Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Accord sur le nucléaire : Téhéran refuse d’envoyer ses stocks d’uranium enrichi à l’étranger

Téhéran refuserait d’exporter son stock d’uranium faiblement enrichi. Les parties prenantes aux négociations en cours au Beau-Rivage Palace doivent se réunir lundi matin pour une séance plénière avant la date butoir du 31 mars

Deux jours pour parvenir à un accord. L’ensemble des ministres en charge des négociations sur le nucléaire iranien se sont retrouvés dimanche soir au Beau-Rivage Palace, à Lausanne, afin de trouver un terrain d’entente en vue d’un accord jugé historique. Si les chances de « parvenir à un accord sont faisables, de nombreuses questions » subsistent, a déclaré Abbas Araghchi, le numéro deux de l’équipe des négociateurs iraniens.

À commencer par l’exportation de son énergie nucléaire, détail clé de l’accord en négociation. L’Iran, qui s’était engagée depuis des mois, sur les modalités d’exportation de son uranium, a fait marche arrière. Par la voix d’Abbas Araghchi, Téhéran a affirmé qu’il refusait d’envoyer à l’étranger son stock d’uranium faiblement enrichi (environ 8 000 tonnes), mais a proposé des solutions pour rassurer les grandes puissances occidentales.

« Nous n’avons pas l’intention d’envoyer les stocks d’uranium enrichi à l’étranger. Mais il y d’autres solutions pour créer la confiance concernant ces stocks, pour lever les inquiétudes à propos de toute utilisation autre que pacifique. Nous en avons discuté et nous sommes presque parvenus à une solution, mais il est hors de question d’envoyer ces stocks à l’étranger », a ajouté Abbas Araghchi.

Et de souligner que les négociateurs avaient fait de « bons progrès, trouvé de bonnes solutions pour de nombreuses questions. Toutes les délégations tentent de parvenir à des solutions ». « Nous pouvons arriver à une solution, mais il faut que l’autre partie prenne sa décision et choisisse entre la pression ou un accord », a-t-il commenté. Le négociateur iranien a de nouveau insisté sur le fait qu’un accord final n’existera que s’il comprend « tous les détails ». « Nous avons encore plusieurs mois de travail » jusqu’à fin juin pour finaliser toutes les questions, a-t-il dit.

Il a également ajouté que « toutes les sanctions doivent être levées selon un cadre précis, les six résolutions (du Conseil de sécurité des Nations unies), les sanctions de l’UE et celles des États-Unis ». En cas d’accord sur ce dossier nucléaire iranien les grandes puissances accepteraient de lever les sanctions internationales qui pèsent actuellement sur l’économie de la République islamique.

Une réunion plénière réunissant les ministres des Affaires étrangères de l’Iran et des pays du groupe 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), ainsi que la représentante de la diplomatie de l’Union européenne aura lieu lundi matin.

Voir aussi, sur E&R :

Sur les relations houleuses entre l’Iran et l’occident, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.