Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Alain Chamfort en drague, les Stones en Biden et le fantôme de Johnny

C’est sûr qu’on est loin du rap français, pardon, du rap immigro-ricain, puisque ce sont les Noirs et les Arabes de nos banlieues (comme il y a les Bretons et les Corses, mais de racines plus profondes) qui ont été contaminés par ce mouvement sous-culturel, destiné à détruire la haute culture et accessoirement à remplacer un rock fatigué, donc plus assez vendeur. Le capitalisme, le marché, Marx, Cousin, tout ça. Mais d’abord, regardons comment drague Alain. Chamfort bien sûr.

 

 

C’est pas gagné, mais la mère est pas mal non plus, voire carrément canon. Certains hommes aiment les femmes jeunes, d’autres les femmes mûres, et c’est très bien, ça en fait pour tous les goûts. Les jeunes, les vieilles, la compétition est acharnée entre les femmes pour garder leur avantage concurrentiel dans le grand marché de l’Amour, du Sexe et du Plaisir.

On parlait de rock, eh bien c’est pareil : les Stones, qui viennent de passer à l’hippodrome de Longchamp, ont commencé en 1963 leur carrière. Et ils sont toujours là. 1963-2022, allez, on arrondit à 2023, ça fait, on sort la vieille calculette Texas Instruments, on claviote, 2-0-2-3, attendez, 1-9-6-3, moins, égale, punaise, 60 ans ! Les mecs tournent depuis 60 ans, alors que les Beatles, qui eux ont commencé en 62, ont tout arrêté en 70. C’est remarquable.

On ne va pas ici refaire la bio des Stones, juste citer un excellent papier d’un journaliste (il en reste encore quelques bons dans le mainstream) sur le sujet, qui est rock et vieillissement, nous on dira embourgeoisement.

Un article, c’est comme une chanson

Bon, déjà, jalousie, le titre est parfait. L’intro aussi, avec un bon riff littéraire :

À propos de leur âge canonique (231 ans à eux trois), à propos du potentiel de Ron « Zombie » Wood pour apparaître dans un nouvel épisode de Walking Dead, à propos de la forme physique de Keith, plus proche du bloc de granit que du guitariste qu’on a connu ; bref, à propos des Stones, tout le monde possède un avis. Même Pierre Mikaïloff, présent le 23 juillet dernier à l’Hippodrome de Longchamp. Le voici, avec quand même un peu de satisfaction.

Suit un long « best of » (ou « meilleur moins pire ») du concert, un enregistrement pirate au téléphone, donc ne pas confondre ce son et le son réel du live.

 

 

Le solo d’intro de Keith – qui a sniffé en 60 ans l’équivalent d’une décennie de la production bolivienne non saisie – sur Street Fighting Men, manque un peu de patate, mais on conseille aux riches personnes qui peuvent se permettre de les voir sur scène de fermer les yeux, en se disant que certains enregistrements pirates des Stones sont techniquement pourris mais artistiquement excellents. Enfin, c’était avant 1972 (ou disons 78, date du virage discommercial).
On dit qu’un groupe de rock ne dépasse pas 10 ans de vie créative, c’est effectivement le fait des Stones, mais après avoir pondu de sacrés standards, ils sont passés à la vie commerciale. On résume : 10 ans de créa de dingue, 50 ans de business.

Du coup (!), on se réjouit d’être pauvres, car on n’a pas les moyens de tuer le mythe en voyant, comme l’écrivait Soral sur un site aujourd’hui disparu, « Mick et Keith sur scène en couches-culottes serties de diamants ». Les petits malins auront compris que certains musiciens sont doublés (le backing band), à l’image de Johnny qui avait son « assurance » voix derrière lui, Érick Bamy.

 

 

 

Retour au début des années 90 : avec un vice consommé, Mikaïloff envoie le concert des Stones au même endroit, mais 27 ans plus tôt. Curieusement, Keith est beaucoup plus en forme. La machine à remonter le temps, ça marche.

 

 

Alors, le rock, interdit aux vieux ? Le rock comme le rap demandent de l’énergie, dans la voix, dans le son, et dans les tournées (sans oublier les filles, hein Lemmy). Dans ces deux branches de la musique, on se démode très vite. Pour le marché du rap, il y a toujours plus trash, plus bitch, plus fuck, plus provo, du coup (!) les rappeurs qui ont dépassé 40, voire 50 ans, font figure de grands-pères. Et évoluent vers la variété, soit l’embourgeoisement (la loi qui veut qu’on s’adapte à l’âge de son public).

Le dernier Akhenaton (53 ans), garanti sans gros mots

 

Comme Elvis, les Stones et Johnny, finalement. En politique, c’est pareil : il est rare de rester radical après 50 ans (sauf chez Staline et Hitler). D’ailleurs, on pourrait trouver des transversales entre rock et politique : par exemple, Bayrou pourrait être Souchon, Kennedy Cobain, ou Hendrix, ces étoiles filantes qui ont laissé une trace dans le ciel...
On ne va pas non plus lier Heydrich, mort jeune (à 38 ans), avec une star du « club des 27 » (Joplin, Morrison), par exemple Brian Jones, dit « l’archange blond », ça serait mal interprété.

Puisqu’on est en 1993...

 

Kurt mourra un an plus tard, après avoir donné tout son courage et toute son énergie aux autres. C’est le sort des grands dépressifs.

La musique s’analyse politiquement, sur E&R :

 






Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3002352

    Merci encore ER pour ce très bon sujet.
    Ah !!les Stones que dire de plus, j’ ai aimé ,j’ai adoré et comme beaucoup d’autres de ma génération qui avions le rock dans les trips, j’ ai fais du placard a cause ou indirectement lié aux Stones : Dope, excès en tout genre : oui cela m’a valu un hépathite C, des vols, et des OD.
    Certaines personnes ,trop jeune ou a coté du sujet ne peuvent pas réaliser ce que représentait les Stones jusqu’au début des années 80s : Les Pistols n’ont rien inventé dans le genre provoc et border line sulfureux : mon premier concert remonte a juin 76 ,aux abattoirs de pantin et j’avais a peine 15 ans et j’ai baratiné a mes parents pour que je puisse aller les voir (je passe la soirée chez un copain de classe : mon cul !!j’etais comme un petit salopard a chercher le danger et le souffre dans ces stones que je connaissais a peine : juste vu tres vite a la tv dans une émission de de patrice banc francart et j’avais un peu écouté "black and blue" galette de l’époque.
    Oui les stones en 76 , faisaient flipper , nous avons oublié pas moi : jagger avec sa gueule de pute du rock ,keith qui tenait a peine debout ,ron wood le dernier arrivé qui fut le petit frère de keith (même coupe et dégaine) et charlie watts et sa gueule de sérial killer : seul le tres bon bassiste bill wyman était soft ,mais quel baiseur.
    Tout ça pour dire, que les stones ,johnny hallyday sont des monstres, même si avec l’âge ils ont décliné : j’ai vu avec mon fils un concert de Johnny 18 mois avant sa mort ( a bercy) 3 heures de concert...........et Hallyday a 73 ans tenait la scène.
    Pour les Stones, je ne vais plus les voir depuis un bon moment (trop cher, et trop grand) mon dernier concert qui fut le seul en 2 ans fut dans un autre trip musical mais EXCELLENT/ Gary Numan : cold wave,electro punk rock : le mec a 64 ans et il est encore tres bon ,comme a ses débuts en 79 avec l’immense REPLICAS.
    Maintenant ,il n’y a plus rien : comme en peinture, littérature ,cinéma ,politique, que des nazes, des petites bite si je me laisse aller a dire ceci : 21 eme siècle= fond de chiotte.

     

    Répondre à ce message

  • #3002364

    Dans un autre genre, Depeche Mode, qui m’a biberonné, continue aussi alors qu’ils auraient du tout lâcher 30 ans plus tôt. Une décennie 80-90 qui marque leur apex mais ensuite la volonté de rester sous les spotlights accouche d’un groupe embourgeoisé, botoxé, pro vax et anti brexit. Une cata.

     

    Répondre à ce message

  • Effectivement, disons 78’. ’Some girls’ est leur dernier ’bon’ album après un passage légèrement à vide avec ’Black and Blue’.

     

    Répondre à ce message

  • #3002431
    Le 1er août à 18:46 par Le grand ménage
    Alain Chamfort en drague, les Stones en Biden et le fantôme de (...)

    J’ai toujours eu une aversion pour Jagger l’anti complotiste, le calculateur, le super bourgeois. Ce type tient plus de l’épicier que de l’authentique rockeur.
    Brian Jones mort comme un chien à 27 ans et Jagger toujours là, c’est tellement évident.

     

    Répondre à ce message

    • #3002562

      Perso j ai jamais compris cet engouement derrière les stones ou les Beatles alors que des groupes comme ten years After avec l immense Alvin Lee à la guitare des lynyrd skinird des Creedence que tout le monde reprends mais que personne ne connait sont passés à la trappe ( enfin pour le grand public) même led zep sont moins connus que les stones. Je crois que les stones ont léchés les bons fions aux bons moments jamais engagé contre un quelconque pouvoir ils sont promus depuis plus de 40 ans par les mêmes qui nous cassent les couilles avec Bruel tout n est qu une question de marketing.

       
  • #3002439

    Fantastique Nirvana. Bientôt sur ER Se Oistols, UB 40, The Doors, The Who.

    Merci à ER , les proposition diverses sont toujours au Top. Social, national, merci pour vos (nos) valeurs.

     

    Répondre à ce message

  • #3002489

    Avant Radiohead du bruit, après Radiohead du vide.

     

    Répondre à ce message

  • #3002655

    Ces groupes de clampins n’ont fait leur apparition que pour empêcher les jeunes américains blancs de danser sur la musique noire de très belle qualité...

    Cette guimauve de Elvis Presley, des Beatles débiles et Mik Jagger fend la gueule hystérique... n’ont rien de comparable avec la musique noire qui vient du coeur et de l’esprit....
    Une musique qui nous raconte leurs souffrances, leurs combats et leur foi dans un monde meilleur...

    J’ai souffert de cette arrivée massive telle une déferlante sur la musique française de notre époque... Nous devrions être "fans" de musique anglo-américaine, fini les chansons à textes françaises ... ,
    Nous les avons laissé détruire notre culture, ils nous ont envahit le coeur et l’esprit...

    Je me souviens également de ces peace and love dégénérés nous montrer le chemin de la drogue et de l’avortement à 9 mois aux pieds du phallus de Washington pendant que l’on assassinait la démocratie américaine le 22 novembre 1963 à Dallas....

    Pffff... Les anglo-américains nous ont imposé leurs idoles qui ne semblent pas avoir de date de péremption... Elles... Mdrrr

     

    Répondre à ce message

    • Oui m’enfin...

      Edith Piaf était-elle un modèle acceptable ?

      Et Fréhel avant elle ?

       
    • #3002796
      Le 2 août à 13:15 par paroles de juif goy
      Alain Chamfort en drague, les Stones en Biden et le fantôme de (...)

      Les Blues Brothers sauvent l’honneur avec leur :
      "Nous sommes en mission pour le Seigneur"

       
    • Les Stones sont anglais, pas américains.
      La musique noire américaine a été imposée dès les années vingt aux blancs, au détriment de leur tradition. Pourquoi danseraient-ils sur de la musique noire quand ils avaient d’excellente musique à eux et d’excellents rockers blancs d’une très grande diversité d’inspiration et de technique ?
      La musique noire est américaine, donc sous très forte influence blanche.
      La musique noire africaine, c’est... disons... primaire.
      Il me semble que Mick Jagger a été doublé. La vidéo ne le montre jamais clairement.
      Il est trop vieux pour faire le clown. De plus il s’est usé par la drogue. Elle ôte la voix et le souffle.
      Ce concert est sans doute du pipeau, pour faire entrer quelques devises dans les sacoches. Le rap en effet n’est pas inspirant. La jeunesse ne va pas au concert, elle fait des rave parties et danse dans les bars.
      Pour les vieux, il faut entretenir les mythes et souvenirs. Ils peuvent encore payer, et le rock des années soixante était bon, comme la vie de jeune avait un sens alors.
      J’imagine que Mick Jagger est aussi mort que la reine d’Angleterre qui le décora lord.

       
  • #3002893

    Pathétique. Ces Rolling stone de 80 balais. Symbole du basculement de l’après seconde guerre mondiale dans une hystérie, des rebellions sans causes ou qui courent derrière la première qui se présente même si ce n’est pas la leur (d’où cette glorification des minorités soient disant opprimées). Depuis des générations de jouisseurs individualistes ont défait la civilisation occidentale et sa solidarité, mais l’important c’est de s’éclater... Pourquoi cette fascination pour rien, pour du vide, du vent. Pour du bruit, où quand plus il est fort plus on a l’impression de se sentir important ? A la rigueur il y a peut-être une fascination voir une nostalgie pour les heures enthousiasmante de la jeunesse, mais les stone ne sont que des vieux croutons gavés de frics. Le soft power américain et anglo-saxons nous fait admirer des idoles en contre plaqué. Il n’y a,rien dedans ou bien du creux. Il faudrait un peu ouvrir les yeux et sortir de la Matrice. Au fond Alain Chamfort ce n’est pas mal

     

    Répondre à ce message

  • Le riff de "Street Fighting Man" au début ne manque pas de patate. Pour leur âge ils jouent toujours aussi bien. C’est simplement que les années passant, les chanteurs peuvent monter de moins en moins haut ; les guitares sont donc accordées plus bas, ce qui donne ce manque d’énergie.
    Quoi qu’il adviennent, les Stones sont un excellent groupe de Rock de sa génération et indémodable, mais techniquement ça a toujours été simpliste et Keith n’a jamais été un guitariste de haut niveau ; en revanche c’est un excellent mélomane qui sort des riffs sans forcer.
    Pour les amateurs du groupe, voir le documentaire "Under The Influence" de Keith Richards sur Netflix.

     

    Répondre à ce message

    • « Le riff de "Street Fighting Man" au début ne manque pas de patate. Pour leur âge ils jouent toujours aussi bien. C’est simplement que les années passant, les chanteurs peuvent monter de moins en moins haut ; les guitares sont donc accordées plus bas, ce qui donne ce manque d’énergie. »
      Ça n’a aucun sens puisqu’il se trouve que Mick Jagger est celui qui assure encore le plus du lot. Ça manque donc bien de patate mais ils ne peuvent forcément pas jouer aussi bien qu’il y a ne serait-ce que vingt ans en arrière, ce qui est bien compréhensible à cet âge.

       
Afficher les commentaires précédents