Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alain de Benoist : "Marine Le Pen ne sait pas débattre"

Quel avenir pour le Front national ?

À quelques semaines des élections législatives, Alain de Benoist, qui vient par ailleurs de sortir un livre (Ce que penser veut dire aux éditions du Rocher) fait le point sur l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron chez Breizh-info, sur l’état de l’opposition et notamment du Front national, et sur les grands enjeux à venir. L’entretien :

 

Breizh-info : Emmanuel Macron est devenu président de la République. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Alain de Benoist : Des regrets d’abord. Une certaine sidération ensuite. Jamais élu dans le passé, encore inconnu il y a quelques années, Emmanuel Macron a tenu son pari. Cela ne s’explique pas uniquement par l’ampleur des soutiens dont il a bénéficié. Se propulser à la tête de l’État sans être le candidat d’un parti traditionnel, passer en deux ou trois ans de l’obscurité à la lumière, cela ne s’était encore jamais vu. Cela montre l’ampleur de la crise actuelle, et cela donne aussi à son élection un caractère historique.

On objectera bien sûr que Macron n’a jamais été élu que par défaut, qu’il n’a jamais recueilli que 43,6 % des inscrits, qu’un bon tiers des Français (33,7 % des inscrits) ont boudé le choix qui leur était proposé, soit en se réfugiant dans l’abstention soit en votant blanc ou nul dans des proportions jamais vues depuis 1969, et enfin que près de la moitié de ceux qui ont voté pour lui ne l’ont fait que pour « faire barrage » à Marine Le Pen. Mais tout cela sera vite oublié. Même quand on est mal élu, on est élu.

J’ajouterai que les premiers actes de la présidence Macron, même s’ils ne laissent pas véritablement présager de ce que sera sa politique, donnent au moins à penser que le personnage a été sous-estimé par beaucoup, moi le tout premier. Je ne doute pas un instant que la politique de casse sociale, de baisse des salaires et d’ouverture des frontières qui sera très probablement mise en œuvre par la grande coalition des libéraux de tous bords qu’il a constituée sera une catastrophe pour notre pays.

Mais pour l’instant, Macron n’apparaît pas comme la marionnette fabriquée que l’on imaginait. Non seulement ce n’est pas un « Hollande bis », comme le disent les gens de droite les plus obtus, mais ce sera à bien des égards un anti-Hollande. Cet ultralibéral est sans doute aussi un homme autoritaire, convaincu de la nécessité de redonner de la solennité à la fonction présidentielle. Les mots-clés de son discours, c’était bien « en même temps » !

 

Qu’avez-vous pensé de la composition du gouvernement ? Y voyez-vous, comme je le disais récemment dans une tribune libre, un coup de génie d’Emmanuel Macron pour tuer la droite, briser le FN et se retrouver uniquement avec une forte d’opposition d’extrême gauche dans la rue face à lui ?

On s’attendait à un gouvernement de « startuppers », reflet d’une conception postpolitique de la vie publique. Là encore, cela n’a pas été le cas. Votre analyse n’est pas fausse, mais il faudrait ajouter que Macron ne fait qu’exploiter à son profit une situation qu’il n’a pas créée.

Outre son optimisme « jeuniste », son succès s’explique par la conjonction de deux facteurs : le désir général de voir « dégager » l’ancienne classe politique et le fait que pour 75 % des Français les notions de droite et de gauche « ne veulent plus dire grand-chose » (sondage Cevipof, mars 2017).

Emmanuel Macron poursuit en fait un objectif très simple : faire disparaître, briser, assécher ou laminer tout ce qui se trouve encore dans l’espace politique séparant la République en marche de la France insoumise d’un côté et du Front national de l’autre. Voici quelques années, on avait vu une nouvelle tripartition FN-UMP-PS succéder au vieux bipartisme à la française.

Cette nouvelle tripartition a paru remplacée au soir du premier tour de la présidentielle par une forme quadripartite : FN-Républicains-France insoumise-En marche ! En cherchant à attirer vers lui la « droite » du parti socialiste et la « gauche » des Républicains, Emmanuel Macron cherche à recréer une tripartition différente de la précédente : FN-République en marche-France insoumise. La coalition des libéraux n’aurait plus alors à faire face qu’à la conjonction des « extrêmes ».

On remarque tout de suite que cet objectif, propre à désespérer les Cambadélis et les Baroin, n’est en revanche pas très différent de ce que peuvent souhaiter de leur côté Marine Le Pen et surtout Jean-Luc Mélenchon.

 

Malgré ses onze millions de voix du second tour, Marine Le Pen a déçu la plupart de ses partisans. Quelles sont selon vous les causes de ce qu’il faut bien appeler son échec ? Pensez-vous, vous aussi, qu’elle a trop parlé d’économie et de social, qu’elle ne s’est pas suffisamment concentré sur les électeurs de droite, qui constituaient sa réserve de voix la plus naturelle ?

À la veille du second tour, Marine Le Pen était créditée d’au moins 40 % des voix. Elle n’en a recueilli que 34 %. Cette piètre performance ne peut pas s’expliquer uniquement par le soutien quasi unanime des médias et des puissances d’argent à la candidature Macron. Elle ne s’explique pas non plus par un prétendu échec de la « dédiabolisation ».

Lire la suite de l’entretien sur blogelements.typepad.fr

Alain de Benoist, sur E&R :

Pour comprendre l’ère Macron, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1737238
    Le 31 mai à 15:23 par Francois Desvignes
    Alain de Benoist : "Marine Le Pen ne sait pas débattre"

    M.L.P. sait débattre, et si elle ne le sait pas, ce n’est pas à nous d’en juger.

    L’expérience malheureuse lors du débat contre Macron est consternant à un autre point de vue : M.L.P. a illustré le principe de Peter.

    Elle a atteint son niveau d’incompétence avec les présidentielles.

    Ce que de benoist reconnait à demi mots

    Ceci dit, atteindre son niveau d’incompétence à ce niveau, c’est un bon niveau....

    M.L.P. était bonne présidente de parti, bonne élue, sans doute aurait pu être bon premier ministre.

    Mais pas président : elle a, nous avons présumé de ses compétences.

    La question maintenant est : promoveatur ut amoveatur .

    Maintenant qu’elle s’est grillée par présomption, il faudrait lui assurer une promotion pour s’en débarrasser.

    Mais quelle promotion honorifique et pour la remplacer par qui ?

    Car, il n’y a personne, nulle part, sur tout l’échiquier politique, à droite comme à gauche, tous sont usés jusqu’à la corde.

    Ce n’est pas la crise du FN, ou Paul Emploi pour nos politiques qui se profile : c’est une crise sans précédent du régime.

    Benoist dit que Macron est moins con qu’il ne le pensait.
    Macron est INEXISTANT : c’est un feufollet.

    La Politique, un régime, c’est un homme, une politique et le soutien du pays reel.
    Nous n’avons plus d’Hommes, plus de politique, aucuns soutiens.

    Le régime est rentré en crise.

    On en a eu deux preuves absolument incontestables :

    - Macron a fêté sa victoire "présidentielle" dès le" premier tour "avec ses "amis" : il y a trois casus belli dans cette phrase : 1/ on ne fête pas sa victoire avant la victoire ; 2/ il n’y a pas de victoire présidentielle, car le Duc d’Orléans n’est jamais fier d’être devenu roi 3/ Le roi ne fête jamais les victoires de la France sans le peuple de France.

    - M.L.P. est allé se consoler de sa débâcle en allant danser : Napoléon avait préféré marcher avec ses troupes pendant la retraite de Russie.

    Ils ont tous les deux atteint leur niveau d’incompétence.

     

    Répondre à ce message

    • #1737430

      attention trop souvent on a eu des president qui etaient super bon pour conquerir le pouvoir et une fois au sommet,ils n’en faisaient rien ( chirac,hollande,sarko) . amha si eventuellement on peut envisager que marine n’est pas assez bonne pour faire campagne ,ca ne veut pas dire qu’elle ne ferait pas une bonne presidente,c’est a dire capable de distinguer le bon choix,ou le moins mauvais,faire des compromis pour l’atteindre.elle a prouve qu’elle est capable de faire des choix difficiles,comme virer son pere.
      que voudriez vous ? qu’elle renonce a tous les themes propres au fn pour arriver au pouvoir ? quel est l’interet que le fn soit au pouvoir si il fait la meme chose que lr ou s’il fait ce que bruxelles lui dit de faire ?

       
  • #1737248
    Le 31 mai à 15:33 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Alain de Benoist : "Marine Le Pen ne sait pas débattre"

    Votez Mc Kay (The Candidate) est un film américain réalisé par Michael Ritchie, sorti en 1972, avec dans le rôle principal Robert Redford.
    Ce film résume bien l’organisation d’une campagne électorale aux USA, avec la mobilisation permanente de l’équipe de campagne, l’importance donnée à l’argent et aux médias télévisuels, qui dominent par rapport au débat d’idées.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Votez...

    Un moment, il y a un débat télé entre les 2 candidats, et un micro-trottoir où les votants sont interrogés à la sortie des urnes : "pourquoi avez-vous voté pour celui-là ?"
    - "parce qu’il est jeune, il est beau, etc..."

     

    Répondre à ce message

  • #1737249

    "La justice est parfois trop longue"
    "Enfermés dans un algorithme"

    Puis toi et ta suisse ! tu soûles !

    C’est orchestré dans une ... complotiste !

    Mais ils savent mieux que nous le sens de la vie !
    Je n’ai purement et simplement pas envie de vous ressembler.

    "Bourrin, espèce d’intello".

    Excusez-nous chères majestés suprêmes

     

    Répondre à ce message

  • #1737298

    La fait que MLP ne soit pas élue n’est certainement pas du au débat ,mais à la propagande inouïe qui a était faite. Cela prouve une fois de plus que les Français sont manipulable à souhait .Il suffit de sifflet la meute ,et tout le monde rapplique .
    Médé ! Médé ! faites barrage au FN !

     

    Répondre à ce message

    • #1737422
      Le 31 mai à 20:02 par Georges 4bitbol
      Alain de Benoist : "Marine Le Pen ne sait pas débattre"

      May day.
      Toute l’ingénierie médiatique, les techniques des pontes publicitaires ( anne Meaux) le matraquage presse-poeple, les staffs de communicants aguerris aux méthodes US, l e sponsoring des grands groupes, la franc maçonnerie vent debout, l’instrumentalisation de la justice( affaire Fillon), le lobby communautaire, le lobby LGBTI, les réseaux politiques ont été actionnés pour permette l’élection du produit hors-sol macron...Grâce à cette élection, plus personne ne peut ignorer qui gouverne vraiment la Fronce.

       
    • #1737727

      Les deux ne s’excluent pas. Faut vraiment arrêter avec les ou exclusifs. D’ailleurs MLP a reconnu elle-même qu’elle avait raté son débat.

       
  • #1737418

    Un point qui n’est pas analysé suffisamment je trouve : MLP a été totalement lâchée par l’électorat âgé.

    Au second tour :

    Elle fait plus de 40% chez 25/35 ans

    Elle fait 30% chez 60/70 ans.

    Elle fait 22% chez les plus de 70 ans.

    Aspect positif, le FN a un électorat jeune. C’est important pour l’avenir d’un mouvement politique.

    Aspect négatif, les plus de 60 ans représente environ 20 000 000 de Français. Et ils votent beaucoup plus que les jeunes.

     

    Répondre à ce message

  • #1737448
    Le 31 mai à 20:51 par Jean Le Chevalier
    Alain de Benoist : "Marine Le Pen ne sait pas débattre"

    Marine est entièrement responsable de son désastre. Elle a été mauvaise tacticienne, elle a montré ses limites intellectuelles, elle n’a jamais parlé des vrais sujets qui intéressent ceux qui voient la catastrophe arriver : l’immigration massive et illégale de musulmans non intégrables, l’islam conquérant sur notre sol, le capitalisme sanguinaire qui va appauvrir les français, le trotskisme qui a gangréné l’éducation nationale et la justice, la lâcheté et la traîtrise des élites et des médias, l’apathie et l’ignorance du peuple...
    Elle a tout foiré, de A à Z. Qu’un ouragan balaye ceux qui ont loupé cette campagne et que viennent de vrais patriotes soucieux de la France, de son peuple et de son histoire.

     

    Répondre à ce message

  • #1737494

    En 2012, je ne trouvais pas MLP très compétente, mais il y avait quelques circonstances atténuantes. Elle venait de reprendre le parti et elle cherchait à le renouveler, elle cherchait à attirer du monde, elle organisait sa 1ere campagne nationale...
    Mais cette année elle n’a aucune excuse. Lorsqu’elle a fait une diète médiatique, je pensait que c’était pour muscler ses compétences notamment sur l’économie. Il n’en a rien été. En fait c’est juste une flemmarde qui aime bien faire la java. Elle n’est pas digne d’être Présidente de la République.
    Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit élue, mais à ce qu’elle fasse 40% au 2e tour (en espérant 45%) et ainsi incarner l’opposition. Elle a tout gacher dans le débat (perte d’au moins 5 points). De plus, elle s’est complètement planté de campagne à l’entre deux tour. Elle a passé son temps à draguer l’électorat de Mélenchon pendant les 2 semaines, et celui de Fillon pendant le débat. C’est l’inverse qu’il fallait faire. Pour parler à l’électorat de Mélenchon, il faut expliquer et développer ses argument. Il n’y a que dans le débat où elle avait le temps de le faire car c’est un format long. Tandis que dans les interviews de 15 min où il faut balancer des slogans, c’est ici qu’il fallait parler d’immigration pour parler à l’électorat de droite. Comme elle a fait l’inverse, les électeurs de Mélenchon n’ont pas votés pour elle, et comme elle s’est gauchiser, aux yeux de certains droitards, elle a fait fuir des électeurs de Fillon. Zéro complet.
    Le mieux pour le FN, mais surtout pour la France, c’est qu’elle cède sa place à quelqu’un d’autre. Elle peut rester vice-présidente, mais pas présidente du FN.

     

    Répondre à ce message

  • #1737524

    Ce n’est en rien la capacité de Marine Le Pen à débattre face à Emmanuel Macron qui a affecté en quoique ce soit le résultat final. Ce dernier était joué d’avance parce que les français n’étaient juste pas prêt à oser voir la vérité de leur soumission à un système en face. C’est ainsi.
    Il va falloir se prendre tout le processus dans les dents pour ouvrir vraiment pleinement les yeux. Destinée quand tu nous tiens...

     

    Répondre à ce message

    • #1737528
      Le 31 mai à 22:26 par Le Pen, vite !
      Alain de Benoist : "Marine Le Pen ne sait pas débattre"

      Je partage cette analyse. Si les Français ont une fois de plus voté contre leurs intérêts, ce n’est pas la faute de Marine, mais celle de leur connerie.

       
    • #1737598
      Le 1er juin à 00:01 par Georges 4bitbol
      Alain de Benoist : "Marine Le Pen ne sait pas débattre"

      @ le pen vite
      la connerie est mondialisée.
      Les Frôncais sont une cible prioritaire.
      "Quand on a fait une conquête comme la France, on ne la lâche pas". Robespierre ( ou Paul)

       
  • #1737779
    Le 1er juin à 10:31 par Asandent goy
    Alain de Benoist : "Marine Le Pen ne sait pas débattre"

    Ce n’est pas Marine Le Pen, qui n’est pas à la hauteur de devenir presidente de la France, elle a réuni les patriotes, de la nation Française ! Ceux, qui n’ont pas voté FN au second tour, sont des étrangers à la nation Française, c’est tout ! Pour reprendre les clefs de la France, par les urnes les patriotes à la nation Française n’obtiendront riens, ils luttent contre des bandits des voleurs des escrocs qui détiennent tous les pouvoirs sans oublier les sangsues et les veaux ! Est ce Français, de chercher midi à quatorze heures, comme monsieur De Benoist ?

     

    Répondre à ce message

  • #1739524

    Marine est une stratège catastrophique. Plus exactement, elle est tacticienne, mais pas stratège.
    Quand elle a pris la tête du FN, au lieu d’agir sur le terrain pour créer un rassemblement, elle a misé sur le médiatique et l’internet en s’attaquant bille en tête aux musulmans afin que la télé lui tende le micro.
    Ensuite, au lieu d’avoir une longueur d’avance sur Mélenchon (et ensuite Macron) sur la posture du dégagisme en l’incarnant dès 2012, elle a joué la dédiabolisation en faisant risette au CRIF et en s’entourant de maçons et de poignets cassés.
    Enfin, au lieu de se préparer à se faire élire en 2022, elle a pensé qu’elle pourrait être élue dès cette année après avoir vu Trump. Or, pendant que Mélenchon faisait le populiste bien démago en parlant aux "gens", que Macron passait pour un ch’ti de NRJ12, et qu’un magnifique espace se libérait à droite avec l’affaire Fillon, elle s’est enfermée dans ses discours économiques qui l’ont fait passer pour une techno sortie tout droit de l’ENA, et qui ont fait peur aux veaux (qui veulent sortir de la crise en douceur).
    Niveau débat, on ne parle que de la catastrophe face à Macron, mais on oublie aussi que lors des débats à plusieurs, elle a été particulièrement nulle également.
    Le point d’orgue de ces calculs de court terme a été son deal politicien avec Dupont-Aignan, à qui elle a promis un poste qui revenait de droit à Philippot. Et à la vue de l’extraordinaire reniement de NDA après la défaite, on sent toute l’utilité et la sincérité de l’accord.
    Résultat des courses : sur les 2 tours, elle a fait 8 à 10 points de moins que son potentiel réel. Si elle avait atteint les 30% au 1er tour et 40-42% au 2ème, c’était un boulevard qui s’ouvrait à elle : première force d’opposition face au parti unique avec au bas mot 50 à 60 députés, présidence des régions Nord et PACA, mairie de grandes villes (type Perpignan, Metz, Mulhouse), et en point d’orgue l’Élysée en 2022.
    Au lieu de cela :
    1) le parti part en déliquescence (future éjection de Philippot, départ de Marion...)
    2) Mélenchon passe pour la première force d’opposition
    3) le FN avait 2 députés, il n’en aura aucun lors de ces élections-ci
    4) elle ne passera probablement pas le 1er tour dans 5 ans

    Elle n’est pas faite dans le même bois que son père qui, s’il avait eu 25 ans de moins, serait actuellement le Président de la République.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents