurs engagements en particulier dans les secteurs pétrolier er bancaire », au risque de voir l’Iran renoncer à mettre en application ses autres engagements, toujours d’après le Conseil suprême de la sécurité nationale.

Ratifié à Vienne en 2015, et validé par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, le JCPOA prévoyait une levée d’une partie des sanctions internationales visant la république islamique en échange de quoi celle-ci devait limiter son programme nucléaire. L’Iran s’était en outre engagé à ne jamais chercher à disposer de l’arme atomique. Le retrait des États-Unis de cet accord en mai 2018 avait entraîné le rétablissement des sanctions américaines. Les pays du JCPOA membres de l’Union européenne, mais aussi la Russie et la Chine, avait eux maintenu leur engagement dans l’accord.

Cette annonce intervient alors que les tensions entre les États-Unis et l’Iran ont redoublé ces dernières semaines. Le 7 mai, lors d’une visite surprise à Bagdad, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait affirmé avoir en sa possession des informations révélant « une escalade des activités de l’Iran », qu’il accuse de préparer des « attaques imminentes » contre les forces armées américaine dans le golfe Persique. Le Pentagone a également signalé avoir envoyé plusieurs bombardiers B-52 dans la région ainsi que le porte-avions USS Abraham Lincoln.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Aie,aie,aie,un accord ne peut aller dans un seul sens.
    L’Iran a sans doute raison,mais n’est-ce pas ce que ses ennemis veulent justement ?
    Trouver un prétexte ?


  • Ben quoi, c’est tout à fait compréhensible, vu les pressions, les sanctions et les menaces. Ils ne vont pas se laisser faire.

     

  • Une fois de plus , Trump et certainement son gendre en sous main , sont totalement sous la houlette d’Israël , qui n’a de cesse de pousser à la guerre contre l’Iran .
    Alors que ce pays respecte les accords ! ... quant au mutisme de l’Europe sur le sujet , une énième démonstration n’est plus à faire concernant sa vassalité avérée à l’oncle Sam !

     

    • essayer de contourner l’embargo pétrolier contre l’ Iran, par la création d’une caisse de compensation est quand même une réponse , quoi que trop timide
      Or si s’attaquer à la puissance des Usa est compliqué pour l’ Europe, s’attaquer à Israel, en laissant la société civile promouvoir le boycott d’ Israel serait un jeu d’enfant qui obligerait Netanyahu à mettre de l’eau dans son vin .
      Aujourd’hui , les Usa et même Israel deviennent non plus des importateurs , mais des exportateurs de pétrole ou de gaz, ils n’ont rien à perdre dans une flambée du prix des hydrocarbures, contrairement aux chinois et aux européens .
      Avec le double embargo contre le Vénézuela et l’ Iran , nous sommes bien les victimes de Netanyahu et Trump .


    • merci beaucoup pour votre point de vue . (de la part d’une iranienne)


  • Puisque Trump s’est torché avec cet accord, l’Iran DOIT sous peine de subir le sort de l’Irak de la Syrie ou de la Lybie, posséder sa bombe atomique. Point barre.


  • L’avenir de l’Iran dépendra de l’attitude de la Russie et peut-être un peu aussi de la Chine . Mais je ne crois pas que Poutine fasse un bras de fer pour empêcher les sionistes de détruire l’Iran - et bien entendu voler ses hydrocarbures .

     

    • Poutine a pourtant signifié que désormais le temps des reculades était terminé pour la Russie ; la chine ne tolèrera pas d ’avantage une agression militaire contre l ’Iran .Le monde vient de changer en profondeur , les USA ont cessé d ’être la super puissance . L ’Iran n ’est pas seule .


    • Contrairement à vous, je pense que Poutine ne laissera pas une démolition de l’Iran se passer sous son nez, la Chine idem. La raison tient plus de la stratégie que d’une je ne sais quelle empathie, si un front devait faire face au dollar, l’Iran ne peut être ignoré vu son potentiel en pétrole et principalement en gaz. Laisser ce potentiel en hydrocarbures entre les mains des sionistes véritables décideurs de la politique étrangère américaine, reviendrait à compromettre sérieusement le plan anti dollar de Poutine, l’Iran en est parfaitement conscient, d’ou sa remise en question de cet accord de 2015 avec les Us et l’Ue. En tout cas, c’est ce qui me semble le plus vraisemblable. Car au bout du compte, affaiblir les européens et la Chine est l’objectif premier de Trump et la clique sionarde aux Us, dans le même temps, israel récolte la démolition de son ennemi juré, ami du Hezbollah. L’aspect guerrier n’est au final qu’un enfumage, Trump, une marionnette dans ce jeu de salopards.


  • #2194418

    Les Iraniens se rappellent de la période de 1953 à 1979 quand les crocs du Sionisme étaient plantés dans leurs sources de matières premières.
    Ils se rappellent aussi que le Sionisme avait flatté l’égo de feu Saddam Hussein en lui faisant miroiter qu’il deviendrait le raïs du Proche-Orient après avoir détruit l’Iran (80-88).
    Pour Saddam Hussein, la paix soit sur lui, il a compris trop tard qu’il a juste servi d’idiot utile.
    L’Iran est donc toujours en ligne de mire et il s’agit d’un "peuple guerrier" et personne ne peut attaquer ce pays en le prenant à la légère, 99% de Chiites donc démographiquement un peuple uni et uniforme où les subterfuges classiques des Vrp des droits de l’homme comme la "carte minorités opprimés" pour espérer un soulèvement et des tensions internes ne sont pas applicables.
    Idem, c’est un peuple assez fier pour manger du pain noir si ça les préserve de redevenir la pompe à essence du Sionisme.
    Reste donc l’option militaire qui reste la moins risqué pour le Sionisme car, quel que soit l’issue, c’est une guerre loin de leurs frontières, c’est bon pour le marché des armes, ça fait flamber les prix des matières premières et renforce le besoin dans leur monnaie de singe, le dollar et à la fin c’est les "princes" de cabarets Saoudiens et Émirats qui paient la note donc financièrement un excellent calcul.
    Maintenant, ce qui change la donne, c’est effectivement l’émergence de la Russie et de la Chine qui, pour développer leur capital confiance auprès de pays "non alignés" ou tentés par une certaine émancipation tiennent de plus en plus ouvertement tête à l’’Atlanto-Sionisme.
    Pour eux la question n’est même pas de sauver ou non l’Iran mais d’empêcher l’Atlanto-Sionisme de faire obstacle aux "nouvelles routes de la Soie" dont l’Iran est un point de passage et la réussite de ce projet scellerait à jamais un basculement vers l’Eurasie comme locomotive du monde.
    On va vers une période de plus en plus sensible mais Iran-Chine-Russie devraient réussir à contre-carrer l’Atlanto-Sionisme.


  • Tous ceci est du cinéma et tous ceux qui réfléchissent un tout petit peu savent très bien qui est la vraie menace de ce Monde et qui sont ceux qui les soutiennent.... Rappelons nous que l’Irak aussi avaient des ADM... Et qu’il c’est conformer aux inspecteurs de l’AIEA... Et nous savons aussi comment cela c’est terminé.... Mais ce qui est sur encore une fois c’est qu’ils savent très aussi provoquer et créer la haine de l’autre....


  • L’histoire de l’arme nucléaire est un leurre, comme d’habitude. Ce qui déplaît, c’est que l’Iran accède à l’énergie nucléaire.


  • L’Iran devrait envoyer paître cette accord et se doter de la bombe, même la Corée du Nord reprend ses essais.