Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Allemagne : la découverte de reliques nazies dans des casernes militaires crée un scandale

En Allemagne, après la découverte de reliques de l’armée du régime nazi dans deux casernes, le chef de la Bundeswehr, l’armée allemande, a ordonné dimanche 7 mai 2017 l’inspection de toutes les casernes. Selon la ministre de la défense Ursula von der Leyen, il en va de la réputation de l’armée allemande, ébranlée par ce scandale de symboles nazis.

 

L’armée allemande se retrouve en pleine tempête suite à la découverte de divers objets de l’armée hitlérienne dans deux bases militaires, celle de la brigade franco-allemande à Illkirch, près de Strasbourg et celle de Donaueschngen, en Bavière.

Pire, à Illkirch, ces souvenirs de la Wehrmacht – l’armée nazie – ont été trouvés dans la salle commune de la caserne, utilisée principalement par les militaires du 291e Jägerbataillon, devenu en 2012 le premier régiment allemand à s’installer en France depuis 1945. Il semble que les reliques sont restées exposées un certain temps sans être signalées par quiconque.

Les objets en question sont quelques armes d’époque, des casques, des affiches ou peintures au mur, des casques, ainsi que des slogans ou « poèmes » datant de la Wehrmacht.

Lire la suite de l’article sur rfi.fr

Souvenirs, souvenirs :

Sur la Seconde Guerre mondiale, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents