Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Afghanistan : Hamid Karzaï demande l’arrêt des opérations de l’Otan

Le président afghan Hamid Karzaï a demandé hier à l’Alliance atlantique de cesser ses opérations militaires dans le pays, lors d’un discours dans la province de Kunar (est), où la force internationale est accusée d’avoir tué récemment plus de 70 civils.

M. Karzaï y a rencontré près de 500 chefs de tribus, ainsi que des proches de civils tués par l’Otan. Le président afghan a suggéré que l’Otan concentre ses attaques sur les bases arrière des rebelles talibans à l’étranger, notamment au Pakistan voisin.

"Je voudrais demander à l’OTAN et les États-Unis avec honneur et humilité et non pas avec arrogance d’arrêter leurs activités dans notre pays, a déclaré M. Karzaï, visite à des parents des enfants morts dans la province de Kunar, est de l’Afghanistan.

Nous sommes très tolérants, mais maintenant notre tolérance est épuisée."

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Intéressant !
    Le genre d’évènement qui laisse pensif ...

    1) Karzai sait qu’il est totalement illégitime en tant que chef d’état de son pays. Avec le départ des troupes de l’OTAN, le combat entre l’Armée Nationale Afghane et les Talibans reprendra de plus belles, et il n’est pas dit que ce soit l’ANA, malgré tout l’entraînement et le matériel fourni par l’Empire, qui l’emporte. Donc se retrouver seul à la tête de son pays sans appui étranger serait pour lui et ceux qui le suivent très dangereux.

    A moins que :

    2) Le départ de l’OTAN équivaille à un départ des troupes des armées supplétives et non de l’armée US. Ce qui collerait avec le désir des Américains d’implanter des bases permanentes en Afghanistan pour finir d’encercler l’Iran de bases américaines et garder le contrôle sur la zone Sud du pays où se situe l’opium si cher à la CIA, sans parler de la protection de l’oléoduc de Halliburton traversant le pays, bientôt exploité par Chevron, Exxon et consort.

    Ou alors :

    3) Karzai a disjoncté et se fera remettre rapidement à la raison par les Américains, à la manière qu’on leur connait.

    Ou encore :

    4) Les Américains et l’OTAN voulant désengager une partie de leurs troupes pour les envoyer prochainement en Lybie et en Iran, ils feraient passer ce départ comme une réponse à une demande légitime du président Karzai, en admettant éventuellement quelques bavures, quelques ratés. Ce qui pourrait être vu (bien que difficilement) comme un départ non suite à un échec, mais suite à un accord entre la présidence afghane et l’OTAN, correspondant à des déclarations du type "l’ANA est maintenant capable de se défendre seule contre les insurgés, mission accomplie pour l’OTAN, victoire, blablabla" (tout en gardant un contingent US sur place pour les raisons sus-citées précédemment). La demande de Karzai, qu’il ne se serait vraisemblablement pas permise en temps normal (car pour se faire flinguer on ne peut pas faire mieux), obéirait à une injonction en coulisse des Américains en vue de leurs redéploiements prochains ... (sans compter le bourbier effectif que représente l’Afghanistan pour l’OTAN et de la chute du soutien populaire à toute l’opération dans les pays membres y compris les Etats-Unis).

    D’autres idées ?


  • Discours de façade. Ce traitre est un agent américain, ancien du groupe Carlyte je crois. Son premier acte de président a été de signer l’autorisation de passage d’un gazoduc à travers le pays