Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Afrique du Sud et RCA, le mythe démocratique à l’épreuve des réalités

En trois décennies, Nelson Mandela, président de la République du 10 mai 1994 au 14 juin 1999, puis ses successeurs, Thabo Mbeki (1999-2008) et Jacob Zuma (depuis 2009), ont transformé un pays qui fut un temps une excroissance de l’Europe à l’extrémité australe du continent africain, en un État du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants de plus en plus réduits encore dirigés par des Blancs.

 

Pouvait-il en être autrement quand depuis 1994, la « Nouvelle Afrique du Sud » s’est construite sans tenir compte de la réalité ? La « nation arc-en-ciel », paradis post-apartheid, moderne version de la « société sans classes » qui était postulée naître de la fin du régime blanc est en effet vite apparue comme un « miroir aux alouettes ».

Produit de la niaiserie occidentale, ce dernier a interdit de voir que l’Afrique du Sud ne constitue pas une Nation, mais une mosaïque de peuples différents rassemblés ou juxtaposés par le colonisateur britannique. Des peuples dont les références culturelles sont étrangères et même irréductibles, les unes aux autres.

Durant des années, le culte planétaire quasi religieux rendu à Nelson Mandela, le dithyrambe outrancier chanté par des hommes politiques opportunistes et des journalistes tant incultes que formatés, a masqué le réel. Aujourd’hui, la messe est dite et à travers les dernières fumées de l’encens, le cercueil de la vieille Afrique du Sud apparaît bien vermoulu…

En Centrafrique, nous assistons au début d’une situation « à la libérienne ». Mais à l’échelle de l’Afrique centrale car, en raison des apparentements transfrontaliers, des risques de contagion se profilent déjà en Ouganda, en RDC, au Soudan, au Cameroun, au Congo et au Tchad.

Le risque de résurgence de conflits pré-coloniaux alimentés par la prédation était connu et c’est pourquoi il importe de désigner ceux qui, par ignorance ou par idéologie ont permis leur extension :

- Le premier est Nicolas Sarkozy qui décida d’évacuer l’emprise militaire française de Birao, clé de toute la région et axe traditionnel des invasions venues du Soudan en direction à la fois du fleuve et du lac Tchad.
- Le second est François Hollande. Alors qu’il aurait dû ordonner de « traiter » les coupeurs de route du Seleka avant leur marche sur Bangui, il les laissa au contraire agir. Puis, quand, début 2014, il lança l’Opération Sangaris, il ne donna pas de mission claire à nos troupes, se refusant à désigner l’« ami » et l’« ennemi », plaçant nos soldats entre le marteau et l’enclume. Plus grave encore, il les encalmina à Bangui alors que l’objectif eut dû être Birao afin de couper le Seleka de ses bases soudanaises.

Prisonnier du postulat démocratique, François Hollande ne cessa ensuite d’affirmer que la résolution de la crise se ferait par la reconstruction de l’État à travers des élections, ce qui conduisit automatiquement à une ethno-mathématique. L’élection, le 14 février 2016, de Faustin-Archange Touadéra à la présidence de la République, fit en effet que les plus nombreux, c’est à dire les sudistes, revinrent automatiquement au pouvoir, alimentant encore davantage la furie des moins nombreux, c’est à dire les nordistes…

Pour mieux cerner les problématiques africaines,
lire chez Kontre Kulture

 

L’Afrique du Sud à un carrefour social et racial, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’Afrique du Sud ? A qui profite le crime ? A De Beer et aux tailleurs de diamants d’Anvers, qui en furent les instigateurs... Un point c’est tout. Tout se reproduit a l’infini.

     

    • Bonjour fd,

      Tout à fait d’accord avec vous.
      Mais ça m’intéresserait d’avoir quelques liens démontrant que la De Beer et autres ont été effectivement les instigateurs de la destruction du pays.

      J’y vivais à ce moment là (avant et après F. De Klerk le traître / marionnette) et marié à une Afrikaner blanche etc ... donc je connais toute l’histoire.

      Mais j’aurai besoin de liens démontrant la manip de la De Beer & autres aussi, sans doute comme l’or, Oppenheimer etc..

      Merci d’avance


  • ’’Prisonnier du postulat démocratique, François Hollande’’...
    Dommage que cela n’est pas concerné également les Français et leur pseudodémocratie truquée...


  • J’ai rencontré à deux reprises des Blancs qui sont partis d’A. du S. Un couple a laissé sa ferme pour récupérer leur fils de 10 ans kidnappé, et un homme qui a subi de telles violences qu’il a des réflexes de terreur quand il voit un Africain.
    Ce qui c’est passé aux Antilles au 19èmè siècle (tous les Blancs tués), en Algérie dans les années 60, ou en Afrique du Sud, arrivera en Europe bientôt.

    Merci Giscard, Mitterrand, Chirac et cie.


  • Encore de l’arc-en-ciel,on en finit plus avec ça.
    Ici aussi on a des arc-en-ciel partout. :/
    En principe ce devrait être un message joyeux,ça devient un mauvais présage on dirait...
    Mais depuis la libération de ce pays on a pas l’impression d’avoir avancé d’un pouce en plus. A qui vont les sous,avec les richesses car les gens de tous les jours paraissent toujours aussi pauvres. Et on trouve encore des noirs qui travaillent pour des blancs qui se barricadent et se retranchent dans leur petit monde.Comme si rien n’avait changé.Mais bien sûr,ils ne sont pas racistes du tout...


  • La "nation arc-en-ciel" pue la mort.


  • Il y a des gens qui ont de l’honneur.
    Ils préfèrent vivre sous la corruption, la mafia politico financière, la pauvreté mais chez eux !!!! Pas tué, emprisonné par des étrangers qui eux vivent la belle vue.
    Et puis il y a les demis hommes, ils acceptent de vivre sous une démocratie d’apartheid, sous une corruption qui est partout dans le monde, et la pauvreté tout de même... et ils acceptent même de voir leurs semblables se faire oppresser par les maitres.
    Je préfère les premiers et je ne suis pas noir.


  • Sans rire et si on reprenait le pouvoir sur nos colons sionistes
    Vous n avez pas peur que notre societe parte en vrille ?
    Blague a part la democratie a l europeenne n est pas bien comprise par nos dirigeants sa stabilite est illusoire une homogeneite culturelle est necessaire
    Des frontieres, des institutions un etat fort
    A partir ou vous avez des milices independantes qui se promenent avec des kalach
    Les frontieres doivent etre ultrasecurisees avec des zones tampons et des accords de codeveloppement avec les voisins sinon c est le chaos
    Aujourd hui en France on profite des choix et des structures du passe et on croit pouvoir s en passer pour faire des economies au nom de la modernite
    On denigre meme les religions tout en n ayant pas conscience de leur pouvoir structurant et on le remplace par une economie de marche ou tout s achete et se vend sans comprendre que le marche ne structure rien, il consomme les structures existantes et produit des machines de guerres dangereuses pour l individu comme pour l ensemble de l humanite, le nouvel ordre mondial etant juste la pretention de dompter le Chaos par la peur et la violence du politiquement correct.